Tu me connais, je te connais, on se connait (PV SCORPIUS) [Terminé]



 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Bienvenue sur Mimbulus Mimbletonia
Bienvenue sur Mimbulus Mimbletonia Nous sommes en l'année 2019 Le ministère a été attaqué
– un étudiant est mort à Halloween Les néo mangemort sont de retour – L'ordre va t il se
reformer ? Contexte disponible ici-même.

Vous pouvez trouver la liste des personnages prédéfinis ici et les scénarios des membres ici
La liste des avatars utilisés ici.La liste des noms et prénoms ici.

Mais pour ceux qui sont encore plus studieux vous trouverez le planning des cours pour les élèves et ici
celui des professeurs.

Vous voulez une capacité spéciale pour vos personnages ? La demande et les détails c'est par .

Au vu d'un bon nombre de sang-pur, ceux-ci sont à présent limités (Scénario/prédéfinis) sous couvert d'acceptation
du STAFF. Pour en savoir plus, lisez ce sujet.

Poudlard recrute non seulement du personnel, mais nous sommes également à la recherche d'adultes en dehors du forum, sympathisant de l'ordre ou néo-mangemorts. N'hésitez plus à nous rejoindre.

 :: Les Oubliettes :: Les Archives :: Section RPG :: RPs terminés Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Tu me connais, je te connais, on se connait (PV SCORPIUS) [Terminé]

Invité
Dim 5 Juin - 21:27


❝Je te connais❞
Scorpius & Rosalie
Je tentais désespérément de finir ma rédaction sur l'histoire de la magie correctement. Il y avait beaucoup trop d'informations pour que j'arrive à écrire une rédaction sans m'étaler sur un sujet. Cela devait faire trois heures que j'étudiais à la bibliothèque et je crois que mon moral en prenait un coup. Je savais que j'avais de sérieux problèmes pour rendre des devoirs courts, claire et efficace. Je voulais toujours mettre le plus possible pour être sur qu'il ne manque rien. Je rentrais alors dans l'infernal paradoxe du trop pire que pas assez. Je lâchais vulgairement ma plume sur la table et laissais tomber mes lunettes de mon nez. J'étais trop fatiguée pour continuer à rendre quelque chose de cohérent, mon esprit s'embrouillait, il n'y avait donc plus rien à faire. Je rangeais mes affaires en pile et en faisait une deuxième des livres à déposer. Je me levais alors et partit à la recherche des emplacements des livres. Cette foutue bibliothèque était beaucoup trop grande pour moi. Une fois cette tâche finie et ce n'était pas si simple, je pris mes affaires dans mes bras et commençai à sortir de la bibliothèque. Je n'avais qu'une envie retrouver mes amies et me détendre et d'oublier à jamais ce devoir. Enfin jusqu'à vendredi, jour où je devais le rendre.

Je courais presque pour m'éloigner le plus possible de mes longues heures de travail. Je voyais que le regard des élèves autant que celui des professeurs avaient changés. Parfois en bien puis d'autres fois en pire. Avant l'année dernière, j'étais tout ce que l'on pouvait détester chez les moldus, j'étais ronde, j'avais des lunettes énormes, un appareil dentaire monstrueu. Mais depuis que tous mes problèmes étaient partis, les élèves ont découvert la vraie moi, mon côté maladroit lui est resté. Cependant, je ne sais pas encore vraiment si je préfère les anciens regards haineux des sangs purs ou les regards affamés et plus que déplacés de certains élèves. J'avais presque envie de redevenir l'ancienne moi. Puis je me souvenais de tout ce que ces changements m'avaient apportée et j'oublie cette stupide idée. Alors que j'étais perdue dans mes pensées comme à ma stupide habitude je fonçais dans un mur. Excusez-moi, je fonçais plutôt dans une personne. Il faudrait savoir que je ne suis pas grande et je suis fragile alors pour moi les grandes personnes sont des murs.

Je me retrouvais donc les fesses sur le sol, mes affaires éparpillées autour de moi. Le spectacle devait être magnifique à voir. Je me mettais alors à genoux pour pouvoir ramasser toutes mes affaires. Ma trousse, mes lunettes, mes livres et mes feuilles qui elles aussi avaient décidées de ne pas rester groupées. Je soupirais en tentant de tout remettre en ordre et surtout mon esprit qui lui était déjà parti bien loin. Impossible de se concentrer correctement. Puis je fus interrompu dans toutes mes réflexions par une main tendue à côté de mon visage. Je regardais donc qui était le propriétaire de celle-ci et aussi accessoirement le fameux mur dans lequel j'ai foncé. Je reconnu tout de suite Scorpius Malfoy. C'était difficile d'ignorer son existence sachant qu'il était arrivé la même année que moi et que son arrivée n'était pas passé la plus inaperçu. Alors qu'étrangement la mienne n'avait même pas été remarqué. Bon pour être honnête qui s'intéresse à une né-moldu quand la vie des grandes familles c'est carrément les feus de l'amour. Je me mordais la lèvre inférieure en pensant qu'il ne me reconnaîtrait pas, enfin qu'il ne me connaîtrait pas tout simplement. Je regardais donc vers les sols espérants trouver mes lunettes.

© Pando

avatar
Masculin
✎ Parchemins : 317
✎ Date d'arrivée : 04/06/2016
Localisation : Poudlard

Sorcerer's Identity
✎ Année à Poudlard: 6ème année
✎ Profession:
✎ Inventaire:
Lun 6 Juin - 21:27
Tu me connais, je te connais, on se connaît.
Rosalie & Scorpius
Je soupirais de soulagement, cela faisait maintenant plus de deux heures que Célian et moi travaillions sur ce maudit devoir d'histoire de la magie et nous en étions enfin arrivés à bout. Je savais bien qu'étant  un Malefoy je devais être le meilleur ,mais parfois cela m'énervait sincèrement. Je voulais m'amuser, profiter du beau temps et faire les 4 cents coups avec Célian et Albus. Mais au lieu de ça, j'étais bloqué dans une salle commune avec mon cousin sur un devoir que je connaissais déjà par cœur. Sans oublier que celui-ci était exactement dans la même situation que moi, mais en mille fois pire vu qu'il était préfet.  Alors que je jetais un coup d'œil à mon cousin, je soupirais encore une fois désespérer, j'avais chaud et surtout, j'avais terminé depuis longtemps. Je m'ennuyais fermement, alors que Célian était en train de lire, je décidais de me lever sous le regard éberlué de mon cousin et je me dirigeais vers la sortir de ma salle commune, tout en le laissant en plan. Tant pis, je m'expliquerai plus tard avec lui, je suis sûre qu'il comprendrait la situation.

Alors que le mur venait de se fermer sur mon passage, je sentais le vent frais sur mon visage et sur mes magnifiques cheveux blonds, je soupirais de bien-être, j'aimais le vent. Je marchais et je marchais jusqu'à finir dans les escaliers. Alors que je commençais à monter les premières marches, les escaliers se mirent à bouger, décidément il n'en faisait qu'à leur tête. J'en avais plus que marre de ces escaliers à la con, c'était comme s'ils voulaient me pourrir mon année. Je devenais complètement fou, je parlais à des escaliers, vous vous rendez compte ? Si Célian et Albus auraient été là, ils auraient sûrement bien rit et ils se seraient par conséquent bien foutu de ma gueule. J'étais complètement dans mes pensées, jusqu'à ce que je ressente une légère secousse, Ouff ils s'étaient enfin arrêtés. Rapidement, je pris le premier couloir que j'avais sous la main, je voulais à tout prix échapper à ses escaliers. Mais voilà que je tombais sur le couloir menant à la bibliothèque, je soupirais à nouveau, dire que je venais de quitter mes devoirs et me voilà dans ce couloir, j'étais maudis. Mais à y repenser, je n'avais pas trop le choix, c'était soit ce couloir ou repartir par les escaliers. J'avançais donc en direction de la bibliothèque d'un pas décidé. Je sentais les regards et les chuchotements à mon égard, je serrais les poings, ils n'arrêteront donc jamais ?

Depuis la première année, tout le monde me regardait, me fixait. Sans oublier qu'ils n'arrêtaient pas de
chuchoter. J'étais un monstre pour eux et je le savais, le pire dans tout ça c'était que j'essayais de changer et de prouver le contraire. Je n'étais pas un monstre et ma famille non plus. Certes mes grands-parents ainsi que mon père ont fait des erreurs, mais ils étaient pardonnés depuis le temps non ? La guerre était finie non ? Et ce depuis 20 ans. Sans oublier que je n'étais pas comme mon père, j'étais moi et seulement moi, j'en avais plus que marre que tout le monde ait peur de moi tout simplement car je suis un Malefoy. Mais je devais continuer à les ignorer et ce même si j'entendais des commentaires déplaisants à mon égard. C'est pour cette raison que je me mis à marcher beaucoup plus vite jusqu'à percuter un mur ou plutôt une personne.

Cela m'énervait encore plus, mais il fallut que je pose mes yeux sur ladite personne pour que mon calme revienne. La personne n'était autre que Rosalie Collins, ce n'est pas compliqué de la reconnaître. Même âge, même année, même si elle avait beaucoup changé. « changé » était un bien grand mot, elle avait carrément adopté un nouveau look. Je me rappelais encore de cette petite fille toute rondelette qui portait un appareil dentaire. C'était totalement le contraire aujourd'hui. Elle était tout simplement magnifique, déjà que je trouvais à l’époque qu'elle était mignonne, mais là c’était vraiment plus que ça.
Alors que je la voyais chercher quelque chose, je remarquais à  mes pieds une paire de lunettes. Je les ramassais donc par réflexe et je lui les tendis tout en souriant :

«Je suis désolé tu n'as rien ?c'est ça que tu cherches non ? »

Je lui souriais réellement ce qui était bizarre, car je ne souriais qu'à mes proches et que cette fille je ne lui avais jamais adressé la parole, alors que je la voyais me regarder étrangement, ma main était tendue en sa direction.

«Tu es Rosalie Collin c'est ça ? Je m'appelle Scorpius Malefoy enchanté. »


Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Lun 6 Juin - 22:49


❝Je te connais❞
Scorpius & Rosalie
Scorpiux Malfoy. Comment oublier ce nom, il était un des élèves les plus connus de cette école. Je crois que son arrivée avait fait autant de bruit que lorsque les noms de Wesleys et Potters étaient appelés, peu importe les années. D'ailleurs certains préfets des Gryffondor m'avaient avoués leur déception quand certains des enfants du trio d'or n'allait pas dans leur maison. Après tout c'était ma maison qui avait accueilli le fameux trio des trois grands sorciers qui ont participé à la destruction du mage noir. Cependant, c'est très dur d'oublier Malfoy. Il était le genre de garçon sur lequel toutes les filles avaient raison de fantasmer. Il était grand, charismatique et un vrai gentleman. Il avait l'embarras du choix, car toutes les élèves se jetaient à ses pieds. Cependant, ce n'était pas avec mon ancienne apparence que j'allais le séduire. Depuis l'été dernier, j'avais remarqué ses regards perplexes. Je dois aussi vous avouer que je le regardais parfois comme une psychopathe. Il avait ce charme fou, ce charme sombre. On pouvait dire que j'étais à l'opposé des idéaux de sa famille. J'étais une né-moldu, un « sang de bourbe», et une griffondor. Je pense que si sa famille apprenant mon existence, ils viendraient me tuer.

Les fesses à terre et perdue dans mes pensées, je n'avais pensé qu'à ramasser mes affaires. Je n'avais pas vraiment fait attention plus que ça à la main qu'on m'avait tendue, comme si je l'avais oublié. J'étais comme beaucoup trop absorber par ramasser mes affaires. Je crois que cela empêchait mon cerveau de partir dans n'importe quel sens. Quand j'entendis une douce voix me ramener à la réalité, je regardais alors Scoprius, mes lunettes à la main. Je les pris à l'aveugle, mes yeux trop occupés à se perdre dans ceux de Scorpius. Il venait de capturer mes yeux dans les siens comme du fleur avec une abeille. Je venais de tomber dans ses filets. Je les attrapais donc, les remettais dans leur étuis avant de les poser sur ma pile d'affaires. Je souris donc doucement en lâchant un petit « merci ». Je dois avouer que la honte commençai à prendre part de mon corps. Si seulement je pouvais être moins maladroite. Cependant, quelque chose attira mon attention. Scoprius Malfoy venait de m'appeler par mon prénom. Comment pouvait-il le connaître ? Même comment pouvait-il juste connaître mon existence ? Je ne représentais pas grand-chose pour l'école. Je le regardais alors, étonnée. Avant de reprendre un peu de prestance, acceptant sa main pour me relever, mes affaires collées contre ma poitrine « Euh…oui c'est moi et je sais qui tu es »dis-je souriante puis en écarquillant les yeux « Enfin je veux dire pas du genre je te harcèles, juste que je sais qui tu es et il faut que j'arrête de parler » essayais-je de me rattraper ou de m'enfoncer. Je soupirais face à ma stupidité. Arrête de parler bordel. « Désolé » soufflais-je vraiment génie de mon manque de tact certain.

© Pando

avatar
Masculin
✎ Parchemins : 317
✎ Date d'arrivée : 04/06/2016
Localisation : Poudlard

Sorcerer's Identity
✎ Année à Poudlard: 6ème année
✎ Profession:
✎ Inventaire:
Mar 7 Juin - 14:11
Tu me connais, je te connais, on se connaît.
Rosalie & Scorpius
Alors que je la regardais, elle venait de me prendre ma main. Elle se releva tout en tenant ses affaires contre elle, c'est à cet instant précis que je n'ai pas pu m’empêcher de la trouvait encore plus jolie et adorable.
Mais ce qui me fit encore plus sourire, ce fut son air gêné. Elle parlait sans cesse, d'autres pourraient très bien dire que c'est ennuyant, mais moi, je trouvais cela mignon. J'aimais beaucoup sa maladresse. Et ce que j'aimais encore plus, c'était qu'elle ne me regardait pas comme si j'étais un monstre et elle ne me parlait pas avec de la haine bien au contraire.

Les seules filles qui s'intéressaient à moi, c'était seulement pour mon nom ou encore pour ma famille. Je ne pouvais plus le supporter. Mais elle, elle était différente, je le sentais et je ne savais pas pourquoi, mais je l'aimais bien. C'est vrai que je ne connaissais pas grand chose sur elle mis à part son changement de look, mais c'est pour cette raison que j'avais envie de la connaître.

Alors que je la regardais faire un monologue, elle était stressée, je ne pus m'empêcher de sourire, mais cette fois c'était un sourire amusé. Je baissais mon regard et je remarquais que nos mains étaient toujours l'une dans l'autre, bizarrement cela ne me dérangeais pas.

Depuis ma troisième année, beaucoup de filles essayaient de me mettre dans leurs lits ou même de me séduire, mais cela ne me plaisais pas. Je les trouvais vite, comme des coquilles sans âme, sans personnalité, de vrai poupée de chiffon. Je les ignorais donc.

J’étais tellement parti dans mes pensés que quand je reportais mon attention sur Rosalie et que je la vis se mordre la lèvre sûrement signe de gêne face à son dialogue intensif. Je ne pus m'empêcher de la regarder encore avec ce sourire amusé, je serrais un peu sa main en signe de réconfort.

«De rien c'est aussi de ma faute je ne regardais pas devant moi. »

Je me mis automatiquement à rire, encore une fois je me surpris à être différent avec cette fille-là, néanmoins je me repris rapidement et toujours sa main dans la mienne je la fixais, mon regard dans ses yeux bleus.

«Hahaha ne t’excuse pas surtout j'aime bien ton côté maladroit et gêné cela te rend encore plus adorable. » Je me mordis la langue sous ma connerie que m'avait-il pri de dire cela ? Je retins un soupir et je me remis à sourire face à elle .« tu allais où si ce n'est pas trop indiscret ? »


Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Mar 7 Juin - 19:03


❝Je te connais❞
Scorpius & Rosalie
Je m'étais officiellement perdue dans les yeux de Scorpius Malfoy. Cela devrait être interdit d'avoir ses yeux. Je savais que Scorpius était le fils de Drago et on va dire que sa famille n'aimait pas particulièrement ma race. Nous sommes des abominations de la nature, ce que je ne comprends pas vraiment. Si nous réfléchissons bien les premiers sorciers de l'histoire ne sont pas apparus adultes comme par magie. Ils ont d'abord était des enfants de modus. Chaque enfant qui né d'un couple de moldus et une future lignée de sang pur. Je ne comprends pas grand-chose au monde magique, je le reconnais. En me redressant, j'avais collée mes affaires contre moi pour ne pas les oublier, cependant j'avais oublié de retirer ma main de celle de Scorpius. Je ne voulais pas la retirer, j'aimais bien la sensation de celle-ci, elle flottait presque en dessous de la mienne. Ce grand garçon me perturbait. Il était définitivement bien plus grand que moi, ce n'était pas difficile je dois l'avouer. Il détenait apparemment le style Malfoy, cheveux blond et yeux bleus. Ses muscle ressortaient à travers sa chemise, n'importe quelle fille tomberait amoureux sur-le-champs.

Je le voyais réfléchir. Il devait sans doute se demander s'il devait me crier dessus ou s'excuser. Je dois avouer que je fus très surprise quand il me regarda dans les yeux pour s'excuser. Beaucoup de sang-purs m'auraient presque crachée au visage, lui s'excuse. Le plus étonnant dans cette histoire est qu'il avait l'air sincère. Quand il serra ma main doucement comme un signe de réconfort, je commençai à être de plus en plus nerveuse. Jamais au bien jamais un garçon ne m'avait touché ou même approché avec tant de douceur. J'étais donc plus que légèrement paniquée ne sachant pas comment réagir. Je riais légèrement. mon rire était coincé entre le rire idiot face à la situation et le rire angoissé face à La situation. Je lui répondais donc avec beaucoup de gentillesse «  Nan c'est surtout moi, on va dire que j'ai le chic pour rencontrer des murs…euh je veux dire des personnes de grandes tailles qui sont par conséquent comme de murs pour moi…pas que tu sois un mur, mais juste que je suis petite et du coup… » je soufflais pour expirer l'air bloqué dans mes poumons. Bordel ce garçon me perturbe, je dis des conneries quand il est là c'est un truc incroyable. Je soufflais exaspérée « désolé, tu sais faut me stopper quand je parle comme ça, normalement je ne parle pas autant » mais tu me perturbes finissais-je la phrase dans ma tête.

Je fondis littéralement quand il me dit que j'étais adorable. Je souriais alors, laissant mon rire sortir clairement, ne le retenant plus. Je le regardais, très amusée avant de lui répondre « Si nous sommes tout deux maladroits, ensemble nous allons faire des dégâts. » Je lui souriais à nouveau. Il avait l'air beaucoup plus détendu, plus ouvert. Je me concentrais donc un peu, empêchant ses yeux de me distraire inlassablement « Je ne sais pas, tout ce que je voulais c'était m'éloigner de ce devoir d'histoire qui me hante et toi ? ».

© Pando

avatar
Masculin
✎ Parchemins : 317
✎ Date d'arrivée : 04/06/2016
Localisation : Poudlard

Sorcerer's Identity
✎ Année à Poudlard: 6ème année
✎ Profession:
✎ Inventaire:
Mar 7 Juin - 21:45
Tu me connais, je te connais, on se connaît.
Rosalie & Scorpius
Je ne savais pas ce qu'il se passait en moi à cet instant précis, mais étrangement je ressentis divers sentiments. Tout d'abord, il y avait de l'amusement , après de l'adoration et pour finir de l’affection, j'avais envie de la prendre dans mes bras.

Merde, moi un Malefoy j'avais envie de prendre une fille dans mes bras, si mon grand-père me verrait, je suis sûr qu'il me lancerait des ''avada kevadra '' du regard, lui qui passait ses journées à me dire qu'un Malefoy ne ressentait rien et qui ne montrait rien.

Je n'avais que faire de ce que me disait mon grand-père en fait, mais ce qui me dérangeais, c'était de ressentir autant de sentiments différents en moi pour la première fois de ma vie.

Alors que j'étais encore dans mes pensées, je l'entendais encore enchaîner un monologue, mais je ne l’écoutais pas réellement complètement ensorcelé par son regard. Comment une personne pouvait avoir un tel regard? Comment une personne pouvait avoir un regard aussi pétillant de vie et de joie ? J'aimais ses yeux, je la trouvais tellement belle avec ses cheveux bruns et ses petite joues roses, cette fille me perturbait.

Et son rire , elle avait un rire tellement doux et serein qu'automatiquement je me mis sourire comme un idiot, oui à cet instant,  je passais vraiment pour un idiot. D'un coté, j’aimais cela car ça voulait dire que je me sentais bien à ses cotés mais de l'autre je haïssais cela, car je me montrais beaucoup trop à mon goût enfin je montrais beaucoup trop mes sentiments, je ne savais pas si cela était bien ou non et pour une fois je perdis mes moyens.

Alors que j'avais toujours sa petite main dans la mienne, j'hésitais à la lâcher car la chaleur de sa main me tenait au chaud, mais surtout j'aimais ce contact. Je ne pouvais simplement pas lui voler sa main toute la journée si ? Bon fallait vraiment que j’arrête de me parler à moi même.

Je lâchais donc avec regret la chaleur de sa main et instinctivement je portais mon regard sur sa main qui m'avait quitté, alors que je fixais toujours cette petite main je me forçais à ne relever mes yeux pour ne pas tomber encore une fois sur son regard bleu qui me fixait.

«Excuse-moi jetait dans mes pensé … Oh non pourquoi devrais-je t’arrêter alors que j'aime beaucoup quand tu parles. »

Je passais une main dans mes cheveux cela était un devenu un tic depuis tout petit et je tenais ça de mon père.

Je la comprenais très bien de vouloir fuir ce maudit devoir heureusement que je l'avais finit rapidement car je pensais qu'il aurait fini brûlé sous ma magie.

«Oh je comprends, tu parles du devoir d'histoire de la magie ? Je les terminé mais je dois avouer que je l'aurais certainement brûlé si je n’était pas douer naturellement . »

Je lui fit un clin d’œil dans l'espoir qu'elle comprenne que je rigolé et non que je me moquais ou me vantais de mes capacité après tout un Malefoy arrivait à tout et il devait surtout être le meilleur .


Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Mer 8 Juin - 19:53


❝Je te connais❞
Scorpius & Rosalie
Je suis dans un désordre total, ma tête n'ait plus organisé, ma raison a foutu le camp donc mon corps se barre dans tous les sens. On pourrait dire qu'au vu de ma famille j'étais perdue d'avance. Mes parents sont plutôt champion au niveau de l'impulsivité. Si ils ne l'avaient pas été je ne serais pas née, mais il y avait tout de même des limites à refiler les défauts aux enfants. Mes parents m'ont eu à l'âge de 23 ans, jeunes donc. On va dire que pour beaucoup ils n'étaient pas une famille exemplaire, mais je trouve qu'au contraire pour avoir fait leur étude, des petits boulots et éduqué une petite fille, ils mériteraient d'avoir une médaille du courage. Certes je n'avais pas la même famille que celle du jeune homme qui se tenait devant moi, mais je n'avais pas pourtant honte. Pour sa famille je dois vraiment être une abomination de la nature et cette pensée me blesse. Je pensais que jamais je ne pourrais même être ami avec lui, après tout il ne devait pas se préoccuper des personnes de mon genre, même si il a l'air différent, il ne doit pas l'être. En plus d'être maladroite, il ne faudrait pas que je devienne naïve. Jamais il ne s'intéresserait à une personne comme moi, à part pour un défi. Un défi pour montrer qu'il est le meilleur manipulateur, le plus courageux, le meilleur.

Quand j'entendis mon rire, je me frappais intérieurement d'avoir ce genre de pensées. Je venais de le juger sur ce que j'avais entendu, mais devant moi se tenait bien un autre garçon, il avait l'air gentil, doux et surtout très amical, malgré que je sois une "abomination de la nature". J'étais donc plus que perdue face à son comportement. J'étais fixai sur son sourire, il était mignon, discret mais mignon. Il avait l'air perturbé de sourire, c'est vrai que je l'avais rarement vu rire, ou même sourire. Cela me paraissait si naturelle que j'oubliais que pour certains c'était quelque chose d‘étrange. Quand je sentis sa main lâcher la mienne, je ressentis comme un vide, j'étais perdue face à son attitude. Je le voyais dans ses yeux que lui aussi étrangement ne voulait pas vraiment lâcher ma main. Je rougissais quand j'entendis qu'il aimait quand je parlais, je répondis donc « Moi je n'aime pas trop parler, sinon je ressemble trop à mes parents ». Je riais doucement, mais je n'avais pas totalement tord. Mes parents étaient jeunes et malgré qu'ils m'aient eu, ils aimaient parler, beaucoup trop. Par conséquent lorsque je suis tressée, je panique et je parle. La parole est ma barrière de défense naturelle. Chacun son truc.

Décidément je n'étais pas la seule à avoir obtenu certains traits de caractère de mes parents et  à me moquer d'autres que j'ai eu la chance de ne pas hériter ou du moins pas complètement. Je voyais que Scorpius avait l'air d'apprécier l'humour et de se moquer un peu de ses parents. Je souris alors amusée avant de rentrer dans son jeu en répondant « Oh c'est vrai que tu as des aptitudes naturelles pour la magie ce qui n'est pas mon cas, après tout je ne devrais pas appartenir à ce monde et toi tu es le grand Scorpius Malfoy, tu es le plus fort, le plus doué, le meilleur » dis-je avec sarcasme avant d'exploser ouvertement de rire. Je ne remettais pas en cause les compétences du jeune homme, seulement que j'avais du mal à croire que ce jeune homme se considère au-dessus des autres. Je reprenais la parole entre deux rires « ça sonne décidément beaucoup trop faux, on dirait que j'ai été payée ».

© Pando

avatar
Masculin
✎ Parchemins : 317
✎ Date d'arrivée : 04/06/2016
Localisation : Poudlard

Sorcerer's Identity
✎ Année à Poudlard: 6ème année
✎ Profession:
✎ Inventaire:
Jeu 9 Juin - 18:23
Tu me connais, je te connais, on se connaît.
Rosalie & Scorpius
Alors que je paniquais à cause de ma phrase complètement débile où je jouais l’arrogant, je la fixais anxieusement. Et si elle le prenait au sérieux ? Et si à cause de ça elle partait sans me répondre ? Non elle n'avait pas l'air d’être ce genre de fille.
Alors que je l'observais toujours, je l'entendais me dire qu'elle n'aimait pas parler autant, car ça lui rappelait ses parents. Je retins un petit rire qui menacer de franchir mes lèvres, quelle enfant ne ressemblait pas à ses parents ? Moi je savais très bien que j’étais le portrait craché de mon père et je n'y pouvais rien.
Alors que j'allais parler, elle me coupa net et enchaîna sur une phrase qui me fit frissonner.

« Oh c'est vrai que tu as des aptitudes naturelles pour la magie ce qui n'est pas mon cas, après tout je ne devrais pas appartenir à ce monde et toi tu es le grand Scorpius Malfoy, tu es le plus fort, le plus doué, le meilleur » 

Je grimaçais face à ses propos, je n'aimais pas du tout comment tournait la conversation, je n'ai d'ailleurs pas une seule fois penser à ses origines ...j'en avais que faire si elle était sang pur ou né-moldu ce qui m’importait, c'était que j’aimais beaucoup sa présence, et puis mère et père m'avaient toujours appris à ne juger personne.

Alors que j'allais lui faire remarquer que je m'en foutais royalement de ses origines et que je n’étais pas le genre de garçon débile et horrible qui jugeait les autres, je l’entendais éclater de rire, pensant un instant qu'elle se moquait de moi, je serrais les dents, la situation tournait vraiment à la catastrophe beaucoup trop à mon goût.

Je me sentais vexé qu'elle pense cela de moi sans me connaître, après tout peut-être que je m’étais trompé ? Peut-être qu'elle était réellement comme les autres à me juger … alors que je ruminais mes pensées noires je l'entendais dire entre deux rires :

« ça sonne décidément beaucoup trop faux, on dirait que j'ai été payée ». 

Je la regardais en haussant les sourcils se moquait-elle de moi ? Après quelques minutes où je me sentais perdu, je compris qu'elle se moquait de moi certes, mais en rigolant et je me détendis immédiatement face à elle. Je me surpris même à rire à mon tour, mais pas mes rires faux et habituels, mais réellement un vrai comme quand j'étais seul avec Célian ou Albus.
Au bout de quelques minutes de rire, je lui fis un sourire à la Malefoy et je ne sais pas ce qu'il me prenait mais je lui attrapais le bras pour la tirer dans les miens pour ensuite la décoiffée, je me figeais quelques instants suite à mon geste que je n'avais jamais eu envers une fille et je lui dis gêné :

«Je suis désolé je ne sais pas ce qu'il m’a pris ... »

Je la lâchais rapidement et je reculais d'un pas tout en évitant son regard, il fallait vraiment que je comprenne ce qui me prenait depuis l'instant où je lui ai rentré dedans.

«Pourquoi dis-tu que tu ne devrais pas appartenir à ce monde ? Que tu sois né-moldue, sang mêlée ou même sang pur, du moment que tu as des pouvoirs ta place est ici. Je trouve ça stupide de penser qu'une personne né-moldue ne puisse pas étudier ici, regarde la grande Hermione Granger celle qui faisait partie du trio d'or est une né-moldu et pourtant c'est la sorcière la plus intelligente et forte de son époque et même de maintenant je dirais. »

Je rigolais encore un peu suite à mes propos, je pensais que pour la première fois de ma vie, je m'embrouillais dans mes propres sentiments et je devais l'avouer, c'était vraiment désagréable. Je la fixais et je lui souris tout en mettant une main dans mes cheveux.

«Tu m'as fait très peur, pendant un instant j'ai cru que tu pensais que j’étais le genre de garçon à juger les autres… Je ne suis pas du tout comme ça sache-le, à mes yeux on est tous au même niveau.
Dis-moi cela te dirait de finir la journée avec moi ? Je comprendrais si tu avais d'autres projets ... »
Dis-je stresser de sa réponse , il fallait à tout prix que je parle à Rose de ces nouveaux sentiments je ne comprenais plus rien que m'arrivait-il ?


Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Ven 10 Juin - 14:38


❝Je te connais❞
Scorpius & Rosalie
Je regardais Scorpius et m'en voulait presque de ne pas être plus explicite quand je fais preuve d'ironie. J'aimais beaucoup me moquer de moi-même et faire de l'ironie, cependant tout le monde n'avait pas l'air de comprendre cet humour et l'apprécier. Je me torturais l'esprit ne comprenant pas trop si il avait vraiment compris. Scorpius avait l'air de rire, mais il n'avait pas l'air non plus d'oublier ce que j'avais dit. Je ne savais pas vraiment quelle partie l'avait marquée. Est-ce le fait que je parlais de nos origines ? On ne pouvait pas ignorer que nous étions différents par nos naissances. Je ne suis pas en colère ou même déçu, j'aime cette différence et j'aime encore plus que nous passions outre jusqu'en rire. Est-ce peut-être ma fausse éloge ? L'avait-il mal pris ? Je ne savais pas trop comment ça se passait de son côté, mais je ne pensais qu'il prendrait autant à coeur ma remarque. Je ne savais pas non plus comment il vivait, ce qu'il ressentait. Ma remarque était donc inutile, il me manquait quelque chose : le connaître. Plus je lui parlais, plus ce manque était présent et il créait en moi une envie insatiable.

Je fus surprise quand je me sentis attirée dans les bras de Scorpius. Je lâchais un rire franc quand le jeune homme me décoiffa. Il ressemblait à un enfant avec ce sourire sur ses lèvres. Il était terriblement attirant. Je l'aurais embrassé sur-le-champs si ce n'était pas un peu incorrect. Ce genre de sourire devrait être illégale. Je remarquais que le jeune homme n'avait pas encore retiré son bras de mon épaule alors qu'il me faisait des excuses pitoyables pour ce geste. Je mis ma main sur la sienne comme pour le rassurer d'une façon naturelle en lui répondant d'un ton doux «  oh ce n'est pas grave, ce n'est pas comme si mes cheveux étaient très coiffés avant ». Mes cheveux étaient toujours laissés au naturel, je les coiffais que rarement, que lorsque cela s'avérait nécessaire. Je regrettais encore plus mes propos quand le jeune homme s'éloigna de moi comme pour me faire la leçon. il devait sans doute croire que je pensais vraiment ce que je lui avais dit sur le ton de l'ironie. Il devait penser qu'au fond de moi c'est ce que je croyais. il ne me connaissait pas, sinon il aurait su que j'aime bien remettre en place ceux qui pensent cela. Cependant, il pouvait toujours se rattraper et je dois avouer que j'attendais seulement qu'il me propose de sortir avec lui pour le suivre et l'écouter encore me parler.

Je souriais doucement en le stoppant « Tu sais, je ne pense pas un mot de ce que j'ai dit avant, c'était totalement de l'ironie. Cependant, j'aime bien le fait que tu te préoccupes que je me sente à ma place. Tu es un gentil garçon Malfoy. » Quand il me proposa la sortie je souris encore plus. Maintenant le sourire d'idiote collé sur mon visage n'allait jamais partir. Je m'inquiétais quand même un peu des propos de Scorpius. Avait-il confiance en lui ? Il avait l'air de douter de lui-même. Peut-être est-ce à cause de tous ces imbéciles qui composent des maisons comme la mienne qui le jugent ? Je les détestais à cet instant. Comment pouvait-on détester un garçon aussi doux que lui ? Je mis ma main sur son épaule pour qu'il me regarde et lui répondit « Je suis loin de penser que tu es comme cela. tu es un véritable gentleman, un garçon gentil et intelligent. Et j'adorais passer la fin de la journée avec toi. »

© Pando

avatar
Masculin
✎ Parchemins : 317
✎ Date d'arrivée : 04/06/2016
Localisation : Poudlard

Sorcerer's Identity
✎ Année à Poudlard: 6ème année
✎ Profession:
✎ Inventaire:
Ven 10 Juin - 19:12
THE END :3

Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Tu me connais, je te connais, on se connait (PV SCORPIUS) [Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Je te connais, tu me connais. •• ANTHONY & TERRIE
» Mais dis moi ? On se connait ? [PV Sophia]
» Je te connais. Mais toi, voudras tu me connaitres ? [Pépite d'Or & Shiki & Odyssée]
» Tu connais Zombieland?
» La politesse, tu connais ? [PV Juliet]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mimbulus Mimbletonia  :: Les Oubliettes :: Les Archives :: Section RPG :: RPs terminés-
Sauter vers: