Louisa Breckenridge - Je ne sauverai pas le monde mais je fais un très bon gâteau au chocolat



 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Bienvenue sur Mimbulus Mimbletonia Nous sommes en l'année 2019 Le ministère a été attaqué
– un étudiant est mort à Halloween Les néo mangemort sont de retour – L'ordre va t il se reformer ?
Contexte disponible ici-même.

Vous pouvez trouver la liste des personnages prédéfinis ici et les scénarios des membres ici
La liste des avatars utilisés ici.La liste des noms et prénoms ici.

Mais pour ceux qui sont encore plus studieux vous trouverez le planning des cours pour les élèves et ici
celui des professeurs.

Vous voulez une capacité spéciale pour vos personnages ? La demande et les détails c'est par .

Au vu d'un bon nombre de sang-pur, ceux-ci sont à présent limités (Scénario/prédéfinis) sous couvert d'acceptation
du STAFF. Pour en savoir plus, lisez ce sujet.

 :: Bienvenue sur Mimbulus Mimbletonia :: Présentations & Prédéfinis :: Présentations des élèves :: Présentations Validées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Louisa Breckenridge - Je ne sauverai pas le monde mais je fais un très bon gâteau au chocolat

avatar
Féminin
✎ Parchemins : 15
✎ Date d'arrivée : 12/03/2017

Sorcerer's Identity
✎ Année à Poudlard: 7ème année
✎ Profession:
✎ Inventaire:
Lun 13 Mar - 19:47

  

  
Louisa Breckenridge "Rien n'est impossible sinon le monde"


  
Mon identité...

  

¤ Date & lieu de Naissance : 15 Octobre 2000 à Cork, en Irlande.
¤ Âge : 18 ans
¤ Sang :(sang pur non autorisé sauf dans des cas qui devront rester exceptionnels) : Née moldue
¤ Mes Options : Alchimie et SCM
¤ Mes notes aux BUSES : Potions : Optimal
Métamorphose : Optimal
Botanique : Effort Exceptionnel
Histoire de la Magie : Acceptable
Sortilèges : Optimal
Astronomie : Acceptable
Soins Aux Créatures Magiques : Optimal
Alchimie : Optimal
DCFM : Effort Exceptionnel

¤ Animal de compagnie : Un jeune chat maine coon noir de cinq ans, répondant au doux nom de Nyx.
¤ Souhaiteriez-vous que votre nom ou Prénom soit doublé : oui pour les deux
¤ Ma baguette : Bois de sorbier et crin de licorne étonnamment flexible. Une baguette très efficace pour tous les charmes de protection et de défense, s'associe facilement avec les esprits lucides et les moins aptes à verser dans la magie noire.
¤ Mon Patronus : Un petit renard
¤ Mon Epouvantard : Mon père brisant ma baguette magique en plusieurs morceaux, symbolique du rejet de ma nature magique enduré durant l'enfance.

  
Mon Physique

Lorsqu'elle croise son reflet dans le miroir, dans une vitrine, ou n'importe quoi d'autre, la première chose qui vient à l'esprit de Louisa c'est qu'en dépit de tous les efforts de son père pour la traiter comme une étrangère, comme quelqu'un avec qui il n'avait aucun lien, elle était son portrait craché. Comme lui, elle est plutôt petite, culminant à peine à 1m55, avec une silhouette plutôt sèche. Elle a toujours été naturellement mince, pour ne pas dire maigre dans les périodes de creux de sa vie, émotionnellement parlant. C'est ce que l'on remarque chez elle, surtout au niveau du visage. Des traits anguleux, aussi fins que secs, une mâchoire volontaire (peut-être un peu proéminante), des pommettes saillantes, un nez droit et fin. Voilà, le visage exact de son paternel. Elle aussi s'en serait bien passée.
Là où on retrouve sa mère, c'est au niveau de ses yeux, oscillant entre un marron noisette et un vert franc, mais surtout dans ses longs cheveux roux qui cascadent en boucles jusqu'au milieu de son dos. Ses cheveux, elle y tient plus que de raison et en prend le plus grand soin possible. Ainsi, vous la verrez très souvent avec des coiffures impeccables et aussi variées que travaillées. Tous les matins, elle les tresse patiemment, le plus souvent pour les relever en couronne sur son crâne. Outre cela, Louisa a toujours a coeur de s'habiller tout aussi soigneusement. Sans verser dans une vaine coquetterie, elle aime paraître impeccablement vêtue, et disons le clairement, l'idée de plaire ne lui est pas totalement intolérable. Lorsqu'elle ne revêt pas l'uniforme de Poudlard, elle préfère aux robes de sorcier les vêtements moldus. Mais ce sont bien là ses seules marques de coquetterie : en dehors d'un petit pendentif en forme de corbeau qu'elle garde toujours autour du cou, elle ne s'encombre ni de bijou ni du moindre maquillage.
En revanche, les expressions de son visage sont toujours mouvantes, faisant d'elle un vrai livre ouvert. Aurait-elle été peu franche, elle n'aurait pas pu mentir tant ses expressions la trahissent. Cela passe de ses mains qui s'empoignent nerveusement lorsqu'elle est angoissée, à sa moue un peu froide, à ses lèvres qu'elle pince en permanence à n'importe quelle occasion, ou des fossettes qui se creusent dans ses joues lorsqu'elle vous adresse un véritable sourire.


 
Mon Caractère

Louisa, Lou comme elle aime se faire appeler, c'est la pote fiable par excellence. Stable, tranquille, amoureuse de la vie et des petits rien qu'elle a à lui offrir. Celle à qui on confierait tout, qui aime conseiller, aider ses comparses. Et à qui on finit toujours par dire : "De toute façon, toi t'as tellement de chance, ta vie est parfaite !".
De la chance ? Oui, peut-être pourrait-on penser qu'elle en a. Car Louisa est brillante : travailleuse assidue, douée d'une mémoire photographique (aussi bien utile que pesante parfois), curieuse de tout, et suffisamment maligne pour ne pas s'arrêter aux limites définies par le cours. Sa manière d'apprendre pourrait en fait se résumer à cet appétit insatiable qui la prend dans beaucoup de matières, les potions et la métamorphose en étant les meilleurs exemples. La dernière en particulier : elle est littéralement fascinée par cette capacité qu'elle acquiert de modifier la réalité la plus indéniable pour la transformer en autre chose. Son attitude en cours, si elle est souvent louée par la plupart de ses professeurs, peut cependant être déplaisante pour les autres élèves. Louisa se transforme souvent en le prototype de la mademoiselle-je-sais-tout. Son attitude assurée, la manière plus que confiante qu'elle a de s'adresser aux professeurs pour répondre... En fait tout ce qui exhale en elle la fierté qu'elle a en ses capacités, peut être pris comme une insulte, une preuve de mépris par ses camarades de cours. Ce n'est ni tout à fait faux, ni tout à fait vrai.

L'Irlandaise est, sans conteste, une jeune femme orgueilleuse et fière. Fierté parfois mal placée qui se cabre devant la moindre critique. En cours, les regards agacés et les yeux levés au ciel qu'elle capte (lorsqu'elle ne fait QUE répondre à une question de cours) sont pris de manière très personnelle, et en général une porte ouverte pour qu'elle laisse libre cours à ses remarques cyniques, froidement sarcastiques dont elle a le secret. Cependant, Louisa n'a pas vraiment besoin de prouver quoique ce soit, si ce n'est à elle-même. Le manque de reconnaissance qu'elle a connu fait qu'elle se verra toujours comme sa principale adversaire.
Ceci étant dit, la frustration n'est pas non plus ce qu'elle préfère. On pourrait même dire qu'elle est incapable de la supporter, ce qui révèle souvent chez elle un caractère un poil plus emporté qu'elle n'en a l'air. En règle général, elle reste la cible principale de sa frustration tant elle est exigente envers elle-même. Mais sinon, rien que le fait de "ne pas savoir, ne pas comprendre" est une source d'agacement. Elle le veut à tout prix, quitte à se montrer plus abrupte en cours. Même, il lui arrive d'être un peu brusque avec ceux qui ne comprennent pas ce qui lui semble évident à elle.

L'importance qu'elle porte à l'intellect est peut-être aussi ce qui la fait paraître comme souvent ennuyante. "Tu réfléchis trop, Lou", lui dit-on souvent, "tu te fais des noeuds au cerveau". Cette manière qu'elle a de tout rationaliser, de tout intellectualiser arrache à ses pairs de trop nombreux soupirs. Car cela touche tout. Même le piano dont elle joue depuis qu'elle a cinq ans : elle s'est davantage attardée sur les études de Bach que sur le piano-jazz. Même le dessin. Elle emporte son carnet à croquis absolument partout, et il ne lui en faut pas beaucoup pour dégainer papier et crayon. Ses amis arrêtèrent de moquer cette petite habitude lorsqu'elle leur expliqua que pour elle c'était "un moyen d'immortaliser l'éphémère", qu'un dessin était "un acte de présence d'une personne, d'un objet dans le temps". A la place... ils soupiraient.

On pourrait se figurer Louisa donc comme une érudite, une élève froide et introvertie, une de celles qui préfèrent les activités calmes à la jungle du Quidditch. Il n'en est rien. Bon ok, elle n'aime pas le Quidditch, mais pour la seule raison qu'elle ne tient guère plus de cinq minutes sur un balai ; pour le reste, elle en est une fervente supportrice. Mais la question n'est pas là. Tout ça pour dire que s'il y a bien une valeur qui passe au-dessus des études pour Lou, c'est la solidarité. Et l'amitié, mais ça va de paire. Plus que de ses livres, c'est surtout de proximité, d'affection dont elle a besoin. Sans être la reine des abeilles de la promotion, sans être particulièrement populaire, elle se montre souvent très ouverte aux autres, très chaleureuse, profondément gentille, prête à offrir une oreille attentive voire une épaule pour pleurer. La confiance est quelque chose d'extrêmement important pour elle : difficile à réellement gagner, très facile à perdre. Définitivement. Malheureusement, et il faut bien le reconnaître, la jeune fille est terriblement rancunière. De même que son estime. Ses amis font souvent l'objet d'une affection très poussée et démonstrative. C'est avec eux qu'elle se montre la plus enjouée, parfois un brin malicieuse dans ses meilleurs jours. Autant répéter encore une fois qu'elle est une amoureuse de la vie. Sans être une pile électrique, elle ne manque pas de dynamisme pour autant, aime rire et s'amuser aussi bien que les jeunes de son âge.
Envers les plus jeunes, c'est encore autre chose. La marmaille qui compose sa fratrie l'a habituée d'avoir le rôle de maman de substitution. Car c'est bien ce qu'elle est : une mère poule, une maman-louve, peu importe quel nom vous lui donnez. Elle a toujours fait preuve d'un instinct de protection surdimensionné, parfois un peu envahissant et casse-pied. Elle abhorre l'injustice et l'intolérance de tout son être, n'hésitant pas à se montrer ... disons plus que ferme pour défendre ses protégés, quittant sans regret son étiquette de jeune fille calme et posée. Sans être agressive (le cynisme est pour elle une arme percutante), elle a l'art des mots et sait comment faire mouche.
Plus que cela en fait, Louisa est une idéaliste : de son côté moldu elle retire une fibre féministe et écologiste. Pour ce qui est du côté sorcier, elle exècre profondément toute cette histoire d'origine, de légitimité par le sang, tout autant que le manichéisme à deux balles qui persiste chez certains, héritage de la grande guerre et du mal qui revient. Cela dit, ce début de septième année on ne peut plus mouvementé et la renaissance de vieux idéaux l'empêchent de rester neutre.

Mais quand on lui dit justement "toi tu as de la chance, ta vie est parfaite", cette petite phrase que nous évoquions au début, elle ne sert qu'un sourire crispé. Oui elle a de la chance. Mais sa vie est-elle parfaite pour autant ? Miss Breckenridge, si elle sait écouter sait moins se confier. Un peu secrète, elle a toujours fait en sorte que personne ne soit au courant pour ses peurs les plus irrationnelles comme les plus profondes. Ses fantômes en soi. Son contexte familial n'est pas des plus désastreux. Mais suffisamment marqué par le manque de reconnaissance et la solitude pour qu'elle puisse avoir développé une peur phobique de l'isolement. Si elle trouve que la solitude a parfois du bon, être isolée, ignorée de tous et invisible, la terrorrise. Le comportement inqualifiable de ses parents à son égard l'ont un peu trop marquée pour qu'elle puisse dire sans sourciller qu'elle n'a aucun souci. Leur regard sur elle a changé du tout au tout entraînant une perte de repères non sans conséquence. Un trou béant qu'elle pense encore impossible à combler. Alors elle a tout reconstruit autour, à bout de bras et de toute son énergie. Car elle est courageuse, Lou, quoiqu'on puisse en dire. Certes, une grande partie de ce qu'elle sait, elle l'a appris dans les livres, mais avec un peu d'expérience et pas mal de bon sens, elle se donne comme but de surmonter chacun de ces problèmes.
Bref. Ces peurs, ces quelques fantômes, sont ce qui font qu'elle puisse parfois être maniérée, presque maniaque. Elle a reconstruit sa confiance en elle, en les autres, autour de choses précises, comme autant de liens qui permettent encore à l'édifice de tenir. Ainsi elle cultive ses petites habitudes avec un soin tout particulier. Ca passe par les deux heures du samedi matin qu'elle consacre uniquement à ses croquis, assise sur le même banc. Ou par l'ordre rigide  et méthodique dans lequel elle s'attaquait à ses devoirs (en commençant toujours par ce qui l'attirait le moins). Ca explique aussi pourquoi elle a si désespérément besoin de lien social. D'ailleurs la fin de sa scolarité à Poudlard ne représente pour elle qu'une source d'angoisse sans fin. De nature plus nerveuse qu'elle voudrait le montrer, Louisa est d'ailleurs sujette à des crises d'angoisses assez impressionnantes, aussi incontrôlables que violentes.

Malgré les mauvais souvenirs qui y sont associés, Louisa cultive toujours autant qu'elle peut son côté moldu, héritage de son ouverture d'esprit et son désir de mélanger les cultures. Dès qu'elle rentre chez elle, à chaque vacances, elle retourne à la technologie pour échanger avec les quelques amis qu'elle a pu conserver, ou avec son grand frère Jack, depuis parti du foyer familial. Outre sa manière de se vêtir, Lou ne jure que par la littérature et la musique moldue. Concernant son piano, ce sont les seules influences qu'elle puisse bien connaître, trouvant quelque chose de rassénérant à se relier à ses origines par la musique. Et quant à la littérature, son petit coeur est tout à fait éprise de poésie et il n'est pas rare de trouver un ou deux ouvrages parmi les manuels de cours dans son sac.

Récemment, sa passion pour la Métamorphose a pris un tel tournant qu'elle envisage de plus en plus sérieusement d'y consacrer son avenir. Devenir professeur, pourquoi pas, ou encore chercheur. Les branches de la métamorphose les moins évoquées en cours, l'animagie comprise sont celles qui titillent sa curiosité le plus vivement. Cela dit, son amour des animaux et de la nature pèse également dans la balance.

.


  
Mon Histoire...

  


Lorsque Louisa est née, le 15 octobre 2000, dans un petit hôpital moldu de Cork, elle était déjà le troisième enfant d'une fratrie qui promettait d'être nombreuse ; ses aînés, sa soeur Charlie et son grand frère Jack étaient alors respectivement âgés de 1 et 4 ans. Vinrent après elle Theo, son cadet de 3 ans, et enfin Talia, la petite dernière, encore deux ans plus tard. La famille Breckenridge était très soudée, leurs parents ayant réussi sans grand mal à instaurer chez eux un esprit de solidarité et de partage. Louisa était même particulièrement proche de ses deux aînés, surtout de Charlie. Les deux soeurs, séparées seulement par l'âge, étaient inséparables et se disaient tout. La petite fille qu'elle était encore passa une enfance on ne peut plus heureuse. Elle allait à l'école élémentaire, y avait de très bons résultats, profitait de sa fratrie et de ses amis... Et la suite était placée sous les meilleurs hospices.
S'il n'y avait pas eu ce qu'elle appelait ses "épisodes", alors qu'elle atteignait tout juste ses huit ans.
Ils arrivaient sans prévenir, sans que personne ne puisse jamais les expliquer. Une fois cela avait été le bond démesuré qu'elle avait effectué pendant le cours de gym, aux barres parallèles. Une autre, un vase précieux à la maison qu'elle avait failli éclater par terre, et s'était posé tout doucement sur le sol, sans le moindre mal. Mais le pire était resté cette fois, un an après les prémices de ses pouvirs, où les gamins les plus stupides qu'il lui ait jamais été donné de rencontrer avaient vraiment poussé le bouchon trop loin. Ce soir-là, c'était à son tour de nourrir la gerbille de la classe. Lou, elle adorait ça. Elle avait toujours été proche des animaux, mais avec elle c'était bizarre. Peut-être que les gosses en question l'avaient entendu parler au rongeur comme s'ils avaient une véritable discussion. Peut-être qu'ils l'avaient prise pour une folle. Du coup, ils l'avaient enfermée dans la salle de classe. Sauf qu'un enfant de 9 ans, ce n'est pas très très malin. Ils étaient restés derrière la porte, comme pour vérifier qu'elle n'allait rien faire d'encore plus étrange pour s'échapper. Louisa, elle, s'était jetée sur la poignée dès qu'elle avait entendu la porte claquer. Le premier instant de surprise passée, il ne lui avait pas fallu longtemps pour reconnaître la voix des minis justiciers. Elle avait d'abord essayé de les calmer. Mais les minutes passant et les gamins refusant d'entendre raison, elle avait commencé à paniquer de plus en plus ; elle en avait éclaté toutes les lumières de la salle. Et puis les fenêtres aussi.

A partir de ce moment, les choses avaient un peu changé. La culpabilité de Louisa n'avait jamais pu être prouvée : elle était une élève modèle, jamais violente, jamais même un mot plus haut que l'autre, alors comment aurait-elle pu faire éclater les vitres ? Mais ses parents ne l'entendaient pas de la même oreille. Eux aussi, avaient été témoins des petits "épisodes" de leur fille. Avec un effroi croissant, ils avaient vu augmenter leur fréquence et leur force alors qu'elle continuait de grandir. Pour eux, cela ne faisait aucun doute : c'était bel et bien Louisa qui avait fait ça. Dès l'année suivante, ils la descolarisèrent. La gardèrent chez eux pour mieux la surveiller. En fait, l'enfermèrent, serait un terme plus juste. Comme pour la couper d'une influence extérieure, quoique ce fût qui aurait pu changer leur petite fille modèle. Louisa ne tirait pas son côté terre de nulle part : ses parents ne voulaient pas croire en la magie. Auraient voulu ne pas y croire. La magie, ce n'était pas naturel, ce n'était pas bien. Mais faute de pouvoir se raccrocher au rationnel, ce fut leur fille qu'ils punirent involontairement. Car elle voyait que leur regard avait changé sur elle : inquiet, méfiant, plein de jugement. Ils essayèrent même d'éloigner un peu les plus jeunes de la fratrie d'elle. Comment voulez-vous ne pas en garder de marques ?
Heureusement pour elle, ce furent ses aînés qui l'aidèrent le plus. Charlie et Jack se moquaient bien des "épisodes" de leur soeur, l'épaulant face au bloc de mépris parental. Malgré tout, l'équilibre fondamental de la famille s'en était trouvé distordu, profondément changé. Et comme si on avait essayé de réparer les dégâts avec du gros stock, on avait tenter de remettre l'ensemble debout. En résultait une famille déliée, dysfonctionnelle. Plus tard, lorsqu'elle repensera à l'ampleur des dégâts, Lou n'en retirera qu'une profonde culpabilité.

Ce fragile substitut de vie de famille tint jusqu'à l'arrivée de la lettre. La fameuse lettre, celle qui lui ouvrait définitivement les portes de Poudlard. Louisa crut à cet instant que la réaction de ses parents seraient meilleure, d'autant que la lettre ne venait pas toute seule. Comme pour tous les enfants nés moldus, ce fut un représentant de Poudlard qui se rendit chez eux, pour expliquer à Meredith et Rory Breckenridge tous les tenants et aboutissants de cette nouvelle. Mais il n'en fut rien, malheureusement. Déjà que ses parents furent outrés de voir cet homme, tout raidi de dignité et d'importance, leur tenir tête alors qu'ils contestaient jusqu'à l'existence de ce monde magique. Pour eux, leur fille n'était juste pas normale, avait un petit problème. Ils furent bientôt forcés d'entendreraison. Malheureusement, l'entêtement était un trait de famille apparemment profondément ancré chez eux. Ils n'y virent que la preuve manifeste que leur fille n'était pas comme tout le monde.
Mais pour Lou, c'était probablement la meilleure nouvelle de sa vie. Certes, elle était terre à terre. Mais depuis que ses parents la confinaient à la maison, elle s'était faite une raison, persuadée qu'elle était folle ou quelque chose dans ce goût là. Admettre donc que la magie existait et qu'elle était une sorcière valait cent fois mieux que d'accepter plus longtemps d'être considérée comme telle.
Là où certains étaient émerveillés de voir la spécificité de leur enfant, les Breckenridge refusèrent tout net de se mêler ne serait-ce qu'une seconde à l'univers auquel Lou appartenait, désormais. La petite fille dut se débrouiller pour aller chercher ses fournitures sur le Chemin de Traverse, et ils acceptèrent seulement de la déposer en voiture à la gare King Cross, le matin du 1er septembre tant attendu. Si elle avait attendu avec une impatience plus que fébrile ce jour où elle pourrait s'échapper de l'ambiance étouffante de la maison, elle avait senti son courage l'abandonner. Encore une fois, c'était Jack et Charlie qui étaient restés près d'elle, jusqu'au tout dernier moment, celui de partir pour Poudlard, de monter dans le train. Et ce fut dans leurs bras, devant ce mur infranchissable pour eux qu'elle resta à sangloter pendant une dizaine de minutes. Elle ne manquait pas de volonté, mais c'était à cet instant précis qu'elle avait senti à quel point elle était démunie sans leur présence. Les premières manifestations de ce qui serait sa peur panique de l'isolement lui coupaient toute envie d'aller à Poudlard, finalement. Ses aînés durent pratiquement pousser jusqu'au mur qui les séparaient de la voie 9 3/4 la petite fille tétanisée.

Son arrivée au château fut probablement le souvenir le plus mémorable qu'elle garderait de toute sa scolarité à Poudlard. Et pour une petite fille qui avait passé les dix derniers mois entre la maison et parfois l'épicerie pour quelques courses, c'était indescriptible. Certes, elle avait cru mourir de peur avant la cérémonie de répartition. Les élèves avec qui elle avait voyagé pour son premier voyage lui avaient rapporté toutes les rumeurs qui circulaient à propos de ce petit rite de passage. Mais tous ses doutes s'envolèrent à la seconde où le Choixpeau criait le nom de sa maison, et que ce qui serait sa nouvelle famille acclamait son arrivée. Elle vit l'univers des possibles qui s'offraient à elle être démultipliés. C'était une toute nouvelle vie, dont elle apprit bien vite les codes. S'il lui arrivait de sursauter face à un fantôme ou devant un tableau animé, elle s'y fit vite. Rapidement, elle prit le rythme des cours, des journées avec ses comparses apprentis sorciers.
Contrairement à ce qu'elle craignait, une fois les larmes du départ séchées, elle ne tarda pas à reprendre contenance, se raccrochant à ce qu'elle pouvait pour prendre confiance : elle avait suffisament lu et relu les divers manuels pour déjà se constituer une avance confortable en cours. Tout était démesurément beau, impressionnant. Bien vite, elle se découvrit une vraie passion pour la Métamorphose, et un intérêt poussé pour les Potions, pour ne pas nommer les autres matières. En classe, elle se montrait d'un calme et d'une rigueur impressionnante, faisant de chaque examen une affaire personnelle : si sa nature était profondément choquante pour ses parents, alors elle allait les rendre fiers d'elle à nouveau, en ramenant les bulletins les plus impeccables possible. Dans sa maison, elle ne resta pas seule bien longtemps. Si elle était plutôt du genre exclusive dans ses relations amicales, elle s'attachait rapidement, et là où son statut de bonne élève trop sérieuse pouvait en rebuter, sa profonde gentillesse et son engouement faisaient le reste. Les années commencèrent à passer, deux ou trois, elle ne savait plus bien, sans que rien de fondamental ne change pour elle. Si : cédant à une envie qui la titillait depuis un moment, elle avait fini par acheter un chat à l'animalerie. Un Maine Coon d'un an, déjà de taille conséquente et au pelage fourni, d'un noir profond. Nyx, l'avait-elle appelé. Elle lui vouait un véritable culte, et il était rare de la voir sans son chat dans les bras ou sur les genoux quand elle était dans la salle commune. La troisième année fut aussi marquée par le choix de ses options. Son goût et sa proximité prononcée avec la Nature ne purent que la pousser à choisir Soins aux Créatures Magiques, un choix qu'elle ne regretta pas le moins du monde par la suite. Quant à l'alchimie, c'était une science demeurée jusqu'alors presque inconnue pour elle, elle brûlait d'en apprendre davantage, et ce dès le moment où ils avaient eu les premiers renseignements sur les options. Bien sûr, elle s'était renseignée sur la très célèbre pierre philosophale et durant l'été précédent la troisième année, elle avait compulsé tant d'articles et de bouquins sur le sujet qu'elle avait fini par être fascinée par la matière avant même de commencer.

Bref. Cette mince anecdote mise à part, presque rien n'avait changé jusqu'à l'issue de sa troisième année. Elle s'était définitivement collée cette image de l'intellectuelle toujours avide de connaissances, toujours demandeuse. Elle avait trouvé un moyen de continuer à jouer du piano. Cela lui permettait de renouer un peu avec son enfance moldue et paisible, et cela était devenu sa grande passion, avec le dessin. Quant au Quidditch, sport qui déchaînait les foules et les passions, elle n'avait jamais pu se prêter au jeu, la faute à un équilibre désastreux en plein vol. Il n'empêchait que son esprit un brin "patriotique" ne manquait pas de s'enflammer à chaque match qui opposait sa maison à une autre. Voilà tout ce qui rythmait ces journées, ces semainses, ces mois passés à Poudlard. Et cet été-là, elle était persuadée qu'elle allait retrouver les mêmes choses aussi à la maison, prête à passer deux mois dans sa chambre ou hors de la maison. Tout semblait être figé depuis son premier départ. Ses parents l'ignoraient la plupart du temps, elle était une étrangère pour Theo et Talia, qu'elle avait à peine eu le temps de connaître. Les seuls qui valaient vraiment la peine de rentrer restaient encore et toujours Jack et Charlie. Ce fut l'aîné de la fratrie qui vint la chercher, et à sa mine grave, elle devina de suite que non, tout ne se passerait pas comme prévu.

Les parents divorçaient. La nouvelle était tombé comme un couperet, lourde de conséquences. Bien sûr, Louisa avait eu quelques aperçus de la dégradation de leur relation, mais avait pris le parti de rester en dehors, mettant les deux dans le même paquet, ayant fini par leur rendre leur indifférence perpétuelle. Mais durant ses absences, les disputes s'étaient multipliées. Ils s'étaient entre-déchirés. Au début ils se disputaient à propos d'elle, de l'éducation des plus jeunes, de la reconvertion de sa mère qui voulait quitter son poste miséreux de secrétaire dans une grande entreprise. Puis cela avait été pour la place des couverts sur la table, les horaires de "travail" du mari, la couleur des nouveaux rideaux. L'ambiance était devenue insupportable. Il y avait eu une Sandra, un Killian, deux Juliette, après quoi Meredith avait explosé la voiture de Rory "par accident". Et enfin, enfin le mot divorce avait été balancé dans l'énorme bordel de leur relation. Et ce fut tout ça qu'elle apprit avec un effroi grandissant. L'ambiance à la maison était telle que le rapport de Jack l'avait laissé entendre : nucléaire. Pour une fois, ses parents étaient bien contents de la voir rentrer. Ils l'utilisaient l'un et l'autre pour déverser un flot de paroles acides, insultant leur conjoint sans aucune considération pour leurs enfants, devenus secondaires dans cette guerre totalement absurde. Voilà le contexte des vacances les plus pénibles qu'elle eût à endurer. Vacances qui lui faisaient penser que l'équilibre familial n'avait été qu'un gigantesque écran de fumée, rien que du vent. Vacances qui pour la première fois la remplirent d'une profonde amertume, et qui la virent être privée encore une fois d'un repère essentiel pour son équilibre psychologique à elle.

Lorsqu'elle repartir à Poudlard, les deux adultes se hurlaient encore tellement dessus que rien n'avait pu être signé, et c'était pleine d'incertitude, de doute et de rancoeur qu'elle avait repris le chemin du retour pour Poudlard. Pour ce qui allait être une année bien compliquée. Ce manque cruel de repères déclenchait chez elle des crises d'angoisse monstrueuses, elle se barricada derrière un mur blindé de sérieux et de froideur, jusqu'à s'éloigner involontairement de ses propres amis. Il lui fallut de très nombreuses visites à l'infirmerie et de discussions avec l'infirmière pour enfin parvenir à crever l'abcès. Au moment même où la décision tombait. Son père avait récupéré la garde exclusive de Theo et Talia, ils quittaient définitivement leur ville natale. Quant à elle, qui avait pu donner son avis dans cette histoire, elle restait avec leur mère, Jack et Charlie à Cork. Elle ne sut vraiment si elle devait en être plus abattue ou en éprouver du soulagement. Toujours est-il que cet épisode désastreux eut pour avantage de la rapprocher de sa mère. Meredith, perturbée par la perte pure et simple de la moitié de sa famille, eut une longue et nécessaire discussion avec Louisa, histoire de mettre les choses à plat et de repartir sur de nouvelles bases. Bien sûr, la rancoeur et la méfiance s'étaient installées depuis longtemps entre elles, mais cela donna à Louisa un élan suffisant pour aborder avec sérénité sa cinquième année : l'année des BUSEs.

Sa quatrième année avait été suffisament gâchée par ses déboires familiaux pour qu'elle se permette de s'y attarder plus longtemps. Elle se donna à fond dans tout ce qu'elle entreprenait, aussi bien sur le plan scolaire qu'au niveau de ses hobbies, de ses relations avec les autres élèves. La question de son orientation ne se posa pas bien longtemps. Passionnée par la Métamorphose depuis le premier cours, elle avoua à son directeur de maison son immense envie de continuer dans cette voie. Cela dit, elle estimait secrètement qu'il était peut-être un peu tôt, à 16 ans à peine, pour se limiter de la sorte : ce fut la raison pour laquelle elle se donna pour mission de réussir le maximum de BUSE et de n'avoir plus tard que l'embarras du choix. Mission accomplie, et haut la main d'ailleurs ! Elle s'imposa cette ligne de conduite pour les années à venir, profitant de tout et de toute chose. Surtout du fait qu'elle n'ait plus à endurer le regard méprisant de son père, ou ceux angoissés de ses plus jeunes frère et soeur, dont elle n'avait plus aucune nouvelle. Sa septième année aurait donc dû se dérouler le mieux du monde, bien que la perspective de quitter définitivement Poudlard l'angoissait de manière démesurée. Mais voilà, encore une fois rien ne se passa comme prévu.

La recrudescence du groupuscule extrémiste, les néo-mangemorts. Les aurors qui patrouillaient dans tout Poudlard. La disparition de leur ancien prof de Défense contre les forces du mal, les preuves de tortures et de mutilation sur son corps (preuve qu'ils n'avaient plus aucune limite). Pire encore, le meurtre de cet élève de septième année dans l'enceintre même du château (cela aurait pu être n'importe qui). Les nouvelles mesures de sécurité, drastiques. Louisa, si elle avait fini par abandonner l'Histoire de la Magie, avait toujours cru en l'importance de connaître son passé pour ne pas refaire les mêmes erreurs, et à ses yeux c'était pourtant ce qui était en train de se passer. En tant que profonde idéaliste et pacifiste, elle ne savait comment réagir, mais ne pouvait se défaire d'un profond sentiment d'inutilité. Elle avait beau abhorrer la guerre, elle n'hésiterait pas à défendre son camps et ses idées si jamais elle en arrivait à une telle extrémité.




  
Ma Répartition...

Le choixpeau décidera de votre maison en fonction de votre caractère, mais aussi par le biais de ce petit questionnaire. 
En cas d'égalité entre deux maisons, le Choixpeau vous répartira dans la maison qui compte le moins d'élèves...
Rayez les mentions inutiles...

  
Quelle est ta couleur préférée ?
¤ Orange 
Une couleur chaude et rassurante, qui rappelle Halloween

Quelle est ta fête préférée ?
¤ Halloween
Les fêtes de famille ne sont plus vraiment la tasse de thé de Louisa. Halloween a cet avantage d'être assez proche de son anniversaire et de lui offrir un prétexte pour s'amuser avec ses amis.

En quel animal aimerais-tu te transformer ?
¤ Hippogriffe
Un animal majestueux, puissant, magnifique... Tout pour lui plaire !


Quel est ton animal préféré ?
¤ Loup 
Un animal qu'elle a toujours trouvé fascinant, par sa manière d'organiser sa vie et survie en groupe notamment

Quel est ton sort préféré ?
¤ Sortilège d'Allégresse
Un sort plutôt agréable à ses yeux, du moins celui qui l'est le plus de la liste, Louisa n'étant pas particulièrement ferrue de duel ou combat, en tant que grande pacifiste.

Quelle capacité voudrais-tu avoir ?
¤ Animagus
Le summum de la maîtrise de la métamorphose, et un don particulièrement utile à bien des égards.

Quel est ton objet préféré ?
¤ Une baguette magique 
Juste la base de sa nature de sorcière, elle tient à cet objet plus que tout au monde.

Quelle est ta matière préférée ?
¤ La Métamorphose 
Sa matière préférée depuis la toute première année, depuis le tout premier cours même. Indiscutablement.

Quelle est ta potion préférée ?
¤ Le Veritaserum
Rien ne vaut la vériter. Et puis pour elle, le veritaserum peut avoir une utilité bien plus importante que le polynectar. Quant au philtre d'amour ou au felix felicis, à ses yeux c'est de la triche, avec un usage souvent égoïste, et pour le philtre d'amour qui peut avoir des conséquences bien néfastes.

Quel est ton lieu préféré ?
¤ La Salle Commune 
Là où elle retrouve le confort d'une maison et d'une deuxième famille




  
Derrière l'écran...

  

¤ Ton ou tes pseudos habituels : Effy
¤ Âge :  20 ans
¤ Comment es tu venu ici ? Pub sur le chat d'Impedimenta par des membres de votre forum !
¤ Des impressions, un mot ? J'aime beaucoup le contexte, l'ambiance a l'air chouette ! J'ai hâte d'en voir plus
¤ Personnalité sur l'avatar : Holland Roden (vu avec les admins pour l'avatar, j'ai pris une photo qui date des débuts de Teen Wolf si je ne m'abuse)
¤ Le code secret du règlement (vous le trouverez dans le sujet en question et celui-ci est la condition ultime de votre validation) : code validé par Rose
  

   ©never-utopia
  

Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Lun 13 Mar - 20:12
C'est pas eux qui ont fait la pub en vrai... C'est un modo d'Impedimenta qui parlait de ce forum. Et je sais vraiment pas lequel... Vraiment vraiment pas...

avatar
Féminin
✎ Parchemins : 855
✎ Date d'arrivée : 06/06/2016

Sorcerer's Identity
✎ Année à Poudlard: 6ème année
✎ Profession:
✎ Inventaire:
Lun 13 Mar - 20:24
Bienvenue parmi nous Louisa ! :D
Bon courage pour la suite de ta fiche !
N'hésite à nous faire signe si tu as des questions, on se fera un plaisir d'y répondre. :)

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Féminin
✎ Parchemins : 1800
✎ Date d'arrivée : 19/09/2016

Sorcerer's Identity
✎ Année à Poudlard: 5e année
✎ Profession: Etudiante
✎ Inventaire:
Lun 13 Mar - 21:56
Bienvenue Louisa !

Il te manque ta note de DCFM aux BUSE :).
Hâte de lire la suite, n'hésite pas si tu as des questions !

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Féminin
✎ Parchemins : 273
✎ Date d'arrivée : 05/01/2017

Sorcerer's Identity
✎ Année à Poudlard: 3ème année
✎ Profession: Etudiante
✎ Inventaire:
Lun 13 Mar - 22:27
Bienvenue plus officiellement Louisa   Excellent choix d'avatar, j'approuve totalement 
Courage pour la suite de ta fiche, j'ai hâte de la lire !

.....................................................


+Just let it be+
Let your smile change the world but don't let the world change your smile.

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Féminin
✎ Parchemins : 505
✎ Date d'arrivée : 06/06/2016

Sorcerer's Identity
✎ Année à Poudlard:
✎ Profession: Avocat au Ministère de la Magie
✎ Inventaire:
Mar 14 Mar - 15:02
Coucou
Bienvenue et bonne chance pour ta fiche !

Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Mar 14 Mar - 16:09
Bienvenue !!!

Hollaaaaaaaaaand !!! J'aime trop sa bouille !!!
Bon courage pour ta fiche !

Et si tu as des questions n'hésites pas à harceler mes coupains xD

avatar
Féminin
✎ Parchemins : 15
✎ Date d'arrivée : 12/03/2017

Sorcerer's Identity
✎ Année à Poudlard: 7ème année
✎ Profession:
✎ Inventaire:
Mer 15 Mar - 23:24
merci à tous
je termine tout ça dès que possible ♥

Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Dim 19 Mar - 18:56
Coucou ! Superbe fiche, bien complète et très intéressante à lire x)

On va te demander juste despetites modifs au niveau de ton histoire. Pourrais-tu compléter un peu plus le paragraphe lorsqu'un représentant de Poudlard vient les informer de la situation. On ne voit pas beaucoup le ressenti de Louisa à ce moment, comment a-t-elle pris la nouvelle, elle qui est si terre à terre ?
Et comment ses parents ont réagi face à la découverte du monde magique ?
De plus, les moldus n'ont pas accès au quai 9 3/4 donc pour son frère et sa soeur, les adieux larmoyants se feront devant le mur magique T__T

Il manque aussi la réaction de Louisa face à la découverte de Poudlard ainsi que ses premiers pas dans ce château, en plein dans un monde magique qui lui était totalement étranger quelques mois auparavant. Il nous faudrait également une explication quant au choix de ses options en troisième année.

Enfin, parler de la disparition de James Austin, l'ancien professeur de défense contre les forces du mal, et sa réapparition ainsi que l'attaque du Ministère dans ton paragraphe sur le contexte et tout est parfait.

Encore un petit effort, quelques dernières et le Choixpeau ne devrait pas tarder à passer
Bon courage pour les dernières mofid, on t'attend avec impatience !!!

avatar
Féminin
✎ Parchemins : 327
✎ Date d'arrivée : 20/02/2017

Sorcerer's Identity
✎ Année à Poudlard: 7ème année
✎ Profession:
✎ Inventaire:
Dim 19 Mar - 19:09
Go, go Louisa !

.....................................................




keep darkness away
ystananas


Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Féminin
✎ Parchemins : 15
✎ Date d'arrivée : 12/03/2017

Sorcerer's Identity
✎ Année à Poudlard: 7ème année
✎ Profession:
✎ Inventaire:
Dim 19 Mar - 23:38
Voilà, j'ai apporté les modifs demandées, j'espère que c'est bon pour vous :D !
Pour la réaction des parents, j'avait déjà dit deux ou trois trucs dessus, du coup j'espère que ce que j'ai rajouté suffit x) !

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
✎ Parchemins : 125
✎ Date d'arrivée : 28/05/2016
Lun 20 Mar - 18:31


Répartition de Louisa Breckenridge

Bienvenue à Poudlard Miss au nom à rallonge trop compliqué mais qui est Breckenridge
J'avais demandé quoi pour le prochain élève un truc moins compliqué et c'est vous ? non sérieux je demande une augmentation !!!! je vais aller voir la co fondatrice de ce pas d'ailleurs... bref j'ai longtemps bien trop longtemps hésité sur la tête pleine de poux mais poufsouffle ne semble guère vous convenir SERDAIGLE  vous apportera tout ce qu'il faut pour réussir sur le chemin que vous vous êtes tracé
N'hésitez pas à vous rendre  ici pour réclamer un parrain ou une marraine pour vous guider dans le forum.
Si le Quidditch vous intéresse vous pouvez vous rendre ici pour postuler.
Mais avant toute chose et en attendant que l'on t'ouvre les droits dans ta maison penses à aller ici te référencer et ici pour référencer ton avatar.
Bienvenue encore une fois parmi nous,
Le Choixpeau Magique


Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Louisa Breckenridge - Je ne sauverai pas le monde mais je fais un très bon gâteau au chocolat
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» LOU ♣ Je suis pessimiste quand je regarde le monde, mais mon système nerveux est optimiste.
» je peux pas plaire a tout le monde, mais quand je vois a qui je ne plaid pas, ça ne me dérange pas ! - KALISTA
» L'homme africain est entré dans l'histoire et dans le monde, mais pas assez
» un jour, les vieux domineront le monde, mais pas demain, y a canicule.
» ANNIE ◊ J'adorerais changer le monde, mais ils ne veulent pas me fournir le code source.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mimbulus Mimbletonia  :: Bienvenue sur Mimbulus Mimbletonia :: Présentations & Prédéfinis :: Présentations des élèves :: Présentations Validées-
Sauter vers: