La Belle et la Bête, version Poudlard [PV: Shury]



 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Bienvenue sur Mimbulus Mimbletonia
Bienvenue sur Mimbulus Mimbletonia Nous sommes en l'année 2019 Le ministère a été attaqué
– un étudiant est mort à Halloween Les néo mangemort sont de retour – L'ordre va t il se
reformer ? Contexte disponible ici-même.

Vous pouvez trouver la liste des personnages prédéfinis ici et les scénarios des membres ici
La liste des avatars utilisés ici.La liste des noms et prénoms ici.

Mais pour ceux qui sont encore plus studieux vous trouverez le planning des cours pour les élèves et ici
celui des professeurs.

Vous voulez une capacité spéciale pour vos personnages ? La demande et les détails c'est par .

Au vu d'un bon nombre de sang-pur, ceux-ci sont à présent limités (Scénario/prédéfinis) sous couvert d'acceptation
du STAFF. Pour en savoir plus, lisez ce sujet.

Poudlard recrute non seulement du personnel, mais nous sommes également à la recherche d'adultes en dehors du forum, sympathisant de l'ordre ou néo-mangemorts. N'hésitez plus à nous rejoindre.

Partagez|

La Belle et la Bête, version Poudlard [PV: Shury]

avatar
Bibliothécaire
Masculin
✎ Parchemins : 163
✎ Date d'arrivée : 25/11/2016

Sorcerer's Identity
✎ Année à Poudlard: //
✎ Profession: Magizoologiste
✎ Inventaire: Rapeltout
Liens et RPs
MessageSujet: La Belle et la Bête, version Poudlard [PV: Shury] Mar 21 Mar - 21:31


Mardi 8 janvier. De retour à Poudlard depuis le dimanche précédent, je marchais d’un pas tranquille en direction de l’infirmerie. Pour le coup, je devais avouer que j’avais toujours un peu de mal à me remettre du fait d’être véritablement revenu. Forcément, j’avais enfin été en mesure de passer plusieurs jours d’affilée – et même 2 semaines ! – en compagne d’Olivia et nos filles. Le simple fait de devoir les quitter de nouveau après ces petites vacances entre nous fut un véritable calvaire pour moi. Entre nous, qui irait laisser tomber le confort de sa petite famille pour l’école de sorcellerie la plus maudite de la planète et l’incarnation même du poisseux, plus communément appelé Calamité ? Hein ?! Oui, on était bien d’accord. Personne ! Personne n’irait s’y rendre tout sourire pour travailler, et ce, malgré la présence de la bibliothèque et de ses ouvrages qui m’aidaient beaucoup dans mes recherches.

M’enfin, il fallait croire que je n’avais pas le choix : je m’étais engagé à bosser ici après tout. Plus que quelques mois de scolarité, et je pourrais reprendre mon véritable travail de Dragonologiste en Hongrie. Il n’était pas question que je reste plus longtemps dans ce pays maudit. Je considérais déjà le fait qu’ils ne nous soient rien arrivés de grave comme un miracle ! Et pourtant, cela faisait déjà 1 année et demie que nous étions installés ici. Certes, j’avais passé les 6 premiers entre la vie et la mort, les 6 suivants avec interdiction d’effectuer des mouvements brusques et obligation de me relaxer. Et là, je venais de passer les derniers mois dans la bibliothèque à surveiller des gosses incapables de respecter un simple règlement. Rien qu’hier, j’avais été forcé de re-discipliner un élève en retournant les bouquins qu’il cornait contre lui. Yep, il s’était littéralement fait poursuivre et taper dessus par les livres que je l’avais vu abîmer !!

Deux semaines. 16 jours. J’avais passé 16 jours avec mes filles, profitant de leur présence pour me détendre enfin. Avec elles, pas besoin de discipline puisqu’elles étaient bien élevées. Traduction ? Elles étaient libres de faire ce qu’elles voulaient tant qu’elles ne se battaient pas entre elles ! Avec seulement deux ou quatre années d’écart entre elles, elles étaient suffisamment proches pour que ce ne soit pas un souci. De plus, il n’y avait que Helena – 8 ans – qui avait commencé à éveiller sa magie tranquillement. Avec deux parents sorciers qui avaient connu la même chose dans leur enfance respective – malgré le fait que mon expérience ait été plutôt horrible – elle était à même de découvrir sa magie sans la moindre inquiétude ou pression. Bien entendu, elle avait d’autant plus de questions à poser. Cependant, les réponses les intéressaient toutes. Ainsi, je m’étais bien amusé avec celles-ci au cours de nombreuses démonstrations toutes plus ridicules les unes que les autres. Bref, j’étais particulièrement dégoûté d’être de retour à Poudlard, et limite tenté de me dégoter un Basilic pour causer la fermeture de l’école cette fois-ci. Si l’école était fermée, je n’aurais plus rien à y faire, n’est-ce pas ?

Ah la la, qu’est-ce que je ne ferais pas pour retourner chez moi ? Pas grand-chose. Et oui, je me fixais très peu de limites. Sans me considérer comme un criminel, je n’aurais aucun mal à en commettre pour des raisons que je jugerais bonnes : je l’avais déjà fait par le passer. Là, en l’occurrence, j’étais tenté de penser qu’il ne serait pas très correct de ma part de ruiner la scolarité de tous ces élèves simplement parce que je voulais rentrer chez moi. D’un autre côté, qu’est-ce que j’en avais à faire de leurs études ?! Bon, le tout, maintenant, c’était de tomber sur un Basilic. Hmm… Où est-ce que je pourrais bien en trouver un ? Il ne s’agissait pas de ma spécialité bien que je sois un Fourchelang. Euh… Était-ce vraiment le moment de penser à tout ça ? Je me dirigeais vers l’infirmerie après tout. Ce n’était pas comme si j’allais prendre le thé avec un ami de longue date, il s’agissait d’un rendez-vous médical. Certes, je lui apportais le petit-déjeuner comme promis dans ma lettre. Néanmoins, j’y allais quand même pour une auscultation.

Shury Orleander. Elle était infirmière à Poudlard depuis quelques années déjà. Avant ça, elle avait bossé dans d’autres hôpitaux, ayant même été jusqu’au Japon ! Ce n’était pas tous les jours que je tombais sur des anciens diplômés de Poudlard ayant pris la peine de quitter le pays. Et pourtant, il n’y avait rien de tel – surtout pour un sorcier ou une sorcière – que de sortir de chez soi afin d’aller voir comment la magie s’utilisait ailleurs. Ne la connaissant pas du tout au départ, j’avais attendu de voir un peu de quoi elle était capable avant de lui demander un service. Rien de bien compliqué, juste savoir si elle était d’accord pour que je lui transfère mon dossier de Sainte Mangouste afin qu’elle soit responsable de mes dernières séances de guérison.  Depuis que je travaillais à Poudlard, il devenait de plus en plus ennuyant de transplaner à chaque fois pour faire la queue à Sainte-Mangouste des heures avant de tomber sur un guérisseur qui puisse s’occuper de moi. Ici, au moins, c’était plus tranquille et plus rapide. De plus, mes brûlures – ou plutôt les rares marques qu’il restait – étaient traitées depuis plus d’un an à coups de potions, onguents et sortilèges en tout genre. Par chance, il ne me restait plus qu’une potion et une pommade faite pour les cicatrices à prendre assez régulièrement.

Je lui avais fait cette demande mi-novembre et elle avait accepté. Depuis, environ une fois par semaine, je lui rendais visite. Finissant par atteindre la porte de l’infirmerie, je ne pris même pas la peine de taper – on avait convenu de ce rendez-vous à 7h – et entrai à l’intérieur. Comme d’habitude, les lits étaient bien faits et la disposition impeccable. Si d’autres patients étaient présents, je n’y prêtai pas attention. Quoiqu’il en soit, j’étais là et je ne voyais pas l’infirmière.

« Euh… Allô ? Miss Orleander ? »

Tandis que j’attendais patiemment, un plateau-repas lévitait nonchalamment à mes côtés. Dessus, on pouvait voir tout un assortiment de pâtisserie, deux petites assiettes, deux tasses vides, et une théière fumante. Puisque je lui avais demandé ce rendez-vous pendant que les élèves prenaient leur petit-déjeuner dans la Grande Salle, j’avais pris la peine de demander à un elfe de maison de me préparer ce plateau. Il n’y avait pas de raison pour qu’on soit les seuls employés de l’école à manquer le repas le plus important de la journée.


.....................................................




Présentation | Liens | RPs | Volière


Dernière édition par Tobias Grant le Lun 3 Avr - 3:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Liens et RPs
MessageSujet: Re: La Belle et la Bête, version Poudlard [PV: Shury] Jeu 23 Mar - 0:26

La Belle et la Bête, version Poudlard

Mardi 08 janvier.
06h~



Je me réveille à une heure assez inhabituelle pour une journée de travail. Je me lève même vraiment trop tôt pour le rendez-vous avec Tobias Grant, le bibliothécaire. Restant allongée sur mon lit, je repense à ce qui a amené le bibliothécaire dans mon antre.

En novembre, il m'a fait transféré son dossier pour que je puisse m'occuper de ses derniers rendez-vous. En lisant son dossier pour mieux appréhender son cas, je me suis sérieusement demandée si cet homme n'avait pas un grain pour se mettre dans pareilles situations. Mais bon, je ne dois porter aucun jugement sur mes patients. Je me contente donc d'examiner sa peau pour voir la cicatrisation de ses blessures. Il ne lui reste qu'une potion qui permet d'accélérer les créations de cellules pour son épiderme abîmé et une pommade pour nourrir et hydrater ces dernières.

Ouvrant les yeux sur mon réveil, je me dis que je n'arriverais pas à me rendormir, autant que je me lève. Je prend ma douche en réfléchissant qu'est ce que j'allais faire en attendant 07h, l'heure de rendez-vous.

Mon esprit vagabonde au temps de mon voyage au Japon. Les fêtes que j'y faisais, les cosplay mis pour les soirées, c'était le bon temps. Envahie de nostalgie, je sors de la douche et je regarde mes vêtements. Une idée saugrenue se faufile dans mon esprit. J'essaie de l'éloigner mais plus je la repousse et plus elle revient en force. … J'abandonne face à elle. Je mets mes sous-vêtements puis j'enfile une chemise que j'omets de fermer.

Il n'y a personne dans l'infirmerie donc j'en profite pour me rendre dans mon bureau pour y prendre une plume et un parchemin. Je métamorphose donc ma chemise en costume et ma plume en une faux et le parchemin en poupée très réaliste.

D'un autre coup de baguette, une musique se mit à flotter dans l'atmosphère légèrement. Pourtant les paroles déchirent les airs de phrases incompréhensibles mais percutant mon cœur de mes expériences passées. Dès les premières notes, j'entraîne mon corps dans une chorégraphie gracieuse et souple en duo avec la poupée invoquée. Jouant de ma faux, chaque pas de danse donne l'impression que je suis la fatalité qui dirige, contrôle et s'abat sur la poupée qui elle suit le mouvement dans des gestes épurées et mécaniques.

Continuant à danser, je sors de ma chambre pour rentrer dans la grande pièce de l'infirmerie. Dans un mouvement, je me retrouve nez à nez avec Monsieur Grant.

Stoppée dans mon élan, je reste face à lui, immobile.
Bibliothécaire de son état, un plateau flottant à ses côtés, il me regardait.
Infirmière de mon état, habillée en costume, dansant avec une poupée et une faux, je le regardais.

Abaissant mon arme, droite tout comme la poupée restée à mes côtés, je rougis brutalement.

Monsieur Grant ! Il est déjà 7h... je... je vois... hum....

Gênée, je ne savais plus où me mettre, je continue à le regarder droit dans les yeux. Maudite manie d'assumer... qu'importe ma gêne.

Hum... Prenez place où vous voulez... je me change donner moi cinq secondes.

Me penchant vers la cuisse, toujours face à Tobias Grant, je prends ma baguette.

La musique qui s'entend a écrit:
Vidéo:
 
TRAD : Dans ce château en ruine où règne le silence
Mû par une brusque soif de changement
Ce moi fait de cendre
Disparaît peu à peu
Regardez

J'ai rassemblé les étoiles
Et édifié un château de sable
Depuis lequel j'émets une douce prière
Le bruit de mes pas sombre dans le néant
Alors qu'approchent les vagues perfides

Un monde d'obscurité
Un monde de silence

La prière disparaîtra
Emportée par le vent
Néanmoins, je continue de l'éclairer
Je continue de faire des erreurs
Cela devient plus froid
Je construis un château de sable
Que les vagues balayent

Vers toi...

HRP:
 


Dernière édition par Shury P. Oleander le Ven 31 Mar - 4:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Bibliothécaire
Masculin
✎ Parchemins : 163
✎ Date d'arrivée : 25/11/2016

Sorcerer's Identity
✎ Année à Poudlard: //
✎ Profession: Magizoologiste
✎ Inventaire: Rapeltout
Liens et RPs
MessageSujet: Re: La Belle et la Bête, version Poudlard [PV: Shury] Ven 24 Mar - 5:36


Hmm… Étais-je arrivé trop tôt ? M’étais-je trompé dans la date et/ou l’heure que j’avais mise dans ma réponse ? D’après mes souvenirs, ce n’était pas le cas et, jusqu’è preuve du contraire, j’avais une plutôt bonne mémoire. Sans aller jusqu’à me rappeler de mes premiers mots ou de tout ce que j’avais pu dire ou faire depuis que j’étais un minimum conscient de qui j’étais, je me savais au moins capable de me souvenir d’une date et d’une heure écrites dans une lettre. Yep, je ne m’étais pas trompé. S’il y avait une erreur, elle ne provenait pas de mon côté. Devais-je blâmer l’infirmière pour autant ? Pas forcément. Elle avait quand même accepté de m’accommoder malgré le fait que je lui avais demandé de s’occuper de moi une bonne heure avant que son service ne commence réellement. Quoique… Elle était la seule infirmière du château. Traduction, elle était de service non-stop, 24h/24.

Fort heureusement pour elle, il semblerait qu’il n’y ait aucun danger rôdant ici au beau milieu de la nuit. Quand bien même il y avait eu un meurtre le soir d’Halloween, je pensais de moins en moins que le tueur traînait toujours dans le château.  Après, il était possible que – tout comme certains animaux – ce tueur soit arrivé à satiété niveau torture et assassinat pour le reste de l’année. Il avait su attendre le bon moment pour isoler un élève et se défouler sur celui-ci, ce qui me laissait entendre qu’il était patient. Néanmoins, s’il s’agissait véritablement d’une personne de Poudlard, pourquoi n’y avait-il pas eu de problèmes ou d’accidents étranges avant ? En partant de ce raisonnement, ça voudrait dire que le coupable ne se trouvait à Poudlard que depuis la rentrée 2018. Or, ça ne laissait plus beaucoup de possibilités si ce n’était les premiers Aurors venus protéger le château après l’attaque sur le Ministre….et moi.

Étais-je le meurtrier ? Hmm… Aux dernières nouvelles, non. Néanmoins, mon alibi était plus que suspect sachant que j’avais passé ma soirée à la volière. Résultat, mes témoins étaient Arya et les hiboux et chouettes présents ce soir-là. Bref, mieux valait que je commence à adopter la théorie du tueur en provenance de l’extérieur. En attendant, je venais de réaliser que des notes de musique flottaient dans l’air… Qu’est-ce que c’était que ce bordel encore ? Arquant un sourcil, je commençais à me demander si je ne ferais pas mieux de sortir rapidement avant de tomber sur quelque chose que je ne devrais pas voir. Le plateau lévitant toujours à mes côtés, je lui jetai un coup d’œil, hésitant presque à lui demander s’il savait quelque chose que je ne savais pas. Plus j’écoutais la mélodie et les paroles, plus je m’inquiétais pour ma propre personne. Mine de rien, il n’y avait absolument rien de rassurant dans cette musique que je ne décrirais pas comme étant sombre, mais pas lumineuse non plus.

Tandis que je m’apprêtais à prendre mes jambes à mon cou, quelque chose – ou plutôt quelqu’un – surgit devant moi, me paralysant complètement sur place ! Mon sang se glaça d’effroi. Mes yeux s’écarquillèrent. Mon visage perdit toute couleur. Dans ma tête, des pensées contradictoires luttaient pour prendre le dessus et me pousser à réagir d’une façon ou d’une autre. Dégainer ma baguette ? Partir en courant ? Tomber dans les pommes ? Me planquer sous un lit ? Hurler ? Éclater de rire ? Fermer les yeux ? Effacer ma mémoire ? Prendre des photos ? Alerter les Aurors ? Alerter les médias ? Alerte le Directeur ? Quitter Poudlard ? Lui foutre une droite ? Fuir ? Fuir ? Fuir ? Fuir ? Fuir ? Bon allez Tobias ! Bouger un minimum serait déjà un bon début ! Hop ! Bouge ! Saute ! Cours ! Vol ! N’importe quoi !! Monsieur Grant ?  

« Euh…Oui…je suis…Monsieur Grant… Oui… C’est moi… 7 heures… Hein ?! »

Mouvement dans 1..2…3… Hop ! Mon corps se remit à circuler normalement et je commençai par effectuer un bon en arrière pour mettre le plus de distance possible entre elle et moi ! Pourquoi ? Parce que l’infirmière Oleander était complètement tarée ! Voilà pourquoi ! Yep, la demoiselle censée s’occuper de mes brûlures avait manifestement perdu quelques cases durant ces vacances, à moins qu’elle n’ait très bien caché ses boulons en moins pendant tout ce temps. La faux qu’elle avait dans les mains encore, j’aurais pu l’accepter s’il n’y avait eu que ça. Il n’y avait rien de mal à s’octroyer quelques cours de maniement de la faux si tel était son désir. Boxe, escrime, karaté, kendo, et ainsi de suite. Un art martial spécialisé dans le maniement d’une arme d’une telle envergure ne me surprendrait pas. Certes, le design avec la tête de mort était légèrement inquiétant mais bon, chacun son style. Le problème, c’était qu’il y avait la poupée lévitant à côté d’elle, tout comme le plateau-repas traînait à mes côtés.

Oui, cette poupée – en plus de la faux – était l’un des nombreux problèmes présentés face à moi. L’infirmière s’était amusée à faire danser cette poupée tout en lui foutant des coups de faux, donnant l’impression d’être la Mort en personne abattant son jugement et cherchant à retirer la vie à cet objet. Avec la musique, la faux, la poupée et la danse, on avait d’ores et déjà un cocktail suffisant pour me perturber. Et pourtant, tout ceci était loin d’être le pire. Nope, le pire, c’était sa tenue. Oui, sa tenue qui était probablement un costume. Rien à voir avec la tenue professionnelle d’une infirmière, et j’avais visité 3 continents sur les 5 existants – sans compter les pôles – donc je savais de quoi je parlais !! Une espèce de robe ouverte aux mauvais endroits – ou aux bons selon les points de vue – que jamais, ô grand jamais, mes filles ne porteraient de leur vie !! Yep, jamais. Jamais ! Ça ressemblait au genre de tenue que les femmes portaient dans les Saloons à l’époque des Cow-Boys. Et encore, même à l’époque, les décolletés n’étaient pas décolletés à ce point-là…

Allez savoir pourquoi elle me fixait droit dans les yeux alors que mon visage reprenait de la couleur et que mon rythme cardiaque retrouvait un rythme régulier. Prendre place ? C’était qu’elle n’allait même pas chercher à expliquer pourquoi elle exécutait la danse de la Mort dans une tenue bien trop échancrée pour 7 heures du matin, et pour Poudlard !! Il y avait des enfants qui étudiaient ici ! Naméoh ! Pire encore, des adolescents en pleine croissance !! Or, il n’y avait rien de tel qu’une jeune infirmière dans une tenue de ce genre pour les empêcher de dormir le restant de l’année… Ayant du mal à détourner le regard jusque-là, le fait de la voir se pencher vers sa cuisse suffit à me réveiller ! Yep, c’était le moment de retrouver mes esprits, de détourner le regard et de me diriger vers l’un des lits. D’un mouvement de baguette je déposai le plateau sur l’une des tables de l’infirmerie, et me servis un thé.

« Je vous sers ? »

Demandai-je nonchalamment tout en concentrant mon regard sur la vue que l’on avait depuis les fenêtres. Avec une femme adepte de la légilimencie, mieux valait éviter de chercher les problèmes en matant tout et n’importe quoi. Question de survie. Jusqu’à quel point ça pouvait aller ? Hmm… Disons que pendant un moment, je n’avais plus été en mesure de finir un épisode de Danse avec les Stars sans qu’elle me balance un oreiller à la tronche !! Quoiqu’il en soit, je ne comprenais pas du tout ce qu’il s’était passé, et j’étais bien trop curieux pour laisser passer. Ainsi, je pris la peine de demander innocemment :

« Aurais-je interrompu votre rituel matinal ? »

On ne savait jamais. Si ça se trouvait, elle jouait les Maîtresses de la Mort tous les matins avant de commencer à recevoir des patients…


.....................................................




Présentation | Liens | RPs | Volière


Dernière édition par Tobias Grant le Lun 3 Avr - 3:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Liens et RPs
MessageSujet: Re: La Belle et la Bête, version Poudlard [PV: Shury] Ven 31 Mar - 4:52

La Belle et la Bête, version Poudlard



Monsieur Grant ! Il est déjà 7h... je... je vois... hum....  

Gênée, je ne savais plus où me mettre, je continue à le regarder droit dans les yeux. Maudite manie d'assumer... qu'importe ma gêne.



Là, je vois le visage du bibliothécaire perdre toutes ses couleurs. Je m'en inquiète un peu... Il n'allait pas me claquer entre les doigts quand même... Ça serait le comble. Je vois déjà les titres des journaux, l'infirmière de Poudlard tue l'un des meilleurs duellistes sans le toucher et sans baguette. Ben oui, crise cardiaque, le pauvre. Au moins, c'est rapide comme mort. Bon, ce n'est pas le plus indolore ni attrayant.

Enfin bref, il réagit tout de même à ma phrase avant de faire un bond en arrière vraiment impressionnant. Pour peu, il se serait prit la porte fermée. Toutefois, son mouvement m'avait aussi fait réagir, j'ai sursauté et resserré ma prise sur ma faux. Mais à part ce mouvement, il ne fait rien d'autre. La chanson touchait à sa fin, nous laissant plonger dans le silence absolu. C'est là que je ressens l'inspection générale que je passais sans doute aux yeux de Tobias.  Gênée, je bouge un peu mon corps  de droite à gauche comme pour me soustraire à son regard. Pour casser le moment, je reprends la parole

Hum... Prenez place où vous voulez... je me change donnez moi cinq secondes.

Me penchant vers la cuisse, toujours face à Tobias Grant, je prends ma baguette accroché. Ma baguette en main, je vois le bibliothécaire bougeait vers un des lits pour se servir du thé.

Oui, j'en voudrais bien. Merci.

Je prononce alors le sortilège pour redonner à ma tenue leur forme originale. Mais j'avais oublié un détail majeur. J'étais en chemise ouverte et sous-vêtements. Je panique un peu espérant que mon reflet dans la vitre de la fenêtre ne soit pas aussi nette que d'habitude. Je regarde autour de moi, m'affolant. C'est en bougeant les bras que je me suis rappelée de ma baguette. Mais oui, j'étais une sorcière. Attends, mais pourquoi j'ai oublié ça moi ? Punaise, je dois avoir la fièvre ! J'espère que le bibliothécaire n'a rien vu de tout ce cirque sur la vitre. Je transforme ma chemise en tenue d'infirmière. Je cintrait ma tenue sur mon corps quand la question, d'apparence innocente, de Monsieur Grant parvient à mes oreilles. J'explose de rire.  Me rapprochant et prenant ma tasse, je réponds.

Mon rituel matinal ? Il serait toute même drôle d'honorer la Morte tous les matins avant de soigner mes patients. Peut-être pour éloigner le mauvais sort d'eux.
Sinon, pas vraiment. Dans la douche, je me suis rappelée de certains souvenirs du Japon.  Enfin bref, c'est juste une danse que j'ai faite avec des amis pour le Hachibon. Si vous aviez vu, mon ami qui le faisait avec une dague tornade dans chaque main, c'est encore plus comique. A moins que ce soit celle avec la rapière ou le fouet... !  

Je dis cela sur le ton de la rigolade pour cacher ma gêne tout en avalant une rasade de thé.

Vraiment délicieux ce thé. Je pense que l'on peut  manger tranquillement le petit déjeuner que vous avez apporté avant que je ne vous soigne.

Je m'installe alors sur la chaise que j'ai fais venir à moi. C'est officiel, je dois passer pour une folle. Je soupire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Bibliothécaire
Masculin
✎ Parchemins : 163
✎ Date d'arrivée : 25/11/2016

Sorcerer's Identity
✎ Année à Poudlard: //
✎ Profession: Magizoologiste
✎ Inventaire: Rapeltout
Liens et RPs
MessageSujet: Re: La Belle et la Bête, version Poudlard [PV: Shury] Mer 5 Avr - 7:49


Il y avait de quoi se demander à quelle heure on se vêtissait ainsi dans une école remplie d’élèves ne pensant qu’à enchaîner les relations amoureuses et d’Aurors incapables de penser à autre chose que traquer les jeunes demoiselles du château. D’un autre côté, il y avait moyen qu’il s’agisse d’une – vaine – tentative de sa part d’essayer d’attirer un peu de cette attention sur elle. Après tout, il y avait de quoi se poser des questions si des gamines de Poudlard suscitaient plus d’intérêt qu’elle aux yeux d’adulte, non ? Mouais, pourquoi je me posais des questions sur tout ça moi ? Ça ne me concernait pas, et ça ne changeait pas le fait que la faux et la poupée louche avec lesquelles elle s’était amusée à danser rendait toute la scène vraiment perturbante.

Ayant fini par reprendre le contrôle de mes esprits, je m’étais dirigé vers les lits. Les yeux fixant l’extérieur au travers des fenêtres, je lui avais proposé de lui servir du thé. Quelques minutes lui seraient nécessaires – d’après elle – pour se changer. Tant qu’elle enfilait une tenue la couvrant de A à Z au lieu d’un truc ressemblant à cette espèce de robe qui n’en était pas vraiment une, je serais satisfait. Non pas que j’étais timide, gêné ou quoi que ce soit, mais il y avait quand même de quoi se méprendre sur ses intentions. Peu importait le faux air innocent qu’elle avait affiché, il n’était pas impossible qu’elle ait fait exprès de se vêtir ainsi parce qu’elle savait que je débarquerais avec le petit-déjeuner. Ce n’était pas comme si elle savait que j’avais une famille après tout… A ses yeux, j’étais célibataire.

Tout en lui servant son thé, je jetai un coup d’œil vers la fenêtre histoire de mieux apercevoir la nuit à l’extérieur. Malheureusement pour moi, le reflet m’offrit une vue différente qui me fit lâcher un juron en grec ! Non mais elle se foutait de moi celle-là ?! Qu’est-ce que c’était que ces bêtises encore ?! Cherchait-elle réellement à me séduire aux moyens de ruse de très mauvais goût ? OK, j’étais un excellent parti. Cependant, il ne fallait pas pousser mémé dans les orties non plus ! Où était son amour propre si elle se sentait forcée de recourir à des tenues légères en guise de technique d’approche ? Ah la la… Ne se rendait-elle pas compte que j’avais des goûts bien trop surnaturels pour succomber à des tactiques aussi ridicules ? Après tout, Olivia avait plus ou moins tenté de me tuer à de nombreuses reprises avant qu’on ne commence à se fréquenter romantiquement. Bref, tout ça pour dire qu’un décolleté – peu importait sa profondeur – avait bien moins d’effet sur moi qu’une mise en danger suscitant une poussée d’adrénaline. Oui, j’étais un individu différent de la majorité.

Cherchant à briser la glace tout en prêchant le faux pour savoir le vrai, je lui avais demandé si sa danse était un rituel qu’elle effectuait au quotidien. Mine de rien, je lui tendais la perche parfaite pour régler ce gros malentendu. Bah non, vu ses éclats de rire, ça n’avait rien à voir. Bon, elle était en tenue professionnelle, c’était déjà mieux. Au passage, la tête que j’avais affichée en la voyant dans sa tenue précédente serait probablement la même que celle des élèves de cette école s’ils débarquaient à la bibliothèque et qu’il me voyait habillé en Salamèche. On était d’accords : jamais ils ne s’en remettraient. Drôle d’honorer la morte avant de soigner ses patients ? Pas vraiment, en fait. Quelque part, il y aurait un semblant de suite logique dans le faire de demander à la Mort de ne pas rappeler ses patients.

Souvenirs du Japon, hein ? Ceci expliquait cela. Une danse pour le Hachibon, évidemment. Rien de bien compliqué alors. Sérieusement ? Comment voulait-elle que je sache de quoi elle parlait ?! Dague tornade ? Ah bah voilà que ça devenait tout de suite plus intéressant. Fouet ? Un peu moins. Rapière ? Yeah !! Ayant attrapé sa tasse, l’infirmière avait commencé à boire et je fis de même. Le thé était à la bonne température, et je ne pus m’empêcher d’attraper un croissant et de commencer à le grignoter. Manger puis s’occuper des soins ? OK ! C’était elle la guérisseuse, la contredire serait malvenue de ma part. Enfournant le croissant sans retenue, je m’assis plus confortablement sur l’un des lits.

« Vous avez vidé les lits en provision du prochain match de Quidditch ou il n’y a vraiment eu aucun problème pendant ces vacances ? »

La première option n’était pas impossible. Les matches étaient toujours violents dans cette école. De plus, il s’agissait de l’affrontement de l’hiver. Résultat, si les joueurs ne faisaient pas gaffe, ils risqueraient fortement de finir avec des engelures plus ou moins sérieuses. Les fractures étaient récurrentes à cause des Cognards. Pour ce qui état du reste, je ne voyais pas trop ce qui pourrait leur arriver. Les Détraqueurs n’étaient plus vraiment du coin, donc pas de risque d’effondrement en plein milieu d’un match. Au passage, le charme du patronus n’avait sans doute jamais été aussi obsolète. Sans leur boulot de garder Azkaban, il n’avait strictement rien à offrir ou à faire dans la région. Et pourtant, ce charme était toujours aussi populaire ici. A croire qu’ils ne se sentaient pas capables de survivre – ou de devenir un grand sorcier – s’ils n’étaient pas en mesure de produire un Patronus corporel. J’étais la preuve vivante du contraire. Et oui, je n’avais jamais tenté d’utiliser ce sort, et je ne comptais pas le faire non plus. Non seulement je ne croiserais sans doute jamais plus de Détraqueurs, mais en plus, il existait d’autres moyens de leur faire face. En parlant de faire face, je me demandais bien comme ça se passait pour Finn depuis la semaine précédente avec cette réunion du personnel.

« La concoction du Repousse-Bête avance bien ? Les ingrédients nécessaires sont tous arrivés ? »

Une façon comme une autre de mentionner Finn et la Potion Tue-Loup sans pour autant utiliser des termes précis et clairs. Pourquoi ? Parce que je ne faisais confiance à personne tout simplement. Or, si quelqu’un découvrait cette petite entreprise instaurée par le Directeur, on ne pourrait pas éviter le scandale. Quoiqu’il en soit, il ne devrait pas y avoir de problème à ce que je me renseigne sur l’avancée de toute cette situation, non ? Ça avait un peu été le bordel dès lors que Flint s’était amusé à faire passer Malfoy pour un expert en matière de créatures magiques, ce qui n’avait strictement aucun sens. En ce qui concernait le reste, voilà quoi. J’étais rentré à temps pour ne pas me prendre de savon ou faire attendre mes filles, ce que j’avais apprécié.


.....................................................




Présentation | Liens | RPs | Volière
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Liens et RPs
MessageSujet: Re: La Belle et la Bête, version Poudlard [PV: Shury] Sam 22 Avr - 2:07

La Belle et la Bête, version Poudlard



Regardant Bloyd vagabonder dans le coin droit de l'infirmerie, je bois distraitement mon thé jusqu'à ce que Tobias interrompt ma pensée. Les lits ? Je regarde autour de moi et je les vois bien vides. Je me pose la question si le bibliothécaire avait un sens de l'humour douteux ou si c'était une véritable question.

Je ne pense pas qu'on puisse dire qu'il n'y ait eu aucun problème, mais il n'était pas sous ma juridiction. Les élèves évitent simplement l'infirmerie pour l'instant. D'ici quelques temps entre le match que vous avez mentionné et les cours, ils vont faire la queue.

Il est vrai qu'entre les matchs bestiaux où les élèves s'envoient des balles à la figure et les cours, comme la potion ou la métamorphose, où ils sont inattentifs, j'en aurais vu des cas. Et c'est sans compter, les élèves imprudents qui se lancent dans des expérimentations clandestines  et qui me reviennent complètement défigurés. Je me suis mise à maugréer contre ces incapables et stupides garnements. Me reprenant bien vite, je repense à Finn quand Tobias s'intéresse à l'évolution de la potion.

Oui.... elle avance....Hum...Et les ingrédients sont bien arrivés. Ce n'est pas tant cela qui est le plus ennuyeux dans cette histoire, c'est le choix de celui qui fera la potion qui a élevé un vrai débat.

Je pose ma tasse et je me lève pour aller récupérer la potion et la pommade dans l'étagère.  

Désigner autant de personnes pour confectionner cette concoction va forcément créer des tensions non désirables entre elles. Très regrettable. J'espère que pour vous, ça ne se passera pas ainsi.

Je dis ça en référence à la surveillance prévue pour la prochaine lune dans la cabane hurlante. J'espère surtout qu'ils ne seront pas trop à l'étroit avec un jeune loup. Je fais un sourire à ma pensée. Je ne devrais pas mais bon la cabane n'est plus d'actualité. Son histoire a fait le tour de l'Angleterre avec celle de Potter. Bien sûr que les gens vont s'en douter si les hurlements reprennent.

Je reviens vers le bibliothécaire, déposant le tout sur la table. Je lui désigne le lit.

Pouvez-vous enlever votre haut que je puisse commencer la procédure ?

Préparant le pot ouvert à mes côtés, je tends la potion.

Vous pensez quoi de toute cette histoire ?


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Bibliothécaire
Masculin
✎ Parchemins : 163
✎ Date d'arrivée : 25/11/2016

Sorcerer's Identity
✎ Année à Poudlard: //
✎ Profession: Magizoologiste
✎ Inventaire: Rapeltout
Liens et RPs
MessageSujet: Re: La Belle et la Bête, version Poudlard [PV: Shury] Sam 6 Mai - 3:48


Présent dans l’infirmerie avec Shury qui – pour une raison évidente – avait cherché à me séduire sans y parvenir, nous prenions tranquillement le petit-déjeuner. Thé et viennoiseries, rien de plus. Le tout était simplement de lui offrir quelque chose en échange de ce service qu’elle me rendait. Pour sûr, les élèves avaient tout intérêt à ne pas savoir ce qu’il se cachait sous mes vêtements de moldu. Avec toutes ces cicatrices et ces marques de brûlures… Les plus jeunes feraient des cauchemars et les plus bêtes d’entre eux enverraient des courriers à leurs parents qui réagiraient comme des idiots. Les plus âgés seraient fortement intimidés et pour les rares qui désireraient faire une carrière de Magizoologiste ou Dragonologiste, cette simple vision suffirait largement à faire renoncer les moins motivés. Bref, rien de bon n’en ressortirait et c’était la raison pour laquelle nous avions convenu de ces rendez-vous en avance.

Lui faisant remarquer que les lits étaient complètement vides – quelques rares élèves dormaient les fois précédentes – je lui avais fait une remarque là-dessus. Comme d’habitude, je posais des questions à ma façon. Pour ceux qui ne me connaissaient pas, cela devait être perturbant au premier abord. Néanmoins, il n’était vraiment pas difficile de s’y habituer. Le tout, c’était d’accepter que je ne prenais pas grand-chose au sérieux. Depuis le temps, j’avais appris à rire des dangers et de la douleur. On ne vivait pas la vie que j’avais vécue pour finir avec le sens de l’humour de Severus Rogue. Le hic, c’était qu’il fallait quand même s’y habituer et, pour une infirmière dans une école, cela était sans aucun doute bien plus compliqué. Quoique… Il était possible qu’elle ait pris ce poste afin de voir le plus souvent possible des élèves en souffrance. Non ?

Pas sous sa jurisdiction ? S’était-elle absentée pendant les vacances elle aussi ? Si telle était le cas, qui s’était occupée des rares élèves restés dans l’établissement alors ? Bon, ce n’était pas mon problème. Le match et les cours ? Oui, elle n’avait pas tort. Malheureusement, il y avait toujours des idiots pour tenter de faire l’école buissonnière dans une école de sorcellerie. Sérieusement ? À quelle heure comptait-il tromper le diagnostic d’une médicomage ? Les gars étaient à peine capables d’effectuer un Sortilège d’Attraction correct et ils pensaient pouvoir feindre une maladie ? Et après on allait encore me dire qu’il était méchant de ma part de tous les considérer comme des abrutis… Tss.. Quand comprendraient-ils que j’arrêterais le jour où ils se dégoteraient un cerveau ? M’enfin, avec le Directeur qu’ils avaient en guise de modèle, je devrais plutôt les plaindre.

Oui, Calamité Potter n’avait pas inventé l’eau chaude. De plus, si on le comparait à Albus Dumbledore ou Minerva McGonagall en termes d’intelligence… Nah, mieux valait éviter. À ce niveau-là, c’était juste de la cruauté. Même Flint n’était pas aussi impitoyable. Pensant alors à Finn et à la situation à laquelle il s’habituait jour après jour, j’interrogeai l’infirmière sur l’avancée de la potion. D’après elle, elle avait tout ce qu’il lui fallait. Cependant, elle me rappela les décisions de la Calamité sur les personnes chargées de préparer cette fameuse potion. En agissant comme il l’avait fait, il avait simplement démontré son manque d’assertivité. S’il n’était pas capable de prendre une décision aussi simple, pourquoi ne déléguait-il pas cette responsabilité à quelqu’un de plus compétent ? Parce que bon, à un moment donné, ses âneries ne seraient pas uniquement relevées par Fawley et moi, mais par tout le corps enseignant et les élèves.

« Pour moi ? Oh non, ne vous en faites pas pour ça. Je n’ai jamais suivi de directives que j’estimais stupides… Ce n’est pas maintenant que je vais commencer... »

Lui affirmai-je avec un petit sourire amusé. Ha ! Le jour où j’obéirais au doigt et à l’œil de Calamité Potter n’arriverait jamais. Même s’il me lançait le Sortilège de l’Imperium, j’étais quasiment certain que mon inconscient refuserait de faire quoi que ce soit sous le contrôle de Potter. N’importe qui d’autre ? Oui. Lui ? Nope. Impossible. Cela voulait-il dire que je comptais passer outre la décision de la Calamité ? Yep. Si Monsieur ne se sentait pas suffisamment impliqué pour s’occuper lui-même de la surveillance de Finn – qu’avait-il de mieux à faire les nuits de Pleine Lune ?!! – il n’y avait pas de raison pour qu’il ait son mot à dire sur quoi que ce soit le concernant. Après, s’il se sentait d’humeur à s’entêter, je ne l’en empêcherais pas. Cependant, il avait tout intérêt à se mettre dans la tête que je n’aurais aucun scrupule – vraiment aucun – à lui botter les fesses s’il se dressait sur mon chemin. Survivant ou pas, il n’était pas invulnérable aux baffes dans la tronche.

La voyant se déplacer pour récupérer ce dont elle aurait besoin, j’attendis qu’elle me fasse signe avant de me bouger, reposant ma tasse sur le plateau. Commençant par déboutonner ma chemise, je laissai celle-ci retomber sur le lit près de moi avant de passer à mon t-shirt. Passant celui-ci au-dessus de ma tête, je ne tardai pas à lui faire subir le même sort que ma chemise tandis que je jetai un coup d’œil au pot qu’elle avait ouvert. De son côté, elle devait assister au même spectacle encore une fois. Un torse bien bâti, qui aurait probablement été des plus agréables à voir s’il n’avait pas été marqué à ce point par ma vie des plus dangereuses. Entailles de tailles diverses dues à des coups de griffes, de pattes, ou de serres de créatures nombreuses et variées, dont des loups garous et des griffons. Pour le reste, il s’agissait des restes de brûlures, souvenirs de ce fameux Magyar à Pointes qui n’avaient pas compris le principe du mot « test ». Autant dire qu’il ferait une drôle de tête en me voyant réapparaître. Le pauvre, cela devait faire plus d’une année qu’il se réjouissait de ma mort…

L’avantage des tatouages magiques, c’était qu’il restait constamment visible. Ainsi, peu importait l’amas de blessures et cicatrices qui se rajoutaient après, mes tatouages n’étaient en aucun cas gâchés par celles-ci. Ainsi, le Filet du Diable – qui commençait sur mon omoplate gauche, pour répandre ensuite ses lianes sur le reste de mon dos, mes bras et mes jambes – était toujours aussi identifiable. Et il en allait de même pour la trentaine de croix – ou tombes – présentes sur mon pectoral droit. Ces deux symboles représentaient respectivement la meilleure partie de ma vie et la pire. M’asseyant alors sur le lit, je répondis à la dernière question de Shury sur ce que je pensais de toute cette histoire. Poussant un soupir ennuyé, je lui annonçai en toute franchise :

« Je pense…qu’il serait temps d’arrêter de chercher la facilité. Sous prétexte qu’un loup s’est présenté à Godric’s Hollow, ils accusent directement les néo-mangemorts. Où est la preuve ? On est d’accords, il n’y en a aucune. Aucune. Mais noooon ! Puisque son fils était présent sur les lieux, Monsieur va s’imaginer qu’il était forcément la cible. Comme si Finn n’était qu’un pot de fleurs victime de son amitié. – mon ennui s’était transformé en profond agacement – Ils me dégoûtent. »

Du n’importe quoi ! Du grand n’importe quoi !

« Ces bombabouses n’ont rien fait depuis le 31 octobre et 2 mois plus tard, leur première action serait une attaque de si petite envergure ? Franchement Shury, pourquoi les prendrions-nous au sérieux ne serait-ce qu’une seule seconde s’ils ne sont même pas capables d’éliminer deux élèves avec l’effet de surprise de leur côté ?! »

Certes, ils avaient échoué à cinq sur le Ministre. Mais bon, celui-ci avait l’excuse d’avoir été Auror pendant une bonne dizaine d’années auparavant. Là, se louper sur deux Gryffondors non-diplômés, c’était se foutre du monde !! Quand bien même le but était simplement de mordre. Où était l’intérêt ? La potion Tue-Loup n’avait absolument rien d’inaccessible de nos jours. De plus, qui irait viser des Gryffondors en guise de futurs membres d’une pack de loups garous quand il s’agissait de la maison la plus têtue des quatre et la moins susceptible de tourner du côté obscur : on ne les disait pas nobles pour rien !! Levant les yeux au ciel, je terminai simplement :

« Entre nous, si j’étais le patron de ces soi-disant Néos, je me sentirais insulté qu’on m’estime uniquement capable d’actions aussi peu conséquentes… »

Pauvre Voldemort, il se retournerait probablement dans sa tombe si les néo-mangemorts étaient réellement derrière cet acte isolé. Levant les yeux au ciel, je lui retournais sa question :

« Et vous, vous en pensez quoi ? »



.....................................................




Présentation | Liens | RPs | Volière
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Liens et RPs
MessageSujet: Re: La Belle et la Bête, version Poudlard [PV: Shury] Sam 20 Mai - 18:27

La Belle et La Bête, version Poudlard



En voyant son sourire amusé, suite à sa réplique concernant les instructions de Potter sur la surveillance de Finn, je reste mitigée. Je ne sais pas si je dois m'en inquiéter ou m'en soulager. Je ne le connais pas assez pour définir ce genre d'actions. Mais après tout, tant que Monsieur Ambrose revient sain et sauf, je me fiche assez des procédés qu'ils utiliseront pour le surveiller. Cela ne me regarde pas et ce n'est pas dans mes capacités.

Je me tais, allant récupérer les produits pour son traitement dans l'étagère. Cette histoire ne tombe pas à point nommé comme on dit. Déjà, plusieurs attaques dont un mort au sein même de Poudlard et voilà que la demeure familiale Potter n'est pas non plus sécurisé. C'est à se demander si le directeur prenait la sécurité de sa famille et des élèves au sérieux. Bref, pour le moment, j'ai un patient à soigner. Retournant vers lui, je dépose le tout sur la table, lui montrant le lit pour qu'il y prenne place.

Je le regarde se dévêtir. Tiens chacun son tour, je cache un rire quand j'y pense. J'observe alors les traces de brûlures encore présentes parmi les autres cicatrices qui parsèment le haut de son corps. C'est en bonne voie. Bientôt, il n'aura plus besoin de ce traitement. Je lui pose alors une question, revenant sur l'objet de la réunion. A son soupir, je le regarde de côté. Il part dans un laïus complètement animé par un agacement ressenti. Je l'écoute  poser des questions et y répondre seul tout en reposant la fiole que je tenais sur la table. Je ne vais quand même pas rester trois heures à tenir cette potion. Je pose alors mes mains sur son torse pour examiner l'évolution concrète de la guérison des brûlures.

En même temps, le directeur n'est pas connu pour raisonner avec son cerveau.

Ma parole se perd dans le nouveau flot que Tobias vient de déverser. Continuant à l'écouter, je tâte les boursouflures tranquillement. Heureusement qu'il ne gesticule pas non plus comme un hystérique, je n'aurais rien pu faire. Je retiens mon rire quand il me parle d'attaque de petite envergure. D'un point de vue objectif, il est vrai que c'était petit malgré deux élèves touchés.

Je ne pense pas être la meilleure pour répondre à cette question. De mon point de vue, c'est déjà assez grave que deux élèves soient touchés. Pour ce qui est des néo-mangemorts, il est vrai qu'il serait totalement inconscient de jouer sur le hasard. Si leur plan d'attaque consistait à laisser le destin choisir, ils doivent avoir un mauvais stratège dans leur rang ou commandant.

J'attrape la pommade et je commence à en étaler sur le corps du bibliothécaire. Massant délicatement pour faire pénétrer la crème, un silence s'est installé pendant que Tobias semble être dans ses pensées. Je souris à sa confidence.

Certains se démarquent par leur logique, d'autres par leur idiotie. Peut-être que le chef de cette organisation se limite dans son imagination ou dans son impact.

Reprenant la potion, je l'entends me retourner la question. Hum... Bonne question. En fait, je me fiche de cette organisation.

J'en pense d'abord que vous devez boire cette potion que je puisse continuer les soins.

Pendant qu'il prend la potion, je réponds.

En fait, je ne me sens pas vraiment concernée par cette organisation. Elle veut juste se faire remarquer mais ce ne sont que des actes manqués qui la caractérise. Le coup qui m'a le plus marqué reste la mort de cet élève. La rage bouillonne en moi quand j'y repense.....

La rage et la haine m'enveloppent mais je ne veux pas que de mauvais souvenirs reviennent comme lors de la réunion. Sinon, je n'agirais plus avec assez de recul et je perdrais encore mon calme. Je me reprends et je souffle lentement.

Cependant, en restant objective, sur toutes les actions orchestrées et dévoilées par eux, c'est le seul coup ressemblant à quelque chose de réfléchi. Mais de là, à jeter un loup garou au hasard dans les alentours du domaine de Potter, ça serait parier trop gros.

Je prends ensuite ma baguette pour vérifier les constantes et autres démarches médicales habituelles.

Pour ce qui est des décisions du directeur, je ne peux pas dire que j'approuve. Son manque de décision ne fait qu'affirmer son inaction. A contrario, ces directives sont tellement impulsives et irréfléchies qu'il prouve son impuissance.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Liens et RPs
MessageSujet: Re: La Belle et la Bête, version Poudlard [PV: Shury]

Revenir en haut Aller en bas
La Belle et la Bête, version Poudlard [PV: Shury]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» BELLE TAPISSERIE
» Une très belle peinture
» Heartbreaker version girl [Finish]
» Belle étalon cherche femme...xD
» Nouvelle mise à jour ForumActif : Version Mobile

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mimbulus Mimbletonia  :: Les Oubliettes :: Les Archives :: Section RPG :: RPs Abandonnés-
Sauter vers: