Les liens utiles

Les cours !

événement en cours

C'est une grande première depuis des années : le Ministère ouvre ses portes afin de montrer à la Communauté Magique les différents rôles de chacun des départements qui le composent. Mais pas uniquement, c'est une occasion de permettre aux élèves de l'école de sorcellerie Poudlard d'entrevoir une possibilité d'avenir et de consulter les différents spécialistes. Aujourd'hui est donc ce fameux jour et c'est accompagné par leurs enseignants que cette visite se révèlera être un jour important pour toute la Communauté. Peut-être pas dans le sens que l'on attend d'ailleurs... Retrouvez l'intrigue ici !

Gazette du sorcier

Bla bla
Bla bla
Bla bla
Bla bla
Bla bla
Bla bla

Musique

©linus pour Epicode
En bref



 
Bienvenue sur Mimbulus Mimbletonia
Bienvenue sur Mimbulus Mimbletonia Nous sommes en l'année 2019 Le ministère a été attaqué
– un étudiant est mort à Halloween Les néo mangemort sont de retour – L'ordre va t il se
reformer ? Contexte disponible ici-même.

Vous pouvez trouver la liste des personnages prédéfinis ici et les scénarios des membres ici
La liste des avatars utilisés ici.La liste des noms et prénoms ici.

Mais pour ceux qui sont encore plus studieux vous trouverez le planning des cours pour les élèves et ici
celui des professeurs.

Vous voulez une capacité spéciale pour vos personnages ? La demande et les détails c'est par .

Au vu d'un bon nombre de sang-pur, ceux-ci sont à présent limités (Scénario/prédéfinis) sous couvert d'acceptation
du STAFF. Pour en savoir plus, lisez ce sujet.

Poudlard recrute non seulement du personnel, mais nous sommes également à la recherche d'adultes en dehors du forum, sympathisant de l'ordre ou néo-mangemorts. N'hésitez plus à nous rejoindre.

Partagez|

Règles et mesures, nouvelle victime : Rp contexte [Prof et personnels]

avatar
Directeur de Poudlard
Masculin
✎ Parchemins : 130
✎ Date d'arrivée : 01/07/2016

Sorcerer's Identity
✎ Année à Poudlard:
✎ Profession: Directeur de Poudlard
✎ Inventaire:
Liens et RPs
MessageSujet: Règles et mesures, nouvelle victime : Rp contexte [Prof et personnels] Sam 25 Mar - 15:15

Règles et mesures, nouvelle victime : Rp contexte">PV


Mercredi 2 Janvier 2019, début d'après midi.

Harry avait l'air sombre. L'air sombre de quelqu'un qui s'apprêtait à prendre une décision radicale, saupoudré d'un grain de gravité. Il marchait en silence dans le couloir, se dirigeant vers la salle des professeurs. Il croisa quelques élèves qui le regardèrent passer les yeux écarquillés, chuchotant d'un air excité sur son passage mais il n'en tint pas compte, l'esprit trop préoccupé par ce qu'il allait annoncer à son personnel. D'ordinaire, il gratifiait ses élèves d'un sourire poli et bienveillant, toujours ravi de leur bien-être. Il était un directeur plutôt apprécié, même s'il était bien loin d'arriver à la hauteur de Dumbledore. A cet instant, toutefois, il prenait la décision que ce dernier avait pris il y a bien longtemps de cela.
Harry savait que c'était la bonne décision, il n'en doutait pas un instant. Mais il ne pouvait s'empêcher de penser que la situation s'aggravait de jour en jour. Et les mesures de sécurité sur Poudlard compliquaient grandement ce qui allait suivre. Il avait besoin de tout le monde. Aussi, avait-il convoqué son personnel et les Aurors. Il espérait pouvoir compter sur le professeur Firlowel et sur mademoiselle Oleander. Les Aurors seraient également de la partie pour assurer sa sécurité et miss Shauwn serait une grande aide morale. Il avait besoin de tout le monde. Monsieur Grant pourrait certainement lui être utile sur nombreuses choses et il regrettait grandement que Remus ne fût plus là. Sans le vouloir, il laissa échapper un sourire nostalgique. Malgré tout, il avait l'impression de se retrouver à l'époque des Maraudeurs. Une amitié soudée, un directeur complaisant et un groupe de personnes désireux de l'aider. Son père aussi serait fier de lui et cela lui donnait un peu de baume au cœur. Il se sentait moins seul.

Lorsque Harry pénétra dans la salle des professeurs, tout le monde était déjà là, attendant son arrivée. Certains étaient assis, tandis que d'autres préféraient demeurer debout et le murmure des discussions s'estompa dès l'instant où il pénétra dans la pièce. Il regarda tour à tour chacune des personnes présentes, se demandant si toutes étaient véritablement dignes de confiance. Avec tout ce qu'il se passait, peut-être devrait-il se méfier de tout le monde. Mais Harry avait besoin d'eux. Et monsieur Ambrose aussi.

-Bonsoir à tous, salua Harry. Merci d'avoir répondu à l'appel.

Il les salua d'un bref signe de tête et s'interrompit cherchant ses mots.

-Si je vous ai convoqué, c'est pour vous informer d'un événement tragique qui a survenu pendant les vacances de Noël. Vous en avez peut-être entendu parler par la Gazette. Elle a rédigé un bref article dessus, appelant ceci une attaque isolée. Mais la réalité est tout autre.

Il prit une profonde inspiration. Cette situation ne serait pas ainsi si James et Finn avaient respecté les consignes de sécurité mais comment pouvait-il vraiment leur en vouloir ? Lui-même ne les prenait pas en compte à l'époque et qui aurait pu penser qu'une telle situation serait arrivée ?

-Mon fils, James et monsieur Ambrose ont décidé de faire le mur, poursuivit-il d'un ton plus grave. Malheureusement, ils ont été attaqué. Par un loup-garou.

Il y eut un tressaillement dans l'assemblée et Harry blêmit.

-Le jeune Ambrose a été mordu. Il a besoin de notre aide. J'aimerais que nous travaillons tous en groupe et en coalition pour lui rendre cette épreuve la moins compliquée et douloureuse possible. Nous avons besoin, pour cela, de la participation de chacun d'entre vous. Le jeune Ambrose nous rejoindra sûrement plus tard pour que nous discutions des mesures prises. En attendant, je vous laisse la parole.

Harry se tut, attendant les réactions de chacun.



© Gasmask


Dernière édition par Harry Potter le Ven 7 Avr - 20:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Liens et RPs
MessageSujet: Re: Règles et mesures, nouvelle victime : Rp contexte [Prof et personnels] Sam 25 Mar - 19:25





Règles et Mesures, nouvelle victime


J'avais reçu un message de la part du directeur. Il donna rendez-vous dans la salle des Professeurs, je suppose donc que c'était pour tout son personnel. Me dirigeant vers la dite salle, je vois les élèves me regarder comme si j'allais distribuer des piqûres à quiconque restait sur mon chemin. Je souris à cette  métaphore. Les seuls qui me saluent, sont ceux qui m'ont connu dans mon antre. Je souris amicalement bien qu'au plus profond de moi, j'appréhende la rencontre avec le directeur. Je me demande ce qu'il va nous dire. La dernière fois, il m'a quand même ramené le corps de ce pauvre élève. Donc ce n'est pas que je n'aime pas notre directeur mais des surprises comme ça, je m'en passerais bien.

Prenant escaliers tournants et couloirs sinueux, j'arrive au rez- de-chaussée. Me stoppant dans le Grand Hall, je regarde vers les cachots. Est-ce que j'ai le temps d'aller me chercher un petit truc à grignoter ? Je ne pense pas et j'ai comme un mauvais pressentiment qui me dicte de garder le ventre vide. Je me dirige donc vers la porte de la salle des professeurs, aucun d'eux n'est encore présent. Je m'installe donc sur une chaise quelconque au milieu de la salle, retournant dans mes pensées. Enfin, je priais surtout que ce soit une bonne nouvelle. Par exemple, des congés … ou des potions compliquées …. ou des plantes rares ! Oh oui, des plantes rares seraient mon bonheur. Rêvassant, je vois mes collègues et les aurors rentraient un à un. Je les salue poliment mais je souris à certains d'entre eux comme Nwyl, Blaise et même Tobias que je soignais. Retournant à mes songes, j'entendis encore la porte pour voir Harry Potter entrait, je me concentre alors sur le moment présent.

Je rends le signe de tête au directeur. Mon appréhension grandit encore au fond de moi. Je vous rappelle la dernière rencontre avec le directeur ?!
Mince, pourquoi je m'intéresse pas plus que cela à la gazette des sorciers ? Du coup, je ne vois pas de quoi, il parle précisément. Mais les mots « attaque » et « réalité » me contracte l'estomac. Que s'était-il encore passé ? Un membre du personnel ? Je jette un coup d'oeil dans les alentours pour inspecter mes collègues, mais aucun ne semblait manquer ni blesser. Un … un élève ? Encore ? Je déglutis. J'ai dédié ma vie à essayer de sauvegarder la vie... encore plus les jeunes. Cela peut semblait barbare d'abandonner les vieux pour les jeunes mais, dans ma logique, ces derniers sont l'avenir.

Quand j'entends les prénoms de James et de Arnold Ambrose, je fulmine. Bon, je ne peux pas le leur reprocher non plus, je le faisais souvent étant jeune mais le contexte était plus safe. Par contre, la prononciation par le directeur de « Loup-garou » me fige. Je déglutis et je ferme les yeux en écoutant la suite des événements. A la fin de son discours, je me lève brusquement de ma chaise.

Comment se porte Monsieur Ambrose et Monsieur Potter ? Leur état n'est pas critique, j'espère !

Je sais que je m'emporte rapidement. Mais c'est mon devoir en tant qu'infirmière de m’inquiéter des personnes sous ma responsabilité. Et toutes les vies présentes dans ce château pendant la scolarité est sous ma responsabilité en terme de santé.

Ayant eu mes réponses, je continue.

Je me propose pour aider Monsieur Firlowel dans la réalisation de la potion Tue-Loup, ainsi que de soutenir Monsieur Ambrose et Potter dans cette épreuve !


Dernière édition par Shury P. Oleander le Mar 4 Avr - 15:51, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Bibliothécaire
Masculin
✎ Parchemins : 163
✎ Date d'arrivée : 25/11/2016

Sorcerer's Identity
✎ Année à Poudlard: //
✎ Profession: Magizoologiste
✎ Inventaire: Rapeltout
Liens et RPs
MessageSujet: Re: Règles et mesures, nouvelle victime : Rp contexte [Prof et personnels] Lun 27 Mar - 20:15


« Qu’est-ce qu’il te veut encore ?! Tu es censé être en vacances ! »
« Mais j’en sais rien, je te dis ! Il m’a dit qu’il n’avait rien précisé dans sa lettre, donc je vais y aller vite fait, et serai de retour avant que les petites ne se réveillent. »
« T’as plutôt intérêt, elles y tiennent à cette sortie… »
« T’en fais pas pour ça. Ce n’est pas demain la veille que je les décevrai ! A toute !  »

Finis-je tout en reboutonnant ma chemise après avoir enfilé mon short. L’instant d’après, j’avais transplané vers ce que j’aimais appeler l’aéroport version sorcier. Rien à voir avec les avions. Rien du tout. En vérité, il s’agissait plutôt d’un hôtel où les sorciers se rendaient quand ils débarquaient dans le pays ou quand ils en cherchaient à en sortir. A l’intérieur, des sorciers avaient spécialement été engagés pour préparer des Portoloins permettant de se rendre instantanément aux quatre coins du monde. Là, en l’occurrence, je me trouvais en Nouvelle-Zélande. La classe, hein ?! Et oui, rien à voir avec la météo déprimante de l’Angleterre ou de l’Écosse. Ici, c’était majoritairement du soleil, du soleil et du soleil !! Qu’est-ce que j’y faisais ? Bah, j’étais en vacances depuis un peu plus d’une semaine, et comme il s’agissait des vacances de Noël, j’avais naturellement le droit à deux semaines complètes !! Allez savoir pourquoi le Directeur semblait avoir zappé ce détail et décidé qu’il était normal de me convoquer comme si j’étais de service à Poudlard !! Non non, j’étais resté jusqu’à la fin de ce satané bal qui avait eu lieu le 21. J’étais même resté pour le bal du Ministère quelques jours plus tard alors qu’il ne s’y était rien passé de bien croustillant.

Forcément, à l’instant même où mes obligations professionnelles s’étaient faites la malle, j’avais aussitôt quitté le pays !! Avec Olivia et nos filles, on était d’abord passé par les États-Unis pour assister à la finale de la Coupe du Monde de Quidditch !! Puis, on s’était rendus en Nouvelle-Zélande pour passer la fin de l’année et le début de la nouvelle dans un coin tranquille, et avec Lena McCall – ma mentor, et marraine de ma première fille. Nous nous amusions comme de petits fous quand mon meilleur ami avait eu la bonne idée de me passer un coup de fil – oui oui, j’avais un portable – pour m’annoncer qu’un hibou lui avait apporté une lettre en provenance de Calamité Potter. En mon absence, il jouait les intermédiaires pour moi en cas d’urgence comme celle-ci. Le Directeur avait quand même eu l’audace de ne pas préciser le motif de cette convocation soudaine !! Monsieur devait s’imaginer que s’il passait des vacances bidons – à devoir supporter sa femme au lieu de roucouler avec le Ministre – alors il devait gâcher celles de ceux qui menaient la belle vie !! Peu importait les raisons, il y avait plutôt intérêt à ce qu’un autre élève – voire un professeur – ait été tué !!

Je voyais mal Flint crever avant moi – jamais il ne louperait l’occasion de balancer un discours à mes funérailles – donc je misais sur quelqu’un d’autre. Le Petit Prince Malfoy peut-être ? Nah ! Je n’avais pas bu de Félix Félicis depuis qu’Olivia et moi avions fait ce pari stupide quelques années plus tôt… Or, je voyais mal ce blondinet passer l’arme à gauche après toutes ces années à se sortir de galères pas possibles et sans égratignure !! Bon, inutile de me prendre la tête avec tout cela plus longtemps, je ne tarderais pas à arriver à Poudlard. Le Portoloin m’avait conduit directement sur le sol anglais. De là, j’avais aussitôt conjuré mon fameux parapluie afin de me protéger du froid. Yep, je n’avais pas pris la peine de me changer en quittant la Nouvelle-Zélande. N’ayant pas l’intention de passer plus de quelques heures – tout au plus – à écouter ce que le Directeur avait à dire, je n’avais pas vu l’intérêt d’enfiler un pantalon, de vraies chaussures ou un manteau. Résultat, les Aurors postés à l’entrée du château, ainsi que toutes les autres personnes m’ayant croisé sur leur chemin, firent une drôle de tête en me voyant débarquer dans une tenue à l’opposé de ce que je devrais être en train de porter en plein hiver.

Des tongs aux pieds, un short à fleurs, une chemise hawaïenne montrant clairement que je ne portais rien en-dessous, et une paire de lunettes de soleil sur le nez. Bref, j’avais tout l’attirail du parfait vacancier à la plage !! Une partie de mon tatouage de Filet du Diable était visible sur mon bras gauche, et pour toute personne me prêtant un peu plus d’attention que d’ordinaire, mes nombreuses cicatrices et restes de brûlures étaient discernables à l’œil nu. Le fait que la majorité des élèves se cantonnaient à m’attribuer les traits du plus cliché des bibliothécaires me ferait toujours rigoler ! Comme si ma vie se résumait à lire et surveiller des bouquins… M’enfin, les Aurors ne mirent pas très longtemps à comprendre que j’étais bel et bien Tobias Grant, me laissant ainsi entrer dans le château sans faire d’histoire. Mon parapluie conjuré toujours à la main, je montai tranquillement les escaliers de pierre, ignorant les regards interloqués des élèves les moins discrets, et ennuyant grandement le reste avec le son produit par mes tongs sur le sol. Une fois à l’intérieur de la Salle des Professeurs, je m’étais installé tout au fond, sur une chaise, les pieds sur la table.

Avec les 12 heures de décalage horaire entre la Grandre-Bretagne et la Nouvelle-Zélande, je commençai à somnoler quand le Directeur fit son entrée. Ah enfin ! Donc, c’était quoi le problème cette fois ? Évènement tragique pendant les vacances de Noël ? Ha ! C’était marrant cette façon qu’il avait de faire comme si les vacances étaient passées. Une attaque isolée dans la Gazette ? Nope, aucune idée puisque je n’étais actuellement plus dans le pays. Celui-ci pourrait voler en éclat en mon absence que je m’en ficherais royalement… Euh c’était moi où il venait de révéler publiquement son incompétence parentale ? Parce que, pour le coup, s’il n’était pas foutu d’empêcher deux gosses de quitter sa maison, il ne servirait strictement à rien en tant que Directeur avec des centaines d’élèves à surveiller !! Et dire qu’après, il avait l’audace de répondre à des interviews dans la Gazette sur la sécurité qu’il octroyait à Poudlard… Quelle blague ! Attaqués par un loup-garou en plus ? Rien que ça ?! À croire que le stock de Basilic avait été épuisé ! Le tressaillement de certains m’amusa beaucoup. Franchement, il était évident – à en juger par la tête de Potter – qu’il n’y avait pas eu mort d’homme et, surtout, que son fils était sain et sauf. Clairement, si la victime avait été son fils, il n’aurait jamais révélé le truc devant toute une assemblée. Il aurait discrètement fait appel aux personnes dont il avait besoin au lieu d’en faire affaire trop publique.

Pauvre Finn quand même… Victime de la malédiction des Calamités. Au passage, ça m’étonnait que personne n’ait encore écrit de bouquins sur la corrélation entre un Potter et des dommages collatéraux. Il était pourtant évident que l’un n’allait pas sans l’autre et que, en toutes circonstances, le Potter s’en sortait toujours en parfaite santé contrairement à ceux qui l’accompagnaient… En attendant, le fait que Finn ait été mordu ne m’apparaissait pas comme étant un évènement suffisamment important pour faire appel à tout le personnel et aux Aurors. Ça méritait encore moins de me priver de sommeil et de me forcer à traverser la moitié de la planète pour entendre Calamité Potter agir comme s’il n’avait aucune idée de ce que chacun pouvait lui apporter. Il était le Directeur de cette école oui ou non ? Je doutais que Finn soit le premier loup-garou qu’il ait croisé dans sa vie, et même à Poudlard, on avait eu des cours dessus. Traduction ? Il savait très bien ce qu’il fallait faire et ce dont il avait besoin, donc de simples lettres expliquant à chacun ce qui était attendu d’eux auraient suffi, non ? Ah la la, il fallait croire qu’il avait appris à aimer faire des speeches au cours de ces vingt dernières années…

L’infirmière Shury s’était inquiétée de l’état de mes duellistes – très gentil de sa part – avant de se proposer d’aider le professeur de Potions à réaliser la concoction conçue pour permettre au loup-garou de garder sa conscience humaine malgré la transformation. Traduction ? Entre les mains de bonnes personnes, ça donnait un loup cool et docile durant toute une nuit avec qui on pouvait éventuellement taper la discut’. Par contre, entre les mains de tueurs, ça donnait des loup-garous suffisamment intelligents pour ravager tout un village en quelques heures. La partie que je ne comprenais pas, par contre, c’était la deuxième partie de sa phrase. Qu’y avait-il à soutenir maintenant que l’attaque était passée ? Et d’où James avait besoin de support alors qu’il n’avait pas été mordu. Bref, toute cette histoire commençait à prendre des proportions bien trop importantes à mes yeux, je me devais donc de mettre mon grain de sel. De là où je me trouvais – soit au fond de la salle, bien assis et les pieds sur la table – je levai la main pour me faire remarquer, et demandai à voix haute :

« Dites… Vous comptez dramatiser la situation encore longtemps ? »

J’étais honnêtement abasourdi par leurs réactions. On aurait dit que c’était la fin du voyage pour Finn et que sa vie était gâchée à tout jamais. Il avait survécu à une attaque de loup-garou quand même. Niveau expérience dans un CV de 7ème année, on faisait difficilement mieux !! Sérieusement, ils agissaient comme s’il fallait le traiter complètement différemment maintenant et le mettre en quarantaine… Or, niveau soutien moral, le jeune Ambrose serait au plus bas si les adultes se mettaient tous à le regarder comme une bombe à retardement. Dramatiser la situation était la pire chose qu’ils pouvaient faire pour l’aider. M’enfin, ce n’était pas comme si ça m’étonnait. D’ailleurs, le mieux serait en fait de ne pas mêler tout le monde à cette histoire, surtout que la majorité ne servirait probablement à rien ou ne serait pas intéressé.

« Aux dernières nouvelles, il s’agit d’un phénomène qui ne surviendra que 6 fois d’ici la fin de sa scolarité, non ? Sans vouloir lancer un autre débat, les Aurors ici présents font preuve d’un tel professionnalisme, qu’on a plus de chances de tomber sur une douzaines d’élèves enceintes d’ici juin que sur un problème de loup-garou au sein de ce château... »

Ajoutai-je en levant les yeux au ciel. Pour info, non je n’avais pas pris la peine de retirer mes lunettes de soleil. Et oui, je faisais mention du comportement ridicule de certains Aurors à Poudlard – notamment lors du Bal – et puis, il y avait aussi la Gazette qui en avait parlé donc bon. Quoiqu’il en soit, il existait bien trop de solutions à la situation de Finn pour que je puisse accepter leurs airs déprimés. Pour moi, ça n’avait aucun sens. Me rappelant alors que le but de ce meeting était de proposer des solutions, il était peut-être temps que je leur fasse part d’une idée révolutionnaire – et suicidaire – dont j’avais le secret, non ? Ah la la, je m’attendais déjà à ce qu’on applaudisse mon génie ou à ce qu’on proteste massivement contre le fait de me laisser agir tel que je le désirai. Comme si balancer des tables enflammées à des élèves de tout âge n’était pas suffisant, voilà que je comptais en rajouter une couche en termes de mise en danger d’étudiant. Me tournant vers l’infirmière Shury et le prof Firlowel, je leur dis :

« Hey vous deux ! N’oubliez pas d’inclure Finn dans vos soirées concoction, il s’agit de sa vie après tout. – puis, me tournant vers le Directeur, je conclus d’un air amusé – Avec votre accord, je me chargerai de la partie baby-sitting sous la pleine Lune avec James. Y’a pas de raison que Finn s’ennuie comme un rat mort à chaque fois… Directement dans la Forêt Interdite ou la Salle sur Demande, peu m’importe tant que Finn a suffisamment d’espace pour se dégourdir les pattes. »

Et oui, j’avais osé. La petite blagounette sur le loup qui avait besoin de se dégourdir les pattes. En fait, j’étais tellement amusé par ma propre blague que je ne pus m’empêcher de rire aux éclats !! Un contraste complet par rapport aux autres personnes présentes dans cette salle. Non seulement je m’étais ramené en short et chemise hawaïenne, mais en plus je me permettais de rire en suggérant de confronter James Potter à chaque pleine Lune de son meilleur ami Finn. Pire encore, j’avais l’audace de demander la permission du Directeur en personne pour exposer son propre fils à un loup-garou une fois par mois. Je n’étais pas mécontent de cette convocation finalement. Je me marrais beaucoup !


.....................................................




Présentation | Liens | RPs | Volière


Dernière édition par Tobias Grant le Lun 3 Avr - 3:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Avocat & Professeur de Droit
Féminin
✎ Parchemins : 516
✎ Date d'arrivée : 06/06/2016

Sorcerer's Identity
✎ Année à Poudlard:
✎ Profession: Avocat au Ministère de la Magie
✎ Inventaire:
Liens et RPs
http://danielj-radcliffe.forums-gratuits.fr
MessageSujet: Re: Règles et mesures, nouvelle victime : Rp contexte [Prof et personnels] Mar 28 Mar - 11:14



~ Règles et mesures ~

~ Feat. personnel de Poudlard ~


Tic Tac Tic Tac
Voilà le seul son que j'entendais encore, installé dans mon canapé, à relire un dossier que je devais présenter demain à ma supérieure sur le cas d'un sorcier fou qui faisait des expériences malsaines sur des cadavres moldus. Un sorcier fou qui dit faire cela afin de donner la chance, aux moldus, de pratiquer de la magie. Mais l'affaire est tout autre et est véritablement glauque. Il semblerait qu'il vise notamment le cadavre de femmes et d'enfant.
Tandis que je griffonne quelques notes, les yeux rivés sur mes manuels de droit, en terme de crime nécromencien, le bruit de la pendule est soudainement accompagné d'un "toc toc". Intrigué, je relève les yeux et cherche l'origine du bruit. A la fenêtre du salon, un hibou tape de son bec sur le carreau. Posant mes affaires sur la petite table basse, je me lève et me dirige vers la fenêtre pour l'ouvrir.
Le hibou n'entre pas et dépose aussi sec la lettre qui tombe à mes pieds. Stupide oiseau, ne pouvait-il donc pas poser sa lettre dans la main que je lui avais tendu pour la récupérer ? Enfin bref, passons. La fenêtre refermée, je m'empressais de ramasser l'enveloppe, l'ouvrit et en lut son contenu.
Il s'agissait d'une lettre de Potter. Une lettre ? Pendant les vacances ? Apparemment, il demandait la présence de son personnel de toute urgence. Qu'est-ce qui avait encore bien pu se produire ? Laissant un mot à Astoria, je ne pris pas le temps de ranger mes affaires et prit aussitôt le chemin de la poudre de cheminette.

- Poudlard, classe n°11, 4ème étage !

J'atteris dans ma salle de classe, m'époussetant, je sortis en vitesse de la salle, claquant la porte derrière moi et me rendit dans la salle des professeurs.
Arrivant sur place, je saluai ceux déjà arrivé et m'installer entre l'infirmière et Hermione. Au visage de cette dernière, je compris qu'elle connaissait déjà le sujet de cette réunion urgente, j'en déduis donc qu'il s'agissait de quelque chose qui la touchait de près ou de loin.
Gardant le silence, j'attendis qu'Harry nous annonce enfin le sujet de ce soir. Et ce qu'il annonça, me fit froncer les sourcils. Une attaque de loup-garou ? Il ne manquait plus que cela. Surement un type admirateur du défunt Greyback qui avait choisi de l'imiter en s'en prenant à des enfants ? Ce souvenir me hérissait le poil.
Sans mes parents, et, ça m'en coûte de le penser, sans ma tante, Greyback aurait surement fait de moi l'un des leurs. Combien de fois ce dernier m'avait-il regarder comme une proie ? Rien que ce souvenir me donner la nausée.

Comment se porte Monsieur Ambrose et Monsieur Potter ? Leur état n'est pas critique, j'espère !

- Avec tout le respect que je vous dois Miss Oleander, je doute que Monsieur Ambrose aille bien. Se faire mordre par un loup-garou ne doit pas être ce qu'il y a de plus agréable, autant physiquement que moralement... enfin, je ne doute pas non plus qu'il s'en remettra vite, après tout, il est bien connu comme étant un bon vivant. Il serait bien du genre des jumeaux Weasley, lorsque ces derniers dédramatisés tout.

Cependant, je ne manquais pas de lancer un regard à Harry, un regard qui laissait entendre qu'il allait falloir en parler aussi, avec l'ordre. Et j'espérais sincèrement que l'idée lui avait aussi traverser l'esprit.

Ce fut au tour du bibliothécaire de parler.
« Dites… Vous comptez dramatiser la situation encore longtemps ? »
« Aux dernières nouvelles, il s’agit d’un phénomène qui ne surviendra que 6 fois d’ici la fin de sa scolarité, non ? Sans vouloir lancer un autre débat, les Aurors ici présents font preuve d’un tel professionnalisme, qu’on a plus de chances de tomber sur une douzaines d’élèves enceintes d’ici juin que sur un problème de loup-garou au sein de ce château... »

« Hey vous deux ! N’oubliez pas d’inclure Finn dans vos soirées concoction, il s’agit de sa vie après tout. – puis, me tournant vers le Directeur, je conclus d’un air amusé – Avec votre accord, je me chargerai de la partie baby-sitting sous la pleine Lune avec James. Y’a pas de raison que Finn s’ennuie comme un rat mort à chaque fois… Directement dans la Forêt Interdite ou la Salle sur Demande, peu m’importe tant que Finn a suffisamment d’espace pour se dégourdir les pattes. »


- Si je pense que la situation n'est pas agréable et même inquiétante, je dois avouer que, malgré tout, je suis assez d'accord avec Monsieur Grant. Si le procédé rappelle beaucoup les méthodes du mage noir, aujourd'hui, la science et la justice ont beaucoup progresser par rapport à il y a 20 ans, grâce à Hermione, les loups-garous "inoffensifs" ont le droit à un travail et à de meilleurs conditions de vie, de plus, la potion Tue-Loup a gagné en efficacité.
En revanche, je pense que lâcher Mr Ambrose dans la forêt interdite, durant les pleines lunes, est de loin une mauvaise idée. Rien ne nous garantit que celui qui l'a agressé, ne va pas s'y loger ou envoyer quelqu'un pour le surveiller et, peut-être même, l'approcher. Surtout si Monsieur Potter souhaite rester avec lui, ce serait les mettre tout les deux en danger.
La salle sur demande pourrait être une bonne idée mais je rappelle qu'un bâtiment avait été conçu, plusieurs années plus tôt pour un certain élève. Je l'ignorais peut-être à l'époque où nous étions à Poudlard, mais à présent, ce n'est plus vraiment un secret pour personne.


Je retournais au silence, observant avec beaucoup de suspicion, le bibliothécaire qui riait à sa blague plus que douteuse. Je comprenais à présent qu'Harry nous ai demandé de le surveiller avec Hermione. Serait-ce lui la taupe ? Ou l'assassin de Miss Park ? Je n'avais jamais vraiment eu d'avis à son sujet, je sentais juste que ce dernier ne m'appréciait pas mais à présent je me posais la question ? Etait-ce parce que j'étais un ancien mangemort devenu un honnête sorcier mais qu'il n'y croyait pas, comme beaucoup d'autres avant lui ou était-ce parce qu'il était lui-même un néo et, dans ce cas, me savait être, à présent, du côté de Potter ? La question se posait là.
Moi qui avait, jusqu'à là, eu des soupçons à l'égard de Fawley, voilà que ces derniers se tournaient à présent vers le bibliothécaire.

- Je suis prêt également à me porter volontaire pour surveiller le jeune Ambrose, lors de ses transformations.

Et ainsi, surveiller, par la même occasion, le bibliothécaire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Liens et RPs
MessageSujet: Re: Règles et mesures, nouvelle victime : Rp contexte [Prof et personnels] Mar 28 Mar - 15:17



Règles et mesures, nouvelle victime
Nwyl & Co
Nwyl marchait lentement, une sucette au lait et à la fraise dans la bouche, un air distrait affiché dans les couloirs de Poudlard. La lettre du directeur l'intriguait tout de même et Nwyl avait quitté ses petites retrouvailles familiales. Ses grands-parents prenaient de l'âge et l'environnement autour d'eux changeait. Elle voyait des maisons se construire et la Forêt reculer petit à petit. Cela lui faisait mal au coeur. Elle préférait de loin sa Forêt Interdite. Elle serait toujours là.
Nwyl croisa Blaise au détour d'un couloir et lui sourit, agitant sa main en guise de bonjour, sa sucette toujours dans la bouche. Elle était contente de le revoir, cela faisait longtemps. La garde-chasse avait beau apprécié de retrouver ses grands-parents de temps en temps, Poudlard demeurait sa maison. C'était ici qu'elle se sentait le mieux. C'était chez elle. Enfin, le parc en tout cas. Parce que l'intérieur du château c'était une autre histoire. Ils atteignirent le bureau des professeurs. Des personnes y étaient déjà, Shury, notamment et Tobias. Nwyl sourit aux deux. Elle omit la tenue extravertie et respirant le soleil du bibliothécaire. Sans doute ne l'avait-elle même pas remarqué. Ou jugeait-elle que c'était sa façon de s'habiller en société et de quel droit porterait-elle un jugement ? C'était sûrement un peu de tout ça.

Le directeur ne tarda pas à faire son entrée également et la jeune femme se tourna vers lui. Il respirait beaucoup moins le soleil. Nwyl n'appréciait pas particulièrement cet astre, trop agressif pour son teint de peau et ses yeux, donc cela ne la gênait pas particulièrement. Il avait l'air grave de celui qui s'apprêtait à creuser sa propre tombe. Peut-être était-il malade ? Toujours debout, droite comme un "i", Nwyl attendit qu'il commence son discours. Les mots coulèrent, difficilement mais la vérité vint finalement éclater au grand jour. La garde-chasse ne lisait pas la Gazette, aussi cet incident ne l'avait pas marqué. Une bouffée d'excitation vint l'habiter. C'était comme un superpouvoir de sorcier. Pouvoir revêtir l'apparence d'un loup et ressentir vraiment ce qu'il ressent pendant un temps donné. C'était plutôt une bonne chose. Il n'y avait rien de dramatique dans tout ça.

Les esprits commencèrent à converser. Shury se proposa pour lui concocter sa potion avec Blaise et Nwyl tressaillit. Elle préférait oublier que son amie était infirmière. Drago Malefoy semblait plutôt préférer la solution de la Cabane Hurlante. Quant au bibliothécaire, il préféra prendre ça sur l'humour et Nwyl laissa échapper un grand éclat de rire incontrôlable à sa dernière remarque. Plusieurs têtes se tournèrent choquées vers elle. Déjà parce que la situation ne se prêtait pas tellement à la rigolade, et ensuite parce que Nwyl Shauwn n'éclatait jamais de rire. Au pire, elle laissait échapper un petit bruit discret, montrant ainsi qu'elle avait trouvé ça drôle. Mais la garde-chasse ne tint pas compte de cet instant de stupeur. Elle resta un moment silencieuse, les écoutant les uns les autres. Puis sa voix se fit entendre, douce, à peine murmurée comme à son habitude, et le calme s'installa. C'était souvent le cas parce que sinon personne n'entendait ce qu'elle disait.

-Je suis d'accord avec Tobias Grant. Et la Cabane Hurlante n'est pas une bonne idée. On n'enferme pas un loup. Personne ne connait mieux que moi la Forêt. Je connais des endroits. Il y sera en sécurité. Et Zeus sera avec moi, il est suffisamment fort pour contenir un loup si jamais c'est nécessaire.

Elle remit alors sa sucette dans la bouche et contempla rêveusement le plafond, comme si elle n'avait jamais émit le moindre propos.  

-C'est idéal pour se dégourdir les pattes, ajouta-t-elle dans un souffle à peine audible, un sourire rêveur collé au visage.
Codage par Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Assistante du professeur de Potions, de DCFM & Chef des Néo-Mangemorts
Féminin
✎ Parchemins : 270
✎ Date d'arrivée : 28/10/2016
Liens et RPs
MessageSujet: Re: Règles et mesures, nouvelle victime : Rp contexte [Prof et personnels] Dim 2 Avr - 20:17


Règles et mesures, nouvelle victime


Elesya était tranquillement dans ses appartements avec Zachari à discuter de ses dernières recommandations qu'il allait devoir transmettre à Isabella lorsqu'elle reçut la lettre du Directeur de Poudlard la conviant, elle et l'ensemble du personnel dans la Salle des Professeurs. Il avait soit-disant une information urgente à leur confier et à en croire le message, cela ne pouvait guère attendre. Refermant ladite lettre, Elesya prit donc congé de son « meilleur serviteur » en lui disant qu'il devait rester ici, qu'elle allait revenir dans quelques heures et qu'elle n'en avait pas terminé avec lui.
Déterminée à en finir le plus rapidement possible, Elesya pressa donc le pas. Elle avait d'autres chats à fouetter en ce moment, comme s'occuper de son organisation par exemple. Ces temps-ci, d'innombrables rumeurs circulaient à son sujet et elle souhaitait non seulement découvrir l'identité du causeur de trouble (qui n'était nul autre que l'un de ses partisans), mais elle souhaitait également lui faire regretter ce geste qu'elle considérait comme une trahison. Pour ce faire, elle avait besoin de l'aide d'Isabella, elle aurait également pu réclamer l'aide d'Haru, mais elle ne lui avait point reparlé depuis leur magnifique joute verbale lors du fameux bal de Noël dans la Grande Salle. Puis sa fierté l'en empêchait. Elle considérait qu'elle n'avait absolument rien fait de mal et que c'était à lui de revenir vers elle et de s'excuser. Encore sur les nerfs, Elesya tentait de se changer les idées, et elle préféra ne plus y penser pour se concentrer sur l'information qu'allait bien pouvoir leur révéler le Directeur, mettant quelque peu au second plan ses activités et ses plans pour reprendre le contrôle du groupe et ce le plus rapidement possible.

Arrivée devant la salle, Elesya décida d'ouvrir rapidement la porte et put constater que la plupart de ses collègues étaient déjà présent, tout comme les aurors. Que faisaient-ils ici ? Elesya  crut momentanément à une blague en les voyant et en voyant Haru à quelques mètres d'elle, mais elle fit comme si de rien n'était et prit le soin de s'installer et dévia son regard de ce dernier. Son entrée fut rapidement suivie de celle de Blaise Firlowel, Professeur de Potion et du Directeur. Quelques minutes plus tard, celui-ci entreprit de les saluer chaleureusement en les remerciant d'avoir répondu à cet appel. Puis, après une grande inspiration il ne les fit pas languir plus longtemps et leur expliqua tout de A à Z. C'est donc de cette façon qu'Elesya apprit l'attaque du jeune Ambrose par un loup-garou, une attaque ayant été faussement relater par la gazette et qui la fit tressaillir. Elle n'était pas stupide, et put rapidement faire le lien avec le groupuscule qu'elle dirigeait, mais elle fit comme si de rien n'était remarquant le rapide et insistant regard d'Haru sur sa personne. Mais pour l'heure, ce n'était pas le moment  de réfléchir à ce qu'elle allait bien pouvoir faire. L'heure était à la réflexion sur ce qu'il allait bien pouvoir faire du jeune Gryffondor et des différentes mesures qu'ils allaient devoir prendre pour protéger les élèves, mais également pour le protéger.

La première des solutions évoquées fut évidemment la Potion Tue-loup, qu'elle savait préparer tout comme Blaise et Shury Oleander l'infirmière. Accompagnée d'une légère once d’inquiétude de la part de cette dernière qui venait de se proposer dans le cadre des préparations. Cette première intervention fut également marquée par une autre intervention du Bibliothécaire. Décidément, il lui sortait par les yeux celui-là. Elle tenta du mieux qu'elle le pouvait de l'ignorer. Vint ensuite le fameux discours de Malefoy, celui-ci balança des paroles bien plus pertinente que celle du Bibliothécaire. Décidément, il y en avait du monde de volontaire pour surveiller et accompagner le jeune élève lors des pleines lunes. Lorsque chacun eut terminé de s'exprimer, Elesya prit la parole : « Je me contenterai d'aider Monsieur Firlowel et Miss Oleander dans le cadre de la préparation de la Potion Tue-loup. En ce qui concerne les soirées de pleine lune, je m'en remets à vous Monsieur le Directeur. Il semblerait que nous avons tous des points de vues différents sur la question » conclua-t-elle tout en croisant le regard de Tobias Grant et de ses autres collègues.

Elle pouvait être une véritable lèche-botte lorsqu'elle le voulait. Intérieurement, elle était très fière d'elle. Mais une nouvelle fois, la rouquine était de plus en plus intriguée. Non seulement elle voulait réellement connaître les circonstances de l'accident, mais elle voulait également trouver celle ou celui qui venait de lui avoir désobéit. Elle ne put retenir très longtemps ses pensées, et en particulier ses multiples questions au sujet de l'accident : "Pourriez-vous nous en dire plus Monsieur Potter sur les circonstances de l'accident ? Avez-vous une piste ? Pensez-vous connaître l'identité du loup-garou ? Je doute qu'il s'agisse-là d'un simple acte isolé" termina-t-elle inquiète, il fallait après tout qu'elle joue la comédie jusqu'au bout pour ne pas qu'elle se fasse elle-même démasquer.

camo©015
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Professeur de Défense contre les Forces du Mal, Directeur de Poufsouffle & Néo-Mangemort
Masculin
✎ Parchemins : 1329
✎ Date d'arrivée : 22/08/2016

Sorcerer's Identity
✎ Année à Poudlard:
✎ Profession: Professeur de DcFM & Directeur de Poufsouffle
✎ Inventaire: Polynectar (x2) Veritaserum (x2)
Liens et RPs
MessageSujet: Re: Règles et mesures, nouvelle victime : Rp contexte [Prof et personnels] Lun 3 Avr - 13:05

Convocation de Potter équivalait à nausée matinale, pourtant il fallait bien avouer qu'un soupçon d’intérêt avait amené Flint à se hâter et à répondre bien vite à cet appel car... il s'agissait peut-être là d'un signe qu'une tragédie était arrivée ! Un meurtre dont il n'aurait pas encore connaissance ? Un meurtre sans rapport avec les Néo Mangemort ? Un meurtre dont le coupable jouerait en solitaire ? Rho qu'il avait hâte de le rencontrer ! Tout de noir, sa cape glissant derrière ses pas, l'homme vautour s'en était allé dans la salle réservée aux adultes du château -et aux préfets accessoirement- là bas se trouvait déjà pas mal de ses confrères dont certains qui lui demandèrent un grand effort pour ne pas grimacer ouvertement - dont l'accoutrement de Grant par exemple. Rien que pour cette tenue désastreuse et ses trucs aux pieds crassant une table, il pouvait se faire abattre sous ses yeux qu'il ne cillerait pas.

Enfin l'arrivée de St Potter tout... blanc, plus que d'habitude, cela annonçait du lourd, du lourd ! L'homme adossé jusque là à un meuble de la salle se redressa bien droit comme pour accueillir une nouvelle désastreuse et pourtant en soi même complètement délicieuse il l’espérait. Une attaque avait eu lieu... ah oui, peut-être, sans doute, il n'y avait pas que celle ci et à en lire la Gazette 'pas de mort' alors pourquoi s'y intéresser ? 'Mon fils James et monsieur Ambrose' mélange de privé et professionnel, franchement il aurait pu pencher pour l'un ou l'autre, mais pas les deux. 'Mon fils James et son meilleur ami Arnold.' ou 'Monsieur Potter et monsieur Ambrose.' Mais soit. Passons. Potter n'avait jamais su faire la part des choses. Si le dit James avait été tué, Potter se serait mit à chialer à coup sûr non ? Peut-être était-ce le cas avec l'Ambrose en question ? Des guignols en moins, c'était Mardi Gras à l'avance ! Ou Noël en retard ! Ils avaient été attaqué, quel drame. Par qui ? Un loup-garou. Oh.... ohoh... mais encore... une simple morsure ? Pas de trépassé ? Rien ? Juste un adolescent stupide sur les bords qui le serait encore plus à la pleine lune ?! Pitié.

Allier Potter James et attaque de loup-garou cependant lui semblait une coïncidence un peu grosse pour être crédible en ces temps, à moins que le destin soit du côté des neo mangemort ? Ambrose serait-il une victime collatérale, la mauvaise cible, que cela ne l'étonnerait pas. Il lui faudrait contacter Selena pour en être certain. Avec un peu de chance, voir beaucoup, Ambrose viendrait à embrocher de ses griffes son meilleur ami Potter ? Ce serait magnifique. Un drame comme on voit trop peu.

L'infirmière Oleander prit bien vite la parole, coupant net les pensées vivaces de l'homme sombre toujours figé au regard sérieux et semblant affecté par la nouvelle comme tout bon professeur inquiet du bien être de ses élèves. 'Comment se portent monsieur Ambrose et monsieur Potter'... dégoulinade de mièvrerie, il avait indiqué qu'Ambrose avait été mordu par un loup-garou, ce qui voulait dire que James se portait malheureusement bien... ou un peu choqué à la rigueur, pour Ambrose, il avait été mordu par une créature du mal, alors bien sûr qu'il ne devait pas être au meilleur de sa forme. 

La Direction avait revu depuis des lustres les critères d'embauches à la baisse, Shauwn la fumée, Oleander la sourde, Firlowel le gamin, Malefoy le faux gentil, même Grant Tobias valait mieux que cette clique de bras cassés c'est dire la gravité de la situation ! Il n’empêche qu'entendre Malefoy dire tout haut ce que lui-même pensait tout bas lui déplu fortement, à tel point qu'il ne pu cacher une grimace passagère. Ah elle se proposait pour soutenir l'idiot cicatrisé nouveau du nom, Ambrose Arnold pas Potter, avec l'aide de Firlowel, manquait Malefoy et Shauwn et on pouvait vraiment espérer un futur meurtre !

Une incohérence visuelle dans la pièce se mit à s'agiter avant d'ouvrir le bec. Tobias-Grant-je-suis-en-vacance-je-dois-le-montrer-à-tout-le-monde prit la parole pour dire quelque chose qu'il pensait tout bas. Sans cet air assuré, ce look flower power et tout ce qui fait de Grant ce qu'il était aujourd'hui, à coup sûr qu'ils auraient pu bien s'entendre, mais là c'était clairement impossible... sauf pour dire du mal de Potter à la rigueur. Et Grant l'arrogant poursuivit et... par Helga, Flint venait-il de lâcher un rictus à la limite de l'approbation au sujet des aurors ?! Perte de contrôle intolérable ! Une chance que Shauwn ai éclaté de rire et donc capté toute l'attention. L'homme souffla tout bas pour se remettre dans la peau du professeur morbide trop-inquiet-tu-meurs-malgré-que-je-fasse-peur-sans-le-faire-exprès tandis que Grant et ses lunettes proposaient de faire dans le baby-sitting, à chacun son trip.

Et Malefoy reprit, que faisait-il là déjà ? Ah oui, c'est vrai, il était professeur de droits, quelle blague. Et il était d'accord avec Grant... et donc avec Flint par la même occasion, à coup certain que le bibliothécaire se sentirait offensé d'avoir un point commun avec le traître serpentard et plus encore de reconnaître qu'il était moins con avec l'âge. Quoique... voilà qu'il faisait dans le speech historique, de quoi ouvrir la bouche suspicieux. Et les termes n'étaient pas franchement des plus adapté 'lâcher Mr Ambrose' il est certain que si ça avait été un de ses enfants, la donne aurait été différente ! Voilà qu'il indiquait la cabane hurlante... même Azkaban était plus accueillant ces jours ci ! Malefoy se portait également volontaire... Il ne manquait plus que Shauwn et il pourrait suggérer de laisser la nature s'occuper du reste.

Et Shauwn ouvrit la bouche, peut-être avait-il finalement un don, une accroche particulière avec la divination ? Elle aussi était d'accord avec Grant... et si ce dernier n'avait pas de quoi s'offusquer de voir Shauwn penser comme lui, Flint en revanche pouvait pleure en lui-même que ses pensées soient alignées avec une bête de foire comme la garde chasse. Son chien, Zeus, avait au moins le mérite d'être intelligent, sérieux et surtout normal à côté de sa maîtresse. 'On n'enferme pas un loup'... tout de même, il ne s'agissait pas d'un chien non plus. Elle se proposait également, voilà, la catastrophe pouvait enfin voir le jour ! Seul Grant risquait de renverser la vapeur en agissant comme un chevalier avec sa baguette de duelliste en or et donc de ruiner les efforts du quatuor pour amener un massacre splendide au château.

Et comme si cela ne suffisait pas, l'assistante louche voulait également être de la partie... Non.

« Le dernier mot vous revient monsieur le directeur, mais je suggérerais de laisser monsieur Ambrose entre les mains de l'infirmière Oleander, et des professeurs Firlowel, Shauwn et Malefoy. Trop de personnel aux petits soins risqueraient d'attirer l'attention sur ce malheureux élève. Je reconnais fort bien les talents de monsieur Grant, cela étant il s'agit d'un loup-garou et je doute que durant ces six lunes, ce dernier apprenne à se servir d'une baguette plutôt que de ses griffes si besoin est... sans vouloir vous offenser d'une quelconque manière. » précisa t-il en posant un regard à l'arrache presque peiné -on y croit- vers Grant. « Et monsieur Malefoy a, me semble t-il, de l’expérience, du vécu avec les loup-garou... alors que monsieur Grant et ses tests au club de duel risquent de grandement 'stresser' notre élève durant ses... périodes. » A croire qu'il parlait d'une jeune fille et qu'il complimentait Malefoy !

Suggestion fini, l'assistante reprit de plus belle sur les circonstances... Flint en saurait davantage en discutant directement avec Selena, de ce fait il fit juste mine d'être intéressé par la réponse pour l'heure.

.....................................................


THE NIGHT IS DARK & FULL OF TERRORS
When we stop looking for monsters under the bed when we realize They're inside of us. ©️ okinnel.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Bibliothécaire
Masculin
✎ Parchemins : 163
✎ Date d'arrivée : 25/11/2016

Sorcerer's Identity
✎ Année à Poudlard: //
✎ Profession: Magizoologiste
✎ Inventaire: Rapeltout
Liens et RPs
MessageSujet: Re: Règles et mesures, nouvelle victime : Rp contexte [Prof et personnels] Mar 4 Avr - 10:15



Il semblerait que le Petit Prince Malfoy ait oublié d’avaler sa soupe de bonnes manières avant de débarquer ici. Voilà qu’il reprenait l’infimière en lui donnant l’impression de poser des questions grotesques. Certes, je n’avais trouvé aucun intérêt à ses questions – je me portais très bien et j’avais survécu à pire – puisque le Directeur n’avait pas affiché d’air endeuillé. Cependant, ce n’était pas pour autant que j’irais envoyer son inquiétude à la poubelle. Elle avait demandé si leur état était critique. Question légitime compte-tenu du fait qu’on ne survivait pas toujours à une morsure et que les griffures d’un loup-garou ne cicatrisaient jamais !! James et Finn pourraient très bien ressembler à Alastor Maugrey à l’heure qu’il était. Ce dernier n’était pas dans un état critique, et pourtant, personne n’irait dire qu’il respirait la santé. Traduction ? Les Gryffondors attaqués pourraient très bien avoir perdu un bras lors de cette confrontation et ne pas être entre la vie et la mort pour autant. Une hémorragie n’était pas difficile à stopper pour un guérisseur digne de ce nom. M’enfin, on parlait quand même du gars qui n’avait jamais été réputé pour sa politesse durant tout son temps à Poudlard. Donc bon, rien de nouveau sous le soleil.

J’eûs beaucoup de mal à m’empêcher de rire en l’écoutant mentionner les jumeaux Weasley comme s’ils étaient de vieux amis à lui et qu’il les côtoyait régulièrement durant son temps à l’école. Plus le temps passait, et plus le Malfoy s’amusait à réécrire son histoire, c’en était à mourir de rire !! Je l’imaginais bien en train d’écrire un bouquin sur les aventures de Harry, Hermione, Ron et Draco. Yep, à tous les coups, il était parvenu à se convaincre qu’il était un membre de ce groupe au cours des années 1990. Je ne voyais que ça pour expliquer le fait qu’il s’imaginait être une bonne personne. Le pauvre… Ne réalisait-il pas à quel point il avait l’air ridicule en agissant ainsi ? Où était passé sa fierté ? Ayant ajouté mon grain de sel afin d’apporter au mieux mon aide à Finn, j’avais – vainement – tenté d’égayer l’ambiance avec un petit jeu de mot. Mis à part Nwyl – dont la réaction me fit encore plus rire – j’avais affaire à un très mauvais public !! Franchement, comment comptaient-ils rassurés Finn ne serait-ce qu’une seule seconde s’ils n’étaient même pas capables d’afficher autre chose qu’un air abattu ?! Yep, aucun d’entre eux n’avait la tête de celui qui saurait gérer cette situation sans problème. Ils étaient tous là – à part Nwyl évidemment – à réagir comme si Finn risquait de nous jouer un remake de Scream lors de chaque Pleine Lune !!

Le Petit Prince Malfoy décida ensuite de nous faire part de sa sagesse, et de son sens de l’argumentation durement acquis au cours de son travail d’avocat. Il commença très bien – à mes yeux – en révélant qu’il était d’accord avec moi. Comme quoi, même les idiots pouvaient reconnaître les bonnes idées lorsqu’elles se présentaient à eux. Malheureusement pour lui, il retomba très très vite au plus bas dans mon estime avec ses paroles suivantes. La science ? Voilà qu’il utilisait des termes moldus maintenant. Ah d’accord ! Monsieur essayait de balancer des fleurs à Granger – ce qui expliquait qu’il reste à côté d’elle – en jouant les sang-pur qui s’étaient renseignés sur des expressions moldus avant de la couvrir de compliments en lui attribuant des mérites bidons. Qu’on soit bien d’accords deux minutes, si les points de vue puristes et Ombrage n’avaient pas régné impunément pendant toutes ces années auparavant, jamais ô grand jamais ce pays n’aurait eu besoin de Granger pour leur mettre un peu de bon sens dans la tête !! Comme je l’avais dit plus tôt, il s’agissait d’un souci – si on était forcé de le considérer comme tel – qui n’arrivait qu’une nuit par mois. Certains employés prenaient des congés maladies bien plus souvent que ça !! Après tout, ces règles anti loup-garou n’avaient existé qu’ici, en Grande-Bretagne. Lors de mes voyages sur les continents Américains, Africains et même sur le reste de l’Europe, je n’étais jamais tombé sur des problèmes de discrimination envers les loups-garous. Bien au contraire même, la majorité d’entre eux vivait tranquillement avec leur boulot et leur famille. Dans certains pays, les nuits de Pleine Lune étaient mêmes un jour de fête pour toute la communauté Loup-Garou qui se retrouvait pour les passer ensemble.

Enfin bref, tout ça pour dire qu’il était triste d’en être arrivé au point où Granger devait recevoir une médaille pour avoir instauré des règles n’ayant pas lieu d’être. Les loup-garous étaient humains 99% du temps, et on avait osé les discréditer pour douze nuits dans une année… Ridicule. Mon expression se durcit sévèrement lorsque Malfoy osa utiliser l’expression « lâcher dans la forêt » pour Finn. Yep, y’avait fortement moyen que l’avocat finisse – tout comme Jeremiah Miller – avec mon poing dans la figure d’ici la fin de cette année. Satisfait ou remboursé. Non mais il se foutait de moi celui-là ? Voilà qu’après tout ce temps passé à jouer les faux-cul avec les Weasley et les Potter, il trouvait le moyen de fauter avec un lapsus de ce genre montrant clairement qu’il ne considérait plus du tout Finn Ambrose comme un être humain ou même un élève de cette école ? Voilà qu’il en parlait déjà comme une bête qu’on lâcherait dans la forêt pour qu’il fasse joujou  cinq minutes avant de le remettre dans sa cage. Non même pas, d’après lui, la forêt était une mauvaise idée parce que le loup-garou l’ayant attaqué pourrait l’y attendre pour le surveiller ou l’approcher. Mine de rien, il était marrant de voir que le Petit Prince Malfoy n’avait absolument AUCUNE foi en la sécurité apportée par le Directeur ou les Aurors. Ces derniers ne semblaient toujours pas réagir d’ailleurs. Je me foutais de leur gueule, et ils ne disaient rien. Malfoy déclarait – ouvertement – qu’ils étaient inutiles, et toujours rien. Devrais-je leur balancer mes tongs à la tronche pour voir s’ils bronchaient ? À méditer. Je notai au passage qu’il ne semblait pas réticent à l’idée que James soit présent lors de ces nuits de Pleine Lune. Franchement, entre 2% de chances qu’un ennemi soit là et 100% de chance que son meilleur ami le soit, quel était le plus risqué ? Qu’on m’explique ce que Malfoy foutait ici au juste ?

Et voilà qu’il proposait carrément de le foutre en cage avec la Cabane Hurlante. Sérieusement ?! Je parlais justement de lui laisser de l’espace pour qu’il puisse se dégourdir les pattes, et voilà que monsieur proposait l’inverse ! Pire encore, il ne respectait même pas sa propre logique… Il osait dire que la forêt était risquée, mais se permettait de proposer un lieu connu de tous et aisément accessible depuis Pré-au-Lard. Comment proposer des idées dénuées de bon sens comme un blond… Ha ! Il se proposait pour surveiller Finn maintenant… Euh… Comment l’en dissuader sans pour autant déclencher une scène ? Hmm… Euh… Comment faire ? Je pourrais éventuellement… Nope, ça finirait en bordel. Et si je lui disais que… Non ! Surtout pas, manquerait plus que cette réunion finisse dans la Gazette. Finn n’avait pas besoin de ce genre de publicité. Bon, mieux valait que je trouve en vitesse avant que le fanclub du blondinet ne se mette à l’encourager. Ouf, tant mieux, Nwyl était là pour ajouter un peu de bon sens à cet échange d’idées. Je devais admettre qu’il était amusant de voir qu’elle pensait à son chien en cas de secours et non à sa propre baguette. Bon après, chacun sa façon de survivre. En attendant, elle avait raison sur deux points : la Cabane était à bannir, et elle connaissait suffisamment la Forêt pour que Finn y soit tranquille.

Je levai les yeux au ciel lorsque l’assistante se mit à parler. Franchement, qu’est-ce qu’elle foutait là elle aussi ? Il s’agissait d’une conversation entre adultes, non ? N’avait-elle pas des cafés à préparer pour Flint et Firlowel ? Clairement, la potion Tue-Loup ne demandait pas l’aide de trois personnes. Firlowel était supposé être un génie. L’infirmière m’avait démontré qu’elle savait très bien ce qu’elle fait en potions. Bref, les deux n’avaient pas vraiment besoin de s’aider déjà. Au mieux, ils pouvaient la préparer à tour de rôle : ils avaient suffisamment d’expérience pour. Tant qu’ils prenaient la peine d’avoir Finn présent pour lui apprendre à la concocter, ils n’avaient besoin de personne d’autres, encore moins d’une fausse-adulte de 12ans d’âge mentale… Elle risquerait de tout gâcher avec ses gamineries. Retirant mes lunettes pour les poser sur mon front – plus simple pour croiser les regards – je fus content d’entendre que Flint allait en rajouter une couche quand celui-ci décida lui aussi d’ignorer la logique au profit de l’ignorance totale. Olander, oui. Firlowel et Shauwn, oui. Malfoy, juste non. Euh… De bibliothécaire inutile, voilà que je venais d’être promu connaisseur en baguette et rien d’autre. Petite question : à quelle heure on avait oublié que j’étais Magizoologiste avant d’être bibliothécaire ou même référent du club de duel ? Or, un magizoologiste étudiait les créatures magiques. Et, coïncidence, un loup-garou était quoi ? Une créature magique ! Le plus étrange dans tout cela, c’était que Flint le savait très bien. Il avait délibérément choisi de l’ignorer. Pourquoi ?

Sans vouloir m’offenser ? Un regard peiné – expression qu’on savait tous inconnue au répertoire de Flint – et une sorte de compliment-qui-n’en-était-pas-un envers le Petit Prince Malfoy… Alerte rouge !! Il y avait anguille sous roche…que disais-je, baleine sous caillou ! BALEINE SOUS CAILLOU !! Que Flint me descende était une chose – c’était la base même de notre pseudo-entente – par contre qu’il remonte le blondinet en était une autre. Niveau subtilité, j’étais habitué à mieux venant de sa part. Non, il avait autre chose en tête. Ne quittant pas le professeur de Défense du regard, j’essayais de deviner où il voulait en venir en encourageant l’ex-Serpentard dans son entreprise suicidaire. Yep, il était marrant deux minutes mais…il restait un employé de bureau. La seule action à laquelle il avait eu droit au cours des vingt dernières années était probablement sa lune de miel, et encore, j’avais de gros doutes là-dessus vu que son épouse était médicomage. Rien ne l’empêchait de s’auto-inséminer, et je ne la blâmerais pas. Qui irait copuler avec Malfoy ? Yeurk ! Rien que d’y penser me donnait envie de me jeter contre un mur et de me fracasser la tête jusqu’à oublier cette horrible image !! Bon, en attendant, j’avais fini par deviner ce que Flint cherchait. Rien de bien compliqué, il avait juste décidé de rendre publique notre petit jeu consistant à dire du mal du Directeur. La seule différence, c’était qu’on passait au professeur de droit cette fois-ci. Forcément, jamais ô grand jamais il n’aurait complimenté ce dernier – pour une expérience qui n’était pas du tout en sa faveur d’ailleurs – si ce n’était pour que je rétorque à ma façon, soit de façon cash et sans bavure. Message reçu Flint – comment ça j’étais parti tout seul et trop loin dans mon raisonnement ? Sans lâcher le prof de Défense du regard donc, je repris la parole au grand dam de tous :

« Tu te fiches de moi Flint !? Le blondinet est pas foutu de saluer un hippogriffe sans finir à l’infirmerie et tu veux qu’il aille s’occuper d’un nouveau loup-garou ?!! – Histoire que tout le monde sache de qui je parlais, je pointais naturellement Malfoy du doigt. Pas très poli de ma part mais, à un moment donné, fallait apprendre à ouvrir les yeux – Ça m’étonne déjà qu’il soit capable de nourrir un hibou sans y laisser ses doigts… – bon, je supposais que la partie politesse et respect du collègue s’était envolée, autant continuer alors – Quant à son expérience avec les loups-garous, je doute que ses brunches du dimanche avec Fenrir Greyback soient le meilleur argument pour convaincre le Directeur de le laisser s’occuper du meilleur ami de son fils... – d’ailleurs, ça me rappelait que j’avais une question importante à poser là-dessus. Me tournant vers le Malfoy, je lui demandai d’un ton curieux – Tiens, ça me fait penser... Voldemort prenait son jus d’orange avec ou sans pulpe ? »

C’était quand même le genre d’information qu’on n’avait pas dans la biographie de Tom Jedusor. Et pourtant, on avait là celui qui l’avait hébergé dans son manoir pendant plus d’une année !! Forcément, il avait dû en apprendre une tonne sur le quotidien alimentaire du Seigneur des Ténèbres, non ? Était-il plutôt thé ou café ? Jus de citrouille ou bièraubeurre ? Serviette ou peignoir ? Portait-il un bonnet sur la tête pour se doucher ? Chantonnait-il la gloire de Salazar en cuisinant son fameux sauté de moldus, assaisonné au venin de basilic ? Toutes ces questions que le monde se posait et auxquelles Draco Malfoy, ici présent, étaient capables de répondre. Voilà le genre d’interviews qu’ils devraient faire dans la Gazette au lieu de perdre leur temps avec Mister Calamité et son épouse bafouée !! Bon allez, il était temps de passer à autre chose. Voilà que la gamine décidait de poser des questions. Comment voulait-elle que le Directeur en sache plus sur l’incident alors qu’il avait été incapable d’empêcher son fils de faire le mur ? Au mieux, il avait eu droit au récit de la part de James et Finn. Rien ne garantissait qu’ils lui avaient dit toute la vérité. A côté de ça, à moins que – et j’en serais éternellement fier – les deux Gryffondor aient survécu au loup-garou toute la nuit au point de le voir retrouver sa forme humaine au petit matin, je doutais qu’ils aient été capables de l’identifier. Aux dernières nouvelles, sous leur forme de loup, ils n’étaient pas aisément différentiables, surtout en pleine nuit ! En ce qui concernait cette histoire d’acte isolé, je voyais mal en quoi ça pourrait faire partie d’un plan avec autant de variables inconnues.

« Pourtant, un acte isolé serait le plus logique. – annonçai-je à voix haute, avant de poursuivre mon raisonnement– Je m’explique. Comment deviner que James et Finn allaient faire le mur un soir de Pleine Lune ? Comment deviner l’heure ? S’ils allaient transplaner ou pas ? Où ils allaient transplaner exactement ? Lieu désert ou public ? Tu vois où je veux en venir ? Avec toutes ces informations douteuses, faudrait vraiment être le plus chanceux des chanceux pour tomber sur eux au bon endroit et pile au bon moment pour une attaque calculée. »

Je ne disais pas qu’il ne s’agissait d’un acte isolé, mais à moins d’avoir recours à du Félix Félicis ou à la malédiction de Calamité Potter, je voyais aucune explication logique sur le pourquoi du comment un loup-garou aurait pu mettre au point une telle stratégie d’attaque. Si je poussais mon raisonnement plus loin, j’en arrivais à des théories comme le 3ème œil, l’aide d’un Légilimens, l’Imperium, ou un autre truc farfelu dans le genre. Bref, s’il y avait vraiment eu planification, ça viendrait de quelqu’un de très intelligent et de très déterminé !

« Je me doute que la possibilité d’un coup des néo-mangemorts va probablement vous traverser l’esprit. Le truc c’est que, jusqu’à maintenant, ils n’ont rien fait d’exceptionnel. Au contraire même, ils enchaînent les âneries, ce qui en dit long sur le niveau d’intelligence de leur leader actuel, dans le cas où ils en auraient un. – continuant sur ma lancée, j’ajoutai – Malgré un avantage à 5 contre 1, ils n’ont pas été capables d’éliminer un ministre pris par surprise. Ils ont bêtement relâchés Austin alors qu’il aurait été plus malin de le faire disparaître. On ne sait toujours pas s’ils sont derrière le meurtre de Joon Park. Et cette attaque ne correspond pas vraiment à leurs habitudes douillettes et hyper-prudentes. »

J’essayais de réfléchir à tout cela d’un point de vue logique. Néanmoins, ce genre d’enquête n’était pas vraiment ma spécialité. Certes, j’étais un adepte des raisonnements poussés et des hypothèses toutes plus délirantes les unes que les autres. Cependant, mieux valait laisser la partie profilage et analyse criminelle aux experts en la matière. Me tournant donc vers les Aurors – les adultes hein, pas les bébés – je décidai de leur demander leur avis puisqu’ils n’avaient pas l’air plus motivés que ça à blablater jusque-là. M’orientant vers les Aurors, je les interrogeai :

« Vous en pensez quoi ? »


.....................................................




Présentation | Liens | RPs | Volière
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Maître du Jeu
Masculin
✎ Parchemins : 82
✎ Date d'arrivée : 14/11/2016
Liens et RPs
MessageSujet: Re: Règles et mesures, nouvelle victime : Rp contexte [Prof et personnels] Mar 4 Avr - 16:15

Règles & Mesures, mon cul.


Auror : Marcus Abberline, mentor de Jack Tanner et Ted Lupin

Qui disait vacances de Noël, disait diminution d'élèves, disait moins de monde pour couvrir le terrain en cas de pépin. Moins de monde à couvrir signifiait moins d'auror – au cas où ce ne serait pas clair – à patrouiller, raison pour laquelle Jack Tanner avait eu le feu vert de son supérieur, Marcus Abberline, moi-même, pour retourner chez lui tout comme Junior d'ailleurs, même si ce dernier n'avait pas eu à faire qu'à un feu vert, un gros feu rouge et des menaces avaient fusées pour le jeune Ted Lupin, mon dernier poussin, suite une lettre fumante qu'on appelle beuglante envoyée par un certain Professeur Fawley mentionnant une attitude inappropriée envers une élève au bal étudiant.

À la lecture de la lettre, j'étais devenu cramoisi, mes veines palpitant sur mes tempes follement, la lettre n'avait pas fait long feu soit-dit en passant. Ted Lupin, dont j'étais le mentor, mettre à mal sa profession pour une jeune femme pas encore diplômé ? Ridicule ! Niant la lettre, je fus bien vite rattraper par le chef du service qui, lui aussi, avait reçu la dite lettre. N'ayant plus le choix, j'avais convié Ted Lupin et Jack Tanner en début de vacances, ces derniers toujours en poste à Poudlard avec tant d'autres.

Prit individuellement j'avais apprit de Jack que les rumeurs allaient bon train, mais qu'il n'avait pas eu le temps d'apprendre l'identité de l'auror ayant fauté, aussi l'avais-je congédié à passer bonne fête en famille. Était venu le tour de Ted Lupin, lequel se savait en tord au moment même où il était entré dans mon bureau... les explications fusèrent, les remontrances aussi, vérité dévoilée voilà que je n'avais pas d'autre choix que de faire un semblant de 'sanction'.

La surveillance de Ted Lupin s’arrêterait le temps des vacances, n'allait pas croire qu'il s'agissait de ma seule idée ! Le vieux que je suis, était suffisamment remonté que pour interdire à Junior l'accès à Poudlard définitivement, mais une lettre du directeur de l'école en personne m'avait encouragé à prendre des dispositions plus souples... tant mieux dans un sens, Ted était doué et utile, l'erreur ne se reproduirait plus, j'en étais certain !

Les vacances touchaient à leur fin quand je reçu une nouvelle lettre du directeur, cette fois indiquant une urgence me semblait-il, bon cœur et parce que les affaires pressantes me manquais, je m'en étais hâté au château avec la certitude que ses loupiots Jack et Ted n'auraient pas eu le message. Un coup de pied au cul si l'un d'eux se pointaient !

Entouré de quelques autres aurors, j'observais les professeurs d'un regard de chouette, l'ensemble paraissait louche, ça suintait le vilain à plein nez et pourtant... pourtant... rien n'indiquait pour l'instant l'un plutôt qu'un autre comme étant LE coupable à abattre. Encore que je ne pouvais m’empêcher de sembler irrité à la simple vue de l'avocat blond ou encore du vacancier.

Le directeur arriva blanc comme un linge et expliqua la situation. Nulle surprise côté auror, l'attaque avait fait l'objet d'un tour de terrain par des tireurs d'élite et aucun loup-garou n'avait été retrouvé, il aurait été bien stupide de penser qu'il rodait encore dans les environs !

Le personnel commença à faire débat pour un simple et jeune loup-garou, moi de mon côté je restais droit et me contentais d'écouter même si franchement je ne voyais aucune alerte en particulier, juste une surveillance de plus, un caillou dans une chaussure, un merdeux en plus quoi, pas besoin de faire tout un drame. Les seules fois où mes sourcils tressaillir et où j’eus grande envie d'envoyer toute ma retenue au caleçon de Merlin, fut quand les agissements de Ted furent pointé du doigt grossièrement, le pire étant les quelques rictus qui avaient fusés.

Ted était encore jeune, mais loin d'être idiot, l'erreur ne se reproduirait plus, il apprenait vite de ses erreurs, je le savais, mais lui, ce petit con d’hawaïen machin chose, se permettait de le descendre en flèche sans même lui laisser le bénéfice du doute ou de prendre en compte ses talents ! Crevard qui semblait encore plus louche et dont je presserais Jack -puisque Ted aurait assurément droit à un commentaire désagréable- d'en tirer les vers du nez si ce n'était pas déjà fait ! Par ma barbe que je n'avais plus, ma femme m'avait prié de la raser pour les fêtes, je mettais ma main au feu qu'il cachait quelque chose !

La seconde fois fût quand le prénom 'Flint' fut cité, à ma connaissance il n'y avait qu'un seul professeur répondant à ce prénom : le professeur Fawley, l'auteur de cette maudite lettre ! De CES MauditeS BeuglanteS de Merde !

Ah, voilà que super chemise s'adressait à nous – mine de rien j'aimais beaucoup sa chemise, moins ses tongs et son short, ainsi que sa gueule de crétin m'as tu vu.

« De c'que je sais, on nous a d'mandé de surveiller Poudlard, pas la maison de m'sieur Potter, c'que vous décidez de faire concernant l'gamin ne nous ne regarde pas... même si l'mettre en cage est pas l'option censée qu'on propose de base de nos jours, nous. » Grognais-je au sujet de l'élève en posant un regard hargneux sur les idées tordues de l'avocat, rien à battre si on attendait pas mon avis sur ce point, mais je devais montrer mon désaccord à ce niveau et à ce blanc-bec tout propre. Reportant mon attention sur le dit Grant, je poursuivis. « Pour ce qui est de ce putain de groupe de sous merde à la con de mon trou de - » mes débuts d'insultes prirent soudain fin par l'intervention du directeur, pourtant j'étais tout en droit de critiquer et de m'exprimer non ? Fallait croire que non, que toutes les bonnes choses avaient leurs limites. J'étais plus vieux que lui déjà, aussi vieux que son père s'il avait encore un, voir plus, Potter me devait respect et obéissance, mais mon cul m'disait qu'j'pouvais toujours me gratter les couilles d'y songer d'en réceptionner ne serait-ce qu'un pourcent.
(c) AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Liens et RPs
MessageSujet: Re: Règles et mesures, nouvelle victime : Rp contexte [Prof et personnels] Mar 4 Avr - 16:23





Règles et Mesures, nouvelle victime


Après ma première réaction, certes qui peut s'avérer inutile d'un point de vue extérieur au mien, Monsieur Malfoy prit la parole. Les paroles qu'il prononça, agirent sur moi comme une attaque personnelle. C'est pourquoi debout, dans la salle, j'hésite à me diriger vers lui pour exprimer ma pensée comme il se doit. Croisant les bras, je me dis que je suis l'infirmière et que je ne peux me comporter ainsi. Quoique... Non Shury ! Je fusillais du regard le professeur de droit.

Merci, Monsieur Malfoy, pour votre explication. Il est vrai qu'ils ne pourraient pas aller au mieux de leur forme. Après tout, un loup-garou n'est pas un chien. Toutefois, je préfère savoir l'étendue des dégâts que je devrais rétablir. Certes ce n'est pas non plus une catastrophe nationale, mais c'est moi qui serais là psychologiquement pour ces enfants. Alors, bien que mes questions semblent un tantinet hors contexte, je préfère être au courant de ce qu'ils disent aux adultes.
(Se tournant vers le directeur)
De plus, j'aimerais les voir au plus vite ainsi que le dossier du médicomage qui s'en est occupé.


En effet, James et Finn sont des adolescents irrécupérables et drôles. Connaissant James, il pourrait, très bien, dire une chose aux adultes pour cacher ses réelles pensées et ses véritables soucis. Et je ne veux pas qu'ils fassent pareils avec moi. J'ai besoin qu'ils restent ouverts envers moi pour que je puisse les soutenir moralement.

Par la suite, Tobias intervint aussi. Toujours debout, les bras croisés, je me tourne vers lui pour écouter ses propos. « Dites… Vous comptez dramatiser la situation encore longtemps ? » Mes lèvres forment un petit sourire à cette phrase typiquement Tobienne. Sur le coup, la tension de mes épaules se relâche. Il avait raison, il vaut mieux ne pas dramatiser.... comment les soutenir si j’exagérais la situation ? C'est pourquoi, je réfléchis à la situation de manière plus objective. Monsieur Ambrose sera entouré d'une bonne équipe.... du moins, je peux le confirmer pour certains mais pour les autres ? Je suis sortie de mes pensées pour une interjection m'étant destinée de Grant.
Levant les yeux au ciel, je le regarde en secouant la tête et en soufflant idiot. Bien sûr, qu'il serait de la partie quitte à l’enchaîner à une chaise et à lui bourrer le crâne de la recette.
Quand il parla de laisser à Finn de l'espace pour se dégourdir les pattes, j'ai dû me faire violence pour ne pas rire. Bien qu'au fond de moi, je trouvais ça drôle. Par contre, lui ne se priva pas d'en rire  suivi par mon amie Nwyl. Tournant la tête vers elle, je souris. Cela lui ressemblait bien ce genre de réaction.

Une nouvelle fois, Malfoy parla pour proposer ses services de baby-sitter à l'instar de Tobias. Son choix privilégiait la cabane hurlante alors que Grant, la salle sur demande. Nwyl rajouta sa touche en faveur de Tobias et de la forêt interdite. Attendez.... Elle venait bien … J'ai bien entendu.... Pour le coup, je ris de sa phrase. Je sais que Zeus était fort mais là Nwyl …. Et elle continua comme si rien n'était. Je continue de rire doucement. Je sais, mauvais timing. Mais Nwyl arrivera toujours à me faire perdre mon sérieux. C'est presque si je n'allais pas la prendre dans mes bras. Quoique, actuellement, je ne crois pas qu'elle aimerait avec ma tenue. La preuve en était qu'elle était assise assez loin de moi, ce qui me fait aussi rire pour le coup. Hum... Je me demande, du coup, si ce n'est pas la baisse de tension qui me fait rire.

Rien qu'en un instant, Malfoy avait su m'élever contre lui avec une simple phrase. Tobias était égale à lui-même... mais attendez qu'est ce que cet accoutrement ? Comment j'ai fais pour ne même pas tiquer ? J'essaie d'étouffer mon rire discret face à tout ça. Et Nwyl proposait la forêt interdite. La connaissant, c'est tout à fait possible qu'elle ait quelques endroits pour que Finn se dégourdisse les pattes comme ils le disent.

Ma mini crise de fou rire passa rapidement à l'intervention de Mademoiselle Travers. Si j'avais bien compris, elle était l'assistante des professeurs de potion et DCFM. Toutefois, je n'ai aucunement besoin d'aide pour ma part. J'ai su me débrouiller toutes ces années, je le peux encore. Je n'ai tout de même pas oublié mes années en médicomagie, mes stages et mes anciens emplois depuis que je suis arrivée à Poudlard. J'ai bien vu que cet endroit était parfait pour perdre certaines qualifications. Mais j'ai pris la mesure de ce problème, à peine un an après mon arrivée. Il m'arrive donc de me rendre, pour aider mes confrères, dans les hôpitaux de province, qui je le rappelle peuvent manquer d'employés, pour d'autres cas.

Merci pour votre proposition, Miss Travers. Pour ma part, je la décline. Je pense que trois personnes sur une potion est bien trop. Donc, on pourrait se diviser le travail. Et ne vous inquiétez pas, je peux aussi gérer, seule, Monsieur Ambrose, quitte à le coller sur une chaise, lors de nos futurs séances de potions.

La suite de sa phrase me scotcha. C'était vraiment hypocrite de dire cela... comme si elle n'avait aucun point de vue pour sa part sur la question et qu'elle s'en remettait à la plus haute instance. Tout en sachant que cette dernière est présentement en train de nous demander des solutions. Ça équivaut à mes yeux, à dire « Je ne sais pas quoi faire alors je me tourne vers vous. Trouvez des solutions parce que je ne peux pas le faire seul. » Donc, Travers s'en remet à une personne qui s'en remet à nous. On n'est vraiment pas sorti de l'auberge.

C'est au professeur Fawley a qui revient la tâche de me sortir de mes pensées. Il est vrai qu'il commence à y avoir beaucoup de monde dans l'assignation à la surveillance de Monsieur Ambrose. Toutefois, la remarque sur Tobias me paraît déplacée. De part ma position par rapport au bibliothécaire, je sais qu'il peut parfaitement se débrouiller face à un jeune loup. N'y avait-il pas la preuve de ses connaissances gravées dans ses chairs ? Je jette un regard en biais à Fawley, c'était bizarre. En tant que professeur de DCFM, ne connaissait-il pas la véritable profession de Tobias ?

C'est à ce moment là que le principal concerné monta dans les tons. Répliquant d'abord à Fawley, pointant du doigt Malfoy, avant de se tourner vers ce dernier, pour poser une question quelque peu osée. Sur le coup, je dois dire qu'au fond, j'étais contente de voir un peu Malfoy malmené. Mais bon, ce n'est pas très professionnel ça non ? Je devrais m'en offusquer et m'outrager de l'audace de Tobias. Mais, je peux vous dire que je ne suis pas dans les meilleures circonstances pour cela.

Pour ce qui est des néo-mangemorts, je ne m'en préoccupe aucunement. Certes, ils peuvent s'arranger pour montrer les dents, mais comme le dit si bien Grant, ils ne pouvaient pas être aussi organisés pour s'attaquer aux deux gryffondors, sans connaître leurs déplacements au préalable.

Mais ce qui m'intéressait le plus, actuellement, était de les ausculter et de lire leurs dossiers. C'est pourquoi, je me dirigeais vers la porte pour me placer proche de l'entrée, lorsque les jeunes rentreront. Après, ils pouvaient se battre et s’entre tuer que ça me passait par-dessus la tête.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Directeur de Poudlard
Masculin
✎ Parchemins : 130
✎ Date d'arrivée : 01/07/2016

Sorcerer's Identity
✎ Année à Poudlard:
✎ Profession: Directeur de Poudlard
✎ Inventaire:
Liens et RPs
MessageSujet: Re: Règles et mesures, nouvelle victime : Rp contexte [Prof et personnels] Dim 9 Avr - 19:30

Règles et mesures, nouvelle victime : Rp contexte">PV


Mercredi 2 Janvier 2019, début d'après midi.

La nouvelle suscite de vives réactions, pas toutes exactement celles que Harry prévoyait, mais toutes se calquant parfaitement à la personnalité de chacun. Shury, l'infirmière, fut la première à prendre la parole pour s'inquiéter  de l'état de deux garçons. C'était tout à son honneur et typique de sa profession. La réaction était tellement spontanée que Harry ne put s'empêcher de laisser apparaître un pâle sourire. Il comptait évidemment sur elle pour la réalisation de la potion tue-loup. Il ne doutait pas des compétences de chacun. En revanche, c'était une autre histoire lorsqu'il s'agissait de ses compétences. Il allait répondre, expliquant que James séjournait encore à Saint Mangouste mais que ses jours n'étaient pas en danger, et que Finn se portait bien pour le moment, malgré le choc. Il n'eut, malheureusement, que le temps d'ouvrir la bouche, pratiquement aussitôt interrompue par monsieur Grant, le bibliothécaire. Cette prise de parole marqua alors le dérapage total qui suivrait et dont Harry n'avait pas prévu l'arrivée.

Tobias Grant et son éternel sarcasme enchaînèrent les premiers, dédramatisant la situation un maximum. Sa réflexion sur les aurors eut le don de faire serrer les poings et froncer les sourcils. Ils ne réagirent pas de suite car Drago prenait déjà les remarques de Shury au pied de la lettre. Harry poussa un soupir. Il sentait que la discussion allait s'avérer longue. La relation entre Drago et lui s'était nettement arrangée au fil du temps mais l'héritier Malefoy gardait toujours sa personnalité bien ancrée en lui et Harry craignait que l'infirmière, qui ne le connaissait pas aussi bien que lui, le prenne un peu mal. Effectivement, elle fut assez piquée au vif et la réplique qu'elle lui lança lui donna raison. Sa dernière remarque le fit toutefois sourire intérieurement en l'imaginant seconder un loup-garou dans la Forêt Interdite alors que, lors de leur première année , il avait manqué de faire une crise cardiaque lorsqu'ils s'étaient tous retrouvés collés. Ce n'était pas le lieu favori de Drago, il fallait bien le dire. Néanmoins, Harry refusait catégoriquement de faire rentrer un loup-garou dans l'enceinte du château, même s'il était sous potion. Le risque que quelqu'un découvre le secret était bien trop grand. Et puis, depuis l'arrivée de toute sa famille dans le château, le secret de la Salle sur Demande n'était plus aussi dissimulée qu'auparavant. L'intervention de Nwyl Shauwn, la garde-chasse, eut néanmoins le don de détendre un tant soit peu l'atmosphère. Déjà, elle débuta par un long rire étrange qui ne lui était guère coutumier et qui fit rire Harry intérieurement. Par moment, elle lui rappelait Luna et Luna avait le don manifeste de rendre les situations dramatiques beaucoup moins dramatiques. Miss Shauwn produisait le même effet. De plus, une fois n'était pas coutume, son intervention se révélait assez pertinente. Il était clair que laissez Finn cloîtrer à un endroit n'était pas une bonne idée et miss Shauwn connaissait assez bien la Forêt pour savoir où aller. Miss Travers, elle, se contenta d'une réaction réservée pour se proposer également d'aider Shury à la réalisation de la potion. Puis elle se tourna vers le directeur pour demander plus d'informations sur les circonstances de l'accident. Une fois encore, Harry ouvrit la bouche, prêt à lui expliquer, mais il fut interrompu à nouveau par le professeur Fawley. Chacun amenait son propre raisonnement et l'ancien gryffondor fut prit d'une migraine soudaine. Les voix se mirent alors à retentir de part et d'autres. Shury qui répondait à Drago, monsieur Abberline s'offusquant des propos sous-entendus par tout le monde et Tobias Grant s'excitant sur Drago et professeur Fawley également. Les tirades devinrent longues et les propos dépassèrent bientôt le politiquement correct.

-Ca suffit ! coupa soudainement Harry d'une voix ferme, interrompant monsieur Abberline dont les mots se transformaient en jurons éhontés. Monsieur Grant, vos insinuations sont inacceptables. Monsieur Abberline il est inutile de vous montrer grossier. Arrêtez donc de vous comporter comme des enfants, nous ne sommes pas là pour réveiller de vieilles histoires désuètes.

Toutes ses belles paroles commençaient sérieusement à l'agacer. Son ton devenait ferme et légèrement irrité, sans entrer, pour autant, dans des tons supérieurs. Le brouhaha prit fin. Et Harry se donna une petite seconde pour expirer.

-Shury, vous aurez bien évidemment accès à leur dossier. Monsieur Ambrose va bien. Il est choqué, bien évidemment, mais il s'est rapidement remis. Mon fils est toujours à Saint-Mangouste. Il a été griffé dans le dos et s'est désartibulé l'épaule en transplanant. Ses jours ne sont plus en danger mais il nécessite encore une surveillance.

Les mots sortaient naturellement de sa bouche alors que son cerveau tentait d'étouffer le sentiment de peur et d'inquiétude qui perçait de part et d'autres. En tant que directeur, actuellement, il ne pouvait se permettre de laisser ses émotions de père prendre le dessus sur son rôle à Poudlard.

-Depuis quelque temps déjà, j'avais un très mauvais pressentiment. Messieurs Ambrose et Potter ont profité d'une seconde d'inattention de notre part pour sortir, malgré le couvre-feu instauré. Ils se sont baladés dans la forêt jouxtant Godric's Hallow et ont été surpris par un loup-garou. Ils ont tenté de se défendre mais face à la créature... Sa voix émit un léger tremblement mais Harry se reprit bien vite. Monsieur Ambrose c'est fait mordre. Puis, une sorte de chien est apparu et les a défendu. James en a profité pour commencer le processus de transplanage mais le loup-garou a réussi à prendre le dessus sur le chien et James a été griffé. Perturbé, il s'est désartibulé.

Un long silence suivit ses paroles. L'air sombre, Harry poursuivit.

-Je pense que le groupuscule des néo-mangemorts sont derrière cette agression. La forêt de Godric's Hallow est vierge de toutes créatures magiques depuis des années. Cela ne peut pas être ne coïncidence. Dans la précipitation, ils n'ont rien pu dire sur le « chien » qui est venu les aider ou si le loup-garou était sous Tue-loup ou non. S'il agissait de son propre chef ou s'il était totalement incontrôlable.

Poussant un soupir, Harry se mura dans le silence. Cette expédition nocturne avait rapidement viré au cauchemar et confirmait ses propres soupçons. Sa maison était sous surveillance. Peut-être devrait-il accepter la protection des Aurors ? Cette perspective ne l'enchantait guère mais il devait penser à sa famille. Sans parler des nombreux rajouts qui venaient élire domicile chez lui presque à chaque vacances. Il ne pouvait pas décemment pas expliquer aux parents de Rosalie Collins ou à Kingsley que, malgré l'attaque, il n'était guère disposer à accepter l'aide des Aurors. Déjà que l'entrevue avec la mère de Finn s'était avéré très compliqué. Il était fautif, après tout.

-Pour ce qui est des mesures, je vais rejoindre vos opinions. Monsieur Ambrose ira dans la Cabane Hurlante, sous la bonne garde de notre garde-chasse, de monsieur Grant et de monsieur Malefoy. Un lieu clos ne me semble guère adapté mais la Forêt Interdite est une moins bonne option, surtout par les temps qui courent. Le potion sera préparé par professeur Firlowel, miss Oleander et miss Travers pourra participer si besoin est. Nous changerons de personnel à chaque pleine lune afin que ce ne soit pas tout le temps les mêmes.

Harry n'avait clairement pas cité James mais il savait que son fils l'accompagnerait lors de ces moments. Ce n'était pas professionnel de la part de Harry de l'autoriser mais il ne pouvait que comprendre les sentiments de son fils. Son propre père était passé par le même raisonnement et Harry n'aurait jamais accepté de laisser Ron seul dans ses moments. Toutefois, la situation était grave, surtout dans le contexte actuel. Il ne pouvait assurer leur protection hors de l'enceinte du château. Mais laisser Finn cloîtrer à l'intérieur n'était pas non plus une bonne idée. Il ne pouvait compter que sur Tobias, aussi douteux qu'il pût paraître, et miss Shauwn, espérant que cette dernière saurait quoi faire si jamais le premier se révélait être un traître. Il avait néanmoins un sérieux doute à ce sujet. Même s'il ne doutait pas de l'antipathie qu'il lui témoignait, pour une raison que Harry ignorait. Encore une fois, Harry attendit les réactions et questions de chacun.



© Gasmask


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Assistante du professeur de Potions, de DCFM & Chef des Néo-Mangemorts
Féminin
✎ Parchemins : 270
✎ Date d'arrivée : 28/10/2016
Liens et RPs
MessageSujet: Re: Règles et mesures, nouvelle victime : Rp contexte [Prof et personnels] Mer 19 Avr - 20:59


Règles et mesures, nouvelle victime


Particulièrement douée en Potion, Elesya avait rapidement proposé son aide dans le cadre de la préparation de la Potion tue-loup aux côtés du Professeur Firlowel et de l'Infirmière Oléander. Ne souhaitant pas d'avantage rentrer dans le débat qui venait de s'engager entre ses collègues, Elesya avait tout bonnement préféré attendre, tout en donnant bien entendu le dernier mot au Directeur (même si elle ne le désirait pas spécialement, mais il fallait bien qu'elle se fasse toute petite si elle souhaitait obtenir des informations supplémentaires et obtenir des réponses à ses innombrables questions). Par la même occasion, la rouquine en avait profité pour en savoir plus sur les circonstances de l'accident, craignant que l'un des néo-mangemorts y soit mêlé. C'était même d'ailleurs ce qu'elle redoutait. Le regard insistant et discret d'Haru sur sa personne en était même l'une des preuves flagrantes. Lui aussi semblait penser exactement à la même chose. C'est à cet instant précis qu'elle se mit quelque peu à paniquer, à regretter sa présence en ces lieux. Elle leur avait laissé trop de liberté et voilà où elle en était à présent. Il fallait qu'elle parvienne à faire quelque chose pour arranger tout cela et vite, mais pour l'heure le débat venait tout juste de reprendre et semblait prendre une toute autre tournure de ce qu'elle avait envisagé. Entre Fawley qui faisait preuve de psychologie et de sentimentalisme, Grant qui semblait rentrer royalement dans son jeu tout en s'attaquant personnellement à Malefoy. S'ensuivit les multiples suppositions du Bibliothécaire sur les circonstances de l'accident. En sommes, il pouvait avoir parfaitement raison, mais Elesya n'y croyait pas tellement se sentant clairement en « danger ». Elle ne pouvait guère s'empêcher de penser à sa petite théorie et à ce qu'elle allait bien pouvoir faire pour rattraper le coup.

Par chance, ses collègues semblaient avoir royalement oublié sa présence. Elle pouvait alors parfaitement et discrètement réfléchir. Elle fut cependant ramenée à la réalité par le comportement inapproprié du chef des aurors. À ces paroles, elle se retourna et ne manqua pas de le dévisager, puis de regarder Haru. Comment faisait-il pour le supporter ? Elle n'en savait guère cependant, son attention fut de nouveau captivée par un haussement de ton de la part du Directeur. Pendant ce temps, Miss Oleander prit le soin de se lever pour se déplacer près de la porte au cas où les principaux intéressés aient décidé d'écouter à la porte avant de faire leur entrer.

Le calme était de nouveau revenu dans la salle. Le directeur en profita donc pour de nouveau reprendre le contrôle de la discussion. Tout d'abord en rassurant Miss Oleander sur l'état de santé de ses patients, puis il prit le soin d'exposer les circonstances de l'accident tout en poursuivant sur ses doutes et ses suppositions. Comme elle le pensait, les Néo-mangemorts étaient bien reliés à cette attaque. Nul doute qu'elle allait avoir une sérieuse discussion avec Isabella, pour qu'elle découvre l'identité de cet imbécile n'ayant pas suivi ses ordres. Pendant ce temps, faisant comme si de rien était elle écoutait patiemment les mesures qui allaient être prise pour la prochaine pleine lune. Certains regards quelque peu dégoûtés ne lui échappèrent pas. Elle se contenta d'acquiescer et d'attendre. Peut-être n'allait-il pas tarder à leur donner congé, à moins qu'il désirait discuter d'autres choses en leur présence ou encore peut-être qu'il désirait aller chercher Monsieur Ambrose pour qu'il soit au courant de ses mesures qui allaient être prises à son égard ?

Pendant ce temps, son regard croisa de nouveau celui d'Haru. Elle savait qu'elle allait avoir droit à un interrogatoire de sa part, mais pour l'heure il fallait qu'elle trouve une solution. Fallait-elle qu'elle quitte Poudlard pour le bien du groupe et pour qu'elle puisse davantage les surveiller ou qu'elle reste ici en tant qu'espionne et laisser Isabella s'occuper du reste ? Pour l'instant, elle ignorait encore la réponse à cette interrogation.

camo©015


Prochaine intervention du directeur après le poste de : Tobias, Shury, Blaise, Drago, Nwyl et Flint (voir un auror xD) (peu importe l'ordre du moment que vous passiez tous une seule fois).
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Professeur de Défense contre les Forces du Mal, Directeur de Poufsouffle & Néo-Mangemort
Masculin
✎ Parchemins : 1329
✎ Date d'arrivée : 22/08/2016

Sorcerer's Identity
✎ Année à Poudlard:
✎ Profession: Professeur de DcFM & Directeur de Poufsouffle
✎ Inventaire: Polynectar (x2) Veritaserum (x2)
Liens et RPs
MessageSujet: Re: Règles et mesures, nouvelle victime : Rp contexte [Prof et personnels] Ven 21 Avr - 14:04

« Tu te fiches de moi Flint » L'homme en question ne pu que répondre d'un retroussement de nez profondément écœuré d'entendre son prénom ainsi cité et ce tutoiement familier irritant – quelle insulte pour ses oreilles ; ses yeux s'étaient déjà douloureusement accommodés à l'apparence du bibliothécaire. Pour le reste il n'avait clairement pas tord, il avait raison en tout point même, d'où le problème, mais si l'on voulait un tantinet s'approcher de la connerie et du drame en utilisant Ambrose, mieux valait que Malfoy y soit plutôt que Grant. Seulement Grant était trop grande gueule pour se la mettre en veille. Tout était gâché. Tout. Impossible que le blondinet soit prit après ça. Maudit sois-tu Grant !

L'intervention de l'auror eu raison de ses regards de vautour en directeur du bibliothécaire ; tout comme il n’eut le temps de penser que Joon Park était de son fait – un légilimens aurait pu le griller si c'était le cas ; les oreilles du professeur se mirent à siffler en entendant la façon de parler du plus vieux – si ça c'était pas le 'petit peuple' ou 'le sous peuple', il devait vivre dans une cité de délinquants, comment expliquer son langage sinon ! Potter arrêta les insultes ; traitant d'enfants l'auror et le magizoologiste, plus âgé que lui, ce que Flint trouva hilarant ; pour prendre la parole et faire état de sa décision.

L'attente du verdict sembla interminable - il se fichait grandement de l'état de James Potter, mais St Potter en faisait tout un drame 'griffer, désartibuler' s'il vous plaît ce sont des choses qui arrivent souvent ! Bon pas trop, mais tout de même, il n'y avait pas de quoi pleurnicher sur son sort. 

Ah ! Voilà quelque chose d’intéressant. L'attaque serait des Neomangemorts ? Hum... Selena avait dépêché quelqu'un à ce niveau ? Pour quelle raison ? Atteindre Potter ? Pourquoi viser Ambrose dans ce cas ? Une erreur ? Une énorme erreur, encore une, voilà pourquoi il n'était pas au courant... il ne voyait que ça. Il en toucherait deux mots à Zachary puis irait trouver Selena pour des explications. 

Quant à cette histoire de 'chien'... 'Navré Potter, votre fils a vu le Sinistros, préparez-vous à l'enterrer'. Étrange que le professeur de Divination n'ai pas rebondi dessus ! Ah si... ce dernier semblait en état de choc à moins que ce ne soit son air de tous les jours ? Constipé.

Enfin la sélection naturelle qui laissa Flint absent un moment

« je vais rejoindre vos opinions »

Pas la sienne en tout cas. De quatre personnes conseillées pour réduire tout soupçon, voilà que St Potter venait d'en nommer six. Une chance que personne d'autre ne se soit proposé pour garder la bête ! Ils auraient pu être une vingtaine sinon, que le directeur aurait accepté faute de savoir se décider sur le 'bon choix'. Quel idiot.... avec Grant dans les parages, les chances qu'un massacre se passe concernant la boule de poils se voyait réduites drastiquement. Pour le reste, il ne comprenait réellement pas à quel jeu jouait l'homme, parce qu’il ne pouvait s'agir que d'un jeu voyons.

Flint repoussa l'idée de pseudo catastrophe et se mit à analyser le petit groupe, histoire de tenter de comprendre les règles du dit-jeu ou un soupçon de réflexion intellectuelle. 

Oleander trouvait son utilité par sa fonction. Sa présence était donc logique. Firlowel par sa maîtrise de potion était nécessaire également. Grant était magizoologiste donc sa présence était bien choisie – même si il refusait de l'admettre ouvertement, il ne pouvait dénier que l'homme en question était talentueux et pleines d’expériences comme de ressources. Shauwn... s'y connaissait en forêt, était professeur de soins aux créatures magiques et devait hurler à la lune pour deux, peut-être que ce dernier point avait penché en sa faveur puisqu'il n'était pas question de laisser Ambrose se dégourdir les pattes dans la foret interdite. Pour les deux derniers, par contre, il fallait s'arracher les cheveux pour leur trouver une réelle utilité.

L'assistante Travers ? Pour trois uniques fois à faire les potions, sachant que Oleander et Firlowel étaient déjà là, que rapportait-elle ? Elle avait beau être douée en potion, il y avait déjà deux personnes pour trois potions a effectuées, qu'on aille pas lui indiquer que ces deux derniers étaient surbooké h24 et ne pourraient s'occuper d'une dernière potion ! Soit... elle couchait peut-être avec le Directeur et ce dernier ne voulait la froisser ? Ou avec Firlowel ? Passons !

Drago Malfoy, avocat... Flint fronça les sourcils, il ne pouvait être le seul à songer qu'il n'avait strictement rien à faire dans la composition du groupe n'est ce pas ? Certes, il avait mentionné son 'expérience' avec Greyback, mais c'était de l'ironie, une invitation à un massacre s'il n'était que quatre, mais ils étaient six à présent, Potter l'avait-il prit au sérieux ? Non. Impossible. Que ferait Malfoy durant la surveillance ? Aucune idée. Il ne pu s’empêcher de jeter un regard sceptique à Grant, peut-être avait-il trouver l'utilité caché du blond. Servirait-il de défouloir à Ambrose ?

Plutôt que Malfoy, le choisir lui, Flint Fawley, professeur de Défense contre les Forces du Mal – faut-il rappeler de quelle espèce il est question et que cette dernière a une classification ? - aurait été plus sage, plus logique qu'un : avocat costard cravate. Au diable la logique avec Potter. Il était incompétent en tant que père et en tant que directeur, il n'y avait plus raison d'en douter. Ajoutons à cela que même les aurors ne comptaient pas dans sa décision ; encore qu'avec le meurtre de Joon Park, il y avait de quoi douter de leur efficacité, mais pourquoi les garder en ce cas ? ; ... Potter avait-il une aventure avec Malfoy finalement ? Cela expliquerait pourquoi ce choix.

L'homme secoua la tête, il était inutile de tenter de comprendre le fonctionnement cérébrale d'une personne n'ayant pas de cerveau. Il n'avait plus qu'une hâte, retourner à ses occupations, envoyer un courrier ou préparer une visite à Selena, revoir ses cours pour les orienter sur les loups-garous, ainsi que répéter les dernières informations à la recrue prometteuse qu'il avait eu grand plaisir à rencontrer.

« Puisque tout semble avoir été dit et réglé, pouvons nous retourner vaquer à nos occupations ? J'aimerais préparer mes premiers cours de l'année et Si cette attaque est bien l’œuvre des Néo mangemorts, cela signifie qu'ils sont occupés en dehors des murs de Poudlard pour l'instant. » Fit-il presque sèchement en se déplaçant lentement également vers la porte. « À moins qu'il n'y ai une chose à rajouter, une chose que vous ne nous dites pas et que vous pensez que le château reste une cible majeure ?  » Demanda t-il poliment avec l'air de quelqu'un mi sérieux mi inquiet des révélations faites et de la réponse à venir.

.....................................................


THE NIGHT IS DARK & FULL OF TERRORS
When we stop looking for monsters under the bed when we realize They're inside of us. ©️ okinnel.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Bibliothécaire
Masculin
✎ Parchemins : 163
✎ Date d'arrivée : 25/11/2016

Sorcerer's Identity
✎ Année à Poudlard: //
✎ Profession: Magizoologiste
✎ Inventaire: Rapeltout
Liens et RPs
MessageSujet: Re: Règles et mesures, nouvelle victime : Rp contexte [Prof et personnels] Dim 7 Mai - 3:09



Naturellement, l’infirmière avait eu le bon sens de faire savoir que l’assistante Travers – alias la capricieuse sans talent – n’était absolument pas nécessaire pour la concoction de la potion Tue-Loup. Franchement, je pouvais comprendre son envie d’aider – ou pas – mais il s’agissait de quelque chose de bien plus important ici. L’erreur n’était pas permise et il n’était pas question d’attribuer cette tâche à quelqu’un de non-expérimenté. J’avais déjà mes doutes sur le professeur de Potions actuel, qui était soi-disant considéré comme un génie. Bon, je demandais à voir pour le coup. Après tout, il n’y avait pas besoin d’être un surdoué pour être professeur de Potions. Âgé de 23ans à peine, je me fichais comme d’une guigne de son quotient intellectuel. Ce qui comptait dans l’Art délicat de la potion, c’était l’expérience. Or, il m’apparaissait bien trop jeune pour être considéré comme un vétéran en la matière. L’infirmière Shury était plus âgée, avait un bon parcours et avait même pris la peine de voyager pour étendre ses compétences de médicomage à l’étranger.

Enfin bref, tout ça pour dire que y’avait beaucoup trop de personnes qui se proposaient pour une tâche qu’une seule personne pourrait effectuer. La potion pouvait même s’acheter donc bon, pourquoi se prendre la tête à ce point-là ? Après ça, il y avait l’Auror Abberline que je ne connaissais pas du tout. Au vu de sa position en avant par rapport au reste de leur groupe, je supposais qu’il avait autorité sur tout celui-ci. Grosso modo, il était le patron de l’unité chargé de protéger et surveiller Poudlard. Au vu de sa tête, il n’était pas le genre à laisser ses hommes quitter leur poste pour roucouler avec les élèves. Traduction ? Il n’était probablement pas là le soir du bal. Par contre, s’il avait eu vent du comportement indigne du fils Lupin, j’estimais qu’il s’était débrouillé pour régler le problème. Y’avait plutôt intérêt en tout cas ! Déjà qu’on nous avait envoyé des bébés Aurors tout juste sortis de l’Académie pour une mission aussi importante, si en plus ils n’étaient pas capables de la garder dans leur pantalon, autant les assigner à des postes de bureaux ! Ou, mieux encore, à jouer les vigiles dans des clubs de striptease s’ils tenaient à ce point à se faire plaisir…

En l’écoutant prendre la parole pour la première fois, je me rendis aussitôt compte que Abberline méritait d’être connu !! Sérieusement ? Pourquoi tous les Aurors ne pouvaient pas être comme lui ? À côté de lui, je passais pour un modèle niveau langage ! Et si lui-même était d’avis qu’enfermer Finn était stupide et ne se faisait pas, le Directeur se retrouvait avec trois arguments en béton pour décider de ne surtout pas l’installer dans la Cabane Hurlante. Entre nous, j’avais beau ne pas supporter Calamité Potter, même moi je devais reconnaître qu’il n’était pas assez bête pour ignorer nos plaidoyers et suivre l’idée ridicule du Petit Prince : c’était impossible. En ce qui concernait la réaction de l’Auror-vétéran sur les néo-mangemorts… Hmm, comment dire ? Disons qu’il ne les portait pas dans son cœur. Oui, voilà. C’était mieux ainsi. Comme quoi, j’étais vachement poli en fait comparé à d’autres. Même moi, je ne me montrais pas aussi grossier. Je préférais largement les piques directs et le sarcasme que je trouvais bien plus efficace pour faire connaître mon avis. Malheureusement pour moi, il fut interrompu par le Directeur qui fit usage d’une voix qu’il n’avait probablement plus utilisé depuis son mariage avec Ginny Weasley.

« ………………………………………………  »

Euh… Pardon ? Mes insinuations étaient inacceptables ?! Mes insinuations !!? Mais depuis quand on se préoccupait du blondinet  ?! Ça, c’était inacceptable ! Le fait qu’il soit en liberté était inimaginable ! Le fait qu’il soit avocat était une vaste blague ! Le fait qu’on l’autorise à se promener dans ce château était un scandale ! Le fait qu’il ait le droit d’avoir un avis sur un jeune loup-garou était le pompom sur la pomponnette de Madame Pomfresh !! Non mais qu’est-ce qu’il nous sortait comme ânerie encore celui-là ? Alors comme ça on se comportait comme des enfants alors que Môsieur Potter était même pas capable d’empêcher deux gosses de sortir de chez lui un soir de Pleine Lune ?! Sérieusement, où était la crédibilité dans ses propos ? Réveiller de vieilles histoires désuètes ? Oh, évidemment, ce n’était pas comme si le pays portait encore les traces des crimes de Draco Malfoy… Ah mais si, où avais-je la tête ? Bien sûr que Bill Weasley avait toujours le visage défiguré par Greyback que le Petit Prince avait fait entrer dans Poudlard avec d’autres mangemorts en 1997. Si je me souvenais bien, Dumbledore lui-même était également mort ce soir-là, non ? Meuuuuh nooooon ! Ce n’était qu’une vieille histoire désuète ! Rien qu’une petite blague de deux décennies. Rien de bien grave. Rien de bien important. Rien d’aussi marquant que les cicatrices sur la figure de Bill ! Après tout, il n’avait qu’à mettre une cagoule et ça ne se verrait plus !! Oups, un masque je voulais dire. Bah oui, avec une cagoule – celle des gosses – on verrait toujours son visage. Où avais-je la tête ? Hihihi !

Bon, plus sérieusement, il se fichait de notre gueule ou quoi !? Non seulement il était plus jeunes que nous, mais en plus il était la dernière personne à pouvoir traiter d’autres personnes d’enfants quand il n’était même pas capable de protéger les enfants présents dans sa maison, et dans son école ! Un élève mort dans son château. Deux élèves blessés alors qu’ils séjournaient chez lui. En temps normal, ça fait longtemps qu’on l’aurait destitué de son poste et qu’on lui aurait retiré la garde de ses enfants. Le seul hic, c’était qu’il n’était pas forcément mieux de les laisser avec Ginny qui passait son temps à voyager. Quoique… Lily était largement capable de survivre donc bon, autant retirer la garde aux deux. Au lieu de réagir de suite aux propos du Directeur qui m’avait surpris – prendre un ton pareil pour dire bêtise sur bêtise, il fallait le faire ! – j’avais choisi de le laisser continuer de creuser sa tombe. De plus, il répondrait certainement aux questions de la jeune Travers s’il avait vraiment des détails sur ce qu’il s’était vraiment passé. Néanmoins, je retenais que son statut de Directeur lui était monté à la tête. D’abord il nous laissait la parole et après il se plaignait quand on parlait. Naméoh ! Il fallait savoir ! C’était lui qui nous avait convoqués le lendemain du nouvel an après tout !! Et, contrairement à lui, nous avions tous beaucoup mieux à faire que de venir à Poudlard pour une réunion bidon sur des mesures toutes simples pour un problème qui n’en était même pas un.

Donc Finn s’était rapidement remis. Bah, il était un loup-garou maintenant donc bon, il guérissait plus vite maintenant. En ce qui concernait son choc sur son nouveau statut. Bah, le plus simple serait vraiment qu’il rencontre d’autres loups garous pour se faire une idée de la vie qui l’attendrait. Ce n’était pas en écoutant Malfoy, Potter et les autres le traiter comme s’il avait la Peste qu’il apprendrait à voir les côtés positifs. Plus précisément, ce n’était pas en Grande-Bretagne qu’il découvrirait une bonne vie en tant que loup-garou. Ici, ils étaient bien trop nombreux à encore accorder de l’importance à ce genre de détails. Alors comme ça, James avait été griffé dans le dos. Aie ! Il avait déjà de la chance de ne pas être paralysé. De plus, il aurait une magnifique cicatrice avec laquelle il aurait encore plus de succès avec les filles !! Le gars avait survécu à une attaque de loup-garou à seulement 17ans, il n’aurait même plus besoin de parler pour séduire la gente féminine. Ses jours n’étaient plus en danger. Merci on avait compris dès le départ en voyant la tête du Directeur !! Si son aîné était encore entre la vie et la mort ou avait perdu un œil ou un bras, il n’aurait jamais eu la force de gueuler. Il serait toujours à Sainte-Mangouste à l’heure actuelle.

Depuis quelques temps il avait un mauvais pressentiment. Mouais, voilà qu’il cherchait à se donner de l’importance en se prenant pour Trelawney… Une seconde d’inattention ? Une seule seconde ? Tss… À tous les coups il faisait sa fête à Mrs Potter. Euh… Tout compte fait, à tous les coups Mrs Potter lui faisait sa fête. Hmm…non. Ça n’allait pas non plus. Mous comme ils étaient, je les voyais plutôt se regarder dans le blanc des yeux pendant 10 minutes plutôt qu’autre chose. Oui, c’était ça, télécommande à la main, ils s’étaient probablement affalés sur le canapé devant Gossip Girl ou les Frères Scott… Bref, mieux valait ne pas savoir ! Tout ce qui comptait, c’était que James et Finn s’étaient faits la malle pour aller camper en forêt sous la Pleine Lune. Traduction ? Calamité Potter Junior et son ami Gryffondor avaient joué aux Gryffondors… Surpris par un loup-garou ? Tenté de se défendre ? Ah la la, il fallait croire que je m’étais montré trop gentil avec eux avec de simples tables enflammées. J’aurais dû commencer par un loup-garou !! C’était noté. En attendant, ils avaient quand même survécu donc bon. Pas avec leur baguette, manifestement, mais ils avaient tenu suffisamment pour pouvoir fuir. Ou pas.

Un chien. Un chien. Un chien. Un chien. Un chien. Un chien. Un chien. Un chien. Un chien. Un chien. Un chien. Un chien. Un chien. Un chien. Un chien. Un chien. Un chien. Un chien. Un chien. Un chien. Un chien. Un chien. Un chien. Un chien. Un chien. Un chien. Un chien. Un chien. Un chien. Un chien. Un chien. Un chien. Un chien. Un chien. Un chien. Un chien. Un chien. Un chien. Un chien. Un chien. Un chien. Un chien.

Je serrai mes mains sur mes genoux. Je me mordis la lèvre inférieure. Je tentai tant bien que mal de contrôler mes tremblements tandis qu’une larme – seule et unique – s’écoulait de mon œil droit, signe évident que je luttais comme jamais pour m’empêcher de rigoler. Comment pouvait-il maintenir un ton aussi sérieux tout en parlant d’un chien – qu’on nommerait Super-Chien – qui avait mieux tenu face à un loup-garou que deux sorciers majeurs !! Non, le loup avait pris le dessus sur le chien !! Vous m’en voyiez choqué ! Après tout, c’était bien connu que les loups garous étaient menacés d’extinction à cause de leur prédateur naturel : le chien. Qu’est-ce que le Directeur était allé fumer ?! Un chien. Oui bah oui, évidemment ! Non mais on aura tout vu aujourd’hui ! Et bientôt, on entendrait parler du chat qui avait repoussé une Manticore en combat singulier ! Puis du hamster face au Nundu, avant de passer par le pigeon face au Dragon !! Ouais, pour le coup, Calamité Potter s’était décrédibilisé comme pas possible avec cette histoire à dormir debout. C’était presque aussi ridicule que le coup du gosse de 12 ans qui tuait un Basilic. Décidément, il n’en loupait jamais une pour balancer des histoires abracadabrantes lui. Et maintenant, c’était son fils qui prenait la relève ! Ah bah bravo l’éducation ! Encore mieux, on accusait les néo-mangemorts sans preuve d’aucune sorte. Son explication ? La forêt n’avait pas connu de créatures magiques depuis des années. Bien entendu, le fait que personne n’était assez bête pour se promener dans une forêt une nuit de pleine lune n’était pas une explication viable. Après tout, si personne ne va dans la forêt ces nuits-là, personne ne verra de loup-garou. Ici, les intrus, c’était plus probablement les Gryffondors que le loup. Le pauvre devait probablement faire sa promenade mensuelle quand ces touristes sont venus squatter son territoire…

Il était quand même intéressant de voir qu’il cherchait à convaincre autrui en fournissant un argument aisément réfutable. À côté de ça, il n'y avait pas que les néo-mangemorts dans la vie. Il y avait d’autres criminels dans le pays, et il n’était pas impossible que certains soient des loups garous. Bref, accuser cette organisation sans preuve n’avait – pour moi – absolument aucun sens et c’était beaucoup trop facile. On oubliait même toutes mes explications sur pourquoi ça ne pouvait pas être un coup monté sachant que personne ne pouvait prévoir que Finn et James se rendraient dans cette forêt ce soir-là. Mais non, si Harry Potter croyait quelque chose, c’était forcément la vérité, non ? Finalement, le temps du verdict sur les mesures à prendre arriva. Il commença très bien en annonçant qu’il allait rejoindre nos opinions. Enfin ! Il faisait preuve de bon sens, je me disais bien qu’il avait un minimum de jugeote.  « ……………………………………………….. » Bam. L’impact de ma main sur mon front se fit doucement entendre tandis que je réalisais – avec horreur – que Harry Potter était le plus biaisés des abrutis qui m’ait été donné de rencontrer sur cette planète…

Cabane Hurlante. Nwyl, moi et le Petit Prince. Forêt interdite jugée comme pire que la Cabane aisément accessible de tous depuis Pré-au-Lard. Il osait parler des temps qui couraient. Elesya qui participerait à la concoction de la potion si nécessaire comme s’il doutait des compétences de son professeur de potions et de son infirmière. Enfin, au lieu d’offrir de la stabilité à Finn avec une même équipe pour le soutenir, il suggérait d’alterner constamment comme si des parents accepteraient d’alterner les baby-sitters pour leur enfant… Il traitait littéralement Finn comme une charge ou un prisonnier dont on devait assurer la garde – ses mots, pas les miens – puis il se contentait de donner un rôle à tout le monde au lieu de prendre en compte l’absence de compétences de certains. Il m’apparaissait de plus en plus évident que le Directeur actuel n’avait aucune des compétences nécessaires et requises pour un chef d’équipe. Trop ahuri pour réagir tout de suite – mon esprit avait beaucoup de mal à accepter ce qu’il avait entendu – je laissais tout son temps à Fawley pour demander si cette réunion était terminée ou s’il y avait autre chose de prévu. Il fallait le comprendre, mieux valait qu’il se barre avant que Calamité Potter ne lui assigne – à son tour – une fonction pour laquelle il n’était pas qualifié, genre référent d’un nouveau club de débat.  

« Malheureusement Flint, le château restera constamment en danger tant qu’une certaine personne continuera d’enchaîner ânerie sur ânerie… La baffo-thérapie n’étant pas encore applicable, je suppose que je vais devoir recourir à la parole… »

Avais-je prononcé d’un ton las et ennuyé. Je n’arrivais pas à croire que j’en sois arrivé là. Voilà que je me retrouvais forcé de jouer les défendeurs de ces abrutis d’élèves qui se croyaient tous plus importants les uns que les autres. Bon d’accord, Finn était cool et faisait partie – avant son dernier camping – des moins stupides de l’école. Néanmoins, ça ne changeait pas le fait que je n’étais pas censé avoir à me préoccuper de leur survie avec tous ces Aurors et professeurs déjà présents. Apparemment, si. Avec cette Calamité comme directeur de Poudlard, et tout le personnel qui semblait incapable de lui tenir tête ou de lui faire prendre conscience de sa stupidité, il me forçait à régler le problème avant que le pire n’arrive. Comme quoi, un élève déjà mort n’était pas suffisant pour lui foutre du plomb dans la tête. À moins bien sûr qu’il ne s’agisse que de l’effet du blondinet sur lui. Pourtant, il était déjà censé avoir une relation avec le Ministre en personne, non ? S’intéresserait-il aussi au Petit Prince ? Était-ce pour cela qu’il disait « amen » à toutes ses idées insensées ?

« Donc, si je comprends bien :
_ Celle qui enseigne les Soins aux Créatures Magiques vous dit que la Cabane Hurlante est une mauvaise idée. Vous l’ignorez.
_ Le Magizoologiste vous dit que la Cabane Hurlante est une mauvaise idée. Vous m’ignorez aussi.
_ L’avocat qui n’a aucune compétence en matière de Créatures Magiques vous dit que la Cabane Hurlante est la solution. Vous l’écoutez.
Sérieusement, il n’y a que moi qui trouve cette décision illogique ? »


Cette question était adressée à l’ensemble des gens présents ici. Oui, s’ils étaient tous prêts à accepter bien docilement de suivre ce type de directive, ils méritaient tous d’être renvoyés !! À quoi bon engager des gens pour enseigner à des élèves s’ils se fichaient complètement du sort de l’un d’entre eux ?! À quoi bon garder un Directeur incapable de prendre la bonne décision quand il avait des experts présents pour le conseiller sur la meilleure décision à prendre ? Est-ce qu’on me demanderait mon avis sur un procès ? Non, parce que je n’y connaissais rien. Continuant sur ma lancée d’une voix posée, j’ajoutai :

« La Cabane Hurlante est AISÉMENT accessible depuis Pré-au-Lard. Aisément. N’importe quel sorcier peut y entrer, et à tout moment. Niveau vulnérabilité, vous ne ferez pas pire. – marquant une légère pause le temps que les plus lents enregistrent mes propos, je poursuivis – La Forêt Interdite. Il n’y a que 3 personnes présentes ici capables de la traverser de fond en comble sans risquer d’y perdre une jambe. Et pour l’une, c’est son titre de Directeur qui le rend intouchable. Pour le reste, c’est un territoire trop dangereux pour s’y risquer, surtout en pleine nuit. – encore une fois, je cessai de m’exprimer, jetant un rapide coup d’œil pour voir si on suivait mon raisonnement ou s’ils allaient encore trouver le moyen de foncer dans le mur – « Quant à la Salle sur Demande, personne ne peut y entrer dès lors que quelqu’un se trouve à l’intérieur. Le maître de la salle peut alors l’aménager comme il veut pour gérer la situation. Suffit juste d’avoir de l’imagination. »

Franchement, suffisait de mettre la porte au plafond et Finn n’aurait aucune chance de s’échapper. De plus, personne ne pourrait s’incruster depuis l’extérieur. Personne. Donc, franchement, qu’est-ce qui rendait la Cabane Hurlante moins risquée que la Forêt – inoffensive pour un loup-garou – ou la Salle sur Demande ?! Même Hagrid, qui n’était pas réputé pour son instinct de préservation, serait d’accord pour le coup !!

« C’est bien beau d’offrir des interviews à la Gazette garantissant la sécurité de vos élèves mais, si vous n’êtes pas capables d’assurer celle de votre aîné et de son meilleur ami dans votre domicile… Comment pouvez-vous croire que vous vous en sortirez mieux dans une école avec des centaines d’élèves ? Ou que vous êtes le mieux placé pour décider des futurs aménagements pour Finn ? »

OK, c’était bas. Néanmoins, c’était le moment où jamais pour qu’il comprenne que la stratégie n’était pas son point fort. On lui avait offert son boulot d’Auror. On lui avait offert ce poste de Directeur. Dans les deux cas, il n’avait jamais eu les compétences requises avant de commencer. Quand bien même il avait appris à devenir un Auror décent au fil des années, il m’apparaissait clairement que jamais ô grand jamais il n’avait été chargé de la protection d’un groupe aussi nombreux. Pour être honnête, ça manquait gravement de Serdaigle dans son entourage. Un minimum de logique ne lui ferait pas de mal du tout. Loin d’en avoir terminé, j’énonçai d’un ton se voulant clairement irrité :

« Pour une raison inconnue, vous avez décidé d’avoir Malfoy présent. OK, mais ne trouvez-vous pas hypocrite de votre part d’avoir recours à une personne n’offrant des cours ici que les vendredis et à seulement 2 classes ? Le gars ne dort même pas dans le château, a son travail d’avocat hyper prenant, et vous oseriez le faire venir ici pour passer une nuit blanche en compagnie d’un jeune loup pendant que vous dormirez tranquillement sur vos deux oreilles ? »

Et voilà que je prenais la défense de celui-qui-n’aurait-jamais-dû-être-avocat histoire de montrer à tous à quel point leur directeur manquait à la fois de jugeote et de cœur. Y’avait plutôt intérêt à ce qu’ils se réveillent tous et réalisent le genre de traitement que le directeur infligeait à ses employés. Personnellement, ça ne faisait que me conforter dans l’idée que Calamité Potter avait pris conscience de sa malédiction et s’amusait maintenant à la contrôler selon son bon vouloir.

« Pire encore, je serais prêt à parier que vous vous attendez à ce que James soit de la partie. Cependant, vous ne semblez pas ressentir le besoin de nous en informer. Non, au lieu de ça vous comptez simplement attendre le jour J pour imposer cette charge supplémentaire avant d’aller dormir. Or, la moindre des choses pour un leader, c’est de fournir toutes les informations vitales à ce qui est censé être son équipe. »

Avec Malfoy comme premier boulet au vu de son manque de compétence, il ne manquerait plus que je sois aussi chargé d’assurer la survie de James – susceptible de prendre des risques inutiles – dans une cabane aussi ridiculement petite. Le directeur se moquait du monde là. Pour finir, je décidai de mettre les choses au clair vis-à-vis de quelque chose qui m’avait particulièrement ennuyé :

« Enfin, le jour où vos compétences intellectuelles et magiques en vaudront la peine, vous pourrez vous permettre de traiter d’enfants des sorciers plus âgés que vous. En attendant que ça arrive, merci de vous abstenir de ce genre de commentaire. »


.....................................................




Présentation | Liens | RPs | Volière
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Liens et RPs
MessageSujet: Re: Règles et mesures, nouvelle victime : Rp contexte [Prof et personnels] Lun 8 Mai - 20:20

Règles et Mesures, Nouvelle Victime



A la fin de mon laïus, je me dirige vers la porte où je m'installe contre le mur à 2 mètres de l'ouverture. C'est donc le dos conte le mur et les bras croisés que j'entends Potter exprimer son agacement en coupant la parole à l'auror vulgaire. Je m'en souciais guère, si cela est la façon de vivre alors pourquoi pas.

A mon adresse, il me précise que j'aurais leurs dossiers. Je hoche alors de la tête, satisfaite d'avoir obtenue ce que je voulais. J''écoute la suite en serrant les dents. James était donc à Sainte Mangouste. Je ne pourrais rien faire pour la griffure qui resterait à vie, mais pour la désartibulation … Bon normalement Sainte Mangouste est un bon hôpital même si je préférais celui des États-Unis. Des flashs me reviennent. Désagréable souvenir. Le seul jour de ma vie que je regrette et que je regretterais à jamais.  Je calme mon esprit pour me recentrer sur le présent.

Excusez-moi, Directeur. Mais si vous aviez un mauvais pressentiment pourquoi ne pas avoir renforcer la sécurité ou trouver quelque chose pour palier à ce manque dans celle-ci ? Avec un pressentiment pareil, comment avez-vous pu être inattentif à vos proches ?

Je le dis d'une voix calme mais je bouille au fond de moi. Mes yeux braqués sur lui, j'attendais de meilleures explications que « j'avais un mauvais pressentiment » ; qui dans la situation présente le décrédibilisait totalement.

Ensuite quelle est cette histoire de chien ? Réellement ? Pourquoi un chien voudrait protéger des humains qu'il ne connaît pas ? Avez-vous peut-être songé que ce chien s'avère être un animagus au final ? Vous avez peut-être connu pareille situation ?

Je regarde le directeur droit dans les yeux. Sa vie n'était pratiquement un secret pour personne. Il y a des paroles, des actes, des faits qui ne sont pas relevés mais qui ont pourtant leur importance. Un détail peut tout changer.

Un silence entoure la salle un moment avant que Potter reprenne la parole pour nous parler des néo-mangemorts. Je soupire insatisfaite de ce qui se passait ici. J'attends qu'il finisse avant de reparler. Bizarrement, pratiquement plus personne ne prenait la parole. Miss Travers observe patiemment comme si elle calculait des chances ou je ne sais pas. Prenait-elle des paris ? Bref, ne divaguons pas... Flint fusille Tobias qui passait par tellement de couleurs et d'expressions que je me demande si je n'allais pas devoir intervenir. Revenons à notre petit directeur, je souris sans joie.

Quand vous dites que la forêt est vierge de toutes créatures magiques depuis des années, en êtes-vous absolument sûr ? Croyez-moi que si dans mon histoire, pendant des siècles par intermittence, on avait voulu anéantir ma race, j'aurai appris à passer inaperçu. Je pense que vous êtes un peu imbu de vous pour certifier ce genre de faits ainsi.  

Une atmosphère de silence s'installe dans la salle. Sérieusement, Tobias, qui ne dis rien, je me demande vraiment si je dois intervenir. Nwyl observe le monde alentour comme si tout va bien. Les aurors bouillent sur place et je vois bien l'échange de regard entre Miss Travers et l'Auror Manes. Franchement ce n'est pas le moment pour les querelles d'amoureux. Pourquoi je dis cela ? L'aura autour d'eux crie l'attirance. Je lève les yeux aux cieux. Je ne pensais pas qu'être placée ici me donnerait accès à la vision de la salle.

Le directeur reprend la parole pour les mesures évoquées dans cette salle. Pour la bonne garde de Monsieur Ambrose, trois personnes sont assignées dont un avocat … vraiment approprié. Plus ça va et plus je me demande si je ne devrais pas faire enfermer Monsieur Potter en Asile pour démence. Mon envie se reflète parfaitement dans mon regard. Et quand il désigne encore trois personnes pour faire la potion, certes difficile mais pas hors de portée, j'étais déjà en train de rédiger la lettre de son admission.

« Cher respecté collègue,

Je vous écris aujourd'hui pour vous annoncer une nouvelle, qui certes bouleversera le monde, mais que je pense nécessaire.  Notre sauveur, Harry Potter, devient de plus en plus instable. Je vous assure que les décisions qu'il prend, pourraient conduire d'innocentes personnes à de graves blessures voire même à la mort. Pour assurer la sécurité de tous, je recommande de l'interner au plus tôt. Je sais que cela est désagréable pour vous, mon ami, de vous confronter à ce fait ; mais je ne peux plus faire durer cette mascarade des plus grotesques. Imaginez quand j'ai appris qu'il voulait laisser la surveillance d'une créature magique à un avocat sans compétence. Il faut un moment ouvrir les yeux face à la réalité. J'espère pouvoir compter sur vous.

Bien amicalement,
Shury Oleander, médicomage 
»

Oui, ça devrait faire l'affaire. Satisfaite de mes projets, j'ai failli louper l'intervention de Monsieur Fawley qui approuve les dires du directeur pour en finir plus vite. Peut-être que je vais écrire deux lettres tout compte fait. En mon intérieur, je hoche de la tête satisfaite. La voix de Monsieur Grant perce alors le silence. Je tourne ma tête vers lui pour l'écouter. Franchement, je ne voudrais pas faire une lettre groupée. A ces dires, je me console car ça n'arrivera pas. Je l'écoute sans énoncer le moindre mot, malgré sa question. Quand il fait référence au peu de présence du blond dans l'enceinte de l'école, je rigole.

Mon rire s'arrête net quand il parle de James. Comment ça, il sera de la partie ? Je me redresse et je jette un coup d’œil au directeur. Il …. non il... il n'oserait pas ? Je n'écoute pas la suite des paroles. Des flashs d'enfants aux corps mutilés passent devant mes yeux. Certes pas pour la même raison qu'ici. Mais... Mais....

Vous n'oserez pas ! Vous n'oserez pas, n'est-ce pas ? Car si c'est ce que vous avez prévu...laisser James rejoindre son ami dans la cabane, c'est de l'inconscience. Inutile de vous inquiéter pour lui si c'est pour mieux l'envoyer en enfer. Imaginez qu'on offre un steak sur un plateau à un chien affamé et qu'on les enferme dans 19m² pour seul espace. Pensez-vous réellement que le chien va s'asseoir sagement en attendant qu'on lui donne la permission ? Soyez réaliste ! Vous les envoyez à l'abattoir ! Une créature enfermée se sentira toujours biaisée et répliquera avec plus de force. Je ne voulais pas me mêler de la surveillance de Monsieur Ambrose car ça ne relève pas de mes fonctions, ni de mes compétences. Je sais reconnaître quand je serais inutile alors pourquoi autorisez-vous quelqu'un qui n'a même pas conscience de ses limites ?

Je montre Malefoy avant de continuer mon discours. J'en avais assez entendu.

Franchement, ouvrez les yeux sur l'absurdité qui se déroule ici. Vous nous décevez. Vos décisions sont faites avec vos sentiments et non avec logique. Malefoy pour surveiller un jeune loup garou ? Où dans son pedigree, il y a écrit expert en créatures magiques ? Son domaine est le droit, qu'il y reste. Trois personnes pour faire une potion, laissez moi rire. Certes elle est difficile mais franchement pas irréalisable. S'il le faut, je me désiste de cette action et je laisse mes collègues s'en charger. En avez-vous fini ou doit-on encore s'attendre à quelques rebondissements ?

Les souvenirs des enfants m'envahissent en même temps que la colère, je ne pouvais accepter cette situation. Elle est très difficile pour moi. Elle me ramène trop vers ce temps, le temps de ma déchéance.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Directeur de Poudlard
Masculin
✎ Parchemins : 130
✎ Date d'arrivée : 01/07/2016

Sorcerer's Identity
✎ Année à Poudlard:
✎ Profession: Directeur de Poudlard
✎ Inventaire:
Liens et RPs
MessageSujet: Re: Règles et mesures, nouvelle victime : Rp contexte [Prof et personnels] Mer 10 Mai - 17:36

Règles et mesures, nouvelle victime : Rp contexte">PV


Mercredi 2 Janvier 2019, début d'après midi.

Harry écouta avec attention les différentes réactions que suscita son intervention. Le visage figé, le regard dur et les sourcils froncés il tâcha de rester impassible face aux critiques qui s’accumulaient. L’infirmière l’interrompit à deux reprises pour lui poser des questions. S’il ne prit pas la peine de répondre à sa première question – un pressentiment restait un pressentiment et rien de plus – il ne put laisser passer sa seconde intervention.

« Mademoiselle Oleander, si vous avez de plus amples informations concernant ce chien, je serais ravi de les connaître. En attendant, nous avons envisagé toutes les possibilités notamment le fait qu’il puisse s’agir d’un animagus mais aucune preuve, aucune réponse n’a été trouvé. Une sorte de chien, reste donc la seule formulation possible avec les informations que nous disposons. »

Harry reprit ensuite son intervention et les réactions reprirent.
Seul le professeur de défense contre les forces du mal, qui fut le premier à réagir, ne remit pas en cause sa décision, ce que le directeur apprécia. Sa décision était prise, il n’en changerait. Il allait répondre aux de Flint Fawley – oui, ils pouvaient retourner vaquer à leurs occupations et non, il n’y avait rien de plus, mais le bibliothécaire décida qu’il s’agissait du bon moment pour intervenir.

Harry dut donc écouter la longue tirade de Tobias Grant qui démonta son plan point par point. Le directeur ne broncha pas, seul ses sourcils se froncèrent signe de la colère qui montait en lui. Le bibliothécaire semblait oublier qu’il était employé ici et que, bien que ses avis éclairés fussent souvent utiles et qu’Harry les respectât, il n’était pas en charge des opérations. La baffo-thérapie… Harry aussi en aurait bien fait usage à cet instant. Malheureusement, il savait qu’il ne pouvait pas se le permettre tout comme, heureusement, Tobias Grant qui semblait très remonté contre lui.

Presque inconsciemment, Harry serra les poings en entendant le bibliothécaire lui demander comment il comptait sécuriser l’école alors même qu’il était prétendument incapable de maintenir ses enfants et leurs amis en sécurité chez lui. Tobias Grant dépassait toutes les limites. Se pensait-il si intelligent ? Imaginait-il tout savoir et mieux que tout le monde ? Critiquer était facile bien sûr et le plan qu’il proposait, Harry devait le reconnaître même s’il n’en avait pas envie, n’était pas mauvais mais cela ne lui donnait pas le droit de faire ce genre de commentaire. D’autant que cela semblait donner des idées à Shury Oleander qui avait arrêté de gribouiller il ne savait quoi.

Trop c’était trop, l’infirmière prenait elle-aussi bien trop de libertés Harry commençait vraiment à être agacé. N’y avait-il personne pour respecter ses décisions ? N’avaient-ils aucune notion d’autorité ? Etaient-ils là uniquement pour le mettre en difficulté ?

« Monsieur Grant, Harry se tourna vers le bibliothécaire, Mademoiselle Oleander, il pivota vers l’infirmière, veuillez mesurer vos paroles. » Sa voix était ferme, dénuée de la colère qu’il avait pourtant très envie d’exprimer. « J’entends vos opinions, elles sont prises en compte mais tâchez de ne pas oublier qui dirige ici. Il ne me semble pas que l’un de vous soit un spécialiste de la lycanthropie, vos avis ne sont pas supérieurs à ceux des autres. Ma décision est prise et cela restera comme cela que vous le vouliez ou non. Mademoiselle Oleander, tâchez à l’avenir de respecter vos collègues. »

Harry marqua une pause, son regard fit le tour de la pièce et des personnes présentes.

« Je ne peux pas être sûr que mon plan va marcher, même si j’ai de bons espoirs de le croire. Dans le cas échéant, je suis prêt à suivre votre projet mais pour l’instant, j’ai décidé de faire confiance à monsieur Malefoy (regard appuyé en direction de Shury Oleander) et en chacun d’entre vous je vous demande de me faire confiance, est-ce clair ? »




© Gasmask
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Avocat & Professeur de Droit
Féminin
✎ Parchemins : 516
✎ Date d'arrivée : 06/06/2016

Sorcerer's Identity
✎ Année à Poudlard:
✎ Profession: Avocat au Ministère de la Magie
✎ Inventaire:
Liens et RPs
http://danielj-radcliffe.forums-gratuits.fr
MessageSujet: Re: Règles et mesures, nouvelle victime : Rp contexte [Prof et personnels] Mer 10 Mai - 18:58



~ Règles et mesures ~

~ Feat. personnel de Poudlard ~

Je n'avais rien eu le temps de répliquer durant l'échange qui avait suivi et heureusement, autrement, j'aurai sans aucun doute donné matière à la critique pour notre cher bibliothécaire. En tout les cas, je remerciais Potter de prendre ma défense même si je n'étais pas sûr que cela soit la bonne solution, encore moins de défendre mon idée de la cabane hurlante, il allait s'attirer les foudres des autres et moi, je récoltais les insinuations derrière chaque phrase.

- Monsieur Grant, je dois avouer que, jusqu'ici, j'appréciais le fait que vous ne disiez pas à haute voix le fond de votre pensée à mon égard, j'ai certes peut-être fait des erreurs dans mon passé, et encore le mot est faible et j'en ai bien conscience, on me le reproche assez et j'ai passé des années à m'en vouloir à moi-même. Seulement, quand on n'a pas eu sa "famille", dans mon cas, je citerai surtout ma mère, en otage par un fou furieux de mage noir, c'est difficile de juger. Alors, oui, effectivement, j'aurai pu retourner ma veste, trouver des solutions pour mettre ma mère à l'abri mais le fait est que j'étais, à l'époque, très lâche, doit-on blâmer mon éducation ? en revanche, aujourd'hui, j'ai deux fils à qui j'ai enseigné des choses qui vont a contrario de ce que j'ai été, et, au cas cela vous aurait échapper, ils ne sont pas tombé amoureux d'une famille de "sang-pur", le premier aime une née-moldue et l'autre une sang-mêlée, et je suis très fier de leur choix. Sachez également, et tanpis si la presse l'apprend, il y existe des choses plus grave, je me bats pour rompre les fiancailles de mes fils qui ont été arrangé par mon bon à rien de père.
Pour en revenir à notre sujet principal, Monsieur Potter, je vous remercie de prendre ma défense, même si, je pense que votre décision n'a rien à voir avec moi mais est plutôt le résultat de votre passé, mais c'est votre décision et je pense qu'il faut la respecter. Il sera toujours tant de changer de tactique si nous nous apercevons que ce n'est pas la bonne.
En revanche, si j'ai sous-entendu la présence de Monsieur Potter fils, ce n'est pas pour qu'on l'inclut dans le plan, seulement, de part Albus, qui est, je le rappelle, le meilleur ami de mes fils, je sais déjà que ce dernier ne restera pas les bras croisés dans sa chambre à attendre que son ami revienne, ce qui veut dire que, même si on le lui interdit, il s'aventura quand même à l'extérieur pour aller le rejoindre et le "soutenir", cependant, je n'approuve pas l'idée qu'il l'accompagne avec notre autorisation, seulement, avec ou sans autorisation, il ira.
Enfin, Je vous écoute monsieur Grant, en effet, je n'ai pas vos connaissances de magizoologiste en terme général, mais comme vous l'avez si bien rappelez tout à l'heure, j'ai eu à faire à des loups-garous à l'époque, notamment au plus sadique d'entre eux, aussi, je pense en savoir suffisamment long sur ces créatures pour savoir m'en défendre. Ma tante Bellatrix, qui m'adorait, bien que ce n'était pas réciproque, m'a appris à m'en défendre, refusant que l'un de ces "misérables" comme elle les appelait, puisse m'attaquer. Donc, j'ai un minimum de connaissance à ce sujet.


Ma tirade faite, je retournais à mon mutisme. Je ne désirais pas en rajouter plus.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Liens et RPs
MessageSujet: Re: Règles et mesures, nouvelle victime : Rp contexte [Prof et personnels] Mar 23 Mai - 16:13

Règles et Mesures, Nouvelle Victime



Passant outre ma première question, il répond tout de même à la deuxième. Se foutrait-il de moi ? Les questions que j'ai posé sont les question que les gens normaux se poseraient face à cette situation. Si j'avais des informations sur cette attaque, pourquoi je l'ouvrirai ? Autant passer inaperçue. Alors comme ça ils avaient envisagé toutes les possibilités ? Ça ne les inquiète pas ? Ce chien vient de nul part. Ce loup vient de nul part. Est-ce qu'ils se posent les bonnes questions ? Ou est-ce qu'ils avançaient au hasard attendant de voir ? Une image apparaît dans mon esprit, un benêt mettant ses doigts dans un piège à loup qui se referme dessus. Voilà, ce à quoi me faisait penser à l'instant même les possibilités qu'ils envisagent. Raisonnement, zéro. Logique, aucune. Leurs cerveaux étaient partis en grandissant ?

Bien sûr tout mon discours sur la forêt vierge de créatures magiques fut passé à la trappe. J'ai l'impression dans cette pièce que le mur à côté de moi me répondrait plus que les personnes présentes dans la pièce. La rage, la haine et la douleur tourbillonnent en moi pendant mon discours virulent. Rappel de ses quatre enfants que je n'ai pu sauvé. Mon plus grand regret. Le directeur reprit la parole. Un rire jaune s'échappe quand il nous demande de mesurer nos paroles. Peut-on mesurer son QI ? J'observe la lettre écrite pour Potter et le début de celle de Fawley, je soupire. Je suppose que je ne peux pas faire ça. Je les plie et les range. J'aimerais oublier en ce moment même qui dirige ici.... Parce que ça existe des experts en lycanthropie alors que ce pays ne leur offre pas encore toutes les possibilités, chances.... Ridicule... Je lève un sourcil à mon nom. J'ai manqué de respecter à mes collègues ? Laissez-moi rire ! J'ai simplement signalé que trois personnes c'était trop pour faire une potion. Même avec un système de roulements, c'est complètement idiot. Autant que ça ne soit fait par qu'un seul. Rhalala ne pas se prendre la tête, sinon le mal arrivera.

Malfoy commence une tirade si longue que je me demande s'il reprend son souffle. Hum... Question ! Qu'est-ce que les amours de ses fils ont avoir dans cette histoire ? Franchement... il voulait juste parler pour parler ? Oooh donc, Monsieur Potter peut prendre des décisions par rapport à son passé et je n'ai pas le droit de faire des discours alors que le mien me hantait. Absurde... Privilège honteux... « il sera toujours tant de changer de tactique si nous nous apercevons que ce n'est pas la bonne » Alors qu'est ce que ça signifie ? Un blessé ? Un mordu ? Un mort peut être ? J'ai l'impression qu'ils ne savent réagir que quand il y en a de toute façon.... On a qu'à enfermer James aussi comme ça, ça résoudrait tout. Sortez les violons, le passé est de retour. Je suis trop énervée pour pleurer sur le passé des autres. Je suis trop  énervée pour raisonner quiconque. Je suis trop énervée pour supporter la présence des autres. Je veux sortir.

Bien, je pense qu'on en a fini, n'est-ce pas?

Je me lève pour sortir.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Professeur de Défense contre les Forces du Mal, Directeur de Poufsouffle & Néo-Mangemort
Masculin
✎ Parchemins : 1329
✎ Date d'arrivée : 22/08/2016

Sorcerer's Identity
✎ Année à Poudlard:
✎ Profession: Professeur de DcFM & Directeur de Poufsouffle
✎ Inventaire: Polynectar (x2) Veritaserum (x2)
Liens et RPs
MessageSujet: Re: Règles et mesures, nouvelle victime : Rp contexte [Prof et personnels] Ven 26 Mai - 21:09

Flint était en attente d'un feu vert pour quitter une bonne fois pour toute la salle des professeurs, il ne pouvait supporter de respirer davantage l'air d'abrutis même pas fichu de réfléchir sérieusement et de prendre les bonnes décisions. Son attente resta un moment en... en attente donc, car Grant et Oleander s'agitèrent rapidement et intellectuellement. C'est qu'il aurait presque pu applaudir leur intervention et verser une larmichette d'émotion... mais il en était incapable au fond, bien qu'il approuvait silencieusement d'un regard assassin vers le bibliothécaire qu'on aurait pu saisir avec une autre signification.

Clairement il n'était pas d'accord avec le directeur, il lui aurait bien craché dessus et avadakedavraté si cela avait été autorisé et sans risque, mais de là à le faire changer d'avis... un crétin reste un crétin. De toute manière ce n'était pas sa logique à deux mornilles du jour qui l’irritait le plus, mais bien son personnage en entier, grotesque héros survivant et trop chanceux. Clairement il était d'accord avec Grant et Oleander, mais l'avouer serait hors de ses principes et très mal vu s'il désirait garder un tantinet la 'confiance' de Potter. Oui, la vie c'est moche, un masque d'hypocrisie qu'il aurait bien aimé retirer. Les sacrifices sont nécessaires !

Se contentant d'un silence de marbre, il soupira déjà, mais ne pu faire sans hausser les yeux au ciel en entendant Malfoy jouer les vierges effarouchées choquées et outrées... et se lancer dans un monologue Ô combien éprouvant et long. Merlin qu'il était fatiguant. 'Pourvu que Grant et Shawn le laisse se faire arracher la carotide par un Ambrose transformé et  Ô par Helga, devenu incontrôlable devant les cheveux platinés de l'avocat !' pensa t-il.

Enfin le directeur demanda de lui faire confiance... le silence était une excellente réponse, pas besoin de mentir et de rajouter du sucre à l'hypocrisie. Oleander posa alors de savoir si la 'réunion' – perte de temps – était finie... chose qu'il attendait de savoir depuis un moment déjà, non parce qu’entre Potter, la rage de Oleander et Grant et l'histoire à dormir debout de Malefoy, le tout semblait faire en sorte de le faire perdre patience... l'auror aussi, d'ailleurs, semblait être en attente de la peine de mort -il regardait la fenêtre trop intensément, une envie de faire le grand saut peut-être-... le pauvre devait se retenir d'hurler pour garder sa place, quoique, que perdrait-il au final ?

HRP : résolu, merci:
 

.....................................................


THE NIGHT IS DARK & FULL OF TERRORS
When we stop looking for monsters under the bed when we realize They're inside of us. ©️ okinnel.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Liens et RPs
MessageSujet: Re: Règles et mesures, nouvelle victime : Rp contexte [Prof et personnels]

Revenir en haut Aller en bas
Règles et mesures, nouvelle victime : Rp contexte [Prof et personnels]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Nouvelle victime du monstre de la Chambre des Secrets
» Approche, approche, je ne vais rien te faire de mal, je veux juste faire de toi ma nouvelle victime adoré ( FINISH)
» Mordheim : une adaptation avec les règles de Necromunda.
» Une nouvelle Prof', Oui!!!!!
» Lutte contre le deboisement: Une victime de plus des anti-nationaux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mimbulus Mimbletonia  :: Les Oubliettes :: Les Archives :: Section RPG :: RPs terminés-
Sauter vers: