[Flashback - juin 2018] Dans la joie et la bonne humeur | Célian {Terminé}



 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Bienvenue sur Mimbulus Mimbletonia
Bienvenue sur Mimbulus Mimbletonia Nous sommes en l'année 2019 Le ministère a été attaqué
– un étudiant est mort à Halloween Les néo mangemort sont de retour – L'ordre va t il se
reformer ? Contexte disponible ici-même.

Vous pouvez trouver la liste des personnages prédéfinis ici et les scénarios des membres ici
La liste des avatars utilisés ici.La liste des noms et prénoms ici.

Mais pour ceux qui sont encore plus studieux vous trouverez le planning des cours pour les élèves et ici
celui des professeurs.

Vous voulez une capacité spéciale pour vos personnages ? La demande et les détails c'est par .

Au vu d'un bon nombre de sang-pur, ceux-ci sont à présent limités (Scénario/prédéfinis) sous couvert d'acceptation
du STAFF. Pour en savoir plus, lisez ce sujet.

Poudlard recrute non seulement du personnel, mais nous sommes également à la recherche d'adultes en dehors du forum, sympathisant de l'ordre ou néo-mangemorts. N'hésitez plus à nous rejoindre.

 :: Les Oubliettes :: Les Archives :: Section RPG :: RPs terminés Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Flashback - juin 2018] Dans la joie et la bonne humeur | Célian {Terminé}

avatar
Féminin
✎ Parchemins : 964
✎ Date d'arrivée : 06/06/2016

Sorcerer's Identity
✎ Année à Poudlard: 6ème année
✎ Profession:
✎ Inventaire:
Mar 7 Juin - 10:57
Dans la joie et la bonne humeur
Célian & Ivory

La journée avait été longue. Les cours surtout ; j'avais baillé un nombre incalculable de fois, levant les yeux au ciel lorsque le professeur se détournait de la classe et observant avec attention l'état de mes ongles lorsqu'il reportait son attention sur nous. Cela avait été très long. Il y avait des jours comme-ça, je le sentais dès le matin, en ouvrant les yeux, lorsque la lumière était déjà trop forte et que j'étais éblouie en moins de temps qu'il n'en fallait pour le dire. Pour autant, je n'étais pas de mauvaise humeur, question de principe. J'avais décidé en première année que je ferais tout pour ne jamais être ronchon au vu de la capacité qu'avaient mes condisciples de Serpentard à l'être. Une bonne partie d'entre eux passait toute l'année à montrer, à forces d'expressions du visage plus ou moins réussies, qu'ils auraient préféré être autre part et faire autre chose. Je dois le dire, cela m'agaçait autant que cette stupide lumière matinale. Alors, j'arborais quotidiennement un grand sourire, en toutes circonstances uniquement pour en énerver une partie -infime heureusement – de mes camarades même si, certains  jours, comme celui-ci, c'était plus compliqué que d'autres. Les heures m'avaient semblé s'éterniser, le brouhaha incessant des élèves dans les couloirs, que j'aimais tant généralement, n'était pas loin de me donner une migraine et je n'avais même pas eu le courage de me moquer de la jeune fille qui, devant moi, s'était étalée par terre sous le regard horrifié d'un professeur qui avait pourtant mis du temps à réagir. Conclusion : la journée avait été longue. Seul point positif, la météo avait décidé d'être clémente et un magnifique ciel bleu avait égayé ma journée. C'est pourquoi, après tous ces tracas, j'avais décidé de me rendre dans le parce de Poudlard et plus précisément au bord du lac, lieu de calme et de sérénité par excellence. Je sortis donc, mon bel uniforme sur les épaules, pour profiter de ce beau temps qui, malheureusement, avait tendance à se faire désirer. Ce ne fut qu'une fois arrivée, une légère brise faisant voler mes cheveux devant mes yeux, que, ô surprise, je remarquai que quelqu'un d'autre avait eu la même idée que moi, ce qui était génial, j'adorais être en compagnie d'autres personnes.

Reconnaissant mon camarade, un autre Serpentard de mon année, je courrais vers lui, lui faisant un grand signe de la main pour qu'il me repère mais je choisis finalement de l'appeler ;  « Célian ! », criai-je comme si nous étions les meilleurs amis du monde et que les bords du lac était notre lieu de rencontre habituel. Après quelques enjambées, j'arrivai à ses côtés et je m'assis sur l'herbe sans plus de cérémonie. « Belle journée, tu ne trouves pas ? », lançai-je en observant le soleil qui baissait doucement et qui faisait briller mon écusson. Puis, sans lui laisser le temps de répondre – de toute façon si c'était pour obtenir un : oui, réponse monosyllabique et laconique, je passais – j'enchaînai : « Ça me rappelle mon enfance. Quand il faisait beau, avec mes frères et ma sœur, on s'amusait comme des fous dans le jardin. Quand on rentrait, on était généralement sales comme des gnomes, il faut dire qu'on avait la mauvaise habitude de se courir après et de se jeter les uns sur les autres en criant : A l'attaque ! », un sourire, plus léger, vint illuminer mon regard à l'évocation de ces souvenirs. Que de bons moments ! J'ignorai si Célian visualisait qui étaient mes frères et sœur, en tout cas pas le petit dernier à la voix stridente puisqu'il n'était pas encore à Poudlard, mais ce n'était pas nécessaire pour comprendre ma petite anecdote.


© Gasmask

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Masculin
✎ Parchemins : 2254
✎ Date d'arrivée : 04/06/2016

Sorcerer's Identity
✎ Année à Poudlard: 6ème année
✎ Profession:
✎ Inventaire:
Mar 7 Juin - 16:42

Dans la joie et la bonne humeur

Ivory Welling

La journée était très vite passée pour Célian. Lorsqu'il eut terminé ses cours, il décida tout bonnement de se rendre à l'extérieure du château. Il avait pensé à se rendre à la bibliothèque pour travailler et lire un peu, mais il en avait plus qu'assez d'entendre les chuchotement des élèves ou encore de sentir leurs regards. C'est pour cette raison qu'il avait choisi de se rendre près du lac. Là-bas, il pourra être tranquille et personne ne sera là pour l'embêter ou encore pour le regarder ou lui parler. Par chance, le temps était de son côté, c'est ce qu'il constata lorsqu'il sortit. Il put sentir une légère brise à travers ses cheveux et sur son visage. Il traversa le parc tranquillement tout en profitant de ce magnifique temps. Lorsqu'il fut arrivé, Célian s'installa tout près du lac noir. Il plongea pendant quelques minutes son regard bleu azur dans l'eau et put voir quelques strangulots. Il soupira, eux au moins ils étaient libres, pas comme lui. Quelques minutes plus tard, il arrêta de contempler le lac et il se saisit du livre qu'il avait piqué à Scorpius dans son sac et il débuta sa lecture.

Quelques minutes plus tard, il entendit quelqu'un l'appeler. Il se retourna instinctivement et put voir qu'il s'agissait d'Ivory Welling. Il soupira et retourna aussitôt à la lecture. Il ne manquait plus qu'elle vraiment. Qu'avait-il fait au bon dieu pour mériter tout ça ? Rien. Il fit donc rapidement mine de lire le livre et ignora la Serpentard qui s'était à présent installée à côté de lui. Elle me demanda s'il ne trouvait pas cette journée splendide, mais il ne répondit pas, il soupira dix fois plus fort lorsque la brune commençait à lui raconter sa vie. Il s'en foutait de sa vie, il soupira de nouveau tout en sachant pertinemment que la brune n'abandonnerait pas aussi facilement.

Code by Fremione.


Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Féminin
✎ Parchemins : 964
✎ Date d'arrivée : 06/06/2016

Sorcerer's Identity
✎ Année à Poudlard: 6ème année
✎ Profession:
✎ Inventaire:
Mar 7 Juin - 19:19
Dans la joie et la bonne humeur
Célian & Ivory

Célian n'avait jamais l'élève le plus causant de notre maison et, honnêtement, j'avais toujours considéré que c'était son droit. Chacun agissait comme il l'entendait – même si cela attisait ma curiosité. Mais de là à m'ignorer totalement comme si je n'étais qu'un vulgaire brin d'herbe qu'il pouvait écraser si bon lui semblait non, il y avait un pas à faire ; c'était même irrespectueux ! J'observais tout de même un bref instant mon camarade qui lisait avec sérieux, hésitant momentanément quant aux possibilités qui s'offraient à moi. Partir aurait été la solution la plus sensée, la plus logique et la plus simple. Malheureusement pour lui je n'étais pas l'élève la plus raisonnable de notre maison. C'est pourquoi - toujours avec bonne humeur ! - je repris la parole comme s'il m'avait répondu, tournant mon regard vers le ciel que je ne me laissais jamais de regarder.

« Fais pas ta mauvaise tête Cécé ! » Si ce n'était pas un joli petit surnom ça... D'accord, pas franchement mais le but était de le faire réagir, pas de lui faire plaisir, j'espérais quand même qu'il ne le prendrait pas trop mal, je tenais à ma bonne santé. « À quoi est-ce que tu penses ? », demandai-je abruptement. Puis, considérant que ce n'était pas suffisant et qu'il n'allait de toute façon pas me répondre, j'agis (stupidement).

Dire que je n'avais peur de rien m'aurait accordé trop de mérite et aurait été faux. La vérité était que, parfois, j'agissais sans réfléchir aux conséquences de mes gestes ; à croire qu'une part de moi refusait mon côté Serpentard. C'est pourquoi je fis quelque chose d'inconsidéré, une folie si vous voulez, quelque chose que, même à moi, en temps normal, je l'aurais déconseillé et ce n'était pas peu dire. Je sautai sur mes deux pieds dans un bon, un sourire machiavélique sur les lèvres, ravie à l'idée de m'amuser un peu, avant de tendre les mains vers mon camarade, de lui arracher brutalement le livre des mains  et de le fermer en le faisant passer dans mon dos pour qu'il soit hors de porté. Ivory 1 - Célian 0, songeai-je. Ne pas lire pendant quelques instants n'allait pas le tuer de toute façon, au contraire, j'étais persuadée que cela lui ferait le plus grand bien. Debout, en face de lui, l'air déterminée - et très fière de moi - je repris la parole en espérant que, cette fois-ci, il réagisse.

« Alors, monsieur le préfet, on ne répond pas à ses camarades ? Ce n'est pas très poli tout ça. » Poli étant un mot qui faisait généralement réagir les serpentard, ils se mettaient à aboyer méchamment, cela provoquait souvent une belle cacophonie. « Franchement, repris-je plus sérieusement, tu pourrais faire un effort » et ce, même si je lui avais sauté dessus comme une barbare, c'était ça l'esprit de camaraderie qui devait animer les maisons – en tout cas d'après ce vieux choixpeau magique qui parlait beaucoup trop à mon avis. « Je suis sûre que t'es sympa quand on te connaît en plus ! », conclus-je pour détendre l'atmosphère.  


© Gasmask

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Masculin
✎ Parchemins : 2254
✎ Date d'arrivée : 04/06/2016

Sorcerer's Identity
✎ Année à Poudlard: 6ème année
✎ Profession:
✎ Inventaire:
Mar 7 Juin - 23:00

Dans la joie et la bonne humeur

Ivory Welling

Alors que Célian lisait tranquillement le roman qu'il avait emprunté à Scorpius, il fut tout bonnement interrompu par l'arrivée impromptu d'Ivy. Cela faisait même pas quelques minutes qu'elle était avec lui, que la brune commençait déjà à l'agacer. La cause ? Celle-ci n'arrêtait pas de parler et de raconter sa vie, tellement que le jeune Lestrange en était presque gêné. Il pensa à partir et à la planter là, mais cependant il ne bougea pas. Tout en continuant sa lecture, il essayait de l'ignorer ce qui était vraiment difficile pour lui, mais il devait rester poli et par conséquent, ne pas l'envoyait voir ailleurs. Il avait espéré que la jeune femme parte et ce de son propre chef, mais cela ne fut pas le cas. En effet, étrangement elle avait décidé de rester, décidément cette fille n'était pas comme les autres. La plupart auraient tout bonnement compris qu'il voulait être seul, mais pas elle et elle semblait même s'en amuser. Célian se retint mentalement, il détestait ce genre de fille , mais il devait prendre sur lui, être poli et par conséquent continuer à l'ignorer.

Il soupira une nouvelle fois, et c'est à cet instant précis que la Verte et Argent daigna à lui lancer une petite pique en l'appelant Cécé. Comment osait-elle le surnommer ainsi ? Même pas Scorpius le faisait. Ce fut trop pour le jeune Lestrange, en effet, Célian se retourna brièvement face à Ivy et il lui dit sur un ton particulièrement méchant : « Ne m'appelle pas comme ça. Je te l'interdis. » dit-il fermement et froidement, il était à la limite d'exploser et il jeta un regard noir à la Serpentard. Une autre remarque de plus et il aurait certainement utilisé la magie contre elle Serpentard, coéquipière ou pas. Célian replongea automatiquement dans sa lecture histoire de se maîtriser d'avantage. À priori, la menace du brun n'avait pas servi à grand chose puisque la brunette enchaîna aussitôt tout en lui demandant ce qu'il pouvait bien penser. Il se retint de lui dire qu'il aurait aimé qu'elle parte et il continua une nouvelle fois à l'ignorer, heureusement qu'il avait ce merveilleux livre dans les mains.

En parlant de ce fameux livre, elle le le retira brusquement des mains de Célian et elle le referma sous les yeux éberlués de ce dernier. Célian serra ses poings tout en espérant qu'il ne craquerait pas, mais il fallait bien l'avouer : il était bien parti pour. Le commentaire de la Serpentard le mit encore plus à bout : « Tu ne t'es pas demandé que si je ne te répondais pas c'est parce que je n'en avais pas avis ? Et pourquoi je ferais un effort pour toi ? Tu n'es pas ma mère ou ma tante à ce que je sache, fou moi la paix maintenant » finit-il par dire tout en se dirigeant vers la forêt interdite.

Code by Fremione.



HRP:
 

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Féminin
✎ Parchemins : 964
✎ Date d'arrivée : 06/06/2016

Sorcerer's Identity
✎ Année à Poudlard: 6ème année
✎ Profession:
✎ Inventaire:
Mer 8 Juin - 17:53
Dans la joie et la bonne humeur
Célian & Ivory

« Du calme, du calme... »

Si je ne devais citer qu'une seule différence pour expliquer le gouffre qui se tenait entre Célian et moi cela aurait été l'intention. Je n'avais jamais voulu le blesser, uniquement le provoquer pour qu'il réagisse un peu. Lui, lorsqu'il avait enfin daigné ouvrir la bouche pour me répondre faisant briller de contentement mes yeux pendant une demi-seconde, ne semblait pas avoir les mêmes scrupules. Il ne voulait pas me ménager. Je devais le reconnaître, j'étais légèrement peinée par son attitude. Ses mots étaient froids, violents, autoritaires et sa façon de me regarder ne me donnait pas vraiment envie de me mettre à danser. Tout ça pour ça, songeai-je avec tristesse. Pour autant, je n'allais pas me laisser abattre et je restai imperturbable face à tant de hargne. Il n'avait en rien le droit de m'interdire quoi que ce soit. J'étais libre. Je retins un rictus moqueur lorsqu'il prit une deuxième fois la parole – en tout cas, quelque part, j'avais réussi, il réagissait. L'énerver encore plus n'était sans doute pas une bonne idée, même si cela me démangeait. Je savais bien qu'il n'avait pas envie de me parler mais ce n'était pas une raison pour réagir comme il le faisait, un peu de douceur ne lui aurait pas fait de mal. Et puis, pour sa gouverne, je ne voulais être ni sa mère ni sa tante, merci bien, j'étais très bien là où j'étais. Je compris toutefois que j'avais touché une limite lorsqu'il s'écarta pour se diriger vers la forêt interdite, voulant sans doute mettre tout l'espace possible entre nous. Mauvais choix, s'il voulait m'éviter c'était plutôt à la bibliothèque qu'il aurait dû se rendre. Pendant quelques secondes, je ne le suivis pas, mon regard hésitant passa de mon camarade, au livre que je tenais toujours entre mes mains et que je lui avais pas rendu. D'ailleurs, en parlant de ça...

« Tu n'as pas récupéré ton livre ! », criai-je en élevant la voix pour être sûre qu'il m'entende. Je n'avais aucune envie de le garder et si, vraiment, il ne tenait pas à le reprendre je pouvais toujours le jeter dans le lac. Comme ça, les strangulots auraient de la lecture ! « Tu préfères que je t'appelle comment alors ? », lançai-je avant de me mettre à courir dans sa direction, pas question de le laisser s'échapper aussi facilement mais j'allais essayer d'être plus sympathique, moins impulsive. Il m'avait semblé que c'était une question neutre et légitime. Toutefois, s'il me répondait en me disant qu'il préférait que je ne l'appelle pas cela risquait de m'agacer. « Célian ? Lestrange ? Pourtant ce n'est pas... » Je me mordis la langue. Finir cette phrase n'était pas une bonne idée. Je n'étais pas pour la dernière solution. A mes yeux, appeler des personnes uniquement par leur nom de famille c'était leur priver de leur individualité mais si c'était ce qu'il souhaitait j'étais prête à faire un effort. Si ça ce n'était pas de la gentillesse, j'ignorais ce qu'il lui fallait. Tout ce que je voulais c'était connaître un peu mieux mon camarade. Certes, je ne m'y étais pas pris de la meilleure des façons et l'agacer faisait aussi partie de mes petits plaisirs personnels. Arrivée à sa hauteur, je ralentis, faisant glisser une mèche rebelle derrière mon oreille droite. Je lui tendis le livre, telle une offrande de paix. Et, dans un effort surhumain, je me forçai à ne pas enchaîner comme je le faisais d'habitude. J'étais aussi capable d'être calme et raisonnable même s'il me semblait que le Serpentard à mes côtés en doutait.


© Gasmask

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Masculin
✎ Parchemins : 2254
✎ Date d'arrivée : 04/06/2016

Sorcerer's Identity
✎ Année à Poudlard: 6ème année
✎ Profession:
✎ Inventaire:
Mer 8 Juin - 18:58

Dans la joie et la bonne humeur

Ivory Welling

Le jeune Serpentard était à bout à cause d'une fille en plus. Heureusement que son cousin ne le voyait pas sinon il aurait été sûr d'une chose : celui-ci se serait ouvertement foutu de sa gueule. Alors que la jeune femme l'avait provoqué avec un surnom des plus ridicules, Célian s'était emporté. C'était d'ailleurs dans des moments comme celui-ci qui pensait ressembler le plus à ses parents. Mais malheureusement, il ne pouvait pas changer. En revanche, il pouvait très prendre sur lui et c'est ce qu'il fit avec brio. Mais c'est lorsqu'il lui répondit avec autorité, qu'il se dit qu'il avait peut-être un peu trop exagéré. Mais il ne s'excusa pas loin de là, et puis jamais vous ne verrez un Lestrange s'excuser de toute manière. Au contraire, il préféra tout bonnement retourner à sa petite lecture. Lecture qui fut vite interrompue, car la Serpentard lui arracha le bouquin des mains.  

Il se mit rapidement en colère et libéra son venin tout en disant tout ce qu'il pensait de la jeune femme. Tant pis si cela la vexerait. Lorsqu'il eut terminé, il prit ses affaires et il se dirigea vers la forêt interdite dans l'espoir de s'éloigner d'avantage de la sorcière. À quelques mètres d'elle, il l'entendit encore et il ne put s'empêcher de soupirer, mais elle avait raison. Il n'avait pas récupéré son livre ou plutôt le livre de Scorpius. Il s'arrêta net et attendit que la jeune femme le rejoigne. Elle lui demanda tout d'abord comment elle devait alors l'appeler : Célian ? Lestrange ? Elle s'apprêta à poursuivre, mais étrangement elle s'en mordit la langue. Elle s'empêchait sûrement de faire une énième gaffe à son sujet, elle lui tendit alors le livre à bonne hauteur. Célian s'empressa de le reprendre et murmura un petit : « Merci ». elle lui avait rendu son livre alors qu'elle aurait très bien pu le garder ou encore le jeter. Certaines personnes ne s'en seraient certainement pas privées. C'est pourquoi, la jeune femme remonta légèrement dans son estime. Il s'autorisa donc à être poli avec elle, c'est pourquoi il lui répondit : « Tu peux m'appeler Célian » dit-il. Ce jour était à inscrire sur le calendrier, car c'était la toute première fois que Célian s'adresser aussi gentiment à quelqu'un ou plutôt qu'il s'autorisait à le faire. Étrangement, il poursuivit : « Si tu veux la prochaine fois que tu veux me parler, viens plutôt me voir le matin, je suis généralement plus enclin à parler » dit-il froidement.

Sur ces dernières paroles, Célian prit congé de la jeune fille. Il se dirigeait à présent vers le château, histoire de se reposer dans sa salle commune, là il serait probablement plus tranquille. Il salua la jeune femme de la main et partit.
Code by Fremione.


Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Féminin
✎ Parchemins : 964
✎ Date d'arrivée : 06/06/2016

Sorcerer's Identity
✎ Année à Poudlard: 6ème année
✎ Profession:
✎ Inventaire:
Jeu 9 Juin - 17:56
Dans la joie et la bonne humeur
Célian & Ivory

Cette conversation prenait un tournant inattendu.
Si j'avais dû le surprendre en débarquant comme je l'avais fait c'était maintenant à moi d'être (agréablement) surprise. Célian venait de remercier, c'était une énorme progression ! En retour, je lui souris,  légèrement pour ne pas le faire fuir à nouveau il fallait y aller étape par étape. J'étais soulagée qu'il ne me demande pas de l'appeler Lestrange, Célian était un joli prénom. Toutefois, je m'en faisais la promesse, un jour je réussirai à l'appeler Cécé sans qu'il se braque. Mais alors, lorsqu'il m'annonça que pour venir lui parler il fallait mieux venir le matin – monsieur avait des horaires ! - j'ouvris la bouche sans rien dire, trop choquée par cet excès de gentillesse. Pour un peu – et si sa voix n'avait pas été aussi froide – je serais allée lui faire un câlin. Ce n'était donc peut-être pas plus mal qu'il parte. Et... attendez, c'était un geste de la main qu'il venait de me faire ? Il ne manquait plus qu'un sourire et on aurait pu croire qu'on vraiment était amis. C'était incroyable. Et intriguant. Est-ce qu'il m'avait lancé un sort pour que j'hallucine ? En tout cas, j'allais devoir me faire violence pour ne pas lui sauter dessus le lendemain matin, au réveil. De toute façon, je n'étais pas du matin, mon cerveau mettait trop de temps à démarrer.

Répondant à son geste de la main en faisant de même, je songeais à lui laisser quelques jours voire tout l'été, le temps qu'il m'oublie un peu avant de débarquer une nouvelle fois, avec mes gros sabots pour lui poser un tas de questions – j'avais déjà une liste assez précise en tête. Cette conversation m'avait en tout cas conforté dans l'idée que Célian était quelqu'un qui méritait d'être connu même s'il n'avait pas envie de l'être. Pas de chance pour lui, j'étais d'une détermination sans faille. Lorsqu'il eut disparu de mon champ de vision, je partis à mon tour, je n'avais plus rien à faire dehors, il me ne restait plus qu'à trouver comment réaliser prochaine étape de mon plan : faire sourire Célian.

Ce n'est que partie remise, songeai-je en rentrant au château.  


© Gasmask

Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

[Flashback - juin 2018] Dans la joie et la bonne humeur | Célian {Terminé}
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Pour l'histoire , que s'est-il passé en 1994 entre le Dr Theodore et Lavalas
» Des rires, de la joie et de la bonne humeur dans une époque troublée ( Thomas Percy & Margaret Fleming)
» [Juin 550] Dans l'intimité d'une confession [feat.Oropher]
» Un cours pas comme les autres [PV Adriel Flashback Mars 2018]
» Dans l'antre de la panthère [pv Niki-kitty] [TERMINÉ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mimbulus Mimbletonia  :: Les Oubliettes :: Les Archives :: Section RPG :: RPs terminés-
Sauter vers: