[Pays de Galles] Two Snakes in the Night [PV : Alyson Fawley et Duncan McKenzie]



 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Bienvenue sur Mimbulus Mimbletonia
Bienvenue sur Mimbulus Mimbletonia Nous sommes en l'année 2019 Le ministère a été attaqué
– un étudiant est mort à Halloween Les néo mangemort sont de retour – L'ordre va t il se
reformer ? Contexte disponible ici-même.

Vous pouvez trouver la liste des personnages prédéfinis ici et les scénarios des membres ici
La liste des avatars utilisés ici.La liste des noms et prénoms ici.

Mais pour ceux qui sont encore plus studieux vous trouverez le planning des cours pour les élèves et ici
celui des professeurs.

Vous voulez une capacité spéciale pour vos personnages ? La demande et les détails c'est par .

Au vu d'un bon nombre de sang-pur, ceux-ci sont à présent limités (Scénario/prédéfinis) sous couvert d'acceptation
du STAFF. Pour en savoir plus, lisez ce sujet.

Poudlard recrute non seulement du personnel, mais nous sommes également à la recherche d'adultes en dehors du forum, sympathisant de l'ordre ou néo-mangemorts. N'hésitez plus à nous rejoindre.

Partagez|

[Pays de Galles] Two Snakes in the Night [PV : Alyson Fawley et Duncan McKenzie]

avatar
Directeur du Département des Mystères
Masculin
✎ Parchemins : 1035
✎ Date d'arrivée : 12/03/2017

Sorcerer's Identity
✎ Année à Poudlard: Syltherin
✎ Profession: Head of the Department of Mysteries
✎ Inventaire: wands, potions, strange keys & mysterious things
Liens et RPs
MessageSujet: [Pays de Galles] Two Snakes in the Night [PV : Alyson Fawley et Duncan McKenzie] Jeu 1 Juin - 17:20

Two Snakes in the Night
ALYSON FAWLEY & DUNCAN MCKENZIE


Date : Vendredi 18 janvier 2019
Statut du RP : Privé
Résumé : Duncan souhaite réunir des informations sur la personne à la tête des Néo-Mangemorts. Il pense pouvoir en obtenir en rencontrant Alyson. Il est également persuadé que la neutraliser d'une manière ou d'une autre affaiblira ce mystérieux leader et lui permettra d'augmenter sa valeur aux yeux des dissidents... Il n'est pas au bout de ses surprises...
….......

Recensement :


Code:
►[b]18 janvier 2019[/b]
►[url=http://mimbulus-mimbletonia.forumactif.org/t1344-pays-de-galles-two-snakes-in-the-night-pv-alyson-fawley-et-duncan-mckenzie]Two Snakes in the Night[/url]
►[i]Alyson Fawley et Duncan McKenzie[/i]
Duncan souhaite réunir des informations sur la personne à la tête des Néo-Mangemorts. Il pense pouvoir en obtenir en rencontrant Alyson. Il est également persuadé que la neutraliser d'une manière ou d'une autre affaiblira ce mystérieux leader et lui permettra d'augmenter sa valeur aux yeux des dissidents... Il n'est pas au bout de ses surprises...
@Shury



Dernière édition par Duncan McKenzie le Jeu 1 Juin - 17:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Directeur du Département des Mystères
Masculin
✎ Parchemins : 1035
✎ Date d'arrivée : 12/03/2017

Sorcerer's Identity
✎ Année à Poudlard: Syltherin
✎ Profession: Head of the Department of Mysteries
✎ Inventaire: wands, potions, strange keys & mysterious things
Liens et RPs
MessageSujet: Re: [Pays de Galles] Two Snakes in the Night [PV : Alyson Fawley et Duncan McKenzie] Jeu 1 Juin - 17:35





Two Snakes in the Night

[18 janvier 2019, Pays de Galles, lieu précis inconnu.]

La nuit s'était complètement installée sur la campagne galloise. Un homme habillé chaudement apparu derrière un arbre en lisière de la forêt. Duncan avait pour habitude de transplaner en ainsi, mais à vrai dire, il aurait pu tout aussi bien le faire à quelques mètres d'ici au milieu de la plaine sans enfreindre le Code du Secret Magique. D'une part parce qu'en cette saison, les moldus des villages à proximité étaient presque tous rentrés chez eux à cette heure. D'autres part, les habitants du coin restaient généralement à l'écart de cet endroit. L'aspect des lieux, et les sortilèges en place y veillaient.

Il était prêt à recevoir sa visiteuse. Alyson Fawley, une cousine de Flint et une proche du leader des Néo-Mangemorts. Pour l'instant... Pourquoi "pour l'instant" ? Parce que selon Flint, un vent de dissidence soufflait, et nombreux étaient ceux qui reprochaient à leur chef une inactivité forcée et un manque d'ambition. Entre ce qu'il savait via le ministère, la Gazette et son nouvel allié, Duncan était arrivé au même constat. Il se murmurait même que l'un d'entre eux commençait a rassembler
les mécontents autour de lui. La tête pourrait bien tomber dans un futur pas si lointain.

En partant de ces informations, Duncan avait jugé préférable de ne pas se faire connaitre auprès du leader des Néo-Mangemorts. Ainsi, si ce dernier voulais évaluer le nombre de personnes face à lui, il avait bien plus de chance de se tromper, donnant alors l'avantage aux dissidents. C'est alors que Flint lui avait proposé de rencontré sa cousine, plus proche que lui du meneur. Cette rencontre pouvait s'avérer payante. Qu'il obtienne de nouvelles informations ou pas, il était plus que probable qu'il élimine cette jeune femme ou la retienne prisonnière afin d'isoler un peu plus le leader et de faciliter le changement de direction du mouvement.

Il fut définitivement convaincu que sa stratégie était la bonne le 15 janvier, en lisant la Une du Daily Prophet. La nuit du 14 au 15, une série d'attaque avait eu lieu, brisant à jamais l'existence de quatre né-Moldus. Et comparé aux précédente, la différence était flagrante. Le dissident-en-chef avait le sens de la démonstration. Il était impensable qu'il ne finisse pas par prendre le contrôle de tout le groupe. Et s'il n'était pas parvenu à entrer en contact avec lui d'ici là, Duncan pourrait ajouter, au besoin, les événements de la soirée à son crédit.

La main dans une de ses poches, il serra un instant la vieille clé en fer de sa planque, où il menait la plupart de ses expériences. Lorsque la jeune femme l'avait invité à choisir le lieu de leur rencontre, Duncan avait d'abord hésité.  Mais après tout, il ne devrait avoir aucun mal à la dominer vu l'âge de la jeune femme. Surtout en s'appuyant sur les défenses magiques de l'endroit. En fait, ce n'était pas Alyson qui le préoccupait, c'était surtout Flint. Duncan n'était pas certain de la réaction qu'aura Flint en apprenant qu'en arrangeant cette rencontre, il avait conduit sa cousine à la mort.

Son nouvel allié était peut-être un peu étrange, mais qui sait ce qu'il pourrait se passer face à de telle révélations ? Quand sa mère disparut, Duncan avait senti quelque chose en lui se briser.... exploser. Depuis ce jour, où Harry Potter avait surgit de la galerie des coffres de Gringotts à dos de dragon, tuant la pauvre femme au passage, Duncan éprouvait envers lui une haine sans limite. Il pourrait bien se claquer lui même la porte sur le nez...Mais l'heure de la théorie est définitivement révolue. Alea Jacta Est.

Duncan sorti sa baguette magique et tout en restant appuyé contre un arbre, ses yeux passaient régulièrement de sa montre à l'endroit qu'il avait désigné en tant que point de rencontre avec la jeune femme dans le mot qu'il lui avait fait parvenir. L'heure approchait, elle devrait arriver dans moins de 5 minutes

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Briseuse de sorts
Masculin
✎ Parchemins : 130
✎ Date d'arrivée : 16/03/2017

Sorcerer's Identity
✎ Année à Poudlard:
✎ Profession: Briseuse de Sorts
✎ Inventaire:
Liens et RPs
MessageSujet: Re: [Pays de Galles] Two Snakes in the Night [PV : Alyson Fawley et Duncan McKenzie] Sam 3 Juin - 19:31


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Le 18 janvier 2019. Quelques jours s’étaient écoulés depuis les multiples attaques que nous avions lancées avec ces trois néo-mangements et Vladimir… Comment nous nous sentions après avoir lu l’édition de la Gazette du lendemain ? Aucune idée. Personnellement, je n’avais pas cherché à les recontacter depuis. Quant à eux, ils étaient suffisamment malins pour éviter de crier leur joie ou d’exprimer leur fierté – peu importait la façon – publiquement. Je ne doutais pas qu’ils ne s’étaient certainement pas gênés pour sourire intérieurement en lisant l’article. Néanmoins, un minimum d’apparence était de mise. Un coup pareil ne manquerait pas d’élever le niveau d’alerte du Ministère. Bon après, si ce n’était pas suffisant pour les réveiller, il suffirait de recommencer…ce qui était déjà prévu dans tous les cas. Ah la la…dire que tous leurs efforts ne serviraient strictement à rien.

Comment le Ministère pourrait défendre son territoire et ses citoyens sans pouvoir répondre à l’avance aux questions suivantes : Qui et/ou Quoi ? Où ? Comment ? Pourquoi ? À moins d’avoir un individu disposant d’un 3ème Oeil sacrément efficace, c’était de l’ordre de l’impossible. À côté de ça, ils ne savaient toujours rien de l’ennemi. C’était bien beau de les surnommer Néo-Mangemorts, mais ça n’avait strictement aucun avantage stratégique pour eux. Au contraire même, ils en arriveraient à stéréotyper ce groupe en s’attendant à ce qu’il ne fasse que reprendre les activités des Mangemorts de la génération précédente. Or, les deux groupes n’avaient pas grand-chose en commun à part quelques noms de familles parmi leurs membres. Certes, nous avions visé quatre nés-moldus au cours d’une même soirée. Néanmoins, qu’en était-il des 16 sorciers décédés ? Nul doute qu’il n’était pas tous nés-moldus. Certains étaient certainement des sang-mêlés, et peut-être même des sang-purs en provenance d’autres pays. Après tout, ces 4 nés-moldus étaient toujours en vie, non ? Physiquement en tout cas. Mentalement, ils étaient plus morts que vivants.

Un petit rire s’échappa de mes lèvres à cette pensée alors que je m’apprêtai à transplaner pour la douxième fois afin d’arriver au lieu de mon rendez-vous au Pays de Galles. Pourquoi je riais ? Simple, j’avais réussi à perdre le compte du nombre de vies que j’avais ruiné sur mon passage. Qui seraient les prochains ? Hmm… Une question importante. Avec un peu de chance, la rencontre de cette soirée trouverait le moyen de m’inspirer pour les victimes qui suivraient. Duncan McKenzie. Tel était le nom de la personne que Flint m’avait demandé de rencontrer. Apparemment, il s’était amusé à recruter dans son coin et cet homme s’était montré suffisamment intéressant pour lui taper dans l’œil. Sachant que mon cousin était ennuyé par 99.999% de la population, il n’était pas difficile de comprendre pourquoi j’avais accepté sa requête sans souci. Tout portait à croire que ce McKenzie serait utile au groupe.

Âgé d’une quarantaine d’années, j’avais été impressionnée en découvrant qu’il était le Directeur du Département des Mystères. Oui, niveau mine d’informations sur certaines branches secrètes de la magie, il était sûrement très calé. Il avait également conversé avec mon cousin à de nombreuses reprises sans lui faire perdre son temps ou son intérêt. Jusque-là, tout allait bien. Mais qu’en était-il de ses motivations ? Pourquoi intégrer les néo-mangemorts ? Qu’attendait-il de cette organisation ? Son âge laissait entendre qu’il était déjà adulte lors de la Seconde Guerre des Sorciers. Qu’avait-il fait pendant celle-ci ? Son nom ne me disant rien, je savais qu’il n’avait pas été un Mangemort. Ainsi, il y avait largement de quoi se demander ce qui l’intéressait chez les néo-mangemorts surtout que, avant l’article du 15 janvier, le groupe n’avait absolument rien fait d’exceptionnel. Donc bon, ce n’était pas comme s’il avait pu jouer la carte du sorcier impressionné par les coups précédents. Non, il avait un objectif bien précis, et le groupe était sans doute le meilleur moyen pour lui de l’atteindre, ou le moins risqué.

3 minutes et 57 secondes avant l’heure du fameux rendez-vous, un « crac » se fit entendre et un chat noir fit son apparition au niveau du point de rencontre, soit au beau milieu de la plaine. Le félin se contenta de fixer droit devant lui de ses yeux perçants. 10 secondes plus tard, un autre chat apparut à quelques centimètres du premier, son corps et son regard orientés vers la droite. Une dizaine de secondes s’écoulèrent de nouveau et un troisième matou débarqua suite à un « crac » dans l’air, concentré sur le côté gauche cette fois-ci. Nouvelle pause de dix secondes et le chat numéro quatre vint couvrir les arrières du premier. Ensemble, ils guettaient les alentours avec leurs yeux capables de voir dans la nuit, cherchant et repérant un homme appuyé contre un arbre en lisière de la forêt. À l’instant même où l’un d’entre eux le vit, un miaulement se fit entendre. Dès lors, ils se mirent tous à bouger et un beau bordel se mit en marche ! Leurs queues respectives se joignirent et se touchèrent en un point. Résultat, non seulement ils se mirent tous à briller d’une lueur arc-en-ciel, mais quatre copies exactes – une par félin – apparurent brillant de mille feux elles aussi !!

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Suite à cela, les huit félins multicolores se mirent à bouger dans tous les sens, illuminant la plaine sombre en continuant de se multiplier par deux au moindre contact, signe évident qu’un Maléfice de Gemino avait été placé sur eux. Courant, bondissant, roulant, ils n’eurent de cesse de se mouvoir tout en miaulant de plus en plus fort ce qui – avec leur nombre ne faisant que s’accroître – offrait une véritable cacophonie au dénommé Duncan McKenzie ! Alors qu’il ne restait plus qu’1 minute et 28 secondes, je fis mon apparition, caché par un Sortilège de Désillusion. Transplanant au beau milieu de l’armée de chats arc-en-ciel, le « crac » habituel avait été complètement étouffé par leur miaulement, me permettant d’arriver le plus discrètement possible. Sentant la présence de leur créatrice, les félins cessèrent aussitôt de miauler et de se toucher afin de se ranger de sorte à former – malgré leur nombre conséquent – une espèce de flèche pointant droit sur l’homme que j’étais censé rencontrer. Tout en dissipant mon Sortilège de Désillusion, révélant mon apparence en cette nuit du 18 janvier, j’énonçai :

« Bonsoir… Mr McKenzie j’espère… »

Debout, au milieu d’une bonne trentaine de chats arc-en-ciel, j’attendais patiemment une réponse de l’homme pointé par les félins. Normalement, il devrait s’agir de la personne que j’étais censée rencontrer. Néanmoins, on n’était jamais à l’abri d’un piège ou autre, d’où la conjuration de ces chats en guise d’éclaireurs. Avec un rendez-vous au beau milieu de nulle part et avec la nuit bien tombée comme elle l’était, mieux valait s’armer d’animaux aux sens bien plus développés pour éviter les mauvaises surprises. À côté de ça, ils formaient une bonne protection si le besoin s’en faisait sentir.

« D’après Flint, vous auriez des questions à me poser… ? »

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Directeur du Département des Mystères
Masculin
✎ Parchemins : 1035
✎ Date d'arrivée : 12/03/2017

Sorcerer's Identity
✎ Année à Poudlard: Syltherin
✎ Profession: Head of the Department of Mysteries
✎ Inventaire: wands, potions, strange keys & mysterious things
Liens et RPs
MessageSujet: Re: [Pays de Galles] Two Snakes in the Night [PV : Alyson Fawley et Duncan McKenzie] Lun 5 Juin - 16:34





Two Snakes in the Night

Pendant qu'il attendait sa visiteuse, Duncan réfléchissait, si à première vue, il pensait que la forêt était une excellente protection, ce qui était le cas contre la majorité des sorciers, il se souvient que  d'après les informations qu'il a pu rassemblé, la cousine de Flint était briseuse de sort à la banque de Gringotts. La malédiction mise en place dans ces bois étant inspiré par ceux mis en place dans les pyramides d’Égypte, elle ne serait donc pas forcément aussi efficace contre elle. Et la jeune femme serait peut-être même capable de briser cette malédiction.

La famille des premiers propriétaires, ayant construit leur demeure dans les années 1850 comportait un briseur de sort. Ce dernier fit parti des premières expéditions anglaises en Égypte, bien avant que la famille ne s'établisse en ces lieux. Là-bas, il eut accès à un manuscrit étrange et très ancien. Il s'attela à sa traduction et fini par comprendre que l'ouvrage traitait de manière ésotérique des malédictions mises en place dans les différentes pyramides. De retour à Londres, souhaitant se concentrer sur la compréhension de ce livre, il pris un emploi de bureau chez Gringotts et employa la majeure partie de son temps libre à plancher sur ses notes et la version manuscrite de l'ouvrage qu'il avait conservé. Aussi, lorsque la famille s'installa dans leur nouvelle maison, ceux-ci souhaitant vivre dans la tranquillité la plus complète, il s'aida d'une des malédictions dont il avait percé le secret. En effet, l'originale était utilisée pour protéger les morts de tout être vivant, ce qui tel quel aurait transformé leur lieu de vie en prison. Il en baissa la puissance, pour éviter de terrifier les personnes au courant de la présence de la malédiction et ajouta un système permettant à une personne d'y être immunisée. Vers la fin de sa vie, il rassembla l'ensemble de son travail et en fit un livre. Ce dernier n'était pas destiné à être publié mais il aiderait ses héritiers à comprendre la nature des protections mises en place autour du domaine et leur permettrait de les restaurer si d'aventure elles venaient à être brisées. L'ouvrage se trouvait toujours dans la bibliothèque lorsque Duncan prit possession des lieux. Il l'avait et pouvait éventuellement créer un duplicata de la clé immunisant son porteur à la malédiction, mais renouveler le maléfice serait bien plus complexe.

Alyson Fawley devait être relativement intelligente pour obtenir le poste qu'elle occupait même si elle était sans doute naïve de laisser Duncan choisir le lieu du rendez-vous. Au minimum, elle lui demanderait probablement pourquoi il souhaitait rejoindre les rangs des Néo-Mangemorts. Surtout que sa demande datait d'avant le 15 janvier. Une période d'inactivité en ce qui les concernaient. Il ne pouvait plus se cacher derrière son ignorance de la situation. Ce serait impossible après ce que Flint lui avait appris.

Avant, il tendait l'oreille et désirait entrer en contact avec eux depuis Halloween. Jusqu'au meurtre de cette élève sang-pur, il les avait uniquement comme des incapables. Mais depuis, un doute était apparu. Cette tentative bâclé d 'assassinat contre le Ministre et le meurtre d'un élève sang-pur à Poudlard faisaient-ils parti d'un plan plus vaste ?  L'absence de menace endormait peut-être la vigilance de la communauté magique, mais la majorité des personnes ayant fait tombé Voldemort ne se réunissait plus. Ils étaient aujourd'hui éparpillés dans le pays, si ce n'est à l’étranger. Suite à leurs premières actions,  le bruit courrait que les membres de l'Ordre du Phénix et l'Armée de Dumbledore, ne formant sans doute plus qu'une organisation s'étaient de nouveau réunis... Et vu le niveau de la menace que les Néo-Mangemorts représentaient sur le papier, il ne serait pas étonnant que leurs opposants les sous-estiment.

Aujourd'hui, lui servir ce même monologue serait un mensonge, et Duncan avait beau être doué à ce niveau, il préférait avancer des arguments valables. Pour la même raison, il ne pouvait pas vraiment prétendre qu'il souhaitait pouvoir mener à bien ses recherche et étudier la magie noire sans risquer de finir ses jours à Azkaban. Même si c'était vrai, ça ne pouvait pas être son seul argument. Voilà plus de 25 ans qu'il le fait sans que personne ne soit au courant.

Duncan était encore plongé dans ses réflexions lorsqu'un "crac" caractéristique se fit entendre devant lui. Il scruta la plaine, cessant de s'appuyer contre l'arbre, mais ne distingua dans l'obscurité ambiante qu'un petit animal. Serait-elle animagus ? Il s'avança à découvert tout en restant sur ses gardes. À la seconde où il identifia l'animal comme étant un chat noir et s'apprêta à la saluer, un second "crac" retentit, accompagné d'un deuxième chat. Croisant les bras, sa baguette appuyée contre son front et fronçant les sourcils il réfléchissait à ce que pouvait être cet étrange phénomène. Bien que l'on y voit presque rien, il avait la certitude que les deux chats étaient identiques.

Puis vint le troisième chat accompagné du même "crac" que les autres. Celui-ci se positionna sur la gauche du premier et Duncan commença à comprendre. Chacun des chats regardait dans une direction différente. Pour éviter toute embuscade, Alyson avait envoyé ces chats en éclaireur. Elle n'était donc pas aussi naïve finalement. Peut-être sa proximité avec le leader des Néo-Mangemorts n'étaient qu'une façade après tout, si ça se trouve elle fait parti des mécontents. Duncan y avait pensé, mais il avait préféré envisager le cas de figure le moins favorable à ses plans. Comme il s'y attendait désormais , maintenant qu'il pensait avoir compris la tactique de la sorcière, un quatrième chat apparu et se tourna dos au premier chat dans la dernière position qu'il restait.

Bien qu'il se soit désormais légèrement décalé de l'ombre des arbres, pour ne pas donner l'impression qu'il souhaitait surprendre sa visiteuse. Néanmoins, il resta à une distance respectable des félins. Ils étaient restés immobile pour l'instant mais peut-être réagiraient-ils autrement s'il s'approchait. Par prudence, il garda également sa baguette en main, même s'il n'adopta pas une position menaçante. Les bras le long du corps, sa baguette était dissimulée par les replis de sa tenue.

Il croisa le regard du quatrième félin qui aussitôt, se mit à miauler. Il fut aussitôt rejoint par les trois autres et c'est là que la situation devint à la limite du supportable. Il ne su pas quel fut réellement le déclencheur, mais non seulement les chats se multipliaient en continuant à miauler, ce qui au passage commençait à devenir pénible pour ses oreilles.... mais en plus ils mirent tous à briller d'une lueur étrange... comme des arcs-en-ciel sur pattes ! Les quatre chats du départ étaient maintenant huit avant de devenir très rapidement seize, puis trente-deux....

Duncan se retint de dézinguer ces sac à puce bruyant et éclairant. il plaça sa main libre devant ses yeux tout en bougonnant :
- Nom d'un veracrasse, qu'est ce que c'est que cette ménagerie.... Il s'adressait plus à lui-même qu'à cette armée de chats multicolores dont le nombre augmentait à grande vitesse.... de toute façon dans ce vacarme, personne n'aurait pu l'entendre.... C'est alors qu'il comprit.... c'était probablement le but recherché... avec ce vacarme, si Alyson venait à transplaner à ce moment précis, il ne pourrait pas l'entendre... Encore une fois, la jeune femme avait fait preuve d'ingéniosité... et de talent. La multiplication des félins s'expliquaient probablement par l'utilisation d'un maléfice de Gemino, tout comme leur luminosité soudaine, à moins qu'elle n'ait eu recours à une autre technique de métamorphose pour ce point là. Il ne reste plus qu'à espérer qu'elle fasse partie des dissidents.

Ses yeux, d'abord éblouis par cette forte lumière soudaine, s'habituèrent petit à petit à la luminosité ambiante. Puis, aussi soudainement que ce cirque avait commencé, l'ensemble de ces chats se turent. Il se rendit compte que les félins formaient maintenant ce qui pouvait ressembler à une  grande flèche sur le sol qui pointait dans sa direction.

De l'autre coté du motif, il aperçu une petite brune en train d'apparaitre progressivement. En plus de tout ce bazar, elle avait utilisé un sortilège de Désillusion... décidément, elle n'était pas la cousine de Flint pour rien. Tout deux étaient extrêmement prudents.

Le détaillant de la tête aux pieds, la jeune femme lui dit :
- Bonsoir... Mr McKenzie j'espère...
- En effet... bonsoir... il accompagna son salut par un signe de tête. Mademoiselle Fawley... je présume...

Contrairement aux sorciers lambda, Alyson arborait une tenue plutôt moldue, mêlant cuir et couleur noire. Pour quelqu'un de sang-pur et versé dans la magie noire, c'était étonnant. Tout en rangeant sa baguette dans la poche extérieur de son manteau, il fit quelques pas dans sa direction guettant la moindre réaction des chats.

- D'après Flint, vous auriez des questions à me poser... ? demanda-t-elle.

Des questions, il en avait. Ce n'était plus celles de départ, et certaines, s'il se trompait, pouvait mener à l'affrontement.

- Oui... j'en ai. Mais elles peuvent attendre. Nous sommes aux limites d'un petit domaine m'appartenant. Nous y serions plus à l'aise. Comme il est protégé contre le transplanage je ne pouvais vous donner rendez-vous plus près.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


HRP - Making-Off :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Briseuse de sorts
Masculin
✎ Parchemins : 130
✎ Date d'arrivée : 16/03/2017

Sorcerer's Identity
✎ Année à Poudlard:
✎ Profession: Briseuse de Sorts
✎ Inventaire:
Liens et RPs
MessageSujet: Re: [Pays de Galles] Two Snakes in the Night [PV : Alyson Fawley et Duncan McKenzie] Dim 11 Juin - 7:14


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Lorsque j’avais fait savoir à Vlad – par téléphone – que je comptais rencontrer Duncan McKenzie dans un lieu de son choix, il n’avait pas tout de suite compris pourquoi je prenais un tel risque. Il avait de suite pigé que je cherchais à mettre mon interlocuteur en confiance en agissant ainsi. Sans forcément chercher à lui faire baisser sa garde, il s’agissait tout de même du meilleur moyen de provoquer chez lui un excès de confiance. Nul besoin d’être un génie pour savoir qu’une personne à domicile se sentait plus à l’aise qu’une personne à l’extérieur. L’avantage de connaître le terrain n’avait absolument rien de négligeable. Bien au contraire même puisqu’en se débrouillant bien, on pouvait s’offrir un endroit qui nous arrangeait un maximum tout en désavantageant l’autre au maximum aussi. À côté de ça, le rendez-vous avait lieu la nuit. Résultat, je me retrouverais gênée en terme de visibilité également, soit parfaitement vulnérable à une embuscade si tel était le désir du McKenzie.

C’était cela qui avait gêné mon partenaire Oubliator et bulgare : le risque. Lui comme moi savions parfaitement de quoi j’étais capable en termes de magie et de duel. Traduction ? Objectivement parlant, on aurait l’impression que j’avais grandement surestimé mes capacités et/ou sous-estimé celles du Directeur du Département des Mystères. Au bout de la 23ème insulte sur mon intelligence, j’avais pris la peine de lui expliquer le raisonnement derrière mon choix. Certes, je ne savais pas grand-chose de cette potentielle recrue récupérée par Flint. Néanmoins, rien ne laissait entendre qu’il désirait m’éliminer. Bien que mon cousin ne soit pas du genre à aller venger ma mort, je doutais fortement que Duncan le connaisse suffisamment pour deviner sa réaction s’il cherchait à me descendre pour X raison. À côté de ça, le fait que j’ai été présentée comme étant la plus proche de la meneuse actuelle voulait dire qu’il ne s’attirerait aucune faveur en m’assassinant. Enfin, quand bien même il le ferait, le McKenzie ne ferait pas long feu non plus et serait éliminé à son tour dans les jours, semaines ou mois qui suivraient.

Que voulais-je dire par là ? Bah…tout simplement qu’il ne s’agissait pas de mon premier rodéo. L’existence de Vlad n’était connue que des quatre personnes avec qui j’avais lancé l’attaque du 14 janvier, et encore, il ne connaissait rien de sa véritable apparence ou de son vrai nom. Tout ce qu’ils savaient, c’était qu’il était doué pour jouer avec la mémoire des gens. Rien de plus. Ainsi, dans le cas où je ne referais pas surface après ce rendez-vous, l’Oubliator se ferait un plaisir de venger ma mort, et ce, sans même que je ne lui demande. N’ayant aucun lien – officiel – avec moi ou avec ce pays, rien ne pourrait le rapprocher de près ou de loin à la perte de mémoire et/ou de vie de ce cher Duncan McKenzie. Pratique, non ? M’enfin, n’allez pas croire non plus que j’avais envie de mourir aussi vite. Nope, j’avais encore bien trop de choses à faire pour passer la baguette à gauche. Ainsi, le meilleur moyen de minimiser les risques d’embuscade – s’il y en avait une – était de se débrouiller pour limiter ma prévisibilité.

Dans son message, il m’avait donné les coordonnées d’un point de transplanage. En me renseignant, je n’avais pas tardé à découvrir qu’il me traînait carrément au Pays de Galles, sur une plaine à proximité de villages moldus. Pour le coup, j’avais apprécié le fait qu’il évite les coins sorciers. Pour un entretien de ce genre, et vu les sujets qu’on aborderait, j’étais moi-même du type à privilégier les coins moldus. C’était le coup de la plaine que je comprenais moins. Surtout qu’il y avait une forêt à côté apparemment. Durant l’espace d’une microseconde, je m’étais mis à penser qu’il m’accueillerait avec un barbecue à la belle étoile… Niveau impression, on faisait difficilement mieux, non ? Malheureusement pour moi, je m’étais vite souvenu qu’il s’agissait d’une personne appréciée de mon cousin Fawley. Résultat ? Aucune chance de barbecue. Y’avait plutôt moyen que je tombe sur un gars tout de noir vêtu et bien habillé, surtout qu’il était aussi de sang-pur. Hmm… Compte-tenu du fait que je me ramenais également en noir complet, je n’étais peut-être pas la mieux placée pour critiquer…

M’enfin, pour en revenir à mon plan anti-embuscade, je n’avais pas mis très longtemps avant de décider d’user d’un sortilège de Désillusion – obligatoire – et d’une distraction pour couvrir le son produit par mon apparition. C’était ainsi que j’étais parvenu à convaincre Vlad du fait que je n’avais pas perdu mon instinct de préservation malgré ma présence dans ce pays. Bien entendu, il n’avait pas pu s’empêcher de se foutre de moi avec mon histoire de chats multiples et arc-en-ciel !! Il avait reconnu que ce serait suffisant pour prendre au dépourvu n’importe quelle personne et que les chances de succès seraient hautes dès lors que le McKenzie ne chercherait vraiment pas à me tuer. Après tout, rien ne l’empêchait de détruire les chats dès leur apparition ou même de transformer la plaine en champ de mine. Bref, quand bien même je cherchais à minimiser ces fameux risques au maximum, la vérité était que la situation restait et resterait entre les mains de Duncan McKenzie du début à la fin. Si celui-ci n’avait rien du sorcier raisonnable et posé que Flint m’avait décrit, je mourrais – normalement – dès mon atterrissage au milieu de ces chats.

Ah la la… Qu’est-ce qu’il ne fallait pas faire pour rendre service à son cousin sérieux… Il y avait plutôt intérêt à ce que je ne me retrouve pas embarquée dans une galère pas possible à cause de celui-ci !! J’avais d’autres chats à fouetter que de me battre pour ma vie un soir de janvier… Surtout que bon, quitte à ce qu’il s’en prenne à quelqu’un, autant le laisser se défouler sur Elesya à ma place, non ? Yep, il n’y avait pas de raison pour que ce soit moi qui ai tiré à la courte paille. Plus de deux minutes après avoir fait apparaître le premier chat combiné à un son similaire à celui du transplanage, j’avais décidé que la voie était libre et avais fini par faire mon apparition. Clairement, au vu du véritable défilé que je lui avais offert, s’il n’avait pas pété les plombs dès la première minute, c’était que m’attaquer n’était en rien sa priorité. Désillusionnée, j’avais transplané au beau milieu des chats qui s’étaient aussitôt rangés de sorte à m’indiquer la direction de la personne se trouvant dans les parages : Duncan McKenzie. Le vrai, et pas un imposteur d’après celui-ci.

Lorsqu’il s’était approché, les chats s’étaient automatiquement séparés pour le laisser faire, refermant simplement la marche derrière celui-ci. Hmm… Espérons qu’il n’avait pas la phobie des chats parce que sinon… Ceux-ci ne tardèrent d’ailleurs pas à perdre leur éclat arc-en-ciel, retrouvant une simple couleur noire. Moins visibles, mais toujours présents quand même. Lançant aussitôt les festivités – pas vraiment le temps pour des banalités – je lui avais tendu une perche en mentionnant Flint et le fait que j’étais là pour répondre à des questions qu’il avait.

« … Je vous suis… »

Certes, l’anti-transplanage était un nouvel inconvénient. Néanmoins, j’avais déjà effectué tout ce chemin. La moindre des choses restait de le suivre. À côté de ça, plus il serait en confiance et plus j’aurais de chances de m’en sortir vivante. Oui, c’était paradoxal. Mais bon, je savais très bien ce que je faisais, ou plutôt, je ne faisais que jouer un jeu dangereux dans lequel je m’améliorais de jour en jour… Ce que je ne savais pas, c’était comment il réagirait au fait que les matous me suivraient partout… N’était pas briseuse de sort qui voulait. Or, pour ce métier, il était capital de découvrir un moyen d’entrer quelque part sans mourir dans la seconde. L’avantage des conjurations résistait justement dans le fait qu’il s’agissait de créations dont on pouvait disposer, soit le type de magie idéal pour des tâches de reconnaissance. Le suivant d’un pas mesuré, la trentaine de chats nous encercla sans perdre de temps, ayant d’ores et déjà décidé de nous servir de barrière protectrice dans le cas où l’on en serait là, avec pour priorité d’assurer mes arrières à moi bien entendu.

« Pourquoi moi au fait… ? Trop timide pour vous entretenir avec quelqu’un de plus âgé ? »

Autant vérifier de suite si mon âge lui posait problème ou non. Qu’il le veuille ou non, il se retrouvait dans la position de la personne jugée pour savoir s’il était digne de rejoindre les néo-mangemorts ou non. Or, compte-tenu du peu qu’ils avaient fait avant que je ne m’en mêle, il était possible qu’il n’apprécie pas cela du tout. Miller n’avait déjà pas été facile à convaincre, qu’en serait-il du McKenzie ?

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Directeur du Département des Mystères
Masculin
✎ Parchemins : 1035
✎ Date d'arrivée : 12/03/2017

Sorcerer's Identity
✎ Année à Poudlard: Syltherin
✎ Profession: Head of the Department of Mysteries
✎ Inventaire: wands, potions, strange keys & mysterious things
Liens et RPs
MessageSujet: Re: [Pays de Galles] Two Snakes in the Night [PV : Alyson Fawley et Duncan McKenzie] Lun 19 Juin - 22:29





Two Snakes in the Night

Alors que Duncan avançait de quelques pas en direction d’Alyson, il prit conscience que les chats s’écartaient sur son passage pour former, au final un large cercle autour des deux sorciers. Il avait déjà l’avantage du terrain, il pouvait bien lui laisser celui du nombre. Surtout qu’il pouvait très bien transformer les félins en d’autres créatures (des ornithorynques par exemple) qui seraient cette fois sous son contrôle.

Bon après, on n’en arrivera peut-être pas là. Si Flint n’a pas aucune information sur les néomangemorts dissidents, vu la prudence de cette fille, il est possible qu’elle en ait. Et puis, ça m’étonnerait qu’elle n’ait pas un plan de secours au cas où elle venait à disparaitre suite à notre entretien.

Les chats perdirent leurs couleurs bizarres et redevinrent noirs. Retour à l’obscurité de la nuit donc... Déjà qu’en pleine journée, il n’y a pas beaucoup de lumière dans les bois, en pleine nuit et durant l’hiver... on va avoir besoin de lumière. Reprenant sa baguette, il l’agita en un geste fluide et d’une simple pensée fit apparaitre de quoi les éclairer, lui et Alyson.

Suite à son invitation, elle lui répondit :

- Je vous suis...

Avant d’y aller, un dernier détail s’imposait. S’il ne l’immunisait pas contre les maléfices mis en place dans les bois, la situation avait de grandes chances de dégénérer. Certes en tant que briseuse de sorts, il était improbable que sa visiteuse n’ait jamais rencontré ces maléfices, mais ils pouvaient prendre au dépourvu même les plus expérimentés. Le but était quand même de discuter un peu, s’évaluer mutuellement.

- Attendez un instant avant d'entrer dans la forêt, je me dois de vous informer que les mesures anti-transplannage ne sont pas les seules protections mises en place autour du manoir. Le autres vous seront sans doutes familières, compte tenu de votre profession. Ce sont des versions modifiées de ce qu'on peut trouver en Égypte. Le maléfice du labyrinthe, vous donnant l'illusion d'être perdu et vous ramènera à l'endroit où vous êtes entrée. Et le maléfice d'angoisse qui provoque le sentiment dont il tire son nom. Mais je suppose que je ne vous apprends rien. La différence avec les sortilèges d'origine, est la suivante. Il glissa sa main gauche dans sa poche et en sorti la clé du manoir, qu'il ne quittait jamais. Le porteur de la clé du manoir n'en subit pas les effets. Il peut également immuniser les personnes qu'il souhaite contre ces deux maléfices. Il frotta la clé entre ses doigts. Après quelques secondes une petite rune brilla alors qu'il approchait la main de son visage. Il murmura les noms et prénoms de sa visiteuse avant de reporter son attention sur elle. Vous voilà immunisée. Nous pouvons y aller.

Alors qu’il rangeait la clé dans la poche intérieure de sa cape, elle choisi ce moment pour ouvrir le bal des questions/réponses.

- Pourquoi moi au fait.... ? Trop timide pour vous entretenir avec quelqu'un de plus âgé ?

Une des questions qu’il avait anticipées. Pour celle-ci, il avait décidé de répondre par une vérité partielle... Quel que soit la position d’Alyson à propos du leader néomangemort.

- D'après votre cousin, vous êtes proche du leader.... ce que je souhaite lui dire en guise d'introduction pourrait être dur à entendre. J'aimerais donc savoir s'il sait encaisser les critiques ou s'il vaut mieux que je garde tout ça pour moi. Et puis, c'est également l'occasion pour moi de gagner votre soutien. Une personne de plus lui confirmant ma valeur ne peut pas m'être défavorable.

Se retournant il fit quelques pas en direction de la forêt en veillant à ne pas distancer Alyson.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


HRP - Making-Off :
 


Dernière édition par Duncan McKenzie le Sam 9 Sep - 15:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Briseuse de sorts
Masculin
✎ Parchemins : 130
✎ Date d'arrivée : 16/03/2017

Sorcerer's Identity
✎ Année à Poudlard:
✎ Profession: Briseuse de Sorts
✎ Inventaire:
Liens et RPs
MessageSujet: Re: [Pays de Galles] Two Snakes in the Night [PV : Alyson Fawley et Duncan McKenzie] Sam 8 Juil - 22:18


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Il était étrange de se mettre en danger ainsi. Certes, il ne s’agissait pas de ma première sortie me menant droit vers un potentiel piège. Loin de là d’ailleurs. Néanmoins, cela ne voulait pas dire pour autant que j’étais rassurée à 200%. Quand bien même le Duncan apparaissait comme quelqu’un de raisonnable, cela ne voulait en aucun cas dire qu’il l’était réellement. Qui me disait qu’il ne se servait pas de ce fameux domaine pour séquestrer et torturer les jeunes brunes innocentes – rire – pour s’amuser à les enterrer dans cette forêt ou même cette plaine où il m’avait fait transplaner ? Franchement, à moins qu’il n’ait jamais amené personne ici – mis à part ses victimes précédentes – j’étais prête à parier que je n’étais pas la seule à y avoir pensé en débarquant ici pour la première fois.

Oui, je ne pouvais m’empêcher de penser au fait qu’il s’agissait d’une recommandation de Flint. En effet, le même Fawley qui avait pris un malin plaisir à m’effrayer quand j’étais gamine. Celui qui m’avait révélé avoir tué son propre père uniquement pour me menacer après de faire pareil à ma mère si j’en parlais. Forcément, jeune comme je l’étais et avec la tête de sadique qu’il avait toujours eu – et qu’il avait toujours – je n’avais eu aucun mal à le croire et à me laisser menacer. Certes, les choses avaient beaucoup changé depuis. Néanmoins, cela ne voulait pas dire pour autant que je lui faisais totalement confiance maintenant, et encore moins que je me fiais à son jugement en matière de candidat. Non pas dans le sens où il était incapable de repérer un atout de qualité, mais plutôt dans le sens où j’avais de gros doutes sur leur santé mentale…

Hmm… Compte-tenu de mes actions récentes et des personnes avec qui je m’alliais, j’étais loin d’être la plus apte à juger. Loin de là d’ailleurs. Mais bon, cela ne m’empêcherait pas de le faire pour autant. Je faisais ce que je voulais. De plus, je tomberais rapidement malade si je ne m’autorisais plus à critiquer autrui pour passer le temps… Lorsque mes chats conjurés s’étaient éteints, il avait pris la relève en matérialisant à son tour de quoi nous éclairer. Prête à le suivre comme je le lui avais fait savoir, j’attendais tout de même qu’il entame sa propre marche avant d’avancer. D’après lui, nous avions toute une forêt à traverser. N’étant pas là pour me perdre, j’avais tout intérêt à ne pas le lâcher des yeux. Il en allait de même pour lui s’il désirait conserver les défenses de son logement. Forcément, s’il m’y perdait et que je commençais à ressentir les effets de ses protections, je ne perdrais pas mon temps à les subir et me débrouillerais pour en atténuer l’impact le temps de ressortir de cette forêt. Bon après, il n’y avait vraiment pas de raison pour en arriver là, surtout au vu de ce qu’il m’expliquait actuellement.

Des protections égyptiennes. Un petit sourire s’afficha sur mon visage en entendant cela. Tout de suite, j’étais bien plus intéressé par sa candidature. Clairement, il n’était pas un sorcier lambda qui ne savait rien sur rien et désirait uniquement faire un peu de grabuge. Monsieur était parvenu à se dégoter un lieu avec des protections efficaces. Labyrinthe et Angoisse. Bonne combinaison. Non léthales, ces maléfices servaient surtout à dissuader les gens d’essayer d’aller plus loin. À côté de ça, il était fait de telle sorte à ce que – quoiqu’il arrive – les non-désirés ne puissent pas progresser dans cette forêt quand bien même ils passeraient outre leur angoisse. C’était l’exemple même de « tous les chemins mènent à Rome » ce qui avait de quoi faire péter les plombs les voleurs qui ne savaient pas du tout dans quoi ils s’embarquaient. La formation de Briseur de Sorts était limite vitale pour tout voleur cherchant à réussir un gros coup dans le monde des sorciers. Chez les moldus, aucun souci. Mais les sortilèges de protection et maléfices anti-intrus ne rigolaient pas en magie.

Après avoir joué avec sa clé, il me révéla que j’étais désormais immunisée contre ses défenses. Pratique. Aucune chance de donner un faux-nom pour s’infiltrer chez lui vu que la magie ne reconnaîtrait pas cette fausse identité. Ainsi, il savait constamment qui venait chez lui. Lançant alors le sujet de façon plus appropriée, je lui avais demandé ce qui l’avait poussé à me choisir moi et pas la pseudo-patronne pour cette rencontre. Ce n’était pas comme si tous les candidats se voyaient offrir la possibilité de la rencontrer en tête-à-tête. D’ailleurs compte-tenu du fait qu’elle se ferait plus facilement démasquée en face à face, ça n’avait rien d’étonnant. Avec personne pour la défendre ou appuyer ses propos, elle impressionnerait bien moins son interlocuteur qui verrait rapidement qu’elle n’avait rien à voir avec l’image qu’elle cherchait à présenter. Oui, elle avait eu bien trop de chances jusque-là que personne ne pose plus de questions que cela.

Sa réponse me fit rigoler et je m’étais même laisser aller à rire aux éclats en réalisant à quel point ma cousine avait encore eu de la chance. D’un autre côté, je cessai rapidement de rire en me disant que c’était vraiment dommage qu’il n’ait pas choisi de voir Elesya pour la critiquer directement sur son manque d’efficacité jusque-là. Au vu de son caractère et de sa susceptibilité légendaire, ça aurait été un véritable régal que de la voir essayer de justifier ses plans précédents. Mince alors ! La seconde partie de sa réponse m’intéressa bien moins. Je n’étais pas le genre à faire de la pub, et encore moins à rendre des comptes à ma cousine. Or, il semblerait que le McKenzie ait supposé que j’étais une sorte de secrétaire rapportant tout à la leader et donc qu’en m’impressionnant, il l’impressionnerait elle. Hmm… Je n’avais jamais caché le fait que je n’étais pas à ses ordres. Le truc, c’était que si celui-ci avait déjà des critiques, cela voulait dire qu’il avait déjà analysé un minimum ce que les néo-mangemorts avaient fait ces derniers mois. Traduction ? Il ferait probablement de même avec tout ce que je lui révélerais ici.

« Je ne vais pas vous mentir… Vous avez bien fait de me choisir pour cette histoire de critiques. Le leader – petite grimace en prononçant ce mot – n’est pas du genre à les prendre en compte. Bien au contraire même, il ne voit absolument pas leur avantage… Personnellement, j’aimerais en savoir plus sur cette introduction que vous avez préparé… »

Voilà, c’était dit. J’avais hâte d’entendre quelles étaient ces critiques qu’il avait en tête. Quels étaient les défauts qu’il avait noté dans les actions récentes des néo-mangemorts. Étaient-ils les mêmes que ceux que j’avais moi-même perçu ? Y en avait-il d’autres ? Apporterait-il des idées nouvelles dès maintenant ou attendrait-il d’en savoir plus sur les capacités du groupe avant d’y réfléchir ? À côté de ça, je n’avais pas mâché mes mots en décrivant le leader. Plus vite il s’en ferait une honnête image, plus vite il saurait s’il désirait être mêlé à cette organisation ou non. Je n’étais nullement du genre à faire de la fausse publicité. Je n’y irais pas par 4 chemins et s’il se révélait être une taupe envoyée par le Ministère – capable de tromper mon cousin – je me débrouillerais pour qu’il le paie sacrément cher. Jeune ou pas, je n’étais pas naïve au point de ne pas envisager cette possibilité. Certes, le Ministère semblait aussi inactif qu’on le disait lors de la guerre précédente. Néanmoins, cela ne voulait pas dire pour autant que l’insouciance était de mise.  

« Après, juste histoire de vous prévenir, il est inutile de chercher à trop en faire pour vous valoriser… Je préfère voir comment vous êtes en temps normal pour me faire une meilleure idée de qui vous êtes… En échange, je ferais de même. Ça vous va ? »

Ce que je voulais dire par là ? Simple, je ne voulais pas qu’il me jette de la poussière aux yeux avec des paroles et actes démesurés qu’il se forçait à balancer pour faire bonne impression. Nope, ça ne m’intéressait absolument pas. S’il devait se forcer pour se donner de la valeur, cela voulait dire qu’il n’en avait pas tant que ça en temps normal. Après, je ne lui disais pas ça dans le sens où il avait essayé et ça n’avait pas marché. Du tout, il s’agissait d’un message purement préventif. Je voulais simplement éviter la phase séduction qu’il y avait généralement dans chaque rencontre. Ainsi, s’il tenait à cacher quelque chose, il n’aurait qu’à le dire purement et nettement. De même, si je ne désirais pas lui révéler une information, je le lui ferais savoir directement. Je ne souhaitais vraiment pas perdre mon temps en blabla inutile, et j’étais certaine qu’il en était de même pour lui.

Le suivant à son rythme, nous pénétrâmes la forêt. Petit à petit, je remarquai que les chats que j’avais conjuré commençaient tous à paniquer. Forcément, j’avais été immunisée, mais eux non. Ainsi, effrayés comme ils l’étaient, ils furent incapables d’avancer de manière ordonnée comme je leur avais demandé de le faire. Résultat, ils se heurtèrent mutuellement et le maléfice de Gemino reprit de plus bel, les démultipliant encore plus jusqu’à ce que je me décide à mettre fin à celui-ci, les faisant tous disparaître jusqu’à ce qu’il ne reste plus que les 4 premiers qui étaient apparus. D’un mouvement de baguette, ils se retrouvèrent transformés en une longue écharpe et un bonnet que je nouai et enfilai aussitôt. Inutile de les torturer plus longtemps. De même, victimes des maléfices de protection, ils seraient bêtement retournés à leur point d’entrée dans cette forêt, ne me servant alors plus à rien. Je pourrais éventuellement en conjurer de nouveau qui seraient immunisés mais, encore une fois, je n’en voyais pas l’utilité.

« Sinon, je me demandais… Qu’est-ce qui vous a plu chez mon cousin ? »

Dans le genre question qu’il n’avait probablement pas anticipé, elle était probablement bien placée. Non pas que je cherche à le prendre au dépourvu – en partie seulement – mais il attendait lui-même que nous nous trouvions dans son logement pour passer au sujet le plus croustillant. La moindre des choses était quand même de le laisser mener la danse sur son territoire, non ? De plus, il n’avait fait aucun effort – de son côté – pour nourrir la conversation, je me devais donc de le faire à sa place histoire d’éviter une longue marche ennuyante et silencieuse dans cette forêt. Vivement qu’on en ressorte d’ailleurs…

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Directeur du Département des Mystères
Masculin
✎ Parchemins : 1035
✎ Date d'arrivée : 12/03/2017

Sorcerer's Identity
✎ Année à Poudlard: Syltherin
✎ Profession: Head of the Department of Mysteries
✎ Inventaire: wands, potions, strange keys & mysterious things
Liens et RPs
MessageSujet: Re: [Pays de Galles] Two Snakes in the Night [PV : Alyson Fawley et Duncan McKenzie] Dim 16 Juil - 16:01





Two Snakes in the Night

Lorsque j'évoquai les protections égyptiennes il me sembla voir l'ombre d'un sourire passer sur le visage d'Alyson. Vu son métier, elle connaissait son affaire et semblait appréciatrice. Je n'y étais pas vraiment pour grand chose vu que ce n'est pas moi qui avait mis en place ces protections, mais je me dis que j'avais bien choisi notre lieu de rencontre. Certes, il n'était pas très rassurant d'un premier abord, surtout lorsque l'on y était invité pour la première fois. J'étais bien placé pour le savoir. Mais une fois immunisé contre ces protections, on ne peut que reconnaitre que la combinaison était fort astucieuse. Pas impénétrable, certes... il suffisait de connaitre l'endroit et de recourir à un elfe de maison pour s'assoir sur toutes les protections mises en places mais quand même très astucieuse. Surtout si je n'invite presque jamais personne dans ce manoir. Vint ensuite l'épineuse question concernant mon choix de la rencontrer elle plutôt que leur chef.

Bien qu'auncun sujet sérieux n'est encore été abordé, les suites de notre rencontre allaient en partie se jouer maintenant. J'avais répondu en choisissant mes mots avec prudence. Je partais de mon avis plus que négatif sur le leader des Néomangemorts, mais prenait soin de le présenter sous un aspect plus diplomate que la strict vérité. Flint Fawley m'ayant fait comprendre que l'amateurisme de leur leader n'était pas une illusion, jamais je n'accepterai de me compromettre avec quelqu'un d'aussi médiocre. Cela dit, je devais reconnaitre qu'elle était suivie par un ou deux individus talentueux. C'est d'avantage pour en apprendre plus sur eux, les approcher et tenter de les retourner contre elle que je n'avais pas mis un maximum de distance entre eux et moi.

Je finissais en prêchant le faux pour savoir le vrai. N'ayant pas l'intention de rejoindre le troupeau, je ne cherchais absolument pas l'approbation de cette sorcière. C'était plus une attitude de fausse soumission et une fine couche de pommade, au cas où elle soit une de ses sang-purs convaincus d'être les rois et reines du monde. Un peu de miel pour faire passer l'idée qu'un sang-mêlé se permette de critiquer leur mouvement. Juste au cas où elle était fidèle à leur chef. Son cousin ne semblait pas y accorder d'importance, même si mes talents en potions et ma discrétion pouvaient avoir effacé, à mon sujet, les préjugés qu'il pouvait avoir.

En résumé, sa réponse me donneraient une bonne idée sur ses positions. Si c'était une marionnette, il pourrait être judicieux de priver leur chef d'un pion supplémentaire. Si, au contraire, elle faisait parti de ceux qui ne se contentaient pas de leur inactivité forcée, je pourrais me faire une alliée supplémentaire.

A peine avais-je répondu qu'elle éclata de rire, ça pouvait être interprété de bien des façons, peu importe la partie de ma réponse ayant provoqué cette réaction. Mais ce qu'elle dit après s'être ressaisi précisa les choses. Par la façon qu'elle eut de m'expliquer que leur chef ne prenait pas les critiques en compte et de me demander des précisions sur les critiques que j'avais à faire, je me suis dit que nos points de vue ne devais pas être si éloignés. Surtout qu'elle semblait avoir pris la seconde partie de ma réponse pour une demande de sponsoring et n'avait pas eu l'air d’apprécier.  Elle souhaitait également que nous soyons franc, l'un envers l'autre. Ce n'était pas dans mes habitudes... Mais bon, j'avais l'avantage du terrain, et son rire m'avait semblé franc et spontané. Le genre de résultat impossible à simuler.

- Je ne cherchais pas à me valoriser. Tout au long de ma carrière, j'ai du, et je dois encore, cacher au monde mes centres d'intérêt, mes activités en dehors du ministère et certaines de mes opinions. J'ai fini par m'habituer à vivre dans l'ombre et n'apprécie guère de me montrer au grand jour.... si je puis dire. Après quelques instants d'hésitation, je décidai d'être un peu plus franc quitte à repousser le moment où je lui ferai par de mon point de vue sur les néomangemorts. Tenez, par exemple, je n'ai jamais cherché à obtenir votre soutien, je disais simplement ça pour adoucir mes premiers propos. Au cas où vous feriez parti de ceux qui suivent aveuglément votre leader. Votre réaction m'ayant prouvé le contraire, je veux donc bien vous expliquer ce que je reproche à votre organisation.


Alors que nous avancions dans la forêt, je mis rapidement de l'ordre dans mes idées, décidant de pointer les erreurs les plus évidentes.

- Une embuscade, ça se prépare. Et en premier lieu, on évite de la faire quelque part où la cible peut transplaner. C'est bien joli d'envoyer le Ministre à St Mangouste, mais si c'est uniquement pour un cas de désartibulation, ça n'en vaut pas la peine. Surtout qu'en plus cette attaque a révélé au ministère l’existence d'un groupe de mages noirs belliqueux. Et la Gazette s'est chargée de propager l'information à l'ensemble de la communauté magique... Passons maintenant au cas James Austin. Quand on réussi à kidnapper un adversaire, s'il perd son utilité, on ne le relâche pas en lui effaçant la mémoire. On le tue et on se débarrasse de son cadavre.

Il suffisait de savoir lire entre les lignes pour comprendre quel était le sens du message. Le leader et ces suiveurs faisait preuve d'un manque évident de stratégie, de logique et leur amateurisme était flagrant. Après cette volée de critique, la question naturelle qui viendrait serait évidement "Pourquoi me rapprocher d'eux si j'avais une telle opinion d'eux ?". Aussi, décidant de la devancer, je me lançai dans mes explications.

- En fait, je n'ai commencé à m'intéressez à votre groupe qu'après le meurtre de cette élève sang-pur à Poudlard, alors que l'école était protégée par plusieurs Aurors. Là pour le coup, je me suis dit que vos première action n'étaient que des écrans de fumée destinés à faire croire au ministère et à l'Ordre du Phénix que vous étiez beaucoup moins dangereux que vous ne l'étiez réellement. Je commençai à me dire que j'avais eu tord d'envisager cette hypothèse. J'ai alors fait la connaissance de votre cousin. Certes, il m'a confirmé que ma première opinion était, à peu de choses près la bonne, mais j'ai également compris que certains, comme vous apparemment, sont bien plus compétents que les autres et n’obéissent pas toujours à ses ordres. Et c'est précisément des gens comme vous que je souhaites me rapprocher.

Alors que pendant mon discours elle avait prestement fait disparaitre ses chats et avait transformé les quatre de départ en une écharpe et un bonnet, je surveillais ses réactions, au cas où ces signes de distanciation entre elle et le leader ne soit qu'une feinte. Elle réagit d'abord à la mention de son cousin. Me demandant ce qui m'avait plu chez lui... Voilà bien une question que je n'avais pas vu venir. La stupeur avait du s'afficher brièvement sur mon visage, pourtant habitué à masqué mes émotions.

- Ce qui m'a plu chez lui... répétais-je. Nous n'avons guère pris le temps de sympathiser vous savez. Nos rapports se rapprochent plus d'une relation professionnelle. Je ne peux pas passer par le bureau des Aurors pour savoir ce qu'il se passe à Poudlard... et avec la manie qu'à pris Potter de cacher toute information sortant de l'ordinaire, j'ai surtout pensé qu'avoir une oreille attentive dans l'école pourrait m'être utile. Jusqu'à présent, j'apprécie surtout sa prudence et sa discrétion. De son coté, je pense qu'il apprécie ma propre discrétion, et mes talents pour fabriquer certaines potions complexes.

On arriva bientôt à l'orée de la forêt, coté manoir. Mis à part la serre me servant à faire pousser divers ingrédients indispensables pour mes potions, le jardin restait très simple. Il faut dire qu'il n'avait jamais vraiment eu pour but d'impressionner les visiteurs, ils étaient largement servis avec la forêt. Alors que nous remontions l'allée de graviers, je me demandais si elle avait des informations par rapport à l'attaque relatée dans le journal du 15 janvier. Autant voir si elle était également capable de franchise sur des sujets délicats.

- C'est peut-être un peu précipité, mais je vais me permettre une petite question... Que pensez vous de cette affaire d'incendies ? Vous n'auriez pas quelques petites informations à ce sujet ?

Nous voilà arrivés sur le perron. Je restes toujours aux aguets attendant sa réponse avant d'ouvrir la porte. Nous serons seuls ce soir, j'avais demandé à mon demi-frère d'aller à Londres avec les elfes. Histoire qu'on soit tranquille. Je serais ainsi le seul à connaitre son visage.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Briseuse de sorts
Masculin
✎ Parchemins : 130
✎ Date d'arrivée : 16/03/2017

Sorcerer's Identity
✎ Année à Poudlard:
✎ Profession: Briseuse de Sorts
✎ Inventaire:
Liens et RPs
MessageSujet: Re: [Pays de Galles] Two Snakes in the Night [PV : Alyson Fawley et Duncan McKenzie] Mar 8 Aoû - 1:55


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Ce trajet était tellement long… Ne pouvait-il vraiment pas nous faire transplaner directement à l’intérieur au lieu de me faire traverser tout une forêt en plein hiver ? Pourtant, à partir du moment où il était le seul propriétaire des lieux, il devrait largement être en mesure de le faire. Ainsi, à moins que le fait de me faire marcher ait une raison en elle-même, je ne comprenais pas du tout pourquoi il s’amusait à perdre tout ce temps… C’était pourtant lui qui avait dit qu’on serait plus confortable à l’intérieur, non ? Je n’étais plus tellement sûre, mais je pensais bien l’avoir entendu dire un truc du genre, ce qui rendait paradoxal son attitude actuelle !! Non, je ne le comprenais pas du tout. Certes, il avait la tête du gars qui savait toujours ce qu’il faisait et, heureusement d’ailleurs, parce que je ne l’aurais probablement pas suivi s’il en était autrement.

Dès le départ, j’avais choisi de mettre les choses au clair avec lui : le pseudo-chef ne méritait pas son attention, et plus il serait direct, plus je lui accorderais la mienne. Je n’avais vraiment pas de temps à perdre en blablas inutiles. De plus, ce n’était pas comme si j’avais besoin de lui ou autre. Si j’étais en position de quémandeuse, je ferais peut-être un effort. Mais ce n’était pas le cas. On aurait pu croire que le McKenzie était le quémandeur, mais ce n’était pas le cas non plus. Il avait toute sa tête, lui. Qu’est-ce que ça voulait dire ? Simplement qu’il ne se lancerait pas dans un plan qui ne l’avantagerait d’aucune façon. Tout comme moi, il semblait respecter l’expression « mieux vaut être seul que mal accompagné ». Traduction ? Si les néo-mangemorts n’avaient rien à lui offrir, il ne les rejoindrait pas. A contrario, si j’avais quelque chose à lui offrir, il accepterait sûrement un partenariat avec moi. Le tout, c’était de l’appâter avec des opportunités qu’il ne pourrait laisser passer.

Je haussai un sourcil lorsqu’il affirma ne pas chercher à se valoriser. Cacher ses centres d’intérêts ? Ça sentait le fanboy de Voldemort tout ça… Yep, à tous les coups, son logement était recouvert de photos et posters du mage noir !! Qui savait si je n’allais pas trouver toute une bannière en son nom… Ses activités en dehors du ministère ? Bon, il abusait un peu quand même là, non ? Après tout, il venait de donner rendez-vous à une néo-mangemort… Forcément il était forcé de le cacher pour ne pas être arrêté et interrogé !! Quoique… Il avait dit avoir été cachotier tout au long de sa carrière… À vue d’œil, je lui donnerais au moins la quarantaine… Surtout qu’il avait tapé dans l’œil de Flint. Or, nulle personne de moins de 30 ans en était capable. Conclusion, il était forcément plus âgé que ça. Et son apparence, tout comme sa façon de se déplacer et de s’exprimer laissaient entendre qu’il avait vu des décennies défiler devant lui. En attendant, s’il n’arrêtait pas de me sortir qu’il s’imaginait que j’étais la secrétaire et maintenant un vulgaire mouton suivant ma cousine… J’allais finir par me coincer les yeux à force de les lever au ciel !!

« … »

Enfin ! Il passait aux informations que je voulais. L’embuscade sur le Ministre était bourrée de fautes, oui. Les conséquences avaient également été rapides avec le Ministère et toute la communauté mise au courant de l’existence de personnes mécontentes. M’enfin, techniquement parlant, tout ce que cette attaque disait était que 5 personnes avaient tenté d’éliminer le Ministre. Rien de plus. C’était les journalistes qui s’étaient amusés à mettre ça sur le dos des néo-mangemorts après leur avoir affublé ce surnom également. Dans le fond, rien ne permettait de prouver que l’attaque sur le Ministre et le kidnapping de James Austin étaient reliés. Rien du tout. Encore une fois, c’était les journalistes qui s’étaient montrés 100 fois trop subjectifs et interprétatifs alors que leur boulot était de relater les infos de manière claires et objectives. Si les journalistes se mettaient à réfléchir à la place des Aurors et à publier leurs réflexions farfelues, le pays était plus foutu qu’il ne l’était déjà !! Encore une fois, il faudrait arrêter de croire que tous les criminels étaient des Néo-Mangemorts. Surtout que la réciproque, elle-même, était plus que fausse puisque tous les Néo-Mangemorts n’étaient pas des criminels !! Yep, certains se tournaient toujours les pouces depuis le début et n’étaient là que pour se donner l’impression d’avoir participé… Pathétiques.

Avec toutes ces critiques plus que légitimes, il y avait de quoi se demander pourquoi il avait tenu à me donner rendez-vous pour me rencontrer. À l’entendre, il donnait clairement l’impression de savoir comment organiser une embuscade et comment traiter un adversaire. Il supposait donc qu’il aurait fait bien mieux à la place du leader actuel – ce qui n’avait rien d’un exploit, vraiment rien – mais cherchait quand même à rejoindre l’organisation désorganisée. Pourquoi ? Pour en prendre la tête ? Bon d’accord, le fait qu’ils suivaient Elesya sans savoir qu’il s’agit d’Elesya en disait long sur leur moutonnerie… Néanmoins, il ne fallait pas les prendre pour des pigeons non plus. Jamais ils n’accepteraient d’être menés en baguette par la toute dernière recrue que personne ne connaissait : impossible. Ah ? Son intérêt n’était monté qu’après l’assassinat de Joon Park. Ça se tenait. Il s’agit de la seule victoire – si on pouvait l’appeler ainsi – du groupe en lui-même bien que ça ne se soit pas du tout passé comme ma cousine le voulait. Certes, l’élève était mort. Cependant, son tueur n’avait pas été celui qui avait été prévu. Devais-je le lui dire ? Pas besoin apparemment… Il en était arrivé à s’imaginer – momentanément seulement – que les échecs précédents n’étaient qu’une feinte pour frapper Poudlard en plein cœur. Ah la la… C’était limite triste de voir que quelqu’un s’était pris la tête pour donner du sens à des fautes inexcusables.

« Aurors ou pas… Poudlard n’a jamais été sécurisée… Rien que Flint pourrait mettre une dizaine d’élèves sous Imperium sans se faire prendre et provoquer un carnage dans leur salle commune…voire leurs chambres… Le temps que les professeurs s’en rendent compte et arrivent sur les lieux… Poudlard aura déjà fermé ses portes, et toute une génération de sorciers en devenir serait éteinte. »

Lui fis-je remarquer d’un ton las. En avais-je trop dit ? En avais-je trop révélé sur ma façon de penser ? Allait-il prendre ça comme une tentative de ma part de l’impressionner alors qu’il n’y avait absolument rien d’exceptionnel dans ce plan de bas étage ? Après tout, il s’agissait de la base en termes de possibilités dès lors qu’on avait un loup – Flint – dans la bergerie – Poudlard. Forcément, si les élèves de l’école avaient vraiment été une cible pour les néo-mangemorts, cela ferait longtemps qu’ils auraient été exterminés… Rien de plus simple qu’un Feudeymon balancé en plein petit-déjeuner dans la Grande Salle… Le temps que les élèves, professeurs et Aurors à moitié endormis réagissent, des dizaines et des dizaines d’élèves auraient déjà été réduits en cendre !! Et qui pouvait garantir que les adultes seraient capables de contenir ou stopper le maléfice du Feudeymon… On ne les appelait pas flammes maudites ou démoniaques pour rien. M’enfin, tout ça pour dire que la sécurité de Poudlard n’avait plus rien eu d’exceptionnel depuis que Flint, Haru et Elesya y logaient ni vus ni connus.

Après ça, j’avais transformé mes chats en écharpe et bonnet, avant de lui demander ce que mon cousin avait fait pour lui taper dans l’œil. Autant dire que je ne m’attendais pas à ce qu’il me parle de la profondeur du regard de Flint… Par pitié ! Faites que sa réponse ne se rapproche en rien de là !! Il y avait des choses que même moi je ne pouvais entendre. Donc, je priais pour éviter la pire réponse possible ! Bon après, ça m’apprendrait à lui poser une telle question, surtout quand la réponse ne m’intéressait pas plus que ça. Mon but était uniquement de passer le temps, et de le prendre un peu par surprise. Hmm… Alors comme ça, il s’intéressait à ce point à ce qui se passait dans le château… Pourquoi ? Qu’est-ce qu’il pouvait bien en avoir à faire de ce que foutaient les élèves là-bas ?! Ah non, c’était Potter qui l’intéressait… De nouveau, je levai les yeux au ciel tout en poussant un profond soupir ennuyé. Ah la la… Je ne comprenais pas l’intérêt que les gens continuaient de lui porter. Il avait pourtant démontré à maintes reprises qu’il n’avait rien d’exceptionnel… Pourquoi perdre du temps à le surveiller alors qu’il agissait comme un incapable de première ?!

« Complexes uniquement ?… Voyons… Pour le Directeur du Département des Mystères, j’ose espérer que vous avez bien mieux à offrir que des potions tout juste complexes… Vous y travaillez depuis une bonne vingtaine d’années après tout, non ? »

Je ne demandais en rien ce qu’il y avait étudié. Il était connu que les sorciers y travaillant ne révélaient absolument rien sur ce qu’ils y faisaient. Le mot « mystère » n’était pas là uniquement pour faire jolie !! Néanmoins, je partais du principe qu’il avait vu, étudié et/ou concocter des potions bien plus complexes que complexes, des potions si rares que leur nom n’avait pas été prononcé depuis des siècles voire plus !! Étrange que Flint se soit contenté de quelques potions seulement… Certes, il n’avait pas grandi chez les Serpentards. Néanmoins, il y avait des limites à ne pas dépasser en termes d’opportunités loupées ! Une serre ? Je ne me trompais donc pas en partant du principe qu’il était loin d’être un novice en matière de potions. Enfin sortis de la forêt, nous nous dirigions vers ce qui semblait être la porte d’entrée. Jetant un coup d’œil autour de moi, j’affichai un air sacrément agacé durant l’espace d’une seconde avant de me reprendre et d’écouter sa question. L’agacement était purement et simplement dû au manoir en lui-même. Suite à l’emprisonnement de mon père, aux taxes sur les sangs-purs et aux nombreuses dettes accumulées, ma mère et moi nous étions vues forcées de quitter notre manoir à nous pour nous installer dans le monde des moldus et vivre comme eux et parmi eux. Depuis, je ne pouvais cacher mon mécontentement quand je voyais d’autres personnes profiter sereinement de ce qui m’avait été retirée de force. Je pris tout de même la peine de lui répondre d’un ton amusé :

« Hm… Flint vous a probablement déjà dit que les néo-mangemorts n’ont rien à voir avec cette affaire, non ? De plus, cette histoire a causé bien plus de dégâts en une soirée que le groupe n’en a fait en une année… – comment s’envoyer des fleurs en toute innocence –  Techniquement parlant, les néo-mangemorts n’ont à la fois rien à voir et tout à voir dans cette affaire. Ce que je peux vous dire, c’est que ceux du leader… – nouvelle grimace – … n’y sont pour rien… »

Cela devrait suffire en guise d’avant-goût, non ? Après tout, je ne pouvais tout lui révéler d’un coup alors que je n’avais pas obtenu les réponses que je désirais. Je ne savais plus trop si mon cousin lui avait fait part des rumeurs circulant sur Elesya ou sur les conflits internes au sein du groupe. Si ce n’était pas le cas, il finirait bien par comprendre que le groupe n’était plus uni. À l’inverse, s’il savait déjà, il pourrait en déduire qu’un nouveau groupe s’était formé dans l’organisation elle-même. Il ne s’agissait donc plus d’une seule personne isolée. Après tout, il était impossible de préparer et de lancer ces 4 attaques, ces 4 incendies, en solo. Impossible au vu de toutes les informations, capacités magiques, sorts et potions qui avaient été nécessaires pour le mettre en place de sorte à ce qu’aucun indice ne remonte jusqu’à nous. De même, les rares indices laissés offraient un bon moyen d’éviter que la population se pose trop de question sur le « qui ? » et de s’inquiétent plus sur le « où et quand auront lieu les prochaines attaques ? »

« Dites-moi, quelles sont vos réelles motivations pour rejoindre les néo-mangemorts ? »

Nous étions enfin installés et au chaud, il était donc temps de passer au vif du sujet, non ? Je ne cherchais pas une réponse hyper développée ou autre, je voulais juste savoir pourquoi il était entré en contact à la base. Forcément, il devait avoir de très bonnes raisons pour passer outre toutes les critiques qu’il avait et quand même essayer de se rapprocher des plus compétents. Ce n’était pas comme s’il les avait déjà vus ou s’il avait pu les tester après tout, si ?

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Directeur du Département des Mystères
Masculin
✎ Parchemins : 1035
✎ Date d'arrivée : 12/03/2017

Sorcerer's Identity
✎ Année à Poudlard: Syltherin
✎ Profession: Head of the Department of Mysteries
✎ Inventaire: wands, potions, strange keys & mysterious things
Liens et RPs
MessageSujet: Re: [Pays de Galles] Two Snakes in the Night [PV : Alyson Fawley et Duncan McKenzie] Mar 5 Sep - 18:52





Two Snakes in the Night


Alors que nous avions traversé plus de la moitié de la forêt, j'expliquais à mon invitée ce que je pensais réellement des Néo-Mangemorts. Je restais sur mes gardes au cas où mon instinct s'était trompé en la considérant comme étant, au minimum, très mécontente de leur organisation actuelle. Et en effet, j'avais vu juste. Le seul point de mon discours qui semblait l'agacer fut lorsque j'avais évoqué l'hypothèse qu'elle puisse faire parti des partisans du leader actuel. Mes réflexions passées donnant un peu de crédit aux Néo-Mangemorts semblaient l'amuser. Il est vrai qu'avec les informations que j'avais récolté depuis, elles était ridicules. En y repensant, il est vrai que cette première attaque avait quand même révélé à toute la communauté magique de Grande-Bretagne l’existence d'un groupe de mages noirs. Et rester inconnu du public et du gouvernement offrait un champ d'action plus important qu'être connus de tous pour son manque d'efficacité. Il n'y aurait eu aucun renforcement de la sécurité à Poudlard par exemple...

Miss Fawley semblait être toutefois un tantinet téméraire. En minimisant l'importance des Aurors surveillant Poudlard. Certes, je voulais bien croire que ces Auror ne pourrait arrêter son cousin si l'envie lui prenait de déclencher un carnage en contrôlant plusieurs élèves via l'Imperium... Mais ce n'était pas une raison pour considérer que la sécurité de Poudlard est une vaste rigolade. Surtout si quelqu'un de l'extérieur, comme moi, voulais y entrer et en sortir sans se faire remarquer. Mais vu qu'elle ne connaissait pas mon objectif à long terme, c'était normal qu'elle ne pense qu'à la personne déjà infiltrée dans l'école.

- La sécurité de Poudlard n'est pas aussi faible que vous le croyez... Je ne doutes pas que votre cousin pourrait aisément faire des ravages si l'envie lui prenait. Mais si une personne de l'extérieur veut y entrer et en sortir sans être vu, c'est une autre affaire. Les passages secrets sont tous connus et surveillés, les sortilèges empêchant les intrus d'entrer sont bien plus anciens et puissants que les miens.

Par la suite je lui expliquai la nature de mes relations avec Flint. Même si je ne le montrai pas pas sa réponse m'amusa. Essayait-elle de me piquer là où ça pourrait me faire mal ? Pas forcément.... Nous venions tout juste de nous rencontrer et commencions à peine à nous parler en toute franchise. Elle devait donc me prêter des ressources bien supérieures à ce qu'elle étaient. Ah... ce que les gens peuvent fantasmer par rapport aux activités de mon département. En revanche, en tant que directeur de département, je pouvais accéder à pas mal d'informations utiles. Et plus je serais proche du Ministre, plus ce sera payant.

- Votre cousin a besoin d'un stock régulier de Polynectar. J'imagine que son précédant fournisseur en demandait trop par rapport à moi. Mais ce n'est pas le seul domaine que je maitrise. Pour ce qui est du département des mystères l'utilisation à plein potentiel de nos sujets d'études relèverait du suicide pour celui qui s'y essayerait et pourrait avoir de grave répercutions sur le monde dans son ensemble. Ce que je peux facilement vous apporter, en tant que directeur de département, ce sont des informations confidentiels auquel d'autres, comme un simple membre de la commission d'examen des créatures dangereuses par exemple, ne peuvent pas accéder. Ouais, c'était plus fort que moi. Flint avait mentionné le nom de Miller comme faisant parti de ses contacts... un petit coup d’œil à l'organigramme du Ministère m'avait appris que ce dernier était Auror...

Tandis que nous approchions de la porte, je vis une drôle d'expression s'afficher brièvement sur son visage. De l'envie ? De l'agacement ? Au point ou nous en étions, je choisi de ne pas y accorder plus d'importance et ouvre la porte au moment où elle répond à mes questions à propos des multiples incendies survenus il y a quelques jours.

- Je n'ai pas été en contact avec Flint depuis ces incendies... Vu l'efficacité et l'ingéniosité de l'attaque, je me disais bien que les néo-mangemorts du leader n'y sont pour rien.

J'avais donc vu juste. Ce que Flint m'avait présenté comme étant un simple vent de contestation est maintenant devenu bien plus que ça. Les Néo-mangemorts compétents ont fini par se regrouper et commencent à fonctionner de manière autonome. Ce coup d'éclat n'avait rien à voir avec les opérations bâclées du début. C'est avec ce genre de personne que je voudrais m'associer. Et vu l'attitude de Miss Fawley, elle en fait certainement parti.... ce qui en disait long sur son potentiel. Vint ensuite une question à laquelle je m'attendais, mes motivations....

- Si je souhaites m'associer avec vous, c'est parce que j'ai un vieux compte à régler avec Potter. J'ai perdu quelqu'un qui m'était très cher lorsqu'il s'est enfuit de Gringotts à dos de dragon... Et je veux le lui faire payer au prix fort. Certes, je pourrais facilement passer par des intermédiaires sous Imperium pour le tuer, mais je veux d'abord lui faire regretter la période où il ne savait rien de Poudlard. Et quand ce sera fait, je veux le tuer moi-même, être là lorsque son corps ne sera plus qu'un cadavre. L'idéal étant qu'un de ses proches encore en vie soit accusé du meurtre. Aussi, dans ces conditions, il me faut impérativement des partenaires fiables et compétents

Tout en répondant, je l'invitai à rejoindre la bibliothèque. Elle était plutôt vaste avec une décoration plutôt sobre, rien qui ne criait au monde mes affinités avec la magie noire. Une partie des ouvrages s'en chargeaient déjà, pour peu qu'on s'y intéresse. Au milieu, se trouvait deux fauteuils se faisant face. Entre les deux se trouvait une table basse sur laquelle était disposée un service à thé. Je préparai deux tasses et posai la première du coté du fauteuil occupé par mon invité avant de poursuivre.

- D'après ce que m'a dit Flint, j'en ai déduis que seuls quelques Néo-Mangemorts seraient à la hauteur. J'envisageais de me joindre à ces derniers. Après cette remarquable série d'incendies, je ne fais plus que l'envisager.... je veux les rejoindre...ou devrais-je dire... vous rejoindre. Vu votre discours et votre attitude lors de mes réponses, je serais prêt à parier que même si vous n'êtes pas liée aux incendies, vous faites parti de ces Néo-Mangemorts compétents et conscient de la faiblesse du leader actuel.

Commençant à avoir soif, je pris ma tasse et bu une gorgée avant de reporter mon attention sur Miss Fawley. Elle n'avait pas touché à la sienne... elle et Flint n'étaient pas cousins pour rien... Ils sont aussi paranos l'un que l'autre...en même temps, je n'étais pas en reste non plus. Surtout que je peux préparer de nombreux poisons.... Je verrai bien si avec le temps elle cesse de se montrer aussi méfiante.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Briseuse de sorts
Masculin
✎ Parchemins : 130
✎ Date d'arrivée : 16/03/2017

Sorcerer's Identity
✎ Année à Poudlard:
✎ Profession: Briseuse de Sorts
✎ Inventaire:
Liens et RPs
MessageSujet: Re: [Pays de Galles] Two Snakes in the Night [PV : Alyson Fawley et Duncan McKenzie] Ven 8 Sep - 21:10


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Alors comme ça, monsieur voulait entrer ni vu ni connu dans Poudlard ? C’était en tout cas ce qu’il laissait entendre en défendant les protections de Poudlard. Personnellement, je n’avais plus accordé d’intérêt à Poudlard depuis que j’avais été forcé de quitter cette école après mes BUSEs. Avec le système débile des Bourses Moldues, les taxes qui nous avaient forcé à quitter notre manoir pour un logement moldu, et le fait que ma mère n’était plus capable de se trouver du travail chez les sorciers à cause des discriminations sur les proches de mangemorts, notre départ avait été plus que logique. Quand bien même les deux derniers arguments auraient pu être ignorés par mes seules compétences scolaires, la présence des Bourses représentait à elle seule 70% de la raison de notre départ. Après tout, si à compétence égale, le pays était plus disposé à favoriser les nés moldus que les autres à cause de ces bourses, ça n’en valait déjà pas la peine. Alors pour une sang-pur et fille de mangemorts, il n’était pas difficile de comprendre que mes chances de trouver un travail digne de ce nom était bien plus que réduites, quand bien même je serais mieux qualifié qu’un né-moldu armé de sa bourse.

Enfin bref, tout ça pour dire qu’en quittant le pays, j’avais définitivement tourné le dos à Poudlard. Je ne la considérais même plus comme mon école. Elle ne représentait plus rien pour moi. Ainsi, le fait que je dénigrais sa sécurité provenait en grande partie de mon mépris total pour ce pays et son héros qui n’était pas foutu de repérer trois ennemis dans son château. Comment pourrais-je avoir une bonne estime des protections de Poudlard quand elles n’avaient aucun impact sur les ennemis se trouvant déjà entre leurs murs ?! Certes, je ne doutais pas que le McKenzie ne devait pas avoir tort concernant l’efficacité des défenses pour des tentatives d’intrusion extérieure. Néanmoins, la seule raison pour laquelle cette information aurait une quelconque importance serait si lui-même désirait secrètement s’y infiltrer pour une tel ou tel motif. Le truc, c’était que s’il ne le disait pas clairement, je continuerais de penser qu’il était inutile de parler de Poudlard ou de complimenter ses défenses… C’était aussi simple que cela.

Par la suite, il avait réagi à ma remarque sur le fait qu’il avait été sous-évalué par mon cousin qui ne le contactait que pour des potions complexes. J’avais donc écouté sa réponse avec attention sachant qu’il m’offrait enfin une belle estimation de ce dont il était capable, mais également de ses limites quand bien même il était Directeur d’un tel département. Étais-je déçue ? Absolument pas. De telles informations étaient une veritable mine d’or pour moi. Dorénavant, je saurais donc qu’il ne pourrait faire usage que d’une partie de ce qu’il avait appris dans son travail, ce qui expliquait pourquoi il se limitait à des potions complexes. Raisonnable. Voilà ce qu’il était. Ce Duncan n’avait rien d’un savant fou sans conscience. Il était malin, prudent et avait parfaitement conscience de sa propre valeur. Sa petite remarque sur Miller ne passa pas inaperçu. Il était vrai que celui-ci était actuellement le mieux placé pour fournir des informations possédées par le Ministère. J’avais d’ailleurs fait appel à lui pour identifier la cible que je désirais détruire : le premier né-moldu à avoir bénéficié de cette fameuse Bourse. Quand bien même j’aurais pu le découvrir en fouillant les articles de la Gazette datant de l’époque, cela m’aurait pris bien plus de temps et d’efforts.

Le fait de savoir que j’aurais potentiellement accès à une seconde source d’information au sein du Ministère était une excellente nouvelle. Non seulement ça permettrait à Miller de se faire moins remarquer, mais en plus, le McKenzie prétendait lui-même qu’il serait bien meilleur à ce jeu d’investigation que Miller. Je ne demandais qu’à voir ! Hmm… Il avait donc été capable de déduire par lui-même que les massacres incendiaires n’étaient pas l’œuvre des mêmes personnes. Bien, pouvais-je donc supposer qu’il préfèrerait se placer du côté des incendiaires que des autres ? Certainement, il ne faisait rien pour cacher son objectif en plus. Une fois la porte passée, je lui avais enfin posé la question sur ses motivations véritables, et il m’avait répondu alors que nous nous dirigions vers la bibliothèque. Autant dire que sa réponse m’avait complètement prise au dépourvu. J’en avait entendu des vertes et des pas mûres de la part d’une ribambelle de personnes – dont ma propre cousine – sur les raisons de leur haine et/ou désir de vengeance envers Potter… Là, pour le coup, c’était la première fois qu’on me la faisait !

« … »

Nombreux étaient ceux qui blâmaient Potter pour tous leurs malheurs simplement parce qu’il avait mis fin à la guerre en éliminant Voldemort. Le problème, c’était qu’il n’avait fait que ça. Littéralement. Il n’avait rien fait d’autre, et n’était certainement pas responsable de l’arrestation et de la mort de tous les mangemorts qui s’étaient retrouvés capturés ou tués par la résistance et/ou les Aurors pendant et après la bataille de Poudlard. Personne ne me voyait blâmer Potter pour l’emprisonnement de mon père. Or, si je faisais comme la majorité de ceux qui avaient une dent contre lui, je chercherais aussi à lui faire payer mes traumatismes passés, etc… Le hic, c’était que je ne le blâmais absolument pas. Mine de rien, s’il y en avait un à blâmer dans la victoire de Potter, c’était le Seigneur des Ténèbres lui-même et son égo pathétique !! Sérieusement, peu importait les galons de Félix Félicis que Potter aurait pu boire, toute la chance du monde n’aurait jamais pu le protéger de la mort autant que Voldemort l’avait fait en interdisant quiconque de le tuer voire même de le blesser gravement !! Et pourtant, sans cet ordre débile, n’importe quel mangemort ou raffleur lambda aurait pu le tuer à tout moment puisqu’ils auraient été capables de recourir aux maléfices les plus létaux qu’ils avaient à disposition. Et qu’on ne me fasse pas croire que personne ne s’était jamais retrouvé confronté à un Potter vulnérable entre 1995 et 1998 !!

Donc voilà, quiconque blâmait Potter pour ses problèmes suite à la guerre devrait plutôt s’en prendre au véritable responsable de sa survie : le Seigneur des Ténèbres en personne !! Quant à ceux qui lui reprochaient carrément d’avoir capturé un de leur proche par lui-même… J’avais envie de dire que s’ils étaient suffisamment nuls pour se faire prendre par le tout nouvel Auror Potter… Ils ne méritaient pas leur liberté. Voilà pour ce que je pensais des pseudo-ennemis de Potter qui lui reprochaient ce type de crime. Apparemment, Duncan était complètement différent et ses raisons de vouloir faire payer l’Élu au prix fort était étonnamment légitime. Ainsi, dès lors qu’il avait mentionné cet épisode de Gringotts et la perte qu’il avait subi en conséquence directe des actions du Directeur actuel de Poudlard, j’étais restée bouche bée face à lui. Comment avais-je fait pour ne jamais prêter attention aux dommages collatéraux de ce cambriolage à Gringotts ? Simple, je ne prêtais aucune attention à Potter, et il en était de même pour ma mère. Oui, j’avais été conditionnée par mon père pour haïr l’Ordre du Phénix et probablement leur mascotte avec. Néanmoins, en grandissant, j’avais bien fini par réaliser qu’il était déraisonnable de considérer le gosse – l’adolescent – qu’il était comme une menace équivalente aux sorciers accomplis de l’Ordre de Dumbledore. Ainsi, ce que Duncan me disait m’avait choqué au plus haut point !

« … !? »

Le massacre des gobelins par Voldemort juste après la fuite de Potter, Tic et Tac – ses acolytes – était un fait connu de tous. Et pourtant, personne n’avait jamais osé blâmer le héros national pour le fait qu’ils n’auraient jamais été tués s’il n’avait pas cambriolé Gringotts… Quelque part, le fait que des victimes avaient été faites avant que le Seigneur des Ténèbres ne débarque avait – semblait-il – aussi trouvé le moyen de passer à la moulinette. Malheureusement pour le Directeur de Poudlard, le McKenzie n’avait pas oublié. Le McKenzie avait perdu quelqu’un à cause de lui. Et cette mort ne pouvait être attribuée à Voldemort ou au mangemort d’une quelconque façon. Potter avait choisi d’infiltrer Gringotts. Potter avait choisi de s’évader à l’aide d’un Dragon aveugle. Potter avait entraîné la mort de cette personne chère aux yeux du Directeur du Département des Mystères. Et près de 21 années plus tard, il s’en souvenait toujours. Hmm… Sacrée patience qu’il avait là… Et sacrée ambition également. Je comprenais bien mieux maintenant, et Duncan correspondait parfaitement au type de personne avec qui j’avais tendance à faire équipe.

Patiente, j’avais décidé de ne plus ajouter de mot tant qu’il n’aurait pas fini de répondre. Quand bien même il était actuellement en train de préparer deux tasses de thé, dont une face à moi, je m’étais contenté de m’asseoir sur un fauteuil. Par réflexe plus qu’autre chose, j’avais noté les différentes options de sortie sachant que le transplanage était impossible et que la cheminée serait suicidaire. Non pas que je me sentais toujours menacée – bien au contraire même – mais disons qu’il s’agissait d’une habitude tout à fait naturelle pour une voleuse. Repérer les issues de secours. Noter les comportements des personnes présentes. Évaluer leurs aptitudes physiques. Estimer les probabilités de succès en termes de lutte et/ou de fuite. Et ainsi de suite. Pour faire simple, ce n’était pas contre lui. De même, si je n’avais pas encore touché à ma tasse, c’était aussi par habitude plus qu’autre chose. À côté de ça, je préférais attendre qu’il refroidisse un petit peu quand même pendant qu’il m’annonçait carrément qu’il désirait ardemment me rejoindre dans le groupe d’incendiaires compétents que j’avais formé depuis l’intérieur du groupe d’Elesya.

« Quand ? – demandai-je tout à coup avant de développer parce qu’il était impossible qu’il comprenne juste avec ce mot – Hmm… Je voulais dire : c’est pressé ? Cette mort vous la souhaitez avant Pâques ou après Noël ? »

Pour être clair, je n’avais pas pris la peine de nier ma présence chez les néo-mangemorts qu’il jugeait à la hauteur. De même, je laissais clairement entendre que sa demande était plus que réalisable et largement dans nos cordes en lui demandant plus ou moins une date de livraison du Potter sur un plateau. Au cours de notre conversation, j’avais bien compris que le McKenzie n’était pas du genre à demander la lune. Bien au contraire même, et c’était la raison pour laquelle je lui avais posé cette question. Il savait tout aussi bien que moi que pour une telle opération et pour satisfaire de telles spécificités – le bouc émissaire et la longue torture psychologique – il nous faudrait bien plus que deux semaines. Une telle tâche se devrait d’être effectuée de façon méticuleuse, planifiée du début à la fin et très à l’avance afin de réaliser le crime parfait pour le sorcier qui désirait sa revanche. Ainsi, après avoir tapoté ma tasse d’un coup de baguette – petit sortilège de détection – pour vérifier le contenu de celle-ci, je l’avais prise entre mes doigts pour siroter une gorgée de thé. Puisque nous avions pris la décision d’être honnête et direct, je n’avais fait aucun effort pour me cacher ou me montrer discrète. De plus, j’étais certaine qu’il ferait de même en territoire inconnu.

« En ce qui concerne ces incendies… Vous ne vous trompez pas, même si je vous avoue qu’il est amusant de constater que toute la vérité ne vous a pas encore effleuré l’esprit… – ajoutai-je avec un petit rire qui n’avait rien de moqueur, avant de poursuivre – Sinon, par simple curiosité, vous vous êtes déjà sali les mains ? »

Ce que j’entendais par la vérité qui n’avait pas encore effleuré son esprit ? Ah la la… Je parlais bien évidemment du fait qu’il ne semblait pas avoir émis l’hypothèse que je puisse être le cerveau derrière ces multiples incendies. Pour sa défense, ça aurait été une déduction des plus extrapolées !! Franchement, comment pourrait-il deviner un truc pareil alors que rien ne lui permettait de ne serait-ce que le supposer ? Il ne fallait pas oublier que, pour lui, je n’étais qu’une simple briseuse de sort de moins de 30ans capable de réfléchir un peu plus que la moyenne pour mon âge. Rien de plus. Le fait qu’il sache et accepte que j’avais un lien avec les gens responsables de cette série d’attaques était déjà un point positif. En quoi ? Eh bien, cela voulait dire qu’il m’estimait suffisamment pour ne pas me considérer comme une incapable. À côté de ça, il y avait aussi le fait qu’il n’avait aucune idée du nombre de personnes qui bossaient avec moi ni même de leurs capacités respectives. Il serait donc extrêmement présomptueux de sa part de penser se trouver face au leader de cette pseudo-révolution au sein des néo-mangemorts. Pourquoi j’utilisais le terme « pseudo » là encore ? Tout simplement parce que je n’étais pas aux commandes d’une dictature, mais plutôt d’une forme de démocratie participative, voire carrément d’un multi-partenariat. Le but étant que tout le monde parvienne à ses fins d’une manière ou d’une autre, il était important de bien tenir compte de toutes les opinions.

« Vous avez des questions de votre côté ? »

Lui demandai-je alors tout en reprenant une gorgée de thé. J’allais finir par avoir l’impression de mener un véritable interrogatoire à force. Il était donc temps de le laisser mener la conversation là où il le désirait, surtout maintenant qu’il savait qu’il s’adressait à la bonne personne. C’était le moment où jamais pour lui d’en apprendre un maximum sur notre mode de fonctionnement afin de voir si des ajustements seraient nécessaires ou non. Par la suite, je lui ferais part du mode de communication qu’on utiliserait après, de sorte à ce qu’il évite de mourir bêtement à cause d’une erreur d’attention. Mieux valait éviter de sous-estimer une briseuse de sorts lorsqu’elle désirait garder ses secrets. Autrement, les conséquences pouvaient s’avérer…fâcheuses ?

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Liens et RPs
MessageSujet: Re: [Pays de Galles] Two Snakes in the Night [PV : Alyson Fawley et Duncan McKenzie]

Revenir en haut Aller en bas
[Pays de Galles] Two Snakes in the Night [PV : Alyson Fawley et Duncan McKenzie]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Au Pays de Galles
» Ambassade du Pays de Galles
» Ambassade du Pays de Galles
» Haiti sur une liste de pays juges ennemis de Wasington
» Haiti des années 60-70-80: Le pays était-il mieux sous Papa et Baby Doc ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mimbulus Mimbletonia  :: Ailleurs dans le Monde :: La Grande-Bretagne-
Sauter vers: