[Irlande] Not All Monsters Do Monstruous Things [PV: Finn]



 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Bienvenue sur Mimbulus Mimbletonia Nous sommes en l'année 2019 Le ministère a été attaqué
– un étudiant est mort à Halloween Les néo mangemort sont de retour – L'ordre va t il se reformer ?
Contexte disponible ici-même.

Vous pouvez trouver la liste des personnages prédéfinis ici et les scénarios des membres ici
La liste des avatars utilisés ici.La liste des noms et prénoms ici.

Mais pour ceux qui sont encore plus studieux vous trouverez le planning des cours pour les élèves et ici
celui des professeurs.

Vous voulez une capacité spéciale pour vos personnages ? La demande et les détails c'est par .

Au vu d'un bon nombre de sang-pur, ceux-ci sont à présent limités (Scénario/prédéfinis) sous couvert d'acceptation
du STAFF. Pour en savoir plus, lisez ce sujet.

 :: Ailleurs dans le Monde :: La Grande-Bretagne :: La communauté magique Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Irlande] Not All Monsters Do Monstruous Things [PV: Finn]

avatar
Masculin
✎ Parchemins : 161
✎ Date d'arrivée : 25/11/2016

Sorcerer's Identity
✎ Année à Poudlard: //
✎ Profession: Magizoologiste
✎ Inventaire: Rapeltout
Jeu 8 Juin - 1:51
[Irlande]Not All Monsters Do Monstruous Things
Tobias Grant & Finn Ambrose


Date : 26 janvier 2019
Statut du RP : En cours
Résumé : Juste avant la nuit de Pleine Lune, Tobias vient perturber l'après-midi de Finn afin de le transporter directement chez lui, soit en Irlande. À partir de là, le nouveau loup-garou se retrouvera entre les mains de la famille Grant. Souhaitons-lui bonne chance...Et paix à âme !
….......

Recensement :


Code:
►[b]26 JANVIER 2019[/b]
►[url=http://mimbulus-mimbletonia.forumactif.org/t1363-irlande-not-all-monsters-do-monstruous-things-pv-finn#23962][Irlande]Not All Monsters Do Monstruous Things[/url]
►[i]Finn Ambrose & Tobias Grant[/i]
Juste avant la nuit de Pleine Lune, Tobias vient perturber l'après-midi de Finn afin de le transporter directement chez lui, soit en Irlande. À partir de là, le nouveau loup-garou se retrouvera entre les mains de la famille Grant. Souhaitons-lui bonne chance...Et paix à âme !
@Shury


.....................................................




Présentation | Liens | RPs | Volière

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Masculin
✎ Parchemins : 161
✎ Date d'arrivée : 25/11/2016

Sorcerer's Identity
✎ Année à Poudlard: //
✎ Profession: Magizoologiste
✎ Inventaire: Rapeltout
Jeu 8 Juin - 1:55


Le 26 janvier 2019. Ah..le samedi. Enfin ! Et pas n’importe quel samedi en plus. Non, il s’agissait DU samedi ! En temps normal – ou plutôt dans une autre vie – je me serais levé en traînant des pieds compte-tenu de l’imbécilité d’une certaine personne. Fort heureusement pour moi, je me trouvais dans cette vie-ci et, dans cette vie, je n’avais rien d’un mollasson qui suivait les directives qu’on lui donnait sans discuter. Nope, ça ne me ressemblait pas. À bien y penser d’ailleurs, ça ne m’avait jamais ressemblé. J’avais tendance à mieux répondre à l’usage de la force ou aux menaces. Bon d’accord, ce n’était plus le cas depuis que j’avais participé à cette horrible guerre de sorciers complètement inutile. Forcément, je n’étais plus un enfant susceptible aux menaces d’expulsion, et cela faisait longtemps que j’avais passé le cap du sorcier lambda et aisément bottable par le premier venu.

Depuis une petite vingtaine d’années, je marchais au respect. Soit je respectais suffisamment une personne pour l’écouter, soit je ne le faisais pas. Or, si je ne respectais pas quelqu’un, on était d’accords que je n’avais aucune raison de suivre ces directives, hein ? Là, en l’occurrence, c’était exactement ce qu’il s’était passé. Un certain individu s’était mis à vouloir péter plus haut que son cul. Résultat, il m’avait rendu d’autant plus actif dans mon antipathie. Jusque-là, j’avais fait en sorte de rester professionnel envers celui-ci. Techniquement parlant, il s’agissait de mon employeur après tout. Néanmoins, après l’absence de rationalité dont il avait publiquement fait preuve face à tout le corps enseignant et les Aurors présents, il m’était apparu évident que le plus simple était que je prenne les choses en main moi-même. Comment comptais-je m’y prendre ? Hmm… Comment dire sans paraître choquant… ? Je n’avais rien de bien grave en tête. Nope, rien de tel : juste un petit kidnapping.

Oui, vous aviez bien entendu. Pour ma défense, je ne voyais absolument pas ce qu’il pourrait y avoir de surprenant. Toute personne me connaissant un minimum n’aurait eu aucun mal à prédire que j’en arriverais là après avoir assisté à la réunion organisée en express par le Directeur Potter. Comme je l’avais dit à l’infirmière Shury lors de notre rendez-vous médical hebdomadaire, il n’était pas dans mes habitudes de suivre les décisions stupides. Traduction ? À l’instant même où il avait donné – ce qu’il osait appeler – ses ordres, j’avais décidé que je ne les exécuterais pas. Au premier abord, j’avais tenté la diplomatie – à ma façon – avec tout un tas d’arguments et d’insultes visant à démonter son plan point par point. Au lieu d’appuyer ses propres arguments et de m’expliquer en quoi il estimait que sa méthode était la meilleure, il avait choisi de se mettre sur la défensive, de s’entêter et de balancer son statut de Directeur en guise de seul argument. Ce que j’en avais déduit ? Simple, le Directeur Potter était dénué de toutes les qualités requises et vitales pour un leader.

Aux alentours de 15 heures, soit bien avant que la Pleine Lune éclaire la population britannique, je me trouvais à l’intérieur de Zonko remplissant mes bras de plusieurs sacs avant d’en ressortir. Chargeant le tout dans une main, je sortis mon Rapeltout de ma poche, voyant qu’il affichait une couleur rouge vif et me dirigeai aussitôt vers Honeydukes pour compléter mes courses. Au vu de l’heure qu’il était, j’avais tout intérêt à me dépêcher avant de louper ma fenêtre. Ne perdant pas de temps, j’achetai en vitesse tout ce dont j’avais besoin avant de ressortir d’un pas légèrement précipité. Dégainant ma baguette, j’activai un sortilège – appris en Grèce – me permettant de colorier mes sens et de traquer quelque chose ou quelqu’un à la couleur. Celui-ci ne tarda pas à me conduire au Trois Balais. Parce qu’en plus il fallait qu’il me traîne ici ! Poussant un profond soupir, je pris sur moi et entrai à l’intérieur, me retrouvant alors assailli par une ribambelle de couleurs représentant chaque personne s’y trouvant.

Sentant le mal de crâne approcher, je me forçai à tenir quelques secondes de plus le temps de trouver ma cible. Qu’il s’en rende compte ou non, il arborait désormais une couleur différente de celle de ses camarades et autres sorciers ordinaires. À côté de ça, le fait qu’il ne reste plus que quelques heures avant que la nuit ne tombe le rendait encore plus discernable par mon sort. Désactivant celui-ci, je ne le lâchai plus du regard et me dirigeai au comptoir pour commander un chocolat chaud et une viennoiserie à emporter. Mon Rapeltout dans flottant à mes côtés, je vis sa couleur enfin virer au blanc. Bon, il semblerait que mon plan soit parfaitement en marche jusque-là. J’avais effectué mes achats et repérer celui que je cherchais. Le tout maintenant était d’attendre qu’il s’isole pour le chopper et disparaître. Pour le coup, j’étais bien content que cette Pleine Lune soit tombée un samedi et pas un jour de semaine. Depuis l’intérieur de Poudlard, ça aurait été bien plus compliqué. Pas impossible, mais bien plus ennuyant.

Voyant qu’il se dirigeait – enfin – vers les toilettes, je décidai de jouer le rôle du criminel jusqu’au bout et de l’y suivre. Oui bon, c’était quand même le meilleur moyen de m’y prendre, non ? Je n’allais tout de même pas l’attraper au beau milieu de tout ce monde et prier pour que personne ne fasse gaffe tout de même… Certes, j’étais légèrement taré pour ne serait-ce qu’avoir cette idée et surtout penser qu’elle était logique. M’enfin, l’infirmière Shury m’avait fait savoir que j’étais parfaitement guéri tout en m’offrant – après près de vingt mois – le feu vert pour reprendre mes activités intenses d’antan. Grosso modo, si quelqu’un voulait se plaindre, je l’invitais à aller voir mon médecin traitant ! Si elle m’avait dit que le kidnapping ne m’était toujours pas possible, j’aurais trouvé un autre moyen. Sachant qu’elle n’avait pas mis son veto, je supposais que j’avais le droit. Bon d’accord, à aucun moment je ne lui avais spécifiquement demandé si j’étais en droit de commettre un kidnapping. Cependant, elle m’avait dit que j’étais libre de re-pratiquer tout ce que je faisais avant ma crémation. Malheureusement pour elle, il semblerait qu’elle n’était pas au courant du fait que Lena – ma mentor – m’avait appris à agir ainsi sans aucun scrupule.

« Psst ! Hey ! Finn ! – le hélai-je avec ma discretion exceptionnelle en débarquant dans les toilettes pour hommes – « Grouille-toi, c’est une urgence ! »

Quand j’avais réfléchis au meilleur moyen de l’enlever, je devais avouer que le plus simple aurait été de l’assommer et de le transporter alors qu’il serait inconscient. Quitte à le transformer en balle de tennis, il fallait admettre qu’il n’y aurait pas eu plus pratique. Le hic, c’était qu’en cas de problème, je préférais agir de la façon la moins criminelle possible. Ainsi, je me devais de l’amener avec moi consciemment et avec son consentement. Il ne me restait donc plus que le bon vieux semi-mensonge ! La totalité de mes sacs sur mon avant-bras gauche, je sortis ma baguette afin de conjurer une simple cuillère.

« Désolé de te déranger aussi tôt, mais changement de programme ! – lui annonçai-je précipitamment tout en pointant ma baguette sur la cuillère conjurée – Portus ! – transformant celle-ci en Portoloin et en tendant un bout au Gryffondor – « Tiens, attrape ça ! Il ne reste plus beaucoup de temps avant la nuit, et faut terminer les préparatifs… »

Comme vous l’aurez constaté, il n’y avait aucun mensonge dans mes propos. Il y avait bel et bien un changement de programme – le mien – et il y avait bien urgence puisque j’avais tout intérêt à me grouiller. La nuance était présente mais, à moins d’avoir vraiment des doutes sur ma sincérité, je doutais que Finn se prenne la tête. À côté de ça, on lui avait probablement fait savoir que je faisais partie de ses baby-sitters, donc bon, ce n’était pas comme si Flint était venu à ma place !! Lui adressant un regard légèrement insistant, je lui demandai :

« Prêt ? »


.....................................................




Présentation | Liens | RPs | Volière

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Féminin
✎ Parchemins : 327
✎ Date d'arrivée : 20/02/2017

Sorcerer's Identity
✎ Année à Poudlard: 7ème année
✎ Profession:
✎ Inventaire:
Mar 13 Juin - 23:37

Not all monsters do monstruous things

ft. Tobias Grant

Lorsqu’il était petit, Elizabeth Ambrose aimait appeler son fils unique Dormeur, comme le nain du dessin-animé Blanche Neige, film d’animation qui malgré son ancienneté était toujours aussi populaire chez les moldus. Finn adorait dormir, il n’avait jamais refusé une sieste, pouvait faire le tour du cadran sans aucun problème et s’endormait facilement n’importe où et surtout en cours. Pourtant, le samedi vingt-six janvier, le Gryffondor s’éveilla dans un sursaut à cinq heures du matin, il lui était impossible de se souvenir de ce qu’il avait rêvé mais il était en nage et la peur lui tenaillait le ventre. C’était aujourd’hui.

Incapable de se rendormir, Finn se leva pour aller faire un tour dans la salle commune après avoir attrapé un bouquin de cours. C’était la seule chose qu’il avait trouvé à l’instant pour tenter de se changer les idées. Vers sept heures, il remonta discrètement dans son dortoir et se glissa sous ses draps, les lève-tôt ne tarderaient pas à ouvrir les yeux et il ne souhaitait pas attirer l’attention sur lui. Il feignit le sommeil pendant un bon moment, se retrouva à somnoler sans jamais pouvoir se rendormir complètement et se leva finalement pour de bon vers huit heures moins quart prétextant que William avait fait trop de bruit, l’engueulant au passage. James dormait encore du sommeil du juste, Finn lui jeta un regard et sentit à nouveau son estomac se contracter. C’était aujourd’hui.

Tout était prévu pour que cette journée ait l’air le plus normal possible. Il avait entraînement de Quidditch le matin avec l’équipe de sa maison et l’après-midi était prévue à Pré-au-Lard avec la bande. Enfin, tout le monde pensait qu’il partirait vers seize heure pour dîner avec sa mère et ses grands-parents à Londres et ne rentrer que le dimanche matin à Poudlard. Mais la demeure familiale n’était pas exactement l’endroit où Finn se rendrait après avoir gambadé joyeusement dans les rues de Pré-au-Lard avec ses amis. C’était aujourd’hui.

Au fur et à mesure que la journée passait, Ambrose se détendit. Il se sentait fatigué mais cela depuis une semaine environ, c’était apparemment un des effets secondaires les plus importants de la potion que lui administrait l’infirmière de Poudlard une fois par jour depuis sept jours. L’entraînement malgré le froid se déroula très bien, l’équipe était confiante, la coupe de Quidditch serait à eux cette année ! Le circuit habituel de la bande pour la sortie à Pré-au-Lard s’écourta très vite car Aidan eut la fabuleuse idée de lancer une boule de neige sur Elly et cela dégénéra très vite. Si bien qu’à quinze heures à peine, toute la bande grelottait à une table des Trois Balais autour de quelques bièraubeurres et chocolat chaud, dans la bonne humeur la plus complète. Vraiment, Finn avait le cœur léger et ce qui l’attendait ne le terrifiait plus vraiment. Il en était certain : rien n’avait changé dans sa vie, tout était comme avant. Pourtant c’était aujourd’hui.

Après avoir vidé toutes leurs choppes, les joyeux lurons décidèrent de reprendre leurs emplettes. Finn décida ce moment pour prendre congés de ses amis, affirmant qu’il devait repasser par le dortoir avant de quitter Poudlard pour retrouver sa mère. En réalité, il avait l’intention de piquer un somme avant d’honorer son véritable rendez-vous : retrouver Nwyl Shauwn garde-chasse et professeure de Soins aux Créatures Magiques, Tobias Grant bibliothécaire et Drago Malefoy avocat et professeur de Droits Magiques près de la Cabane Hurlante. James Potter adressa un clin d’œil à son meilleur ami avant qu’ils ne se séparent, il était le seul en dehors du personnel de Poudlard dans la confidence de la situation et il devait être de la partie ce soir. Finn avait quelques jours plus tôt adressé un courrier au Directeur et père de son meilleur ami afin qu’il trouve un moyen de ne pas le mêler à ça mais il n’avait obtenu aucune réponse à sa requête. Bien qu’un peu agacé par le silence radio de Monsieur Potter, Finn comprenait… Ça n’était d’ailleurs pas pour rien qu’il n’avait pas directement dit à James qu’il ne voulait pas qu’il vienne. Et d’un côté, savoir qu’il serait là ce soir le rassurait un peu. De toute façon c’était trop tard, c’était aujourd’hui.

Avant de se diriger vers le château, Finn prit la direction des toilettes afin de soulager sa vessie du demi-litre de jus de citrouille qu’il avait engloutit au déjeuner. Et alors qu’il se lavait les mains, les choses prirent un drôle de tournant. Le Gryffondor se trouva nez-à-nez avec Grant qui affichait un air bien sérieux. Finn ne devait le retrouver qu’un peu plus tard dans l’après-midi, peu de temps avant que le soleil se couche, c’est pourquoi il ne put s’empêcher d’afficher un sourire narquois.

- Me suis toujours dis que c’était louche qu’un type comme vous s’enterre dans la bibliothèque de Poudlard, cet endroit rempli de jeunes et belles âmes…

Grant n’haussa pas un sourcil face à Ambrose qui sous-entendait carrément qu’il était un pervers et sortit plutôt sa baguette pour transformer une petite cuillère en Portoloin. Finn lui adressa un regard interloqué. Cette situation était plus qu’étrange et pourquoi donc avait-il autant de sacs ?! Mais le Gryffondor n’eut pas le temps de réfléchir plus à la question, le bibliothécaire le regardait avec insistance tout en lui demandant s’il était prêt. Finalement, Potter avait peut-être trouvé la solution pour que James n’assiste à rien et il avait choisi de ne rien lui dire pensant (certainement à raison) qu’il aurait finit par lui cracher le morceau quand même. Ce qui l’attendait cette nuit n’avait plus rien d’effrayant en comparaison des reproches que risqueraient de lui adresser son meilleur ami le lendemain. C’est que même s’il ne l’avouerait jamais, James tenait quand même de sa mère… Mais, c’était pour le mieux après tout, il finirait par comprendre. Finn planta un regard déterminé dans les yeux de Grant et hocha la tête puis attrapa le Portoloin. Aussitôt, se fut comme si une énorme ventouse essayait de lui sortir les tripes par le nombril tout en tirant vers le haut. Ses pieds quittèrent le sol et le visage du bibliothécaire en face de lui était à peine perceptible, la vue de Finn était brouillée par un tourbillon de couleurs. Quelques secondes plus tard à peine, ses pieds touchèrent le sol. C’était aujourd’hui.


© Moutarde

.....................................................




keep darkness away
ystananas


Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Masculin
✎ Parchemins : 161
✎ Date d'arrivée : 25/11/2016

Sorcerer's Identity
✎ Année à Poudlard: //
✎ Profession: Magizoologiste
✎ Inventaire: Rapeltout
Dim 25 Juin - 19:23


Que l’on soit bien d’accords, je ne lui avais pas menti. Oui, je l’avais légèrement trompé en jouant sur les mots. Non, on ne pouvait me le reprocher. Ou alors, si quelqu’un décidait de m’en vouloir après ça, y’avait plutôt intérêt à ce que ce soit parce que quelque chose était véritablement arrivé au jeune Ambrose. Malheureusement pour ceux qui seraient prêts à me sauter dessus à cause de cette manœuvre de ma part, je n’avais pas l’intention de ramener Finn dans un état lamentable. Certes, ce n’était pas comme si je gérais une association de jeunes loups-garous depuis une dizaine d’année… Néanmoins, parmi toutes les personnes de Poudlard – excepté Nwyl peut-être – j’étais le plus à même de m’occuper de l’étudiant. Pour moi, il n’y avait absolument aucun doute sur ce fait. À côté de ça, il était juste hors de question que le Petit Prince Malfoy s’approche du domaine d’une créature ou semi-créature tant que je me trouverais dans les parages.

Peu importait ses brunches ridicules avec Greyback, ça n’avait rien d’un argument à mes yeux. J’avais d’ailleurs été choqué de le voir tenter de me convaincre de son utilité avec un tel argument. Non mais franchement, à quoi s’était-il attendu ? Peu importait ses speechs longs dégoulinant de faux sentiments, il suffisait de l’entendre parler de Finn pour comprendre qu’il n’en pensait pas un mot et désirait uniquement le traiter comme une vulgaire bête. M’enfin, il n’avait toujours pas l’air de comprendre qu’il n’y avait pas de prescription ou de circonstances atténuantes à mes yeux. Je me foutais de ce qu’il avait fait depuis, faisait ou ferait à l’avenir. Pour moi, il était trop tard pour lui, et ce, depuis ma dernière année de Poudlard : Malfoy ne méritait pas sa liberté actuelle. Ainsi, je n’avais absolument aucun scrupule à faire ce que je faisais là maintenant. Il m’était impossible de suivre les directives du Directeur lorsque celui-ci semblait vénérer le sol sur lequel le blondinet marchait !! Seul le Gryffondor comptait, et je comptais bien faire tout ce qui était en mon pouvoir pour l’empêcher de voir sa nouvelle condition comme une malédiction.

Le pauvre devrait déjà faire face à la discrimination dès que les gens découvriraient la vérité. Qu’il s’en rende compte ou non, les loups-garous devaient normalement se recenser auprès du Ministère. Bon après, y’avait moyen que cette règle ait changé. Cependant, rien n’était moins sûr. Mouais, ce n’était vraiment pas le moment de penser à tout ça pour le coup. La cuillère-portoloin était prête. Il ne restait plus qu’à attendre qu’il se décide à me suivre. Allez savoir pourquoi il s’était amusé à me balancer une petite pique sur le fait que je l’ai suivi jusqu’aux WC. Pour sa défense, il marquait un point. Sans connaître la véritable raison de ma venue soudaine, il y avait largement de quoi se poser des questions. De plus, le coup de la rencontre secrète dans les toilettes d’un café… Bref, nul besoin de faire un dessin et c’était justement la raison pour laquelle j’étais pressé. Je n’avais aucune envie de devenir le nouveau sujet de rumeurs de Poudlard !! J’avais passé l’âge depuis longtemps !!

Ne réagissant pas plus que ça sur le moment, je m’étais contenté d’insister avec la cuillère. Y’avait urgence sérieux ! L’idée était de nous éclipser sans laisser de témoins, histoire que personne ne sache où était passé Finn. Tant pis pour Malfoy et Nwyl. Pour le premier, j’étais certain qu’il s’en fichait complètement de toutes les façons. Quant à la garde-chasse, elle se trouverait aisément autre chose à faire. Une fille comme elle ne manquait jamais de distractions. Lorsqu’il attrapa la cuillère, nous fûmes aussitôt transportés hors de Pré-au-Lard. En fait, nous avions carrément quitté l’Écosse !! Ce n’était pas comme si je connaissais 35 endroits susceptibles de faire passer le temps à un jeune loup sans être interrompus non plus. Quand bien même la Grande-Bretagne était ma région natale, je n’y avais pas vraiment vécu depuis très longtemps. De plus, je n’aimais pas du tout le coin donc bon, pas comme si j’avais eu l’envie de me renseigner. Ma convalescence, puis mon affectation à Poudlard faisaient que mes déplacements avaient été quelque peu limités.

« Avec un tel prof de Défense, j’ai de gros doutes sur la beauté de ces âmes dont tu parles… Aucun doute qu’elles n’ont eu de cesse de s’assombrir depuis votre premier cours avec Fawley… »

Finis-je par répondre en atterrissant enfin. Je ne tardai pas à faire disparaître la cuillère-portoloin. Oui, lorsque l’on kidnappait quelqu’un, la première chose à faire était de limiter ses issues de secours. De plus, nous ne nous trouvions plus du tout en Écosse – là où se trouvait Poudlard – mais en Irlande. Ainsi, un jeune sorcier comme lui qui n’avait pas son permis de transplanage depuis longtemps ne pourrait pas retourner à Pré-au-Lard par ses propres moyens. S’il essayait, il était sûr de se désartibuler. L’apparition d’un pays à un autre – même s’ils étaient très proches – n’était pas à la portée de n’importe qui. À côté de ça, il n’avait aucune idée de l’endroit où il se trouvait, encore moins du fait qu’il ne se trouvait plus dans le même pays !! Or, tenter un transplanage quand il n’avait aucune information sur des variables aussi importantes serait suicidaire. Bon après, il était allé s’amuser à camper une nuit de Pleine Lune… Traduction ? Le jeune Ambrose n’était pas réputé pour ses idées réfléchies… Mes sacs toujours sur mon avant-bras gauche, je jetai un coup d’œil au ciel et au soleil qui débutait sa descente. Repérant une maison au loin, je me dirigeai d’un pas lent vers celle-ci, invitant le Gryffondor à me suivre :

« Au passage, je ne te félicite pas pour la facilité avec laquelle je t’ai subtilisé de Pré-au-Lard… – lui fis-je remarquer avec un faux air réprobateur, avant de poursuivre – Certes, ça m’arrange beaucoup que tu n’aies pas cherché à résister puisque j’étais pressé, mais quand même, tu devrais faire un peu plus gaffe aux gens qui te suivent dans les toilettes pour te refiler un Portoloin dont tu ne connais même pas la destination !! »

Allez savoir s’il s’était seulement demandé si j’étais vraiment moi avant d’accepter de me suivre. Avait-il mis au point un système de reconnaissance parfait pour m’identifier ? Supposait-il – avec raison – que personne ne pourrait se faire passer pour moi ? Ou s’estimait-il à l’abri de toute tentative d’attaque en partant du principe que la foudre ne frappait jamais deux fois au même endroit ? Une autre option voulait qu’il ait simplement eu trop de choses en tête – avec sa transformation imminente – pour ne serait-ce que penser qu’il pourrait être attaqué en ce jour… Hmm.. Le surestimais-je ou le sous-estimais-je ? Telle était la question… Il était extrêmement difficile de savoir ce qu’il se passait dans la tête d’un Gryffondor, à condition bien sûr qu’il s’y passe vraiment quelque chose… Vu la façon de raisonner du Directeur, il y avait de quoi se poser de grosses questions quand même !! D’un autre côté, je ne m’étais en aucun cas montré intimidant ou menaçant avec Finn depuis que j’étais apparu devant lui. Même là, je marchais d’un pas tranquille en lui tournant carrément le dos.

Lentement mais sûrement, la maison au loin ne se retrouva plus qu'à quelques mètres. Jetant un coup d’œil derrière moi, je m’assurai que je n’avais pas perdu mon…invité (?) tandis que j’atteignais la porte qui s’était ouverte à l’instant même où mon pied avait touché la première marche. Aussitôt un léger son de cloche se fit entendre, signalant l’arrivée d’un membre de la famille Grant. Bah oui, ce n’était pas parce que je m’habillais comme un moldu que je vivais constamment comme un moldu !! Je restais un sorcier. Ma maison se devait donc d’offrir un minimum de magie, ne serait-ce que pour maintenir l’harmonie à l’intérieur. Au passage, ce léger son de cloche ne concernait que les membres de ma famille. Le son variait pour les autres, selon les intentions de la personne se trouvant au niveau de la porte. D’ailleurs, entre ma spécialisation dans la magie sensorielle – affectant les sens – et celle de mon épouse en matière de botanique – surtout les plantes semi-conscientes et létales – je ne donnais pas cher de la peau de celui ou celle qui chercherait à entrer ici par effraction dans le but de blesser gravement, torturer voire carrément tuer…

Avec un peu de chance, le ou les individus en question seraient uniquement assommés par le cri d’un bébé mandragore à la place du gentil son de cloche. Au pire… Hmm… Mieux valait ne pas en parler. Certaines choses se devaient de rester un mystère… Laissant la porte ouverte jusqu’à ce que le Gryffondor soit à l’intérieur, je me dirigeai aussitôt vers la cuisine et ouvris le placard pour me sortir des gâteaux tout en actionnant la théière magique, tandis que trois tasses lévitaient nonchalamment en attendant. La première devant Finn. La seconde à mes côtés. La dernière se trouvait à l’entrée de la cuisine, semblant attendre quelque chose ou quelqu’un.

« Dans le cas où tu te poserais des questions, Nwyl et le blondinet ne nous rejoindront pas… Non, ils ne sont pas au courant. Oui, c’était mon idée perso. Oui, tu n’as aucun souci à te faire. Non, tu ne déranges pas. Oui, tu rentreras demain. Non, pas ici, mais dans le jardin. »

Avec ça, je supposais que j’avais répondu aux quelques questions légitimes qui pourraient éventuellement lui passer par la tête. Pour sa défense, il n’avait pas d’idées précises de l’endroit où il se trouvait et devait avoir compris que le changement de programme n’était qu’une invention de ma part. On lui avait parlé de la Cabane Hurlante, et il n’était pas bête au point de confondre ma maison et cette cabane ridicule. À côté de ça, ça n’aurait aucun sens d’inviter Finn à se transformer chez moi alors qu’il aurait pu le faire dans la Salle sur Demande ou même un autre endroit plus approprié au premier abord. Au vu de la façon dont je me déplaçais ici, il n’était pas difficile de comprendre que j’étais un habitué des lieux au point que je ne prêtais plus vraiment d’attention à la décoration. Lors de son avancée  jusqu’à la cuisine, il avait très certainement remarqué toutes les photos magiques et moldus qui traînaient sur les murs et les commodes, représentant ma femme, mes filles et moi. Idem pour certains dessins de mes filles qui avaient carrément été encadrés et accrochés aux murs, avec leurs noms précisés sur un coin du papier. Bon, il s’agissait de croquis de gosses hein ! N’allez pas imaginer des œuvres d’art non plus !!

Une fois le thé prêt, la théière se déplaça afin de remplir les tasses flottantes, y compris celle qui attendait toujours à l’entrée de la cuisine. Commençant à entendre des bruits de pas se rapprochant, je décidai d’entamer une conversation avec Finn dans une vaine tentative de détendre l’atmosphère avant qu’elle ne débarque.

« Gâteaux ? Sinon, tu te sens comment ? Des appréhensions ?  »
« Je peux savoir ce qu’il se passe ici… »

Demanda Olivia – ma partenaire – d’une voix menaçante alors qu’elle faisait son entrée dans la cuisine, attrapant la tasse de thé laissée pour elle au passage. Ne perdant pas une seule seconde, elle jeta un regard sérieux vers les deux intrus présents dans sa cuisine.


HRP:
 


.....................................................




Présentation | Liens | RPs | Volière

Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

[Irlande] Not All Monsters Do Monstruous Things [PV: Finn]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» not all monsters do monstrous things.
» 1.06 All Good Things Must Come to an End
» eurydice&basile ❝ all these little things ❞
» World of Pocket Monsters (WOPM)
» Un coin d'Irlande [PV]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mimbulus Mimbletonia  :: Ailleurs dans le Monde :: La Grande-Bretagne :: La communauté magique-
Sauter vers: