Mary Richardson [Terminée]



 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Bienvenue sur Mimbulus Mimbletonia
Bienvenue sur Mimbulus Mimbletonia Nous sommes en l'année 2019 Le ministère a été attaqué
– un étudiant est mort à Halloween Les néo mangemort sont de retour – L'ordre va t il se
reformer ? Contexte disponible ici-même.

Vous pouvez trouver la liste des personnages prédéfinis ici et les scénarios des membres ici
La liste des avatars utilisés ici.La liste des noms et prénoms ici.

Mais pour ceux qui sont encore plus studieux vous trouverez le planning des cours pour les élèves et ici
celui des professeurs.

Vous voulez une capacité spéciale pour vos personnages ? La demande et les détails c'est par .

Au vu d'un bon nombre de sang-pur, ceux-ci sont à présent limités (Scénario/prédéfinis) sous couvert d'acceptation
du STAFF. Pour en savoir plus, lisez ce sujet.

Poudlard recrute non seulement du personnel, mais nous sommes également à la recherche d'adultes en dehors du forum, sympathisant de l'ordre ou néo-mangemorts. N'hésitez plus à nous rejoindre.

 :: Les Oubliettes :: Les Archives :: Section Hors RPG :: Les présentations Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Mary Richardson [Terminée]

Invité
Mar 4 Oct - 18:44

 

 
Mary Richardson« Perhaps the pain was in the mirror »


 
Mon identité...

 

¤ Date & lieu de Naissance : 14 février 1983
¤ Âge : 35 ans
¤ Sang : Mêlé
¤ Profession : Langue-de-plomb.
¤ Animal de compagnie : Une chouette qu'elle appelle La Chouette.

 
Mon Physique

Mary est une femme chanceuse. Les années n’ont pas encore marqué sa peau. Pourtant, Mary ne fait particulièrement attention à son physique. Très souvent fatiguée, des cernes viennent donc régulièrement marquer le peu de sommeil de la trentenaire. C’est qu’elle ne prend même pas toujours la peine de les dissimuler à l’aide de sortilèges. Si Mary est fine c’est parce qu’elle mange peu, n’hésitant pas à sauter des repas. Physiquement elle est donc assez fragile ce qui ne l’empêche pas de se surmener. Mary attache très souvent ses cheveux bruns foncés pour plus de confort. Déjà très pâle, voire diaphane Mary ne sort pas beaucoup ce qui ne va pas pour inverser la tendance. Du haut de son mètre soixante-huit Mary essaye de rester discrète autant que possible. Pourtant, il lui arrive d’être imposante et de déployer son charme lorsqu’elle désire obtenir quelque chose mais ce n’est pas ce dans quoi elle excelle le plus.

Contrairement à ce qu’on pourrait croire Mary est très expressive du visage. Certes, elle a les traits froid mais, dès qu’elle est intriguée, inquiète ou heureuse on le voit tout de suite que cela soit avec ses lèvres qui s’étirent ou son froncement de sourcil – dont elle abuse. Dotée de goûts simples en matière de vêtements elle aime les choses unies qui vont avec tout et qui lui permettent de passer inaperçu. Toutefois – et même si elle ne l’avouera pas – Mary a aussi une petite passion pour les robes de soirées, luxueuses qu’elle ne sort presque jamais de sa penderie.  


Mon Caractère

Mary. Etymologiquement : celle qui élève. Dans le cas de la trentenaire il s’agirait plutôt de celle qui s’élève, celle qui cherche à s’élever en apprenant. Que les autres restent où ils sont, cela ne la chagrine guère. Solitaire, avide de connaissances Mary est une bête de travail. Rien ne l’arrête et ses yeux ne brillent d’admiration que devant une bibliothèque pleine de livres. Elle n’a que peu de pitié pour son corps, le forçant à rester debout, se forçant à rester éveillée des nuits entières lorsqu’elle est face à un problème et n’hésitant à sauter des repas : « une perte de temps » pour reprendre ses mots. Pourtant Mary est d’une efficacité redoutable. Elle ne lit pas, elle ingurgite ; elle n’apprend pas, elle ancre dans sa mémoire à tout jamais. Elle est bien loin l’époque où elle caressait avec respect les écrits de ses aînés ; elle n’hésite plus à arracher les pages, à les corner, à enfoncer ses ongles dans la couverture quand elle ne les jette pas simplement derrière elle après les avoir lus. C’est que les années l’ont rendue violente. Elle ne veut pas simplement tout savoir, elle veut tout savoir tout de suite. Il n’y plus de patience en elle.

Solitaire, elle n’apprécie pas qu’on vienne la déranger dans ses recherches, qu’on la retarde ou même qu’on lui pose une question sur ce qu’elle fait. Elle chérit ses recherches comme si c’était son enfant. Pourtant, à de rares reprises, elle peut entrer dans des conversations, des débats qu’elle enflamme soudainement mais, pour cela, il faut qu’elle trouve quelqu’un à son niveau. Au fond, Mary rêve de trouver quelqu’un d’aussi passionné qu’elle, elle sait qu’à deux ils avanceraient plus vite.

Elle n’a pas trouvé alors elle continue, seule, sa croisade.

Déterminée, Mary est devenue une bête sauvage. Elle a perdu toute notion du bien et du mal, elle est comme muée par des instincts primitifs qui la guident vers de nouvelles connaissances. Plus rien d’autre ne compte, elle essaye tout, teste tout et quand il le faut sur des humains ; peu importe les conséquences. Elle est devenue violente Mary, de plus en plus impatience, agacée dès qu’elle se trompe, colérique, égoïste. Elle est devenue mauvaise à ne plus se soucier des autres, elle s’est perdue en chemin, la jeune fille solitaire qui rêvait d’inventer des remèdes miracles.


 
Mon Histoire...

 
Enfance : « Je sentis avant de penser » (Rousseau)

Richardson. Un nom classique, une famille de classe moyenne, un père sorcier de sang-mêlé, une mère née-moldue. Les Richardson étaient heureux. Ils représentaient un modèle familial désuet : la femme au foyer, le mari travaillant, mettant les pieds sous les tables dès son arrivée et prenant inlassablement des kilos. Ils étaient pourtant heureux, chacun avait son rôle, chacun savait ce qu’il devait faire. Du plus loin qu’elle s’en souvienne Mary a toujours détesté ça. Comment sa mère pouvait se contenter de ça ? De sa routine morbide qui la conduisait droit dans la tombe ? Et son père, le patriarche par excellence qui aimait sa femme mais ne la laissait pas s’exprimer. Elle se l’est promis Mary, jamais elle ne finirait comme eux. Elle voulait mieux, elle voulait plus.
Pourtant, Mary n’était pas malheureuse. Elle avait tout ce qu’elle voulait, tout ce dont elle avait besoin. Elle ne souriait pas facilement mais il n’était pas rare de voir ses yeux briller. Notamment lorsqu’elle recevait des livres. C’était ses petits trésors, ses moments de bonheur.

Tout a commencé quand un homme est venu chez eux, un jour d’automne alors que la petite Mary jouait dans sa chambre. Ses parents l’ont appelée. Viens dire bonjour Mary. Alors, elle y est allée, trainant des pieds. Il lui a tout de suite fait peur. Il était grand, sérieux, il avait les yeux sombres et des habits noirs ; elle aurait voulu repartir en courant mais elle s’est approchée. Il lui a tendu un livre, petit, rouge, à la couverture douce. « Si tu apprends bien, si tu travailles bien tu pourras faire tout ce que tu veux, devenir qui tu veux ». Les yeux de Mary ont brillé d’espoir. Elle l’a cru et les livres ont été sa seule joie pendant des années. Elle s’imaginait plein de choses, elle se voyait guérisseuse, elle se voyait auror et même ministre de la magie ; tout semblait l’intéresser.

Poudlard : « Dites-nous comment survivre à notre folie » (Kenzaburo Oé)

Poudlard. Serdaigle. Sa maison. Son univers. La bibliothèque. Les cours. La froideur des couloirs. Le brouhaha incessant des autres élèves. Elle ne serait rien sans cette école. Sans doute aurait-elle fini comme ses parents. Poudlard a été sa chance de s’en sortir. C’était l’occasion rêvée et Mary l’a saisie, de tout son être. Elève studieuse, zélée, complètement barge selon certains de ses camarades Mary a toujours été dans les premières de sa classe. Muée par une peur viscérale de l’échec la jeune fille qu’elle était alors a travaillé d’arrache-pied autant qu’elle le pouvait pour avoir les meilleurs résultats possibles. Mais, très vite, cela ne lui suffit plus. Les livres de cours étaient insuffisants, les explications des professeurs manquaient de précision alors, Mary s’est enfermée dans la bibliothèque. Véritable bourreau du travail elle a trouvé là-bas son univers, dévorant les uns après les autres les livres qu’elle y trouvait. La bibliothèque de Poudlard fut son premier havre de paix. Parfois, elle se faufilait dans les couloirs, la nuit tombée, parce qu’elle avait oublié de prendre un nouveau livre et elle ne pouvait supporter l’idée de passer une nuit entière sans lire.

Evidemment, cela a beaucoup nui à sa vie sociale. Si, en première année Mary s’était fait quelques amis à la fin de la septième année, elle était pratiquement toujours seule. Il y avait bien cette fille, brune, de son année à Serpentard qui ne parlait pas beaucoup et avec qui elle travaillait lorsqu’elle devait faire des travaux en groupe, qu’elle trouvait particulièrement intelligente et avec qui elle échangeait parfois quelques mots mais c’était tout.

Et puis, il y avait cet élève de Gryffondor avec qui elle s’était rapprochée. Elle s’était mise à nue avec lui, littéralement. Elle avait souri devant son regard rieur, elle avait posé la main sur sa joue, elle avait laissé tomber ses livres pour quelques temps. Elle était tombée amoureuse. Un jour, elle s’était retrouvée nue, face à lui, le miroir à côté d’eux lui renvoyaient leur reflet. Elle avait détesté son corps. Leur corps. Elle avait eu envie de fuir, de s’en aller tout d’un coup sans rien dire à la seule vision de leur chair ; mais elle était restée. Il avait posé sa main sous sa poitrine, il l’avait fait glisser jusqu’à ses hanches. Elle avait détesté ça. Plus jamais, s’était-elle promis. Elle avait toujours détesté les contacts humains. Elle avait détesté leur contact. Une mauvaise expérience qui l’a marqué et qui lui a fait repousser les hommes depuis.

Après ça, Mary était retournée à ses livres, encore plus renfermée qu’elle ne l’était, eux-seuls pouvaient lui apporter du plaisir. Elle avait mis toute son âme dans ses recherches. Savoir ; plus rien d’autre ne comptait.

Un jour, quelqu’un avait mis sur sa route un livre de magie noire. Elle s’était toujours refusée de franchir la limite. C’était sa plus grande tentation. Tous ces secrets, tous ces savoirs qui lui étaient interdits… elle, elle voulait tout connaître. Alors ce livre, posé juste devant elle lui tendait les bras, elle n’a pas su résister.

Vie adulte. « Science sans conscience n’est que ruine de l’âme. » (Rabelais)

Quand avait-elle commencé à faire des expériences sur des humains ?

Elle ne s’en rappelait plus bien. Après ses vingt-cinq ans. Au début il y avait eu des animaux. Ces petites bêtes qu’elle exécrait depuis sa plus tendre enfance. Elle n’y avait pas pris de plaisir, c’était juste une expérimentation et Mary faisait cela aussi froidement que possible. Elle était captivée par la théorie mais en adoration devant la pratique. Ensuite, un jour, elle avait franchi l’ultime limite. D’abord avec des personnes âgées, séniles, celles qui avaient du mal à se rappeler, qu’on ne croyait plus trop et dont on ne s’étonnait plus de voir apparaître une nouvelle maladie.

Mary était rentrée au ministère dès sa sortie de Poudlard, travaillant d’abord au département des accidents et catastrophes magiques, notamment comme oubliator. Elle y était restée quatorze ans avant d’avoir sa place dans le département des mystères. Si, aujourd’hui, elle est très intéressée par ce qu’elle fait Mary n’appréciait pas particulièrement son travail précédent. Trop répétitif, intellectuellement parlant cela ne la comblait pas mais elle a attendu, elle n’avait pas vraiment le choix, elle visait le département des mystères et personne n’y rentrait avant d’avoir travaillé pendant plusieurs années. Ce fut plusieurs années de déception, de colère pour la jeune femme autant agacée par son travail que par ses proches. A trente et un an, Mary a enfin pu pénétrer dans la salle du Temps où elle travaille depuis à plein temps. C’était comme un rêve qui se réalisait. Elle avait réussi, son acharnement avait payé. Pendant un temps Mary fut comme soulagée, plus ouverte, plus sympathique, plus souriante avec la libraire qui la connaissait très bien. Cela dura quelques semaines, elle se mit même à fréquenter l’un de ses voisins, elle qui n’avait côtoyé personne depuis plus de deux ans. Evidemment, tout cela ne dura pas. D’abord parce qu’elle tomba follement amoureuse de son travail, des livres à sa disposition, des nouveaux sortilèges, des expériences qu’elle devait faire.

Mary avait toujours été fascinée par le temps. C’était un sujet si complexe qu’elle pouvait y réfléchir sans fin sans jamais n’avoir tout découvert. Elle n’était pas assez folle pour jouer avec les limites du temps. Pourtant, les retourneurs de temps étaient juste là, à portée de main, elle pouvait les toucher, les analyser et même essayer d’en fabriquer de nouveaux.

Et le futur, pouvait-elle apercevoir le futur ? De façon claire et indélébile non pas dans une stupide prophétie. Elle en rêverait.
Mary travaille tout particulièrement sur le futur, c’est son domaine d’action même si c’est une experte dans tout ce qui concerne le temps et son impact sur l’homme.

Récemment, rien n’est venu déranger la routine de la jeune femme, travaillant d’arrache-pied, sortant peu et jamais sans but. L’attaque du ministre de la magie ? Elle en a entendu parler en lisant, comme elle le fait chaque matin, la gazette du sorcier mais cela ne la touche pas. Elle n’a aucune espèce d’admiration pour le ministre et pas une once de respect. Les néo-mangemorts ? Elle n’a rien à voir avec eux et ne les approuve pas. La seule chose qui, chez eux, titille sa curiosité ce sont les nombreux livres de magies noirs qu’ils possèdent. Mary rêverait de mettre la main dessus. Elle n’a que de très maigres connaissances en magie noir. Elle a lu quelques livres qu’elle a acheté au marché noir, elle a commencé à se faire des connaissances pour s’en procurer plus mais elle bloque, ils sont de plus e, plus difficiles à trouver ; même ceux qui les ont les craignent. Pourtant, elle ferait tout pour les avoir Mary.


 
Derrière l'écran...

 

¤ Ton ou tes pseudos habituels : Ivy.
¤ Âge : 21 ans toujours.
¤ Comment es tu venu ici ? Y'a longtemps  
¤ Des impressions, un mot ?            
¤ Personnalité sur l'avatar : Eva Green.
 

 ©️never-utopia
 

avatar
Masculin
✎ Parchemins : 2267
✎ Date d'arrivée : 04/06/2016

Sorcerer's Identity
✎ Année à Poudlard: 6ème année
✎ Profession:
✎ Inventaire:
Mar 4 Oct - 18:54
Re-bienvenueeee :p
Vu que j'ai déjà tout lu via Skype je vais te valider

.....................................................



Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Mar 4 Oct - 18:59
Eva Green *-*

Re-bienvenue je suppose :3 !

avatar
✎ Parchemins : 137
✎ Date d'arrivée : 28/05/2016
Mar 4 Oct - 19:03


Répartition de Mary Richardson

Bienvenue à Poudlard Madame Richardson
Je suis ravi de vous revoir, vous avez bien changé depuis votre scolarité à Poudlard. Bon j'arrête de m'éterniser et j'espère que vous vous plairez ici. Je vais de ce pas, vous donnez votre rang ainsi que votre couleur.
N'hésitez pas à vous rendre
ici pour récenser votre avatar.
ici pour vous inscrire dans notre registre et pour demander un Patronus.
Le Choixpeau Magique

Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Mar 4 Oct - 22:26
re bienvenue

avatar
Masculin
✎ Parchemins : 1312
✎ Date d'arrivée : 22/08/2016

Sorcerer's Identity
✎ Année à Poudlard:
✎ Profession: Professeur de DcFM & Directeur de Poufsouffle
✎ Inventaire: Polynectar (x2)
Mar 4 Oct - 23:29
Re - Bienvenue

& la CB ne m'ayant pas suffit, Je te bave dessus poliment.

EVA   Tant de classe !

Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Mer 5 Oct - 11:50
Merci à tous !

Et on ne me bave pas dessus, même poliment.

avatar
Masculin
✎ Parchemins : 502
✎ Date d'arrivée : 01/06/2016

Sorcerer's Identity
✎ Année à Poudlard:
✎ Profession: Ministre de la Magie
✎ Inventaire:
Jeu 6 Oct - 8:44
Re-Bienvenue je te fais ton rang de suite :)

.....................................................


CASSIUS OWELL ✽
Je me présente, je m'appelle Cassius Owell et je suis le ministre de la magie depuis maintenant 5 ans suite au départ de Kinsgley Shackelbot. Je fais en sorte de maintenir la paix dans le monde sorcier mais ce n'est pas une tâche facile surtout depuis quelques temps.

Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Lun 10 Oct - 22:00
bienvenue Mary

Contenu sponsorisé

Mary Richardson [Terminée]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Mary Tudor " Ma mère est morte déchue, de mon côté : je disparaitrai en tant que reine. " [Terminé]
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Hermione Granger ( terminée)
» Hail Mary Pass !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mimbulus Mimbletonia  :: Les Oubliettes :: Les Archives :: Section Hors RPG :: Les présentations-
Sauter vers: