Prise sur le fait | Rose [Terminé]



 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Bienvenue sur Mimbulus Mimbletonia
Bienvenue sur Mimbulus Mimbletonia Nous sommes en l'année 2019 Le ministère a été attaqué
– un étudiant est mort à Halloween Les néo mangemort sont de retour – L'ordre va t il se
reformer ? Contexte disponible ici-même.

Vous pouvez trouver la liste des personnages prédéfinis ici et les scénarios des membres ici
La liste des avatars utilisés ici.La liste des noms et prénoms ici.

Mais pour ceux qui sont encore plus studieux vous trouverez le planning des cours pour les élèves et ici
celui des professeurs.

Vous voulez une capacité spéciale pour vos personnages ? La demande et les détails c'est par .

Au vu d'un bon nombre de sang-pur, ceux-ci sont à présent limités (Scénario/prédéfinis) sous couvert d'acceptation
du STAFF. Pour en savoir plus, lisez ce sujet.

Poudlard recrute non seulement du personnel, mais nous sommes également à la recherche d'adultes en dehors du forum, sympathisant de l'ordre ou néo-mangemorts. N'hésitez plus à nous rejoindre.

 :: Les Oubliettes :: Les Archives :: Section RPG :: RPs terminés Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Prise sur le fait | Rose [Terminé]

avatar
Féminin
✎ Parchemins : 955
✎ Date d'arrivée : 06/06/2016

Sorcerer's Identity
✎ Année à Poudlard: 6ème année
✎ Profession:
✎ Inventaire:
Mer 19 Oct - 20:25


Prise sur le fait
A couvert !

Une lumière venait de jaillir, brisant la quiétude qui m’avait envahie alors que je me promenais dans les couloirs du château en pleine nuit, sans but précis mais avec un plaisir infini. Dans mon cas, cette lueur dans la nuit n’était pas symbole de joie, de chemin retrouvé et autres histoires que l’on pouvait entendre, c’était plutôt une annonce et un rappel. Un rappel du fait que je n’aurais pas dû me trouver là et une annonce des retenues que je n’allais pas tarder à écoper et des points que j’allais faire perdre à la maison. De quoi, en somme, me donner envie de déguerpir plus vite qu’un lapin cherchant sa carotte. Malheureusement, les lieux ne s’y prêtaient pas. Je n’avais que quelques brèves secondes pour réagir, pas de placards pour me cacher et aucun passage secret me permettant de fuir et retourner discrètement dans mon dortoir. Je n’avais plus qu’à affronter mon destin ou plutôt ma mauvaise fortune. J’aurais pu tenter le tout pour le tout, partir en courant de l’autre côté du couloir par exemple mais il déboulait sur les escaliers et, de là, à moins que la personne arrivant ait des problèmes de vision, elle allait avoir du mal à me louper. Comme je n’avais pas envie d’alourdir ma sanction – j’avais déjà assez de retenues comme ça – je choisis de rester en place, attendant sagement que je sois trouvée ou mieux, qu’elle ne me voit pas – j’étais après tout parfaitement silencieuse – et qu’elle passe tranquillement son chemin. Je rêvais complètement, je n’allais pas y couper.

Moins de deux secondes après je pus voir la personne à qui appartenait la baguette : Rose Weasley. Je n’arrivais pas à savoir si c’était une bonne ou une mauvaise nouvelle. C’était toujours mieux qu’un professeur – en particulier Fawley – mais moins bien que Rosalie. Entre les deux se trouvaient Célian et Diana qui n’auraient pas été ravis de me trouver là et qui n’auraient sans doute pas eu de problème à faire leur devoir correctement. Ah, ces préfets ! De la part de Rose, je ne savais pas à quoi m’attendre. Je la connaissais – forcément c’était la meilleure amie de Célian et de Scorpius, difficile donc de ne l’avoir jamais croisée – mais pas bien. C’était le mystère de la soirée. Le mieux ? Y aller au culot ! J’ignorais si elle m’avait déjà remarquée – après tout il faisait bien sombre dans ce couloir – mais comme elle risquait de toute façon de le faire….

« Salut Rose ! », lançai-je d’une voix forte comme si nous étions dans la grande salle en plein milieu du repas de midi et que se parler était tout à fait normal. Je lançai en même temps un Lumos qui éclaira mon visage. J’émergeais de la pénombre comme un fantôme.




claude gueuse

Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Jeu 20 Oct - 0:18
C'était une soirée tranquille jusqu'à présent, 1er, 2ème, 3ème, 4ème, 5ème, 6ème, 7ème étage ; rien de particulier à noter. Les élèves semblaient tous s'être regroupés dans leur salle commune. Enfin une soirée tranquille ; pour ce qui était des élèves égarés dans les couloirs ou pour ceux ayant oublié l'arrivée du couvre feu et qui cherchaient à envoyer des hiboux ou voulaient simplement admirer les étoiles, cela ne posait guère de souci à Rose. Elle leur rappelait à chaque fois l'importance de respecter les règles et tous globalement repartaient dans leur maison gentiment sans rechigner.

Dire que tout ce beau petit monde lui obéissait au doigt et à l'oeil était un bien grand mot, mais de manière globale sa fermeté et sa gentillesse parvenaient à bout des plus récalcitrants. Mais ce soir là, elle était surprise de ce silence régnant dans les couloirs. Elle entreprit alors depuis le 7ème étage de refaire une dernière ronde, sa relève par ailleurs n'allait pas tarder. Elle repartit prononça «lumos » afin d'avoir un minimum de lumière et descendit les escaliers.

Elle s'arrêta un instant il lui semblait percevoir un bruit... ah non c'était l'occupant du tableau qui ronflait... ; étage suivant ; toujours pas un chat ; décidément. Rose se détendit tout sourire et se surprit même à accélérer le pas.

Arrivée au troisième étage elle entendit de nouveau un bruit, aucun tableau particulier, elle se retourna, regarda autour d'elle ; non toujours rien. Bon son imagination lui jouait des tours ou la fatigue commençait à l'emporter probablement. D'autant qu'à cet étage se trouvait l'infirmerie et à sa connaissance aucun élève n'était convalescent à l'heure actuelle.


Elle descendit rapidement au deuxième étage et elle vit au fond un mouvement ; Rose avait une excellente vue. Un fantôme ? Elle tint fermement la baguette devant elle ; ses yeux se plissèrent. Oui il y avait du mouvement devant elle. Elle se frotta les yeux se retourna, regarda derrière elle puis devant elle ; l'apparition avait disparu ou s'était cachée vraisemblablement.

Elle poursuivit son chemin quand brutalement elle entendit « salut Rose » devant elle ; d'une voix tellement forte que l'on aurait pu se croire en pleine journée. Rose à ce titre fronça les sourcils et sous l'impact d'un lumos lancé par la jeune femme la hélant de la sorte elle pu identifier l'élève fautive car oui elle était fautive de se trouver dans les couloirs à cette heure.

Rose murmura simplement « Ivory... pourquoi ça ne me surprend pas ; tu sais... » ; elle secoua la tête d'un air de dénégation « bien entendu que tu sais que ta présence ici à cette heure indue est totalement contraire au règlement intérieur de Poudlard et qu'il m'incomberait de retirer des points à ta maison, mais » Rose cherchait ses mots, la fatigue se faisant sentir à grands pas « je vais me contenter d'en toucher deux mots à Célian et Diana, je pense qu'eux même trancheront de l'attitude adéquate... ».

Rose allait pour passer son chemin au côté d'Ivory puis elle se retourna « après tout non tu peux m'expliquer ta présence en ses lieux ? Car je suppose que tu as une bonne raison non ? » dit elle d'un ton las mais déterminée à comprendre pourquoi la jeune fille se trouvait ici à ce moment précis si ce n'est pas pour préparer un mauvais coup...

avatar
Féminin
✎ Parchemins : 955
✎ Date d'arrivée : 06/06/2016

Sorcerer's Identity
✎ Année à Poudlard: 6ème année
✎ Profession:
✎ Inventaire:
Jeu 20 Oct - 16:48


Prise sur le fait
Rose n’avait pas sursauté : même pas drôle. J’aurais bien aimé lui en faire la remarque mais ses sourcils froncés m’en dissuadèrent. D’ailleurs, ce n’était pas plus mal, cela ne m’aurait sans doute pas mis dans ses bonnes grâces et j’avais bien besoin de l’être comme son discours, qui commença dans un murmure, me le fit bien comprendre. A vrai dire, j’aurais aimé qu’elle soit un minimum surprise même si, soyons très honnêtes, l’idée d’avoir ma petite réputation jusqu’aux Serdaigle me faisait bien envie. (Oui, je savais qu’il y avait plus de chance qu’elle sache cela via mes camarades de Serpentard, mais je préférais ma solution.)

Je notais avec espoir l’emploi du conditionnel dans la phrase de Rose – d’ailleurs, elle n’avait pas tort, j’étais au courant, cela voulait-il dire qu’elle allait me laisser partir sans rien dire ? C’est qu’elle était moins sérieuse qu’elle en avait l’air la petite Weasley !Je notais avec espoir l’emploi du conditionnel dans la phrase de Rose – d’ailleurs, elle n’avait pas tort, j’étais au courant, cela voulait-il dire qu’elle allait me laisser partir sans rien dire ? C’est qu’elle était moins sérieuse qu’elle en avait l’air la petite Weasley ! Oh, elle pouvait en parler à Célian et Diana – j’allais être bonne pour un sermon mais comme ils ne m’avaient pas pris sur le fait, ils ne pourraient rien dire, la vie n’était-elle pas bien faite ? Même si nous n’étions pas les meilleurs amis du monde ils n’allaient surement pas nous enlever des points. C’était à Rose de le faire, pas à eux. Au pire, je pouvais toujours menacer de dénoncer Rose, après tout elle était censée m’enlever des points et ne le faisait pas… quelle mauvaise préfète alors !

Rose semblait fatiguée et, voyant qu’elle commençait à repartir, je la laissai faire sans rien dire – elle ne m’avait même pas dit que je devais retourner dans mon dortoir ! Toutefois, elle dut avoir des scrupules ou je ne savais quoi car elle s’arrêta et me fit à nouveau face pour, cette fois-ci m’interroger. Qu’est-ce que j’étais censée lui dire ? Que je m’ennuyais et que j’avais décidé d’aller me promener ? Un tel mépris du règlement ne passerait sans doute pas.

Improvisons donc.

« Alors ça, tu ne vas pas y croire, c’est marrant que tu poses la question d’ailleurs, commençai-je tout sourire en me détendant tout d’un coup, glissant mon regard dans celui de Rose. J’allais chercher un livre à la bibliothèque ! C’était marrant parce que Rose adorait la bibliothèque… non ? C’était pas marrant ? Tant pis. Pas pour moi hein, pour un troisième année qui a oublié un livre de défense contre les forces du mal et qui ne peut pas finir son devoir sans… je reconnais, ajoutai-je avec un air coupable, je me suis portée volontaire pour l’aider ! »

Je voulais bien croire que cette histoire ne semblait pas très crédible. Moi-même à sa place j’en aurais douté mais je l’avais choisi parce qu’elle s’était réellement passée. D’accord, juste après le couvre-feu,  l’année de ma troisième année mais, tout de même, j’étais déjà allée dans la bibliothèque après le couvre-feu pour chercher un livre pour l’un de mes camarades. Si ça ce n’était pas du dévouement !

« Au fait, t’as l’air crevée ! », ajoutai-je d’un ton léger, pour conclure sur un autre sujet.





claude gueuse

Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Jeu 20 Oct - 18:12
Rose était fatiguée, lasse et écoutait d'une oreille distraite les semblants d'explications d'Ivory, elle ne manqua pas de bailler un coup en ayant mis au préalable la main devant sa bouche, de lever les yeux au ciel et une fois qu'elle eut terminé ses excuses ; elle ne manqua pas de lui demander « hum c'est bon c'est fini, tu as terminé de me berner ? Parce que là franchement... » ; elle hésita un instant, Ivory semblait bien mal la connaître car son attitude qui aurait pu laisser penser qu'elle n'allait pas retirer des points à sa maison était plutôt une attitude de semer le faux pour prêcher le vrai et à ce moment précis Rose était persuadée que la serpentarde se fourvoyait dans son propre mensonge « … j'y crois pas du tout à tes sornettes... navrée... ou pas ».

De plus, la jeune femme avait bel et bien perçu la fatigue que Rose endurait à ce moment. Rose respira un grand coup et poursuivit ses paroles à l'égard de la jeune femme « tu sembles bien mal me connaître Ivory ; mon caractère et attitude n'ont vraisemblablement pas encore fait le tour du château ; j'ai l'honneur de t'annoncer que je ne peux pas laisser passer cette affaire... , je ne peux te retirer des points n'étant pas de ta maison mais par contre vu que tu as réveillé particulièrement mon courroux, je vais prévenir Monsieur Fawley que pendant une semaine il aura une assistante pour ranger ses salles de classe » ; Rose s'arma de nouveau de son plus beau sourire ; elle appréciait le Professeur Fawley, probablement était elle une des seules personnes à le considérer à sa juste valeur dans ce château.

Ragaillardie, après avoir prononcé sa sentence d'un ton ferme et assuré, elle avança vers Ivory « oui je suis épuisée, fourbue de tant de sottises et je suis extrêmement déçue de ta part... ; la plupart de mes tournées désormais se résument à rappeler aux anciens les règles de bonne conduite, jamais aucun élève de 1ère année ne l'a enfreint pendant mes tournées ; à moins que je ne les aie pas encore trouvé ; en tout cas je te défie de trouver un serdaigle en dehors de son nid à cette heure là ».

Ses yeux se mirent à lancer de la fureur à l'égard de la jeune femme et les mots suivants cinglèrent littéralement la jeune femme présente face à elle « je ne saurai que trop te conseiller de retourner vite fait dans ton dortoir sans quoi, je ne manquerai pas de mentionner à celui qui prend le relai derrière moi qu'il peut être assuré de pouvoir distribuer une autre corvée de son imagination, la mienne va te prendre suffisamment de temps comme ça... » dit elle avec un sourire sadique sur les lèvres. Intérieurement elle se prit à remarquer qu'il fallait qu'elle cesse peut être de fréquenter Célian son sadisme avait tendance à lui déteindre dessus...

Rose restait campée sur ses positions, la baguette en main sans un sourire attendant qu'Ivory réagisse ou fasse un mouvement en direction de la maison qui était la sienne. Si elle cherchait encore à la persuader de quelque façon sans nulle doute la ramènerait elle, elle même à la porte de sa salle commune.

avatar
Féminin
✎ Parchemins : 955
✎ Date d'arrivée : 06/06/2016

Sorcerer's Identity
✎ Année à Poudlard: 6ème année
✎ Profession:
✎ Inventaire:
Jeu 20 Oct - 18:53


Prise sur le fait
Peut-être avais-je fait une erreur. Cette pensée m’effleura quand Rose reprit la parole. Plus elle parlait plus il me semblait que, en effet, j’avais fait une erreur. J’aurais dû me douter qu’elle n’était pas drôle, c’était la meilleure amie de Célian après tout : le club des sans humour ! Je me demandais sérieusement comment Scorpius faisait pour les supporter ces deux-là. Je restais pourtant souriante – toujours sourire face à l’ennemi – comme si ce qu’elle m’annonçait ne me touchait pas. Je me fichais pas mal qu’elle me croie ou non, nous n’étions pas amies et, clairement, nous ne risquions pas de l’être de sitôt. Au fond, je ne lui en voulais pas vraiment, elle ne faisait que son devoir et je n’avais rien contre les retenues, c’était marrant.

… Sauf avec lui, songeai-je quelques secondes après lorsqu’elle m’annonça que j’allais devoir aider le professeur Fawley pendant une semaine. De tous les professeurs de ce château il avait fallu qu’elle choisisse celui-là. Pas étonnant en même temps, ils devaient être sur la même longueur d’onde. « Pas sûre qu’il en ait très envie », commentai-je tout de même avec une moue septique. Une chose était certaine ; je n’en avais pas envie du tout mais pas question de l’avouer à Weasley, cela lui ferait bien trop plaisir.

Vint alors le sermon de la part d’une Rose Weasley en colère qui, soudainement, ne semblait plus être fatiguée. Je dus me retenir pour ne pas ricaner pendant son discours. Qu’est-ce que c’était cliché… qu’est-ce que sa vie devait être morne à toujours suivre les règles. Evidemment que les Serdaigle devaient être sagement enfermés dans leur tour, c’était des Serdaigle, ils étaient là pour ça ! (Remarquez Dominique était à Serdaigle.) Puis, suivirent les menaces qui, honnêtement, ne me firent pas beaucoup d’effet. C’est bon, elle avait fini ?

« Au fond, je suis sûre que t’adores ça !, répliquai-je, légèrement vexée par son sermon tout de même. Etre en charge, mettre des retenues, enlever des points, sermonner les autres qui, ô malheur (j’insistais sur ce mot pour marquer l’ironie), se baladent dans le château après le couvre-feu. T’aimes avoir le pouvoir ! »

Je lui avais répondu sans ciller, un sourire moqueur sur les lèvres. C’était une parfaite petite préfète ; agaçant. Ce qui m’embêtait le plus dans cette situation, c’était qu’il s’agissait d’une Weasley et de la cousine de Dominique, James et Albus qui étaient de très bons amis. Je n’avais pas envie de me mettre à dos l’un des membres de leur famille surtout qu’ils étaient très famille comme on dit. Mais comment résister face à l’arrogante petite Rose Weasley ?

« Tu sais quoi ? T’as raison, j’aurais pas dû te mentir, je reconnais, c’était une erreur mais honnêtement, qu’est-ce ça peut te faire que je balade après le couvre-feu ? Je n’ai plus onze ans, je sais que ça peut être dangereux mais je m’en sors très bien. A cause du règlement ? Tu ne vas pas me dire que tu n’as vraiment jamais enfreint le règlement ? Parce que si c’est le cas tu loupes un truc ! »

Je m’arrêtai quelques instants, fixant Weasley comme si c’était une extraterrestre avant de reprendre de plus belle, agitant les bras en parlant.

« Je vais te dire un truc, j’adore me balader dans les couloirs la nuit, c’est calme, c’est apaisant. Je ne vais pas arrêter pour une semaine de retenue même si, honnêtement, tu ne pouvais pas viser pire que Fawley (je l’entendais déjà me dire le professeur Fawley), j’adore ça c’est tout. Ça ne fait de mal à personne alors je continue, c’est tout. Dis-moi, qu’est-ce qu’il y a de si mal à ça ? »

Rose Weasley et Célian c’était un peu la même histoire. Au fond, il y avait moyen qu’ils soient sympathiques le problème c’est qu’ils ne semblaient pas très enclins à le prouver au monde entier.





claude gueuse

Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Jeu 20 Oct - 20:57
Rose était assurée dans ses propos et la réponse d'Ivory glaça son sang. Ses poings se refermèrent sur sa baguette. Ne pas s'énerver ni sortir de ses gonds, elle outrepasserait ses compétences. Elle se rapprocha d'Ivory et lui dit « détrompes toi je déteste ça de sermonner, pourquoi y a t il sans arrêt besoin de rappeler les règles, les gens sont incapables de respecter un règlement mais c'est pas quand tu trouveras seule face à un troupeau de mages noirs en plein milieu de la nuit avec ta seule baguette que tu pourras te vanter de profiter de ce loisir d'enfreindre l'interdit tu m'entends ». Maintes et maintes fois ses parents, ses cousins, son héritage lui avait inculqué ces règles. En les respectant elle construirait son avenir.

Cette protection perpétuelle de ses proches l'avait rendue elle même protectrice envers les plus et les moins jeunes, mais de plus en plus elle se trouvait face à ces personnes, qui n'en faisaient qu'à leur tête et se fichaient de se mettre en danger. Non pas que ça la dérangeait, mais qu'ils se mettent en danger tout seul sans mettre leur camarade en danger...

Rose sentait la pression augmenter, l'énervement, on touchait à elle, sa personne et à son rôle de préfète ainsi brutalement elle sortit de ses gonds « TU SAIS QUOI APRES TOUT FAIS CE QUE TU VEUX VAS Y COURS DANS LES COULOIRS EN PLEINE NUIT MAIS NE VIENS PAS TE PLAINDRE SI JAMAIS TU TOMBES SUR AUTRE CHOSE QU'UN PREFET JE T'AURAI PREVENUE ».... les paroles avaient dépassé sa pensée ; mais elles étaient réfléchies, mûrement réfléchies ; la serpentarde en face d'elle était intelligente, comprendrait elle le fin mot de ses dires ou resterait elle ainsi butée dans ses à priori ?

Mais elle ne retenait plus sa colère. « tu me prends pour quoi? Oui une Weasley une fille de héros » j'ai eu cette étiquette, tout comme mes cousins sur le dos ; la fille de Ron et Hermione mais j'avais envie de m'affranchir d'eux, me faire mon propre nom, mon histoire ; mais sans arrêt cette comparaison. Oui moi aussi j'aimerais des fois me permettre un interdit, mais j'ai cette force, cette histoire en moi qui m'en empêche ; et j'ai eu cette idée quand l'opportunité s'est présentée de devenir préfète comme eux, encore,... mais c'est au fond de moi, dans mon for intérieur tu comprends ? Même moi malgré toute ma bonne volonté je ne parviens pas à m'affranchir de ce carcand... ».


Puis se calmant « pourquoi Monsieur Fawley ? Tu veux savoir pourquoi ? J'ai appris beaucoup à son contact, il gagne beaucoup à être un peu plus de connu de vous tous donc j'espère que tu mettras à profit ta punition pour le connaître ».

Puis se retournant vers Ivory, la voix éteinte, elle lui dit dans une voix morne « après tout fais ce que tu veux, je maintiens ta punition, mais fais ce que tu veux ; je ne parviendrai pas à te raisonner ; c'est peut être mieux ainsi de toute manière tu ne m'écouteras pas. ».

Elle se mit une dizaine de mètres plus loin, s'accroupit par terre et prit sa tête dans ses mains. Elle ne voulait plus rien voir ; la serpentarde pouvait filer, revenir la voir pour s'excuser ou même parler ; elle même ne saurait pas ce qu'elle voudrait lui dire d'autre.

avatar
Féminin
✎ Parchemins : 955
✎ Date d'arrivée : 06/06/2016

Sorcerer's Identity
✎ Année à Poudlard: 6ème année
✎ Profession:
✎ Inventaire:
Sam 22 Oct - 22:24


Prise sur le fait
Rose Weasley était une vraie furie quand elle le souhaitait. Je l’observai, les yeux grands ouverts, sous-entendre que j’allais finir allongée dans un couloir, le corps glacée – comprenez : morte – parce que j’avais la bêtise de me promener dans les couloirs. Moi qui pensais être une experte en exagération… j’avais trouvé mon maître ! N’empêche j’aimais bien l’idée d’un troupeau de mages noirs, les imaginer en troupeau, comme s’il s’agissait de moutons pas le fait qu’ils puissent s’introduire dans Poudlard. Je n’eus pas le temps d’y songer plus longtemps que la préfète de Serdaigle se mit à hurler. C’est qu’elle n’était vraiment pas contente… ! Puis elle embraya sur sa famille. Est-ce que j’avais parlé de ça ? Je n’en avais rien à faire de qui étaient ses parents moi !

… Attendez. Est-ce qu’elle se plaignait ou est-ce qu’elle voulait dire qu’elle, elle avait une force de plus que moi ? Et quoi ? Moi je n’étais qu’une petite faiblarde qui cédait à ses pulsions ? Très sympathique. Mais ce n’était pas fini, la voilà qui défendait Fawley, qu’elle l’épouse si elle l’aimait tant ! Personne n’allait s’y opposer parce que je n’avais, en tout cas, aucune envie de mieux le connaître. J’eus envie de lui répondre mais elle reprit une dernière fois la parole, lasse, comme si elle avait tout donné un peu plus tôt. Ensuite, elle partit sous mon regard étonné. Je la laissai avancer, qu’est-ce que j’étais censée lui dire après ça ? Mais elle ne partit pas très loin, elle s’accroupit par terre, la tête dans les mains. Maintenant, elle se la jouait victime ? Non mais sérieusement, ça commençait à devenir vraiment agaçant cette situation.

Alors, je ne réfléchis pas plus avant de commencer à partir, passant devant elle sans un regard. Je continuai ainsi pendant ce qui me semblait être de longues secondes. Je détestais cette situation, je détestais l’idée de rendre triste ou en colère qui que soit. Weasley était une très bonne préfète et je reconnaissais volontiers que j’avais dépassé les bornes mais je n’avais pas eu l’intention de lui nuire ! Ou très peu. Elle aussi avait dépassé les bornes, à mes yeux nous étions toutes les deux fautives.

« Et merde », grognai-je quelques mètres pour loin avant de faire brusquement demi-tour et de revenir vers la silhouette de Rose qui n’avait pas bougé. Plus j’avançai plus mes sentiments devenaient contradictoires. J’avais, d’un côté, horriblement envie de la laisser là et de fuir lâchement comme j’en avais l’habitude mais cela lui aurait prouvé que je n’écoutais pas. Mais en même temps, je ne voulais pas partir maintenant, c’était le mauvais moment et puis s’engueuler avec quelqu’un avant de dormir donnait des rides. Le pire c’était que ses paroles m’avaient plus touchée qu’elles ne l’auraient dû. Elle m’avait fait penser à ma petite sœur qui, elle aussi, n’hésitait pas à me sermonner et détestait quand je me promenais hors des dortoirs la nuit. Pourtant, elle avait fini par se résigner et je n’avais plus droit qu’à quelques regards noirs de temps à autre.

Arrivée face à Rose je m’adossai sur le mur d’en face, les pieds à une dizaine de centimètres du mur, fixant avec autorité le plafond.

« Tu vas pas pleurer hein ? », demandai-je abruptement mais d’une voix calme. « Je sais pas toi mais je trouve qu’on a fait une citrouille de pas grand-chose… même si je sais que pour toi c’est important hein. »




[HRP : Si jamais je ne te donne pas assez de matière n'hésite pas à me le dire, tu as réussi à mettre Ivy devant un petit dilemme intérieur du coup, j'ai longtemps hésité pour savoir comment la faire réagir XD]

claude gueuse

Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Dim 23 Oct - 14:04
Rose était toujours assise contre le mur ; Ivory semblait même décidée à repartir. Après tout c'est ce qu'elle avait de mieux à faire. Rose était passée par toutes les réactions en peu de temps, il fallait vraiment qu'elle ne tarde pas à aller au dortoir à l'issue de sa surveillance, elle ne se maîtrisait plus en ce moment, mais elle ne voulait pas parler de ses soucis à Ivory, cela ne la regardait pas, elle le saurait bien tôt ou tard.

Puis elle perçut le demi tour d'Ivory , le soupir de celle-ci. Elle la connaissait elle n'avait pas l'habitude de s'apitoyer sur les autres. Qu'allait elle faire ? L'enfoncer encore plus ? Qu'importe elle la laisserait dire, Rose était bien au delà des réflexions que la serpentarde pouvait lui adresser.

Puis des paroles étranges sortirent de sa bouche, des paroles surprenantes même Ivory. Elle ne manqua pas sa surprise en relevant la tête de ses mains et en la fixant. Elle s'était positionnée en face d'elle.

Rose sourit « bien sûr que non je ne vais pas pleurer ; et oui tu as probablement raison, nos mots ont quelque peu dépassé notre pensée, la fatigue n'est pas innocente à ce fait ».

Elle se releva ; regarda sa baguette qui s'était éteinte depuis qu'elle s'était accroupie, la tête de nouveau haute elle prononça « lumos », tendit la main à Ivory et lui dit en souriant allez « on oublie tout on recommence ? Par contre je te préviens je n'efface pas la punition car après on va me prendre pour quoi en tant que préfète, tu comprends c'est vraiment pas méchamment ».

Elle était debout, les traits tirés, un sourire sur les lèvres à tendre la main à Ivory, attendant que celle ci se relève et elle dit « ça reste entre nous ce petit craquage que j'ai eu tout à l'heure, je n'ai pas l'habitude de péter les plombs si facilement, de passer du sourire aux larmes mais... » elle enchaina « des choses me tiennent en souci en ce moment et même si j'essaie de tout dissocier ce n'est pas tous les jours faciles ».

HRP:
 

avatar
Féminin
✎ Parchemins : 955
✎ Date d'arrivée : 06/06/2016

Sorcerer's Identity
✎ Année à Poudlard: 6ème année
✎ Profession:
✎ Inventaire:
Mer 26 Oct - 20:08


Prise sur le fait
Lorsque Rose me répondit, un léger sourire vint effleurer mes lèvres. Peut-être qu’elle n’était pas si agaçante que ça au final. J’aimais les personnes capables de reconnaître leurs torts, au moins partiellement. Rose ralluma sa baguette et me tendit une main que je serrai rapidement – il ne fallait pas non plus trop m’en demander. C’était un petit signe de paix, qui était nécessaire car nous nous croisions souvent – ce n’était pas de ma faute si elle adorait fréquenter les Serpentard. Je hochai ensuite la tête en signe d’accord, j’étais pour recommencer pas pour oublier mais recommencer oui, cela me plaisait bien, c’était une idée intéressante, pleine de promesses. Je ne pus toutefois m’empêcher de ricaner lorsqu’elle mentionna ma punition. Je n’avais pas même espéré qu’elle l’enlève à vrai dire. Tant pis pour moi, j’étais consciente d’être en tort là-dessus et Rose devait jouer son rôle de préfète – enfin, elle ne le devait pas mais je restais persuadée au fond de moi que cela lui faisait plaisir et j’étais prête à lui accorder ce petit plaisir.

« T’inquiète pas, répondis-je en entendant sa dernière remarque, je garde ça pour moi. » Je n’avais pas envie de lui demander ce qui n’allait pas. Rose n’était pas mon amie, il y avait de grandes chances pour eux, honnêtement, on ne soit jamais proche alors je ne voyais pas pourquoi je devrais écouter ses malheurs. Je préférais encore subir ses sermons pendant une heure.

« Dans ce cas, conclus-je en me détachant du mur, tu devrais aller dormir c’est toujours la meilleure solution. » Ça et les balades nocturnes mais il ne me semblait pas que le lui en parler serait la meilleure chose à faire. « C’est ce que je vais faire en tout cas, bonne nuit Weasley », déclarai-je avant de repartir. Je ne lui fis pas de signe de la main et je ne me retournai pas parce que nous n’étions toujours pas amies et que cela aurait été stupide. Je priai surtout pour ne pas tomber sur un autre préfet ou, pire, un professeur qui se ferait une joie de me mettre en retenue – j’en avais eu assez pour la semaine.

Heureusement pour moi, je réussis à arriver dans mon dortoir sans encore, une vingtaine de minutes après avoir quitté Rose j’étais sagement étendue dans mon lit, sous mes draps prête à tomber dans les bras de Morphée.


claude gueuse

Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Prise sur le fait | Rose [Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» La nuit, tous les chats sont gris... Sauf moi, je suis rose! (terminée)
» Fait chier (Terminé)
» Prise sur le fait [Ana & Sasha]
» La mauvaise foi est l'âme de la discussion ✝ rose (terminé)
» Comme on se retrouve... [PV Rose] [Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mimbulus Mimbletonia  :: Les Oubliettes :: Les Archives :: Section RPG :: RPs terminés-
Sauter vers: