Les liens utiles

Les cours !

événement en cours

C'est une grande première depuis des années : le Ministère ouvre ses portes afin de montrer à la Communauté Magique les différents rôles de chacun des départements qui le composent. Mais pas uniquement, c'est une occasion de permettre aux élèves de l'école de sorcellerie Poudlard d'entrevoir une possibilité d'avenir et de consulter les différents spécialistes. Aujourd'hui est donc ce fameux jour et c'est accompagné par leurs enseignants que cette visite se révèlera être un jour important pour toute la Communauté. Peut-être pas dans le sens que l'on attend d'ailleurs... Retrouvez l'intrigue ici !

Gazette du sorcier

Bla bla
Bla bla
Bla bla
Bla bla
Bla bla
Bla bla

Musique

©linus pour Epicode
En bref



 
Bienvenue sur Mimbulus Mimbletonia
Bienvenue sur Mimbulus Mimbletonia Nous sommes en l'année 2019 Le ministère a été attaqué
– un étudiant est mort à Halloween Les néo mangemort sont de retour – L'ordre va t il se
reformer ? Contexte disponible ici-même.

Vous pouvez trouver la liste des personnages prédéfinis ici et les scénarios des membres ici
La liste des avatars utilisés ici.La liste des noms et prénoms ici.

Mais pour ceux qui sont encore plus studieux vous trouverez le planning des cours pour les élèves et ici
celui des professeurs.

Vous voulez une capacité spéciale pour vos personnages ? La demande et les détails c'est par .

Au vu d'un bon nombre de sang-pur, ceux-ci sont à présent limités (Scénario/prédéfinis) sous couvert d'acceptation
du STAFF. Pour en savoir plus, lisez ce sujet.

Poudlard recrute non seulement du personnel, mais nous sommes également à la recherche d'adultes en dehors du forum, sympathisant de l'ordre ou néo-mangemorts. N'hésitez plus à nous rejoindre.

Partagez|

Expérience n°89 : L'amortensia [Flint & Sileas]

Invité
Liens et RPs
MessageSujet: Expérience n°89 : L'amortensia [Flint & Sileas] Jeu 27 Oct - 22:06

Expérience n°89 : l'Amortensia


Vendredi 9 novembre 2018 - Grande Salle, 7h45

Le réveil fut assez périlleux. Queenie manquait de sommeil - elle pensait trop, ce qui l’empêchait de dormir. Le monde autour d’elle lui semblait hyperactif, tandis qu’elle peinait à garder les yeux ouverts. Comme souvent, Aaron et Ava étaient avec elle à la table des Serdaigle. Si autrefois, ses camarades les regardaient d’un air critique, aujourd’hui ils faisaient comme si les jumeaux appartenaient à leur maison. Ils avaient une capacité étonnante à se mettre les gens dans la poche.
Comme souvent lorsqu’elle prenait du café le matin, elle se retrouvait, à la première gorgée, à tout recracher en face d’elle - on avait appris à éviter cette place maudite. La raison ? Une salière avait malencontreusement renversé son contenu dans sa tasse. Ses amis n’étaient pas très inventifs, ils répétaient souvent cette farce qu’ils adoraient et la jeune fille se faisait toujours avoir, surtout lorsqu’elle somnolait à moitié debout comme aujourd’hui. Et comme d’habitude, une de ses camarades lui tendit un verre de jus citrouille parfaitement normal afin d’envoyer balader ce goût salé affreux loin de ses papilles gustatives. La cadette Nott ignorait totalement ce qui se tramait sous son nez, aussi elle ne vit pas le regard complice que se lancèrent les deux Gryffondors.

Vendredi 9 novembre 2018 - Cours de métamorphose, 9h

Jamais elle ne s’était sentie aussi bien. Totalement réveillée, entièrement inattentive, absolument ravie. Elle n’écoutait rien de ce que le professeur Weasley racontait, pourquoi devrait-elle le faire ? Elle avait pris conscience d’une chose, pendant ces deux heures de cours totalement inutile. Elle était amoureuse! Pas de n’importe qui, non, du magnifique et si sexy professeur Fawley ! Queenie ne put empêcher un soupir extatique de passer ses lèvres. Ignorant totalement les réprimandes de sa professeur et les points qu’elle venait d’enlever aux bronzes et bleus, elle ne pouvait s’arrêter de penser à son cher amour. Comment avait-elle fait pour ne pas s’en rendre compte plus tôt ? Qu’allait-elle faire ? Elle ne doutait pas de la réciprocité de son amour. Non, il l’aimait, c’était certain. Elle avait même passé toute une soirée en sa compagnie ! Le prétexte était bidon - une retenue, non mais franchement, elle méritait qu’il trouve de meilleures excuses, non ? Elle comprenait seulement maintenant ce que voulait faire l’adulte : se rapprocher d’elle.
Cela s’annonçait complexe : il était professeur, elle était une élève. Si on les voyait ensemble, il pourrait perdre son travail, et plus jamais ses parents ne l’autoriseraient à le voir. Cela devait être pour cela qu’il ne s’était pas encore déclaré à elle. Il fallait être prudent. Ils allaient être prudents. Elle n’écoutait rien de tout le cours, préférant dessiner des “F” entourés de petits coeurs sur ses notes - où uniquement le titre et la phrase d’introduction étaient écrits.

A côté d’elle, les jumeaux la regardaient d’un air très studieux, marquant d’étranges mots dans un cahier moldu. Si Queenie n’était pas aussi passionnée par ce qu’elle faisait, elle aurait pu constater que la page parlait d’elle. En titre, on pouvait y voir “Amortensia : les effets. Administré à 7h45 sur un sujet à jeun. Effets notoires : perte totale d’attention, changement de comportement, air rêveur. Surveiller les autres effets le long de la journée.” Cela avait été difficile pour eux d’en trouver, mais Aaron avait assez de connaissances douteuses pour qu’une fiole d’Amortensia soit un jeu d’enfant à se procurer. En revanche, voler des cheveux à Fawley pour la faire agir comme ils le voulaient… Des sueurs froides coulaient encore dans leur dos rien qu’en y repensant.

Vendredi 9 novembre 2018 - Grande Salle, 12h30.


La Grande Salle était bondée. Pas étonnant, les élèves mangeaient comme des affamés, éreintés par ce début de matinée. La fin de la semaine s’annonçait et certains étudiants ressentaient un intense soulagement cette pensée. Une certaine tête châtaigne se relevait de temps à autre, préoccupée par le fait de ne pas voir l’élu de son coeur à la table des professeurs. Elle s’inquiétait beaucoup pour lui. Est-ce qu’il allait bien ? Elle ignorait les interrogations de ses camarades tout autant que les regards railleurs de ses deux amis rouge et or. Elle n’avait parlé à personne de sa révélation sentimentale, elle ne voulait surtout pas créer de problème à son cher Flint.

Vendredi 9 novembre 2018 - Après les cours, 18h.


Queenie n’en pouvait plus. Ce sentiment la rongeait, elle ne pensait qu’à cela. Elle voulait le voir, le toucher, le serrer dans ses bras, l’embrasser, faire sa vie avec lui ! Elle ne parvenait plus à le sortir de son esprit. Il était son esprit. Qu’importe ce qu’elle faisait, l’image de son visage restait collé à sa rétine. Pas besoin de fermer les yeux pour le voir, il dansait devant eux, comme un fantôme. Le voir devenait nécessaire.

Vendredi 9 novembre 2018 - Après le repas, 21h30.


Elle y était. Devant son bureau, là où se trouvaient ses appartements. La Serdaigle avait scrupuleusement évité tous les obstacles entre son objectif et elle, et il y en avait eu beaucoup ! Les préfets, les tableaux qui parlaient trop, les fantômes - Peeves faisait tellement de bruit qu’il avait rameuté le concierge. Mais elle était certaine de sa discrétion, personne n’aurait pu la suivre. Personne. Sans s’en rendre compte, elle retint sa respiration en posant l’oreille sur la porte du bureau de son amoureux. Pas un bruit. Peut-être était-il vraiment malade, et dans ce cas, il se trouvait sûrement à l’infirmerie ? Elle se devait de vérifier d’abord son bureau. Le courage ne manquait pas, mais elle tremblait à l’idée d’enfin le retrouver. Fébrile, elle ouvrit la porte d’un coup sec, sans grande distinction.

Et elle le trouva là, assis à son bureau, resplendissant de santé. Il était aussi élégant et irrésistible que dans son souvenir - elle l’avait vu la veille, après tout. Mais c’était la première fois qu’elle l’observait depuis sa prise de conscience. Elle le dévorait des yeux, une chaleur agréable montait dans son ventre. Il était là, devant elle, et si elle fermait la porte, ils seraient seuls. Son geste suivit sa pensée et la porte se referma, aidée d’un coup de hanche coquin.

Professeur Fawley “ elle murmurait, le regardant, s’avançant d’une démarche qu’elle voulait sensuelle. “ J’espère que je ne vous dérange pas trop. “ Elle s’arrêta devant son bureau, posa les mains sur ce dernier. Elle avait fait en sorte un peu plus tôt de déboutonner un peu la chemise de son uniforme, laissant entrevoir la naissance de sa poitrine, qu’elle mit aussitôt en valeur en se positionnant stratégiquement. “ Je devais vous dire quelque chose de très important. “ Elle se pencha, le regarda droit dans les yeux, un sourire franc au visage. “ Je sais, je sais tout et maintenant, j’ai compris. Moi aussi, je vous aime, professeur.



feat Flint & Sileas


Dernière édition par Queenie A. Nott le Mer 9 Nov - 17:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Professeur de Défense contre les Forces du Mal, Directeur de Poufsouffle & Néo-Mangemort
Masculin
✎ Parchemins : 1329
✎ Date d'arrivée : 22/08/2016

Sorcerer's Identity
✎ Année à Poudlard:
✎ Profession: Professeur de DcFM & Directeur de Poufsouffle
✎ Inventaire: Polynectar (x2) Veritaserum (x2)
Liens et RPs
MessageSujet: Re: Expérience n°89 : L'amortensia [Flint & Sileas] Ven 28 Oct - 17:37

Journée massacrante, comme d'habitude, entre les premières années maîtrisant l'art de se retrouver à terre et les deuxième celui de le décevoir, il en était à pousser un énième soupir de fatigue comme d'angoisse. Plus encore, son sixième sens le poussait à croire qu'on le guettait et ce depuis un moment dans la journée, sauf que l'école était vaste et pleine de surprises comme d'élèves le regardant avec des yeux irrités pour une raison qu'il ignorait, effrayé du prochain cours à venir pour les plus jeunes, hilare pour ceux se moquant depuis qu'il avait écrasé, à entendre, le pieds de Nwyl Shauwn... enfin une Serdaigle, Nott, lui avait semblé avoir envie de lui demander la permission d'aller au petit coin, chose qui était ridicule, ou bien avait-elle était piqué aux fesses et dans ce cas c'était davantage l'infirmerie plutôt que défense contre les piqûres du mal qu'il fallait viser.

S'il avait su ce qui l'attendait, il n'aurait pas séjourné dans son bureau en soirée, il aurait supplié de faire des rondes, pour une fois. Mais la soirée voulait rire de lui et elle ne faisait que commencer. Assis à son bureau, des bougies l'éclairant, oui l’électricité c'est pour les moldus c'est bien connu, d'une flamme chaude, Flint corrigeait de son écriture de pattes de mouche les devoirs des plus jeunes. Les yeux plissé sur le parchemin jauni, ses mains fines glissant de tendre bulle à l'encre noir de sa plume d'oie, voilà qu'un trou avait fini par naître sur la copie au moment même où sa porte, privée, s'était ouverte sans que quiconque n'ai prévenu de sa présence auparavant ou attendu son accord. Queenie Nott de la maison Serdaigle avait pénétré dans l'Antre de la bête à ses risques et périls.

Les grands yeux clair de la jeune fille semblèrent un temps vouloir engloutir ses yeux de glace.
Un regard assassin pour l'avertir de baisser les yeux et voilà qu'elle lui répondait en claquant la porte derrière elle d'un mouvement de hanche qui le laissa sans voix. Était-elle souffrante ? Si oui, pourquoi diantre venait elle le voir ? Il était directeur de Poufsouffle, pas de Serdaigle. Et encore, il se voyait mal discuter 'petite vessie' avec un élève. Elle s’avança alors d'une démarche telle qu'il en plissa les yeux.

- Miss Nott. Répondit-il menaçant en détrempant sa plume et en la posant avant de relever les manches, comme s'il s'agissait d'une marque de mauvaise augure depuis Severus Snape, de joindre ses mains et d'entrelacer ses doigts. A sa question, l'homme siffla du nez, s’apprêtant à répondre il fut interrompu par les mains de la bleu et bronze qui toujours sans gêne ni éducation aucune, pour une grande famille c'était un comble, venait de les poser sur Son Bureau. Ses yeux déjà plissé ne furent bientôt plus que deux fentes devant sa chemise déboutonnée, les bougies ne risquaient pas d'être en cause des chaleurs de la Nott et le temps n'était pas propice pour dévoiler davantage de peau chez les adolescentes. Queenie Nott devait donc être souffrante. L'homme devant 'la scène' ne pu que reculer sur sa chaise, voilà qu'elle voulait lui dire quelque chose d'important. Allait elle mourir ? Seul cela lui importait, mais pas pour Queenie Nott qui avait d'autres priorités dans la tête comme de corps, d'un sourire qui lui donna la nausée, ses yeux dans les siens :

“ Je sais, je sais tout et maintenant, j’ai compris. Moi aussi, je vous aime, professeur. “

- Je vous demande pardon ? Balbutia presque l'homme, prit de court, ses oreilles lui jouant des tours, secouant légèrement la tête, il souffla. Les élèves et leurs comédies. Insupportable. Tout simplement. Adulte, il reprit la situation en main, tout du moins le voyait-il ainsi, cette farce devait cesser avant qu'il n'y ai mort d'homme-encore. Miss Nott. Je ne sais pas à quel jeu dangereux vous êtes entrain de jouer mais je vous conseilles fortement d’arrêter sur le champs et de... Flint grimaça un instant, un doigt indiquant le déboutonnage de la chemise, vous reboutonner. Mal à l'aise ? Non, il en fallait davantage mais excédé pour le peu qu'il en voyait, oui surtout par son manque de conduite. Les Nott n'était plus.

Et comme si cela ne suffisait pas, sa porte s'ouvrit encore une fois à la volée.


Dernière édition par Flint C. Fawley le Ven 28 Oct - 23:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Liens et RPs
MessageSujet: Re: Expérience n°89 : L'amortensia [Flint & Sileas] Ven 28 Oct - 18:09

ft. Queenie & Flint
L'Amortensia, c'est le mal.

Expérience n°89


Sileas était inquiet ou curieux, voir les deux. TOUTE la journée il avait entendu les Summers se murmurer des choses, comme d'habitude en fait, mais là où l'affaire devenait étrange c'était quand Queenie Nott, leur meilleure amie venait à être distraite en cours et à en faire perdre des points. Le rouge et or, assit auprès de Crystal, avait cru halluciner sur le moment, clignant des yeux à plusieurs reprises, se les frottant puisqu'il était souvent à moitié attentif en cours et pour la peine pas sûr d'être franchement réveillé, il ne pu que lui jeter un regard suspicieux qu'elle nia royalement ou ne vit pas, il pencha pour la seconde option. Un regard aux Summers alors, ces derniers semblaient concentré pour une fois et prenait des notes à vive allure. La bouche formant un petit o, il avait donné un coup de coude dans les reins de sa meilleure amie, d'un hochement de tête avait désigné la Serdaigle et... naturellement avait eu droit à une indifférence totale de sa part. C'est qu'il en oublierait parfois que Crystal et Queenie ne pouvaient pas se voir en peinture pour une raison dont il ignorait tout.

Le cours de métamorphose se passa sans qu'il ne pu se tirer de la tête que quelque chose n'allait pas, tous semblaient avoir changer de personnalité. 'Oh merde'. Murmura t'il paniqué, sa fourchette relevée à présent dans la grande salle à manger, Queenie semblait vouloir jouer à saute mouton toute seule. Et si il était le suivant ? Après les Summers et Nott... il deviendrait, intelligent et sérieux ? Quelle horreur. Le gamin émit un 'Eurk' devant Crystal qui mettait un met en bouche et qui déposant sa fourchette lui demandait en feu une explication. Crystal pouvait être flippante quand Sileas lui grimaçait au nez même quand ce n'était pas intentionnelle, elle agissait presque comme une fille outrée... Crystal venait-elle de succomber au virus à son tour ?

-T'en fais pas Crys' ! Je vais te réparer ! Avait il clamé en prenant de ses deux mains, une de celle de sa meilleure amie. Il s'était levé et s'était dirigé vers – la bibliothèque, il ne risquait pas d'être contaminé la-bas, si ?

Les heures passèrent, les cours également, la dernière heure fut marquée d'un grand sourire alors qu'il imaginait déjà passer son temps libre avec Crystal. Crystal... qui semblait être guéri tout comme les Summers entrain d'hurler de rire dans la salle commune à présent. Il commençait à se faire tard, le couvre feu était en place et il avait entendu les faux jumeaux parler de Queenie et du professeur Fawley sans en saisir le sens. Son amie était peut-être encore atteinte du mal du jour et c'est donc inquiet et curieux qu'il s'en était allé vérifier à l’extérieur. Camouflé derrière une armure puis une autre et ainsi de suite, son instinct lui disait que vérifier le premier étage ne serait pas mal, c'était sans compter Peeves.

- Ohhh c'est tit pote McFly qui sent l'aïl ! Le fantôme roula sur lui même tout en tournant autour du gamin qui se voulait caché.
- Lâche moi je suis occupé. Répondit il d'un geste de main lui demandant de déserter, signe de main que le fantôme imita à son attention voir qu'il modifia en un geste vulgaire.
- Occupé à quoi ? Tu suis Nott la sotte ? La miss Nott est un peu dinguedingue dans sa tête aujourd'hui. Marqua t'il en souriant.
- Je sais...
- UN MCFLY INQUIET EST UN MCFLY QUI SENT LE PET.
Hurla t'il en traversant le mur tout en hurlant à en faire rameuter tous les préfets, aurors et professeurs du château.

La queue entre les jambes, le garçon déserta de derrière l'armure en se ruant vers une autre planque du premier étage où il vit... Queenie, une oreille plaquée contre la porte du bureau de Fawley.

- Que.. marmonna t'il d'un sourcil gauche relevé alors qu'il la voyait entrer à présent et refermer ensuite.
- Qu'est ce qu'elle fabrique ? Se posa t'il la question, subjugué par son courage en même temps, tout en se précipitant à son tour vers la porte, imitant la Serdaigle, il plaqua son oreille contre celle ci, pile au moment où elle se... déclarait ?!! What the hell ?! Queenie, amoureuse de Fawley et... Fawley amoureuse de Queenie ? Mais c'était dégueulasse !  
- Eurk' ne put-il taire plus longtemps. Elle aurait pu être sa fille ! Sans parler qu'il était nul, mauvais, con et moche ET flippant en prime ! Tiens bon Queenie, j'arrive ! Chevalier dans l'âme il ne pouvait laisser une amie en détresse sous les  griffes d'un monstre tel que Fawley, virus ou non.

Imitant encore une fois la Serdaigle, le Gryffondor ouvrit la porte d'une traite, un regard fonceur et sérieux avant de ne se figer à l'entrée...
- Qu'est ce que... de quelques pas avancé voilà qu'il était témoin d'une scène honteuse, ses oreilles rougissant de plus belle, outré, il était outré ! Flint Fawley avait une main vers.... la chemise de Queenie et... et... celle ci était ouverte. Oh l'enfoiré. Détournement de mineur ! Un instant muet, Sileas reprit son courage pour ne pas exploser et se précipita vers son amie à qui il saisit le poignet en jetant un regard noir à son professeur.
- Vous devriez avoir honte ! C'est... c'est dégoûtant ! Gronda t'il tout en tirant sa pauvre amie devant être toute choquée du comportement honteux de son aîné de professeur.
- Allez vient Queenie.






Dernière édition par Sileas C. McFly le Mar 1 Nov - 22:36, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Liens et RPs
MessageSujet: Re: Expérience n°89 : L'amortensia [Flint & Sileas] Sam 29 Oct - 20:22

Expérience n°89 : l'Amortensia


" Miss Nott. Je ne sais pas à quel jeu dangereux vous êtes entrain de jouer mais je vous conseilles fortement d’arrêter sur le champs et de...vous reboutonner. "

Le professeur feignait ne pas comprendre ce qu’elle faisait. Il persistait à garder ce masque qui le distinguait facilement des autres. Finement joué de sa part, mais elle remarquait le regard insistant qu’il lançait en direction de sa poitrine. Quel coquin ! Décidément, tous les hommes aimaient la même chose. Présentez-leur un peu de chaire fraîche et il ne pouvait s’empêcher de regarder attentivement. Plus rien ne l’empêchait de se déclarer à elle comme Queenie venait de le faire. Elle se demandait s’il n’était pas tout simplement timide. Voilà qui expliquait bien les choses. Mais elle se devait de le rassurer. Il ne craignait rien avec elle, elle comprenait ses sentiments, car elle ressentait la même chose envers lui. Que c’était beau, l’amour. Elle se sentait vivante, elle voulait passer le reste de sa vie avec lui.  “ Voyons professeur… Je ne joue à aucun jeu. Je suis on ne peut plus sérieuse… Mais si vous voulez jouer avec moi, je n’y vois aucun inconvénients ! Mes amis m’ont parlé d’un livre… Je crois que ça s’appelle le Kama Sutra. “ Elle conclut sa tirade par un petit clin d’oeil suggestif. La Serdaigle n’agissait jamais comme cela en général, mais il fallait qu’elle montre à l’adulte qu’elle pouvait… respecter tous ses désirs, qu’elle était capable de le combler. Comme seule une vraie femme pouvait le faire.

Le bruit claquant de la porte qui s'ouvrait la fit sursauter. Elle glissa rapidement du bureau et retrouva le sol. Elle espérait qu'on ne l'avait pas découverte dans cette position compromettante. Si jamais on venait à découvrir qu'elle et le professeur Fawley se voyaient de la sorte… Il ne garderait pas plus longtemps son emploi ! Son renvoi à elle lui semblait bien obsolète, la jeune fille s'inquiétait uniquement du sort de son aimé. Elle resta un moment abasourdi. C'était Sileas. Que faisait-il là ? Est-ce qu'il devait voir le professeur ce soir ? Elle se mordit la lèvre, pestant contre elle-même. Elle aurait dû vérifier les rendez-vous du sorcier ! Le Gryffondor affichait un air contrarié. Est-ce qu'il les avait vus ? Probablement que oui, sinon il ne tirerait pas son bras de cette manière. “ Vous devriez avoir honte ! C'est... c'est dégoûtant ! ” Dégoûtant ? Il osait juger leur relation comme dégoûtante ? Quel toupet ! “ Allez viens Queenie. “ Il tirait plus fort sur son bras, lui faisant mal. Mais elle n'irait nulle part avec cet idiot ! Elle n'était pas un objet qu'on menait là où on le voulait.

Elle se défit brusquement de l'emprise de son ami. “ Toi, va-t-en ! Ne vois-tu pas que tu nous déranges ? De quoi tu te mêles ! Et puis qu'est-ce que tu fais ici d'abord, tu me suivais ? Qu'est-ce qu'il ne va pas chez toi, enfin ! “ Elle s'exprimait sur un ton aigre, déçue de s'être fait prendre de cette façon, alors qu'elle venait juste de se déclarer. Elle n'avait même pas eu l'occasion d'entendre la voix de son professeur lui murmurer qu'il l'aimait aussi…. Une larme coula sur sa joue. “ Tu gâches tout, Sileas, tu gâches toujours tout ! ” Elle criait sur lui, exprimant toute sa rage. “ Ne vois-tu pas que l'on s'aime, lui et moi ? Ca ne t'es pas venu à l'esprit qu'on voulait de l'intimité ?! ”  Elle sécha rapidement sa joue d'un geste empli de rancoeur. Elle ne voulait pas que Flint la voit pleurer, cela l'inquiéterait à coup sûr.


feat Flint & Sileas
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Professeur de Défense contre les Forces du Mal, Directeur de Poufsouffle & Néo-Mangemort
Masculin
✎ Parchemins : 1329
✎ Date d'arrivée : 22/08/2016

Sorcerer's Identity
✎ Année à Poudlard:
✎ Profession: Professeur de DcFM & Directeur de Poufsouffle
✎ Inventaire: Polynectar (x2) Veritaserum (x2)
Liens et RPs
MessageSujet: Re: Expérience n°89 : L'amortensia [Flint & Sileas] Mar 1 Nov - 23:55

Les adolescents pouvaient être idiot – Queenie Nott en ce moment battait tous les records. Elle prenait son rôle autant à cœur que lui le sien mais c'est justement cela qui le gênait. Lui jouait son rôle pour sa survie, elle... pour un pari ? Même la mise en garde ne semblait pas atteindre ses plates oreilles, ses conseils pour se reboutonner n'en parlons même pas. La scène prenait une tournure grotesque, un peu plus quand elle ouvrit la bouche pour lui répondre qu'elle n'était pas contre le fait de jouer avec lui, encore plus quand elle mentionna le karma sutra qui lui fit froncer les sourcils et alors davantage quand elle termina le tout par un clin d’œil aguicheur.

Doigt toujours pointé vers ses boutons qu'il désirait fermer, s’apprêtant même à se lever pour la sortir de son bureau par la force et par la peau du cou, sa porte s'était ouverte sur un Gryffondor cette fois. Étrangement sur le coup, Flint se demanda s'il n'aurait pas mieux valu que ce soit 'lui' plutôt que Park qui y passe. Certes son nom ne lui sortait pas par les yeux, mais cet air idiot, cette absence d'intelligence dans le regard alors porté sur lui, sur eux, sa bêtise de façon globale en plus du fait qu'il était né-moldu, aurait fait de lui un candidat à la mort idéal. Son torse s'était dégonflé, son air puissant avait disparu, blanc aux oreilles de feu, Sileas McFly semblait sur le point de faire une attaque, de vomir ou de perdre connaissance.

Le Gryffondor se méprit comme il s'y attendait à voir sa réaction, bien qu'il eu songé à ce que lui et Nott soient de mèche. Le garçon trembla de rage et sembla vouloir s'occuper de la serdaigle lui même en lui hurlant au passage dessus ce qui, une nouvelle fois, fit rehausser un sourcil au professeur. Les sourcils de Flint, toute une histoire de marée haute et basse. Leur pari allait prendre fin sur un soupir de l'homme mais c'était sans compter la jeune fille qui sembla furieuse, vraiment furieuse, acide avec son camarade qui semblait inquiet, vraiment inquiet, et alors la larme... semblait trop réaliste. Un cliché comme on en voit dans les romances télévisées mal fichu qu'il avait eu l'horreur de voir un soir bourré.

Et c'est peut-être bien à ce moment là que les rouages de son cerveau décidèrent de donner de l'attention à Queenie Nott et à son comportement. Un regard sondeur à l'adresse du Gryffondor, il devait savoir quelque chose et même s'il niait ou n'était pas au courant, Flint commençait à comprendre ce qu'il se passait. Une véritable poisse. 

Que faire, comment gérer deux gamins ? S'il expliquait les choses raisonnablement le garçon comprendrait et la fille non. Au contraire s'il jouait le jeu et demandait au garçon de l'aider, ce dernier se méprendrait et elle avec... Pourquoi lui. Qu'avait fait l'homme pour mériter de vivre cette soirée ? Il avait tué un élève et ? C'était tout de même pas la fin du monde.

- Miss Nott... il hésita sincèrement, inspirant profondément, se levant de sa chaise. N'a pas tord. Non il ne pouvait pas dire qu'elle avait raison, certainement pas. Vous devriez vous en aller Mister McFly et avec un petit mot en plus pour vous êtes retrouvé à voyager en pleine nuit alors que des mesures ont été prises. Gronda t'il en détachant chaque mot tout en grattant furieusement un bout de parchemin. Là, comme cela il serait en mesure de 'contenir' la serdaigle le temps que le professeur de potion lui apporte la solution de son trouble. Lequel avait les yeux humidifiés. Alors ? Qu'attendez-vous ?! Dehors ! Clama t'il pressant le garçon dont les pieds semblaient avoir été cloué au sol. McFly comprendrait où il voulait en venir. Il n'était peut-être pas une lumière mais il n'était pas con au point de penser qu'il s’intéressait réellement à la jeune fille.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Liens et RPs
MessageSujet: Re: Expérience n°89 : L'amortensia [Flint & Sileas] Mer 2 Nov - 0:07

ft. Queenie & Flint
L'Amortensia, c'est le mal.

Expérience n°89


Il avait réussi à atteindre sa destination malgré un accrochage dont il aurait bien souhaité tuer s'il n'avait été déjà mort. A présent dans le bureau du professeur Fawley, il aurait bien voulu tuer de nouveau ce pédophile qui osait porter la main sur Queenie. C'était trop dégoûtant pour elle,  amour ou pas, elle ne méritait pas ça... quoiqu'elle devait sérieusement avoir du brun dans ses yeux. Il devrait lui conseiller de consulter un opticien de toute urgence parce que pour tomber amoureux du professeur Fawley, il fallait être proche du néant côté visuel.

Courage à deux mains, il avait saisi le poignet de sa camarade et comptait bien la sortir d'ici avant que l'adulte ne lui saute dessus. Queenie ceci dit, ne se montra pas le moins du monde coopérative ! Se détachant de sa prise elle lui hurla dessus comme du poisson pourri, et croyez bien que fils de pécheur qu'il est, Sileas s'y connait en poisson. Lui s'en aller ? Sur son corps mort. Lui, déranger ? Il la sauvait de sa folie et d'un prédateur ! Lui se mêler ? Bien sûr c'était son amie ! Qu'est ce qui n'allait pas chez lui...

- Qu'est ce qui ne va pas chez toi oui ! Répondit-il en claquant du pieds oubliant la présence du professeur. Ça va pas bien dans ta tête ou quoi ?! Tu... y a pas moyen que tu tombes amoureuse d'un vieux ! Cracha t'il avant de se retourner vers son professeur et d'ajouter tout bas 'sans vouloir vous offenser mais c'est la vérité.' S'attendait-il à avoir un adulte reprenant raison ? Reposant un regard sur Queenie, il regretta directement ses propos en la voyant verser une larme. Mais Merde. Elle pouvait pas être sérieuse quand même.

Montant une main pour la poser sur son épaule et la consoler en la secouant comme un prunier, il se ravisa et se senti offensé, les sourcils froncé imitant son professeur quand elle reprit de plus belle sur le fait qu'il gâchait tout, toujours tout. Il avait jamais rien fait pour lui nuire ! Elle abusait ! Ses oreilles s'empourprèrent de plus belle en entendant le mot 'intimité'.

- Intimimité ?! Croassa t-il en se trompant dans la prononciation tout confus, choqué, outré et en rogne contre elle et contre le professeur et pour le coup contre les Summers qui devaient avoir un lien avec ça ! Mais t'as quinze ans ! Sans compter qu'il doit être ton... cousin ! Clama t'il reniant l'attirance qu'il avait pu avoir à un moment donné et celle qu'il avait pour une autre personne. Ses yeux tombèrent sur sa chemise déboutonnée et... il détourna le regard furtivement ses lèvres sellé pour fixer son professeur et lui demander de l'aide. Mais....

QUOI ?! Il lui donnait raison ?! Toute gêne devant la tenue de Queenie disparu et sa bouche s'ouvrit de scandale. CERISE sur le gâteau il lui demandait de partir, comme ça, pouf, avec un petit mot tout mignon. Oh bien sûr professeur... comme s'il pouvait laisser faire ça ! Attardé ! Crétin ! Débile ! Dégoûtant ! Fawley le puant ! Oh c'est qu'il s'entendrait bien avec Peeves pour le coup !

- Je refuse ! Fit l'élève en bombant le torse comme s'il s’apprêtait à livrer un combat de coq avec son professeur à son... niveau de magie. Il se ferait démonter pour une juste cause. Vous ne me ferez pas bouger d'un pouce ! L'homme ne sembla pas en découdre et semblait vraiment avoir envie de l'exploser pour son manque de coopération... pire encore il insista en lui fourrant son bout de parchemin dans la main férocement. Parchemin que Sileas déchira comme un gamin avant de jeter au 'vent' les petits morceaux dans le bureau sous un 'Vous n’achèterez pas mon silence ! Je le dirais à TOUS le monde ! Vous allez être viré ! VIRÉ vous m'entendez !' Souligna t'il en croisant les bras, une lueur de défi dans les yeux.

Ne souhaitant recroiser la vue des collines de Queenie, l’adolescent ne reporta pas un regard sur elle, niant presque sa présence d'un 'Pfeuh' de reproche à cette dernière. C'était pour son bien, elle le remercierait plus tard... il l’espérait.




Revenir en haut Aller en bas
Invité
Liens et RPs
MessageSujet: Re: Expérience n°89 : L'amortensia [Flint & Sileas] Sam 12 Nov - 1:12

Expérience n°89 : l'Amortensia



Queenie ne pensait pas que la situation pouvait dégénérer à ce point. Elle avait prévu de passer une soirée romantique et surtout SANS Sileas. Mais voilà qu’il se trouvait là à piétiner son plan de ses gros pieds boueux de paysans et il semblait ne pas vouloir foutre le camp. Et cela énervait vraiment la jeune fille. Elle se sentait comme une boule de nerfs, excitée par toute cette agitation, elle avait du mal à se contenir et à ne pas simplement pousser le Gryffondor hors de la pièce, la verrouillant au passage. Au lieu de cela, elle l’écoutait déblatérer contre ces choses idiotes. Le professeur, vieux ? N’importe quoi ! Il avait quoi, trente ans ? Quinze ans d’écart, c’était ridicule quand on savait que l’on pouvait vivre jusqu’à 120 ans chez les sorciers ! Mais Sileas était un garçon stupide qui ne connaissait rien au monde magique, aussi elle renifla d’un air totalement méprisant lorsqu’elle entendit son pathétique argument sur l’âge de l’adulte.
En plus, il ne savait même pas bien parler ! Le mot intimité était pourtant un mot simple, non ? Pourquoi avoir tant de mal à le prononcer ! La cadette Nott l’écoutait s’époumoner, le regardant d’un air critique qui signifiait “Oui oui, cause toujours.” D’un certain côté, le batteur de Gryffondor trouvait des explications originales à son dégoût.  “Depuis quand il y a une limite d’âge à l’amour ?” ricana-t-elle “Tu crois que personne ne te voit quand tu mates la patronne de la ménagerie ?” répondit Queenie, le regard assassin “Et en plus, tu oses me traiter de consanguine ! Les cognards se sont chargés du peu de cervelle qu’il te restait.” finit-elle sur un ton fataliste, mais toutefois moqueur. Elle nota le petit changement de comportement de son camarade, mais ne comprit pas tout de suite pourquoi. Ce ne fut qu’en regardant là où se situait le regard du garçon qu’elle fit le lien. D’un geste de la main, elle se couvrit la poitrine et lui lança, outrée “Rince-toi l’oeil surtout ! Vas-y ne te gêne pas ! Sale pervers.

Le temps d’un court instant, elle avait oublié son aimé. D’abord honteuse, elle ne le resta pas longtemps lorsqu’elle comprit les dires de son professeur. Il voulait rester seule avec elle. Par Merlin ! Il prenait enfin position et il avait décidé d’assumer entièrement son amour pour elle ! Queenie se détacha du monde, quelques minutes. Le regard rêveur et ses joues rougies témoignaient de l’état dans lequel elle se trouvait. Elle s’imaginait tellement de scénarios… Sa main se posa sur sa bouche pour la cacher. Est-ce qu’il voulait faire… la chose avec elle ? Mais si elle ne se sentait pas prête, comment allait-elle faire ? Sa première fois… dans les bras d’un adulte expérimenté et si puissant ! La jeune fille ne put retenir un soupir langoureux. “Je refuse !

Elle sursauta, revenant dans le monde réel. Elle n’avait pas tout suivi mais il lui semblait que le cinquième année ne voulait pas partir. Pire encore, il menaçait de tout raconter aux autres ! Quel désastre. A cet instant, Queenie prit peur. Elle ne voulait pas perturber la vie de l’homme qu’elle aimait et qui l’aimait en retour. Elle voulait vivre leur amour au grand jour, sans se cacher, mais tant qu’elle était élève ici, elle ne pourrait pas. Une solution, pas très réfléchie et plutôt instinctive, lui sauta aux yeux. “Non ! Ne fais pas ca, Sileas. Je vais partir ! J’irai à Beauxbatons ! Comme ça nous pourrons enfin vivre notre amour comme nous le méritons !” elle regardait son professeur avec des yeux d’amoureux transis, totalement convaincue par sa solution. Le fait de devoir changer de pays, de langue et d’amis ne semblait pas la gêner outre mesure. “Pourquoi refuses-tu de me voir heureuse ? N’es-tu pas mon ami ?” La jeune Nott lança un regard désespéré au Gryffondor. “A moins que… tu ne sois jaloux ?

feat Flint & Sileas
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Professeur de Défense contre les Forces du Mal, Directeur de Poufsouffle & Néo-Mangemort
Masculin
✎ Parchemins : 1329
✎ Date d'arrivée : 22/08/2016

Sorcerer's Identity
✎ Année à Poudlard:
✎ Profession: Professeur de DcFM & Directeur de Poufsouffle
✎ Inventaire: Polynectar (x2) Veritaserum (x2)
Liens et RPs
MessageSujet: Re: Expérience n°89 : L'amortensia [Flint & Sileas] Mar 22 Nov - 18:16

La situation était tout simplement ri.di.cu.le. 'Je patauge dans l’imbécillité.' se disait-il en lui-même, d'une main caressant son front las de ces jacassements d'adolescent boutonneux tout feu tout flamme. A la rigueur, il n'y avait qu'une seule chose dont il tirait satisfaction dans tout ce tintamarre, c'était de contempler une amitié attendrissante et dégoulinante de naïveté sombrer et s'effriter lamentablement sous le coup d'une potion appelée Amortensia dont si Queenie Nott était la victime, lui-même en était une de ce qu'elle était devenue : une prédatrice et son 'camarade', une pauvre poupée de chiffon qu'on jette aux ordures parce qu’elle nuit au développement – encore que Flint Fawley aurait presque pu se jeter par la fenêtre devant tant de crétinité de la part du Gryffondor, la Serdaigle n'étant pas vraiment elle-même il lui était difficile de la juger, l'autre en revanche n'avait aucune excuse. Bête comme ses pieds tout simplement, encore que c'était insulter ses empruntes palmaires.

Le jeune idiot ne manquait pas de toupet, suicidaire dans l'âme -assurément- il avait qualifié l'homme sans hésitation de 'vieux' 'sans vouloir vous offenser' – si offense il y avait, la graine de l'irrespect était déjà bien plantée et à un stade avancée de développement. Flint Fawley n'était pas vieux. Il avait trente-six ans et il en aurait presque remercié la réaction de la jeune Nott quant à l'affront qu'il essuyait à présent d'une grimace. Non. Il n'était pas susceptible. Du tout. Mais tout de même ! Il y avait des limites à ne pas franchir. Il était jeune et large d'épaule. Les deux autres, eux, étaient 'jeunes et cons'. Flint remarqua l’œillade empourprée du rouge et or devant la tenue de la bleue et bronze. L'innocence... l'homme roula des yeux dépité, il en fallait peu pour que l'adolescent perdre contenance – sans oublier le mot sur-lequel il avait buté.

La jeune Serdaigle ne fut pas tendre envers son ami -encore que peut-être ne le serait-il plus suite à ça vu comment à présent, elle lui crachait dessus-. Pas d'âge à l'amour... oui... enfin... Flint fronça les sourcils méditant la dessus. Clairement il ne se voyait pas poser la main sur une gamine, clairement il n'avait même pas songé à romancer une personne de la vingtaine -encore que pour qu'il romance...- autant que clairement il ne pouvait affirmer que toutes ses relations charnelles trempaient dans le même âge que lui. La ménagerie ? Flint reporta son attention sur McFly. Oh. L'adolescent avait des vues sur Ambrosia ? Il était peut-être stupide mais avait de bons yeux, de très bons yeux même. Son amie, sa délicieuse amie d'école dont il renouait les liens doucement, était un délice interdit pour les yeux. Flint lâcha un petit soupir approbateur, il ne pouvait en vouloir au gryffondor de 'mater' une femme aussi éblouissante. Quant aux cognards s'étant chargé du peu de cervelle qu'il restait au garçon, l'homme aurait presque eu envie de corriger la jeune fille en lui disant 'Encore faut il qu'il en ai eu Miss Nott, ce que je doute fortement.'. Vint alors le geste prude de la Serdaigle et sa remarque sur la perversité du garçon qui se para d'une couleur étrange entre le violet, le blanc et le rouge. Était-il en colère ? Choqué ? Mourant ? Flint ne pu cacher un petit ricanement sinistre. Mcfly croisa alors son regard, presque suppliant de lui venir en aide. Oui. D'accord. Après tout l'homme en avait également raz la patate des cris de bébé singes.

Les idées claires, il donna 'raison' à la Serdaigle dans l'unique but de la tranquilliser le temps que le Gryffondor aille chercher un remède -bien que la réaction de la jeune Nott l'eu presque fait grimacer et frissonner, par Merlin cette potion devrait être interdite ou faire l'objet de lourdes sanctions-, remède écrit sur un bout de parchemin qu'il glissa dans la main du garçon sous des protestations de plus en plus fortes. Lequel déchiqueta son bout de parchemin en le menaçant... Flint Fawley respira profondément par ses narines, sifflant presque sous un souffle, cherchant Dame Patience en lui-même sans quoi il risquait fort de commettre un massacre. C'était sans compter l'intervention dramatique d'une jeune amoureuse sous effet nocif pour la santé -celle d'un homme qui n'en peut plus. Partir à Beauxbaton ? Si seulement c'était possible de se débarrasser de tous les élèves à problème de cette façon, si seulement... mais le monde ne fonctionne malheureusement pas ainsi, dicté par des 'Si'. Et tandis qu'elle questionnait -passait à tabac son pauvre chevalier en armure de pacotille- et qu'il répondait fougueusement, gueulant le tout entièrement pourpre avec un doigt ciblant le monde entier. Flint finit par intervenir - non pas qu'il ne souhaitait pas voir cette amitié détruite complètement, il ne doutait pas qu'ils en ressortiraient changé l'un envers l'autre, ils ne se regarderaient plus comme avant, la guerre... des boutons – il souhaitait simplement en finir une bonne fois pour toute.

- Miss Nott. Vous n'aurez malheuresement pas à vous déplacer, je suis un adulte et en tant que tel je vais régler le problème et en finir avec la nuisance. Sourire forcé sous protestation déjà. Soupirant à nouveau sous les gueulantes, sourcils froncé, il finit par choper d'une main le col du garçon pour l’entraîner vers la porte, le plaquant contre cette dernière bien que la lutte physique ne fut pas tendre, puis soufflant menaçant dans le visage de Sileas, discrètement il parla distinctement à ce dernier seul. Votre. Amie. Souffre. Et comme si ce n'était pas assez clair il poursuivit. Les effets désastreux de l'amortensia. Son regard froid analysa la réaction du garçon... bouche bée que ce dernier, il battait des cils cherchant sans doute à comprendre... il ne devait pas être doué en potion. Une potion d'amour. Expliqua t-il sous une bouche ouverte en guise de réponse et un coup d’œil loin d'être discret à sa jeune camarade. Maintenant si vous voulez bien me ramener le remède. Nouveau temps d'analyse. A chercher auprès de Blaise Firlowel. Votre professeur de potion. Oui. Dans son bureau. Nott vous en sera reconnaissante et moi de même également. Je m'occupe de la garder sous contrôle donc : dépêchez-vous. A moins que vous ne désiriez qu'elle mette fin à ses jours sous la honte de cette soirée. Merci. Sous un dernier balbutiement incompréhensif, le garçon ouvrit la porte et s'engouffra dans le couloir pour courir à toute vitesse.

Profonde respiration et refermant la porte, l'homme se tourna droit, un sourire forcé et pincé aux lèvres. Nott. Glissa t-il. A nous deux. Fit-il en la contournant avant de reprendre place à son bureau la laissant sous des mots 'interdits' pour quelqu'un sous amortensia. Croisant les mains il reprit. Asseyez-vous s'il vous plait. Avant que nous... ne passions aux choses sérieuses, il me faut... être sûr Miss. Qu'est ce que je représente à vos yeux ? Mes qualités ? Vos défauts ? Pourquoi ?

Ça laisserait suffisamment de temps au garçon de revenir et d'en finir avec la fierté de la jeune fille quand elle reprendrait conscience. Peut-être en finirait-elle vraiment avec la vie.


Dernière édition par Flint C. Fawley le Jeu 8 Déc - 17:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Liens et RPs
MessageSujet: Re: Expérience n°89 : L'amortensia [Flint & Sileas] Mar 22 Nov - 18:34

ft. Queenie & Flint
L'Amortensia, c'est le mal.

Expérience n°89


Queenie l'avait traité de pervers et la seule réaction du garçon suite à ses accusions -surtout quand elle avait ciblé Madame Snow- avait été d'ouvrir grandement la bouche outré et de lui faire les méchants yeux en tapant du pieds. Tu mens ! C'est faux ! Complètement ! N'importe quoi ! Il grimaça en la voyant se couvrir, ses joues devinrent aussi rouge que ses oreilles lorsqu'il jeta un coup d’œil presque suppliant à son prof qui donna raison à Queenie. Ça devait être une blague... mais non pas du tout, ce connard avait même tenté d'acheter son silence. Sur son corps mort il ne laisserait pas Queenie, son amie, tomber entre ses griffes, aussi s'imposa t'il et menaça t-il son professeur de Défense contre les Forces du Mal. Il n'hésiterait pas une seule seconde, Fawley pouvait le blesser -c'est pas comme si il allait tuer un élève de toute façon-, lui, Sileas McFly ne céderait pas. Jamais.

Queenie cependant trouva de quoi contourner le problème et la seule chose qui vint à l'esprit du garçon n'était pas de savoir si c'était possible ou non mais la question de savoir comment elle pouvait aller si loin pour 'lui' 'ce vieux' 'prof-pas-content-sale-gueule-plus-morbide-tu-meurs' elle était sérieuse à ce point envers le professeur Fawley ? 'Merde, ça pue.' Pensa t-il. En tant qu'ami il devrait plutôt la soutenir non ? Mais c'était de Fawley dont il était question c'était juste impossible qu'il soit d'accord. Si ça avait été le professeur Firlowel ou Weasley... mais Fawley ?! Sileas baissa les yeux, tuant le sol sous ses pieds, en pleine réflexion sur ce qu'en tant qu'ami, il devait faire mais cette dernière ne lui laissa pas le temps de méditer. Si je le suis, je veux te voir heureuse... mais avec lui... Sileas grimaça de plus belle en lançant un regard à l'adulte quand elle posa la question fatale qui le secoua. Jaloux ?

- Quoi ?! Moi jaloux ? Pft tu déconnes ! Oh mon dieu elle pouvait pas avoir réalisé qu'il avait été amoureux d'elle il y a quelques années pas vrai ? C'était mortellement embarrassant comme situation Et il était en colère pour couronner le tout pour la couvrir. Elle gardait toujours sa main sur sa poitrine et le sang de Sileas ne fit qu'un tour tandis qu'il entendait en boucle 'Sale pervers. Sale pervers. Sale pevers.' le doigt pointant son amie il reprit, rouge et presque balbutiant. Tu peux arrêter de cacher ça, C'est pas comme si y avait quelque chose à voir de toute façon ! Nott ! Cracha t-il tremblant de rage comme si l'appeler par son nom de famille et plus son prénom était la plus grosse insulte qu'il pouvait lui faire en tant qu'ami. T'es qu'une planche à pain d'abord, même Crystal te dépasses à ce niveau ! Pfeuh. Jaloux, n'importe quoi ! Le garçon croisa les bras, bien décidé à son tour à la casser après autant de critique de sa part.

Boudant, crachant son venin, la voix de l'adulte résonna pour s'adresser directement à Queenie. Gérer le problème, se débarrasser de la nuisance ? Il parlait de lui ? Il menaçait McFly ? Sérieux ? Il allait vraiment le taper ? Nan mais... ça se faisait pas ! - Ah ?! Vous me menacez ?! Vous n'avez rien d'un professeur ! Je le dirais vous savez ?! Vous pouvez me taper je bougerais pas ! L'homme sembla perdre patience et le saisi par le col, l'étrangla au passage, putain de cravate. Fraîchement batteur, sang chaud qui ne se laisse pas marcher dessus, bonne poigne, et voilà que le garçon se débattait furieusement sans songer à saisir sa baguette. Le sac d'os que paraissait le professeur n'en était pas vraiment un. Putain. Voilà qu'il était plaqué contre la porte et tournait de l’œil face à l'attaque surprise du professeur Fawley : son haleine putride. 'Oh mon dieu il se lave pas les dents c'pas possible.' Songea t'il. Souffre. Amortensia. Gné ?  'C'est moi qui souffre de votre haleine oui.' Pensa t-il. Sous une grimace Sileas tenta de faire abstraction de l'odeur pour se concentrer sur le contenu des paroles. Une potion. Le garçon ouvrit la bouche et penchant sa tête porta un regard sur Queenie. Ramener un remède. D'accord... mais comment ? Ou ? Et comme si le cerveau de Sil' était un livre ouvert, le prof anticipa et répondit. Non, non, j'y fonce !  Gueula t'-il à présent alarmé comme pas deux et quittant le local... 'Tiens bon Queenie ! Attends... ce qu'elle m'a dit elle le pensait ? Et ce que j'ai dis... elle va s'en rappeler ?' Pensa t'il en courant à travers les couloirs paniqué et oubliant qu'il avait été horrible pas seulement avec Queenie mais avec un professeur également. Il était foutu.

Tambourinant à la porte du bureau de professeur Firlowel, c'est son assistante qui ouvrit et après un coup d’œil forcé dont elle coupa court en se mettant bien devant l'encadrement il fut contraint de lui demander à elle, zappant le pourquoi elle se trouvait dans ce bureau à cette heure, posant la sécurité de Queenie au premier plan. Doucement et gentiment, elle lui confia le remède et d'un hochement de tête reconnaissant le Gryffondor fit demi tour sous un regard acéré. Sans plus de formalité, il ouvrit la porte une nouvelle sans avoir attendu et entra en trombe sous un 'Je l'ai !'




Revenir en haut Aller en bas
Invité
Liens et RPs
MessageSujet: Re: Expérience n°89 : L'amortensia [Flint & Sileas] Mer 30 Nov - 1:43

Expérience n°89 : l'Amortensia



Sileas réagissait comme le criminel qu’il était, il niait tout en bloc ! Un sourire victorieux aux lèvres, Queenie l’observait de haut, persuadée d’avoir réussi à l'embarrasser avec Madame Snow. Sa main cachait toujours l’ouverture de sa chemise, ne laissant plus l’occasion à ce petit libidineux de voir quoi que ce soit. “On dirait que j’ai touché un point sensible ! J’espère que tu as bien profité de la vue, tu n’en reverras pas de sitôt !” Elle avait mis ses plus beaux dessous par ailleurs. Noir dentelé accompagné d’un liseré de petites plumes tout aussi noires, c’était son soutien-gorge favori. Elle aurait préféré le dévoiler uniquement au professeur Fawley, cela dit.

Sa petite tirade sur le fait de partir pour Beauxbâtons semblait prendre effet puisque le Gryffondor ne menaçait plus son amour. Elle le regardait réfléchir et faisait la même chose dans son coin. Si la cinquième année parvenait à tenir son ami en laisse, peut-être n’aurait-elle pas à aller si loin ? Elle désirait plus que tout protéger son professeur, mais l’idée de partir loin de lui lui paraissait, après considération, insupportable ! C’était comme si elle laissait une moitié de son coeur et de son âme derrière elle. Qu’elle ne devenait qu’une demi-Queenie, privée de l’être aimé. Ses pensées lui firent doucement secouer la tête. “Quel que soit mon choix, tu dois l’accepter.” Son ton était ferme, mais dénué d’agressivité. Elle ne voulait pas risquer de remettre en colère le batteur.

Pourtant, c’est ce qui arriva. Comment pouvait-il autant être perturbé par une question si simple ? Ce n’était pas la peine de monter sur ses grands sombrals ! “Tu peux arrêter de cacher ça, C'est pas comme si y avait quelque chose à voir de toute façon ! Nott ! T'es qu'une planche à pain d'abord, même Crystal te dépasses à ce niveau ! Pfeuh. Jaloux, n'importe quoi !” Elle vit rouge. Vexée, humiliée devant la personne qu’elle aimait, Queenie regardait son futur ex-ami d’un oeil mauvais. Une main serrée sur sa poitrine, l’autre agrippant soudainement sa jupe, elle se retenait de lui donner une bonne gifle. Mais elle ne voulait pas perdre contenance devant l’adulte. Non, elle devait être digne de lui et répondre de la plus perfide des façons. “Ah oui ! Ce n’est pas que Madame Snow finalement hein ! Tu aimes les poitrines, n’est-ce pas, Sileas ?” demande-t-elle mielleusement. “Remarque, ça ne m’étonne pas de cette dévergondée, il faut bien qu’elle rattrape quelque part ce qu’elle n’a pas dans la tête ! Hmpf” Elle leva la tête, bien haute et fière d’elle-même. “De toute façon, tu peux toujours critiquer mais si j’écoute certaines rumeurs, ton… tu-sais-quoi ne risque pas de servir un jour ! C’est vrai qu’il est tout petit ?” Ajouta-t-elle, l’air vaguement intéressée par la réponse. Elle voulait voir la rage dans ses yeux, seul cela pourrait la soulager de l’affront qu’il venait de lui faire. Ne savait-il pas que JAMAIS on ne se risquerait à attaquer une fille sur ses attributs féminins, en particulier ceux se situant au-dessus du nombril ?

L’intervention du professeur Fawley ne pouvait pas mieux tomber. Il était de son côté, et c’était certain car la “nuisance” à laquelle il faisait référence… c’était forcément le Gryffondor ! Son sourire béat témoignait du degré de joie que cela procurait à Queenie. Elle était protégée, chérie, aimée, et son cher et tendre était même prêt à se débarrasser de Sileas. Allait-il le tuer ? La cadette Nott ne percutait pas vraiment la portée de ses réflexions, trop enjouée à l’idée que l’objet de ses passions la sauve de cette situation. Elle imaginait sa vie à ses côtés. Combien auraient-ils d’enfants ? Où est-ce qu’ils habiteraient ? “Pas dans le château, j’espère” pensa-t-elle avec horreur. Elle ne voudrait pas être tout le temps dérangée par des adolescents sans aucune éducation tels que Sileas. Non, ses parents l’aideraient bien à trouver un joli manoir où prospérer. Qu’allaient dire son père et sa mère lorsqu’elle leur avouerai leur relation ? Son père allait être difficile à convaincre, mais le professeur Fawley restait un sang-pur alors… Non, ça ne devrait pas poser beaucoup de problèmes.

Sa rêverie prit fin lorsqu’elle entendit le bruit familier de la porte. Le cinquième année était parti. Elle souffla de soulagement. Queenie et Flint Fawley, enfin seuls. Le sorcier présentait le même apaisement. Son “à nous deux” la fit rougir. Il prenait soin de ne pas venir vers elle, mais elle était certaine que plus personne n’allait les déranger désormais. “Asseyez-vous s'il vous plaît. Avant que nous... ne passions aux choses sérieuses, il me faut... être sûr Miss. Qu'est ce que je représente à vos yeux ? Mes qualités ? Vos défauts ? Pourquoi ?” C’était donc pour cela. Il voulait s’assurer de ses sentiments. Avait-il peur d’avoir le coeur brisé ? Oh… C’était tellement romantique ! Elle se prêta au jeu, impatiente de se déclarer convenablement au directeur des Poufsouffle. Elle prit place sur la chaise face à celle de son chéri, mais le bureau les séparait encore. Avec une petite moue, elle avança doucement ses deux mains - laissant à nouveau la vue libre sur son chemisier déboutonné - et serra les mains chaudes et rugueuses de l’adulte. A ce contact, la jeune fondit comme neige au soleil. Que c’était agréable de finalement pouvoir poser les mains sur lui, même si ce n’était que les mains. Les joues couleur pivoine, les yeux brillants d’amour contenu, le souffle erratique, elle ne savait pas trop par où commencer. La Serdaigle fit le choix de fermer les yeux pour se dévoiler entièrement sans crainte à celui qu’elle aimait éperdument. “Professeur.. Flint. Je ne m’en étais pas rendu compte, depuis tout ce temps. Ca m’est apparu comme une évidence ! C’était si… logique ! Je n’avais jamais ressenti ça auparavant, avec personne…. Vous brillez tellement. Chaque fois que je vous vois, j’ai ce sentiment dans la poitrine… Ca me compresse, mais ce n’est pas désagréable. J’ai l’impression qu’à tout moment, mon coeur va lâcher et qu’il ne suffit que de simples mots de votre part pour décider de son sort… Je pense tout le temps à vous et chaque seconde passée sans votre présence est un véritable supplice ! Je ne veux plus vivre ça.” Elle reprit doucement son souffle. Cette tirade lui demandait beaucoup de contrôle, elle tenait à ce que ses sentiments soient clairement compris. Queenie ouvrit les yeux, faisant face au sorcier. “Vous représentez tout ce que je cherche chez un homme. Vous êtes intelligent, juste et incorruptible. Malgré tout ce qu’on peut dire sur vous… et malgré votre côté bourru et sec, vous êtes quelqu’un de bienveillant et je suis sûre que vous cachez tellement de choses sous votre carapace. Je ne demande qu’à en apprendre un peu plus chaque jour qui passe !” Elle se releva quelque peu, appuyant son ventre sur le bureau, les mains toujours sur celles de l’adulte. Sa jupe remontant par-derrière, mais comme il n’y avait personne, elle s’en moquait. “Je vous aime. Jamais je ne voudrais vous causer du tort de cette façon. Croyez-moi, s’il vous plaît !

La porte s’ouvrit brusquement. Queenie écarquilla les yeux, prise d’un mauvais pressentiment. Ils étaient fichus ! Mais la voix de Sileas retentit et elle se sentit affreusement soulagée. Mais, qu’avait-il exactement, au juste ? Sans se soucier du fait qu’il ait probablement aperçu une grande partie de ses cuisses et la naissance de sa culotte, assortie à son soutien-gorge, elle se retourna vers lui. Il tenait… Une potion. Qu’est-ce que c’était ? Quel était le prétexte du professeur pour les laisser seuls si peu de temps ? Ou alors… “Donne-moi ça, Sileas.” Elle prit sans attendre de réponse le flacon, l’examinant. Elle ne reconnaissait pas la couleur de la potion, mais cela semblait être une sorte de remède. Le professeur… était malade ? La cadette Nott tourna son regard, inquiète, vers la source de ses pensées. “C’est pour vous, professeur ? Pourquoi ne m’avez-vous pas dit que vous souffriez ?

feat Flint & Sileas
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Professeur de Défense contre les Forces du Mal, Directeur de Poufsouffle & Néo-Mangemort
Masculin
✎ Parchemins : 1329
✎ Date d'arrivée : 22/08/2016

Sorcerer's Identity
✎ Année à Poudlard:
✎ Profession: Professeur de DcFM & Directeur de Poufsouffle
✎ Inventaire: Polynectar (x2) Veritaserum (x2)
Liens et RPs
MessageSujet: Re: Expérience n°89 : L'amortensia [Flint & Sileas] Jeu 8 Déc - 17:39

Il était intervenu, pas comme si il avait vraiment eu le choix vu qu'il était lui même victime des deux conneries ambulantes, a deux reprises. Le premier essai avait été désastreux, l’imbécillité de McFly se montrant plus sérieuse qu'attendu - tandis que ce dernier et la folle affamée se lançaient dans un combat de gosses jouant à touche-pipi, le deuxième essai, heureusement, avait été concluant. Après avoir interrompu leur querelle, ne souhaitant pas voir le botruc de l'élève qui, il en était sûr, aurait fini par le montrer dans sa hâte, et après avoir réussi a expliquer la situation au Gryffondor, ce dernier s'en était allé le chercher pour mettre fin à son calvaire – il se fichait de celui de la jeune fille.

Porte fermée, glissant des mots peu sage et bien troublant pour la jeune Nott, Flint avait reprit place à son bureau. Souhaitant gagner du temps – alors qu'un stupéfix aurait été plus que bienvenu on est d'accord – tout en voulant voir la Serdaigle plongée dans une honte telle qu'elle n'en pourrait plus de la vie de château et partirait de Pouldard définitivement, c'est beau de rêver, il avait planté ses questions. Ô Sainte grimace refoulée, tout du moins du mieux qu'il le pu, lorsqu'elle se replanta devant lui, dévoilant de plus belle le paysage des deux collines surlesquelles McFly avait craché dessus... il y avait été fort à ce propos, elle n'avait aucun soucis de ce côté contrairement à sa caboche et au nom qu'elle traînait et piétinait en agissant ainsi. Exploit suprême de ne pas ôter ses mains dès qu'elle avait établi un contact avec lui, par contre, Sainte Grimace était bien présente sur sa bouche. Ses manières étaient vraiment pénibles et Flint se surprit de plaindre sa prochaine romance. Le pauvre.. ou la pauvre. Fuyez, pauvres fous. Elle ferma les yeux – si seulement elle pouvait également faire de même avec sa petite bouche qui s'activa la seconde d'après.

Il brillait tellement, ce n'était pourtant un secret pour personne. Songea t-il fièrement. C'est que finalement il était plaisant d'entendre quelqu'un lui jeter des fleurs. Elle avait l'impression que son cœur pouvait lâcher à tout moment et que Flint pouvait en faire ce qu'il voulait... Un mot un geste et il ferait le reste devant une jeune idiote au sang pur morte. Elle rouvrit les yeux. Il soupira. Comment McFly et ses amis faisaient-ils pour la supporter au quotidien ? Elle devait être pénible à jacasser tous le temps. Vous êtes intelligent, juste et incorruptible. Elle remontait dans son estime. Dix points pour Serdaigle. Bourru et Sec. Elle dégringolait. Moins vingt points pour Serdaigle. Et je suis sûr que vous cachez tellement de choses sous votre carapace. Elle n'en avait pas idée. Son buste recula lorsqu'elle se releva, appuyant son ventre, ses mains toujours emprisonnées. Croyez-moi, s'il vous plait !. N'y avait il vraiment personne pour l'achever ? Et McFly ne pouvait-il pas mettre le turbo pour changer ? Ah si ! Tout de même !

Voilà que la porte s'ouvrit dans un claquement ahurissant couronné par une voix parasite qui s’interrompit beaucoup trop brusquement. Un coup d’œil à l'adolescent puis à l'adolescente et il compris. La bouche du Gryffondor se tordit, tremblota tandis qu'une main couvrait à présent ses yeux et que ses oreilles reprenaient une teinte plus qu’inquiétante. Sans protestation, le choqué inutile de la situation, se fit voler sa fiole. A peine sa main retrouvée sans flacon qu'il se camoufla davantage de celle-ci son visage. Il n'y avait pas de quoi se crever les yeux pourtant. Il était inutile de s'attarder davantage sur un attardé. Nott avait le remède en main, si elle le lâchait, il la trucidait. Son regard, ses questions : Pénible, mais il fallait y répondre et en finir.

- Oui Miss, je suis malade. De vous. Mais il ne s'agit pas de moi Miss. Il s'agit de vous. Il médita rapidement, les lèvres pincées. Malgré vos belles paroles, j'ai encore du mal à y croire, c'est pour cela que... j'ai demandé à votre ami de m'apporter une fiole de véritaserum. Mais Bien sûr mon gars. Il planta ses yeux bleu froid dans les siens. Elle n'était pas bête, inutile de lui décrire ce qu'était le véritaserum. Buvez, quittez mon bureau et mourrez de honte. Pensa t-il. Après cela, tout sera plus clair entre nous, vous verrez, allez, buvez. Un coup d’œil au Gryffondor pour comprendre qu'il avait survécu et semblait hypnotisé par la fiole, à la rigueur son expression indiquait simplement en boucle 'bois, bois, bois'. Retour à Queenie Nott dont il attendit patiemment la suite.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Liens et RPs
MessageSujet: Re: Expérience n°89 : L'amortensia [Flint & Sileas] Jeu 8 Déc - 18:06

ft. Queenie & Flint
L'Amortensia, c'est le mal.

Expérience n°89


Une chance que le professeur l'avait interrompu car... elle y allait fort. Trop fort ! 'Tu aimes les poitrines' Tu pousses le bouchon un peu trop loin Nott.' avait-il marmonner entre ses dents, les sourcils froncés, prêt à exploser, davantage quand elle insulta Crystal. Son doigt n'avait de cesse de lui menacer son bout du nez. Arrête ça tout de suite. Avait-il de nouveau marmonner. Il pouvait complètement pas la tabasser ! C'était une fille... c'était Queenie... 'ton tu-sais-quoi ne risque pas de servir un jour ! C'est vrai qu'il est petit ?' Non. Ce n'était plus Queenie, ni une fille, c'était un monstre ! La mâchoire crispée, le teint toujours rouge, un regard méchant et voilà qu'il portait une main à son pantalon, c'est que sur un coup de tête et sans penser au professeur, il aurait pu sortir son engin. Il est pas 'petit' d'abord ! Mais Fawley était intervenu, l'avait menacé puis prit à part lui avait tout expliqué de son haleine de chiotte à lui faire tourner de l’œil. Il avait dès lors foncé, des questions plein la tête.

Pensait-elle ce qu'elle disait ? Elle en avait l'air. Se souviendrait-elle de ce qu'il avait dit ? Il espérait que non. Enfin, y avait vraiment des rumeurs sur Pol ?! Il le montrait à personne... à moins qu'un voyeur s'amusait à le mater aux chiottes ? Euw. Mais sinon... il était vraiment petit ? D'après lui il était de taille normale. Il lui faudrait comparer avec Aaron, impossible avec Sasha et Crystal. Mais Aaron accepterait-il ? En cachette sinon ? Mais si on captait son regard on risquait de se faire des idées, de le prendre pour un vrai pervers et... comment éclaircirait-il cette affaire ? Au pire demander à Célian ? Nan. Assommer un des Mcmoche, le dézapper, observer puis se débarrasser du corps nu en le plantant dans le parc à la vue de tous ? Ouais ce serait drôle et franchement ils méritaient des fois qu'on les rabaisse. Il cogiterait la-dessus.

Fiole entre les mains, il était rapidement retourné au bureau. McFly Gonzaless qu'ils pouvaient l'appeler. Il ouvrit la porte en grand avec un 'Je l'ai' de triomphe puis ce fut l'enfer. La pose de Queenie, il la voyait, sa culotte... une chance qu'il éclata pas ses deux mains sur ses yeux, la fiole se serait brisée vu la force qu'il mit dans sa main droite pour se cacher. Ses oreilles le brûlaient. Oh mon dieu ! J'ai rien vu. J'ai rien vu. Quelle horreur. Pensa t-il fiévreusement tandis qu'elle lui volait la fiole et qu'il se couvrait davantage. 'Elle m'a touché la main. Oh Mon dieu je l'ai vu' !' Conscience complètement cassée. Merci Queenie. Impossible de suivre ce qu'elle disait, ce qu'il disait. L'envie de se crever les yeux pour assurer à son amie – ou ex amie- qu'il n'avait rien vu était insoutenable. Son petit coeur battait à battre tous les records qu'il avait connu jusqu'ici. La petite culotte rose d'Eloise c'était rien à côté et encore il avait six ans quand il l'avait vu... Un message à Callum, non il se foutrait de sa gueule. Une conversation avec sa confidente ? Il en mourait de honte. A Sasha ? A Crystal ? Bon sang comment il allait pouvoir en parler. Pouvait pas y avoir un prof ou un truc du genre pour les ados dans son état non ? Queenie n'en parlons pas, c'était foutu pour qu'il la regarde sans repenser à cette soirée. Il fallait que tout se termine et vite.

Lorsqu'il découvrit ses yeux, ses mains hésitantes à lâcher prise, comme s'il était face à un film d'horreur, il vit Queenie et la fiole – et accessoirement Fawley. Hypnotisant la fiole il marmonna 'Cuve. Cuve. Cuve la.' et intérieurement ca donnait 'TU VAS LE BOIRE CE PUTAIN DE REMÈDE ?!' 




Revenir en haut Aller en bas
Invité
Liens et RPs
MessageSujet: Re: Expérience n°89 : L'amortensia [Flint & Sileas] Mer 4 Jan - 18:50

Expérience n°89 : l'Amortensia


Tu pousses le bouchon un peu trop loin Nott. Arrête ça tout de suite.” Un sourire carnassier prit possession de ses lèvres. Queenie ne remarqua pas le fait qu’il utilisait son nom de famille plutôt que son prénom, trop occupée à dévisager moqueusement son camarade. Il devait être très remonté contre elle. Elle ne répondit pas, cela se passait de mots. Elle avait réussi à lui rendre la monnaie de sa pièce si elle en jugeait par le geste protecteur qu’il eut pour son appareil trois-pièces. “Ca t’apprendra à mater mon soutif !” pensa-t-elle.

Sileas fila tel un hippogriffe après sa proie après sa discussion secrète avec le professeur Fawley et ils se retrouvèrent seuls, tous les deux. L’occasion rêvée pour la jeune fille. Et l’adulte en profita pour lui demander des précisions sur les sentiments qu’elle éprouvait pour lui. La Serdaigle s’était déclarée comme elle ne l’avait jamais fait pour personne. Elle espérait qu’avec cela, le sorcier soit rassuré par ses nobles intentions. Elle ne voulait pas lui nuire, elle l’aimait réellement. Le Gryffondor revint avec une fiole, et la cadette Nott pensa directement que monsieur Fawley était malade.

Elle obtint plus de précisions par la suite. La fiole n’était pas destinée au professeur, mais à elle. Du véritasérum pour s’assurer de la véracité de ses propos. Queenie en fut quelque peu blessée. Elle s’ouvrait à lui et il ne la croyait pas… Elle mordit sa lèvre, inquiète. Alors qu’elle s’apprêtait à ingérer la totalité de la fiole, elle suspendit son geste.  En regardant de plus la potion, ça ne ressemblait vraiment pas à du véritaserum. Une question venait de lui sauter à l’esprit. "Professeur.. le véritaserum… c’est illégal, non ? En plus, elle est censée être incolore et inodore et là ça sent quelque chose… Et il faut uniquement boire 3 gouttes, pas une fiole entière !” Elle sonda du regard l’adulte, son esprit affûté n’était pas complètement endommagé par l’amortensia. La jeune fille réfléchissait. Pour quelle raison voulait-il lui faire boire une potion à son insu ? Ou peut-être pas à son insu. Elle jeta un coup d’oeil à l’Intrus présent dans le bureau. C’était sûrement pour endormir la méfiance de Sileas. Il ne devait pas douter du professeur Fawley sinon, c'en était fini de sa carrière à Poudlard. Elle renifla le contenu de la potion. Ca sentait la fleur et l’eau salée. Un peu comme…

La cinquième année sursauta, comprenant ce qu’était en réalité cette potion. “Une potion de contraception” chuchota-t-elle en direction du professeur. Inutile que Sileas entende cela. Elle était réputée pour être confectionnée directement en lien avec l’astromancie. Ca la rendait beaucoup plus puissante qu’un sortilège classique. Elle mettait cependant plus de temps à agir que le sortilège. Sa mère lui avait fait un topo là-dessus quand… Et bien quand il s’était avéré nécessaire d’en parler avec une adolescente de 15 ans qui commençait à s’intéresser aux garçons. Touchée par cette délicate attention, elle amena, les mains tremblantes, la fiole jusqu’à sa bouche. Ca avait vraiment le goût de la mer et des fleurs !

Déposant la fiole vide sur une commode placée à sa proximité. Elle se tourna vers Sileas qui la regardait tel un geek attendant sa dernière commande de jeu vidéo. “Tu peux nous laisser, maintenant, s’il te plaît ? Je ne voudrais pas que tu entendes les choses que je vais dire au professeur.” Elle prit la liberté de pousser Sileas hors du bureau et de fermer la porte à clé derrière elle. “Nous en voici débarrassé !” Elle retourna au centre de la pièce et s’approcha de l’adulte. “Je ne pensais pas que vous envisageriez à cette potion aussi tôt, monsieur…

Queenie ressenti d’un coup une légère somnolence. “Surement un effet secondaire de la potion.” se dit-elle. Elle prit néanmoins appui sur le bureau.


feat Flint & Sileas


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Liens et RPs
MessageSujet: Re: Expérience n°89 : L'amortensia [Flint & Sileas] Jeu 5 Jan - 22:04

ft. Queenie & Flint
L'Amortensia, c'est le mal.

Expérience n°89


Cuve. Cuve. Mais Cuve le j'te dis ! Hurla à présent des yeux le Gryffondor en voyant Queenie porter la fiole à ses lèvres avant de... s’arrêter en plein mouvement. Putain. Il grinça des dents et fronça les sourcils, prêt à lui faire boire de force si besoin était pour en finir au plus vite, non parce que Fawley avait limite l'air de s'en ficher pas mal qu'elle se ridiculise et insulte un pote au passage... ex pote. Ouais, Queenie était allait trop loin, pardon, Nott était allait trop loin. D'abord en lui crachant à la figure sur ses capacités mentales et ses attributs, ensuite en impliquant Madame Snow et surtout sa meilleure amie Crystal. Restait plus que Sasha et il lui aurait peut-être foutu un poing sans s'en rendre compte. Peut-être.

Le rouge et or roula des yeux, ses mains les cachant définitivement parti, relâché le long du corps, même sans être appliqué à ce qu'elle marmonnait il savait pertinemment qu'elle faisait preuve de profonde sagesse à la con. Ce truc bidule qui l'avait rendu complètement péteuse pouvait pas lui avoir également grillé sa connaissance ? Non. Il avait fallu que cette 'potion-d'-hortensia' garde que les trucs chiants de la Serdaigle. Peut-être qu'en fait elle était vraiment du genre à se dévoiler comme ça aux vieux ? Peut-être qu'en fait elle aimait vraiment Fawley au fond ? Les yeux plissés , il frissonna de nouveau rien qu'en la parcourant, le souvenir douloureux des ses sous-vêtements lui ayant court-circuité les méninges.

Sileas détourna les yeux, l'adulte allait surement trouver quelque chose pour la faire boire de force, puis un murmure... vraiment un murmure dont il ne distingua que le mot 'Contrat'. Contrat avec qui ? Fawley ? Pacte avec le Diable tant que tu y es ! Ça y'était ! Elle le cuvait enfin ! Merci ! Regard émouvant au plafond puis de nouveau sur la fille qui... lui fonça dessus. Whut ? Elle lui demandait de partir 's'il te plait ?' Pardon ? Lâcha-t-il vaguement paumé tandis qu'elle le poussait à présent. Hey ! Quee-Nott ! T'es revenue ? Hey ! Vlan. La porte claqua derrière lui. The Hell ?!

Bouchée bée, il tambourina quelques secondes avant de replanter son oreille contre la porte... puis une révélation, si Nott reprenait sa conscience, que se passerait-il après ? Elle sortirait du bureau... puis ? Ils se retrouveraient face à face comme des glands bouche ouverte à discuter de la soirée et des choses embarrassantes qui avaient été vues et dites ? HORS DE QUESTION ! Trop embarrassant ! Les joues rouges le garçon se mit à parcourir la distance le séparant de la salle commune de Gryffondor en quatrième vitesse, plus vite arrivé, plus vite fini. Peut-être qu'elle se rappellerait de rien après tout... ou peut-être pas. En tout cas, chose est sûr, il se ferait cuisiner dans les dortoirs par Aaron puis n'en pouvant plus, révélerait tout à ses meilleures amies histoire de se débarrasser de ce lourd fardeau que représentait les souvenirs de Nott. Et dire que l'info ferait le tour du château... sans qu'il n'y soit pour quelque chose, quelqu'un aurait surement entendu leurs conversations privées.






HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Professeur de Défense contre les Forces du Mal, Directeur de Poufsouffle & Néo-Mangemort
Masculin
✎ Parchemins : 1329
✎ Date d'arrivée : 22/08/2016

Sorcerer's Identity
✎ Année à Poudlard:
✎ Profession: Professeur de DcFM & Directeur de Poufsouffle
✎ Inventaire: Polynectar (x2) Veritaserum (x2)
Liens et RPs
MessageSujet: Re: Expérience n°89 : L'amortensia [Flint & Sileas] Ven 6 Jan - 15:39

Pourquoi avait-il fallu que ce soit la Serdaigle qui ingurgite la solution liquide de l'Amortensia ? S'il avait s'agit d'un élève du même gabarit mental que le Gryffondor de la pièce, les choses auraient déjà été réglé depuis longtemps. En effet, alors que blessée dans ses faux sentiments et que la jeune fille portait la fiole à ses lèvres, elle arrêta net son geste.

Intelligente, futée, elle n'avait pas fini de l'accabler.

Il leva les yeux au ciel et soupira exaspéré à son analyse du véritaserum. Oui Miss Nott, tous le monde sait que vous connaissez la leçon, que vous êtes une élève brillante, bien que pénible. Elle posa un regard sur lui, auquel il répondit par un silence et un froncement de sourcils, suggérant que malgré ses questions il avait raison de lui faire prendre ce remède et qu'il était hors de question qu'elle mette sa parole en doute.

Elle renifla la fiole et Flint grincha dans son absence de barbe, elle ne pouvait quand même pas avoir décelée le remède, si ? Quelle explication lui donner dans ce cas ? Un effet secondaire peut-être ? Elle sursauta alors, puis lui chuchota une réponse qui le laissa sans voix, les yeux plissés tentant de sonder comment et pourquoi tous les indicateurs de l'esprit de la jeune fille l'avaient aiguillée vers cette solution. Grotesque. Aussi grotesque que fut le fonctionnement du cerveau nottien, cette dernière finit néanmoins par prendre le remède. Helga Merci, son calvaire était fini.

Sans être forcément doué en potion, l'homme savait cependant que les effets prendraient un moment et qu'un effet de somnolence s'accompagnerait. Heureusement pour lui, McFly se trouvait dans sa ligne de mire pour la raccompagner en la tirant par les cheveux, puisque le professeur se doutait qu'avec son niveau, il lui serait impossible de tenir un Levicorpus sur le long terme et sans tuer la jeune fille en la laissant tomber par mégarde. C'était sans compter sur l’imbécillité cachée et à présent mise à nue de la Serdaigle, laquelle s’élança vers le Gryffondor pour le mettre à la porte. Bonté divine.

Revenant auprès de lui, sous les coups à la porte du Gryffondor qui s'évanouirent bien trop vite pour qu'il songe à compter sur lui pour ramener Nott par la suite, elle déblatéra une énième fois une bêtise, sans doute la dernière.

- Je ne pensais pas en avoir recours un jour. Marmonna t-il lugubrement, tendant sans doute une perche, en se levant de sa chaise une nouvelle fois. Il fit le tour de son bureau, contourna la fille et patienta en croisant les bras non loin, l'observant à un mètre de distance à présent, tandis qu'elle subissait les effets et prenait appui à son bureau. Tombera ? Tombera pas ? Miss Nott ? Posa t-il pour savoir si elle était en état de parler encore ou non.

.....................................................


THE NIGHT IS DARK & FULL OF TERRORS
When we stop looking for monsters under the bed when we realize They're inside of us. ©️ okinnel.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Liens et RPs
MessageSujet: Re: Expérience n°89 : L'amortensia [Flint & Sileas] Mer 11 Jan - 0:16

Expérience n°89 : l'Amortensia


Par chance, Sileas n’avait pas compris son hésitation à boire la potion. Comme s’il était capable, de toute manière, de reconnaître une potion de contraception. De son point de vue, il savait à peine épeler le mot véritaserum. En plus, Queenie était absolument certaine qu’il ne saurait pas différencier du polynectar à de la soupe d’asperge. Elle ne médisait pas, elle énonçait simplement un fait. Il était juste nul. C’est pourquoi une fois la potion ingurgitée, la jeune fille vira purement et simplement le Gryffondor de la pièce, comme s’il s’agissait de ses propres appartements. Le garçon n’avait pas eu le temps de répondre à sa demande - ou plutôt son ordre déguisé en demande. Elle n’oubliait pas où elle se trouvait, mais le cinquième devait partir. Tout comme elle devait avoir une discussion avec son cher et tendre professeur.

La Serdaigle ne pensait pas qu’il userait de cette mixture si tôt dans leur relation. Elle le lui avait fait remarquer. A vrai dire, on ne pouvait même pas qualifier leur relation de relation parce qu’il ne s’était rien passé. “Pas encore.” songea-t-elle avec délice. “Je ne pensais pas en avoir recours un jour.” Est-ce qu’il était gêné ? La cadette Nott le regardait, la tête penchée sur le côté. Elle ne savait pas comment prendre cette révélation. Il n’était sûrement pas… encore vierge, si ? Non, même si moins efficace, le sortilège de contraception pouvait tout à fait pallier la potion. Il ne voulait sûrement pas dire cela. Néanmoins, l’aveu rassura quelque peu la sang-pur. Ca allait être sa première fois. Et voir que l’adulte prenait la chose au sérieux, avec une certaine timidité la rendait très heureuse. Cela pouvait se voir sur son visage, elle regardait son amour avec un sourire resplendissant.

Mais les effets secondaires la rattrapèrent soudainement. Queenie avait l’impression qu’une barre lui était tombée sur la tête et les yeux. Elle n’allait pas s’endormir dans un moment pareil ! La panique la gardait consciente, elle dû cependant prendre appui sur le bureau de l’enseignant. Il dut le remarquer car l’instant d’après, il l’interpella. “Vous pouvez m’appeler Queenie, maintenant, vous savez.” répondit-elle doucement, se passant une main sur le visage dans le but de s’éveiller un peu plus. “J’ai un petit coup de fatigue. Les effets secondaires.” Elle se sentait obligée de préciser ce fait, elle ne voulait pas laisser la moindre trace de doute. Elle n’avait pas peur de la suite. L’élève l’attendait avec une impatience dissimulée. Caché derrière sa soudaine fatigue, en fait. “Mais je ne pense pas qu’elle fera effet avant cette nuit…” Il devait être quoi, 23h ? Calculant rapidement, elle jaugea l’efficacité de la potion vers les trois heures du matin. Un peu tard, même pour un week-end. “Est-ce que... je peux rester ici cette nuit ?” Son culot n’avait plus de limite, mais les rougeurs sur ses joues trahissaient l’effort que cela lui coûtait de demander une telle chose. La jeune fille ne voulait simplement pas laisser tomber ce moment si magique à ses yeux. Enfin débarrassée de la chose encombrante - Sileas - elle avait son professeur pour elle toute seule.

feat Flint & Sileas


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Professeur de Défense contre les Forces du Mal, Directeur de Poufsouffle & Néo-Mangemort
Masculin
✎ Parchemins : 1329
✎ Date d'arrivée : 22/08/2016

Sorcerer's Identity
✎ Année à Poudlard:
✎ Profession: Professeur de DcFM & Directeur de Poufsouffle
✎ Inventaire: Polynectar (x2) Veritaserum (x2)
Liens et RPs
MessageSujet: Re: Expérience n°89 : L'amortensia [Flint & Sileas] Mar 17 Jan - 14:32

La simple idée de l'appeler par son prénom, comme elle lui demandait à présent, lui fit retrousser le nez. La seule relation qu'ils auraient jamais serait celle de professeur-élève voir 'parents des plus fortement éloignés par le sang - heureusement.'

L'homme aux bras croisés ne bougea pas, tandis que la serdaigle déblatérait toujours et tentait de tenir droit comme un I scotché à son bureau, il soupira une nouvelle fois. Ne pouvait-elle pas perde pieds et tomber tout simplement ? Flint n'aurait imaginé, souhaité un jour, finir aussi vite avec les tourments d'une personne, mais Nott était dangereuse, tel un vampire, elle lui suçait jusqu'à la dernière goutte de son énergie vitale. La fatigue le prenait même, pour dire !

Question posée. Réponse directe. Non Miss. Puis d'un sourire en coin sadique il ajouta. Mais je vous promets que notre prochain face à face sera inoubliable, surtout pour vous.  Arquant un sourcil il l'observa, tenté de tendre les bras puis de les retirer pour la voir gésir à terre, mais il se retient et préféra se diriger froidement vers la porte.

L'accès au couloir fut donné et il reprit, invitant l'élève à sortir, mais cette fois en allant la tenir par le bras jusqu'à la porte - elle pouvait s'écrouler, mourir ou baver après si elle le souhaitait.

- Je ne vous raccompagne pas, naturellement, et je ne doute pas que vous retrouverez le chemin... attention aux escaliers, ils peuvent glisser. cru t-il bon d'ajouter alors, imaginant la jeune fille chuter du dernier étage.

La porte franchi, il referma la porte aussitôt et s'enferma bien. Relâchant les épaules, poussant un énième soupir, étirant ses hanches, faisant craquer sa nuque, il pivota sur lui-même afin de rejoindre ses appartements dont la pièce était adjacente à son bureau. Demain il apprendrait le décès tragique de Nott ou serait affligé d'apprendre qu'elle s'était suicidée de honte.

.....................................................


THE NIGHT IS DARK & FULL OF TERRORS
When we stop looking for monsters under the bed when we realize They're inside of us. ©️ okinnel.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Liens et RPs
MessageSujet: Re: Expérience n°89 : L'amortensia [Flint & Sileas] Mar 17 Jan - 20:28

Expérience n°89 : l'Amortensia


Queenie fut évidemment déçue lorsque son professeur refusa l’idée qu’elle puisse passer la nuit dans ses appartements. Elle comprenait cependant que les risques étaient trop grands. Par ailleurs, elle ne voulait pas faire de caprices en le contredisant, elle risquerait de passer pour une petite fille. Et il était adulte alors il ne fallait surtout pas passer pour une gamine. ”Mais je vous promets que notre prochain face à face sera inoubliable, surtout pour vous.” Un brusque rougissement prit possession de ses joues alors qu’il lui souriait. Qu’il était sexy. Que venait-il de dire ? Les scénarios se bousculaient dans sa tête et le mot “inoubliable” prenait tant de sens. Une main se posa sur son coeur, il battait autant qu’à la fin d’un entraînement de Quidditich ! “Je-je.. d’accord.” se contenta-t-elle de répondre. La Serdaigle ne pouvait plus aligner deux mots de suite, il venait de la perturber.

Une pression sur son bras et elle se retrouva de l’autre côté de la salle, près de la porte. La main du sorcier posée sur elle. Sur elle. Les yeux grands ouverts, la sang-pur le regardait. “Plus jamais je ne me laverai le bras.” pensa-t-elle directement. “Je ne vous raccompagne pas, naturellement, et je ne doute pas que vous retrouverez le chemin... attention aux escaliers, ils peuvent glisser.” Elle fut tentée de lui demander de l’accompagner en simulant un malaise, mais elle jugea que la situation avait déjà bien avancé. Queenie ne voulait pas non plus brûler les étapes. Et puis, leur prochain rendez-vous… Inoubliable, qu’il disait. Un sourire béat s’installa sur ses lèvres alors qu’elle fixait son amour. Qu’il était attentionné envers elle. Elle promit du bout des lèvres de faire attention aux escaliers. Elle eut à peine le temps de lui dire aurevoir qu’il referma la porte. La cinquième année posa une main dessus, ainsi que son front. “Bonne nuit, professeur…” Elle espérait du plus profond de son coeur qu’il rêverait d’elle, de cette soirée. Tout comme elle allait le faire.

Ce fut avec difficulté qu’elle retrouva son dortoir - la tour de Serdaigle était plus éloignée du bureau au premier étage. Lorsqu’elle se glissa dans ses draps chauds, elle ressassa la journée. Et sur les beaux yeux de Flint Fawley, elle s’endormit.

Sans se douter un seul instant de ce qui allait arriver le lendemain.


FIN DU RP
SUITE ICI




feat Flint & Sileas
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Liens et RPs
MessageSujet: Re: Expérience n°89 : L'amortensia [Flint & Sileas]

Revenir en haut Aller en bas
Expérience n°89 : L'amortensia [Flint & Sileas]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Les récompenses de Flint Westwood
» grand ménage ( pv : Marcus Flint)
» Marcus Flint [validée]
» Gloria Flint – La haine est toujours plus clairvoyante et plus ingénieuse que l'amitié.
» Hildegard Josephina Flint

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mimbulus Mimbletonia  :: Les Oubliettes :: Les Archives :: Section RPG :: RPs terminés-
Sauter vers: