Promenons-nous dans les bois ♦ ft Tobias Grant



 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Bienvenue sur Mimbulus Mimbletonia
Bienvenue sur Mimbulus Mimbletonia Nous sommes en l'année 2019 Le ministère a été attaqué
– un étudiant est mort à Halloween Les néo mangemort sont de retour – L'ordre va t il se
reformer ? Contexte disponible ici-même.

Vous pouvez trouver la liste des personnages prédéfinis ici et les scénarios des membres ici
La liste des avatars utilisés ici.La liste des noms et prénoms ici.

Mais pour ceux qui sont encore plus studieux vous trouverez le planning des cours pour les élèves et ici
celui des professeurs.

Vous voulez une capacité spéciale pour vos personnages ? La demande et les détails c'est par .

Au vu d'un bon nombre de sang-pur, ceux-ci sont à présent limités (Scénario/prédéfinis) sous couvert d'acceptation
du STAFF. Pour en savoir plus, lisez ce sujet.

Poudlard recrute non seulement du personnel, mais nous sommes également à la recherche d'adultes en dehors du forum, sympathisant de l'ordre ou néo-mangemorts. N'hésitez plus à nous rejoindre.

Partagez|

Promenons-nous dans les bois ♦ ft Tobias Grant

avatar
5ème année Gryffondor
Féminin
✎ Parchemins : 1262
✎ Date d'arrivée : 11/11/2016

Sorcerer's Identity
✎ Année à Poudlard: 5ème année
✎ Profession: Etudiante
✎ Inventaire:
Liens et RPs
MessageSujet: Promenons-nous dans les bois ♦ ft Tobias Grant Jeu 8 Déc - 21:26

Promenons-nous dans les bois
Sasha Miller & Tobias Grant

   

   


6 septembre 2018 - 21h45

Quelle journée pourrie. Comme toutes les autres depuis le début de l'année. C'était trop pour elle. Elle avait l'impression que le destin s'était ligué contre elle. Voilà maintenant deux mois qu'elle avait apprit la grande nouvelle. Elle devrait se marier avec Achille. Et évidemment, elle n'avait jamais autant croisé le jeune homme que lors de ces cinq derniers jours. Elle ne savait pas comment réagir face à lui. Déjà en tant normal c'était compliqué entre eux. Elle ne savait pas trop comment l'expliquer. Toujours est-il que Sasha était assise contre une des fenêtres dans la tour des Gryffondor. Dehors, c'était la pleine lune, et il n'y avait aucuns nuages dans le ciel. Le parc était illuminé de même qu'une partie de la forêt. La rouge et or se redressa soudainement. Elle avait une soudaine envie de partir se promener dans la forêt. Et puis de toute façon, Sileas était occupé à récurer des chaudrons, alors elle s'ennuyait ferme. Rien que l'image de son meilleur ami se tuant à la tâche la fit rire.

Elle se leva de son perchoir, en prenant soin de ne pas oublier sa cape ni son écharpe aux couleurs de sa maisons et sortit par le portrait de la Grosse Dame qui pestait encore parce qu'on la dérangeait. Sasha lui tira la langue avant de tourner les talons. Qu'est-ce qu'elle pouvait être insupportable parfois.

Elle ne croisa personne dans les couloirs. Soudain, elle s'arrêta net. Elle avait dépassé le couvre feu depuis quinze minutes maintenant. Elle était tellement plongée dans ses pensées qu'elle n'avait même pas fait attention. Elle regarda une fois à droite et une fois à gauche avant de continuer son chemin dans la plus grande discrétion. Il était trop tard pour faire demi tour maintenant. Et puis, ce n'était pas la première fois qu'elle se baladait dans l'école après le couvre feu, et encore moins dans la forêt. Par contre les deux réunis, ça c'était une première. Mais elle vivait une situation particulière, et elle avait besoin de sortir. Elle avait besoin d'aller dans la forêt, qui plus est, au clair de lune. Cet endroit l'intriguait et aussi étonnant que cela puisse paraître, l'aidait à réfléchir. Même si dans sa situation il n'y avait rien à faire. Jamais elle ne pourrait convaincre son père d'annuler ce mariage.

Il ne faisait pas très froid pour un soir de septembre. Il n'y avait pas un seul bruit dehors. Ça aurait pu être flippant, mais elle aimait bien le calme. Après quelques minutes de marche - le temps de traverser le parc - la jeune fille se retrouva à l'orée de la forêt. Heureusement, il ne faisait pas très sombre, grâce à la lune qui illuminait tout. Cependant, elle murmura un "Lumos" pour s'éclairer un peu plus. N'importe qui d'autre aurait refuser de se balader dans la forêt, surtout pas un soir de pleine lune. Mais elle savait très bien qu'aucun loups-garous ne traînaient dans le coin. Et puis ce n'était pas comme si elle était en plein milieu de la nuit, il n'était même pas encore 22h. Au contraire, c'était plutôt raisonnable venant d'elle.

Elle s'enfonça petit à petit dans l'immense forêt. Elle pouvait entendre toute sorte de petites créatures différentes. Automatiquement, elle se remit à penser à son problème, et à son père. Rien que de penser à lui la mettait dans une rage folle. Des larmes menaçaient de tomber, qu'elle balaya d'un geste vif de la main. Non il ne fallait pas qu'elle pleure. Sûrement pas pour lui. Ce n'était que son géniteur après tout. Elle n'avait pas de père. Et elle n'était même pas sûre d'avoir une mère non plus. Après tout, celle-ci ne faisait rien pour empêcher ça. Elle se demandait comment elle avait pu avoir été élevée par des gens comme ça, et pourtant être devenue une bonne personne. Elle n'aurait probablement jamais la réponse. Elle avait eu la chance d'avoir rencontré ce petit moldu à l'âge de huit ans. Sans quoi, elle serait probablement devenue comme ses parents. Mais ce petit garçon était devenu son ami, et lui avait prêté son ballon. Ensuite était venu Poudlard et sa rencontre avec Sileas. Elle sourit en pensant à tout le chemin qu'elle avait parcouru. Oui, comparé à ses parents on pouvait dire qu'elle était une bonne personne. Pas parfaite, certes, mais au moins elle ne voulait du mal à personne.

Elle s'arrêta en entendant du bruit non loin d'elle. La main sur sa baguette, elle était aux aguets. Mais ça devait être un faux signal, car elle n'entendit plus rien. Elle décida de s'asseoir contre une gros tronc d'arbre. Un petit vent frais venait de se lever, faisant virevolter ses cheveux blonds. A côté d'elle il y avait un énorme tas de feuille. Il avait l'air plutôt conséquent. Quelqu'un devait probablement avoir caché quelque chose en dessous. Poussée par sa curiosité, la lionne enfonça sa main dans le tas. Pourtant, elle ne sentait rien d'anormal. Soudain, un douleur vive sur sa main droite se fit ressentir. Retenant un gémissement de douleur elle la retira et elle amena sa baguette un peu plus près pour y voir plus clair. Ce qu'elle vit lui glaça le sang. Un serpent. La Gryffondor recula d'un bon en hurlant, toujours assise par terre. Ce stupide serpent l'avait mordu. Heureusement il n'était pas venimeux, sinon elle serait probablement déjà morte ou pas loin. Elle continuait de reculer mais la créature n'avait pas l'air de vouloir la laisser tranquille. Sasha avait une peur bleue de ces bêtes. Toujours en criant, elle cogna un tronc d'arbre. Elle ne savait plus reculer désormais, et elle tenait sa main - d'où perlait du sang - contre elle. Elle était dans de beaux draps.


   

FICHE PAR STILLNOTGINGER.


Dernière édition par Sasha Miller le Sam 10 Déc - 13:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Bibliothécaire
Masculin
✎ Parchemins : 163
✎ Date d'arrivée : 25/11/2016

Sorcerer's Identity
✎ Année à Poudlard: //
✎ Profession: Magizoologiste
✎ Inventaire: Rapeltout
Liens et RPs
MessageSujet: Re: Promenons-nous dans les bois ♦ ft Tobias Grant Ven 9 Déc - 22:38


Le 6 septembre. Cela faisait quelques jours à peine que j’avais pris mes nouvelles fonctions dans cette école, et je ne m’y étais toujours pas habitué. Le simple fait de marcher dans les couloirs, de monter les escaliers, ou tout simplement de croiser tous ces élèves vêtus de leur robe de sorcier à tous les coins me rappelait l’époque où j’avais étudié ici, à Poudlard. Ce sentiment de nostalgie me faisait, quelque part, un bien fou. Après tout, la dernière fois que j’avais mis les pieds dans ce château – sans compter cet entretien avec Calamité Potter – c’était le soir de la bataille de Poudlard. Depuis, j’avais bien fait gaffe à éviter tout souvenir de cette guerre. Il m’avait carrément fallu quitter le continent pour sortir de ma phase autodestructive qui avait commencé suite à ce petit séjour en captivité durant lequel on avait grosso modo tenté de me faire regretter ma participation dans l’autre camp.

‘Fin bref, j’espérais ne pas tarder à retrouver mes marques dans cette école. Je n’étais pas professeur. Résultat, je n’étais pas forcé de côtoyer les élèves ou même de leur parler. Bon d’accord, je bossais à la bibliothèque donc, tôt ou tard, d’une façon ou d’une autre, j’étais amené à interagir avec ceux-ci. Et puis, ce n’était que le début de l’année. Il n’y avait aucune pression, et les seuls élèves qui avaient vraiment besoin d’aller à la bibliothèque étaient les plus curieux parmi les premières années, et les certains élèves de cinquième et septième année qui cherchaient à prendre de bonnes habitudes. Au final, ma quantité de travail était plutôt légère. Concernant mes propres projets qui m’avaient poussé à trouver ce boulot à Poudlard, ils étaient actuellement en stand-by. Je n’étais pas pressé. J’avais toute une année devant moi quand même ! Je m’autorisais donc à prendre du repos bien mérité et à visiter le château durant mes pauses et autres moments de liberté.

La première chose que j’avais faite avait été de saluer la nouvelle garde-chasse : Nwyl Shauwn. Une chose était sûre : elle sortait de l’ordinaire. Mais bon, elle n’était pas méchante et aimait les créatures magiques, je ne pouvais que m’entendre avec elle. Ce soir-là, j’avais décidé de me rendre dans la forêt avec Arya – mon aigle – juste pour voir s’il y avait toujours des serpents dans le coin où s’ils avaient quitté les lieux. Je me rappelais encore de ces moments en cours de Soin aux Créatures Magiques où je n’avais de cesse de rigoler en les écoutants parler. A l’époque, je n’avais aucune idée de l’endroit d’où provenaient ces voix et ces commentaires. Idem pour la première fois que je m’étais retrouvé au zoo avec mes pseudo-frères de l’orphelinat. Depuis, les choses avaient complètement changé. Je maîtrisais parfaitement le fourchelangue, n’ayant plus besoin de voir quelque chose y ressemblant pour pouvoir parler ce langage. Cela m’avait pris des années, mais j’étais plutôt content du résultat. Tout comme les langages aquatique et des gobelins, j’avais bien fait de les apprendre.

En débarquant dans la Forêt Interdite, j’avais remarqué la présence de la Pleine Lune. Cependant, je me fichais de la présence de loup-garou. Non seulement j’en avais déjà combattu par le passé au cours de la guerre, mais en plus le Directeur n’avait pas mentionné quoi que ce soit à ce sujet. Si des mesures avaient été prises parce qu’un élève ou un membre du personnel avait été affecté, j’étais certain qu’il en aurait au minimum fait part à tous ses collègues. Après, elles étaient loin d’être les seules créatures dangereuses du coin. Les acromentules n’avaient pas toutes été exterminées si je me souvenais bien. Les centaures étaient agressifs uniquement si on les cherchait, et les licornes étaient très rarement visibles. Bien entendu, cela ne concernait que les créatures magiques. Il y avait aussi un tas d’animaux ordinaires. Les serpents, par exemple. Certains étaient venimeux, d’autres noms. Certains étaient énormes, d’autres plus petits. Il y avait même un coin de la forêt où ils étaient particulièrement nombreux. Une Sssssecte en quelque sorte.

Arya voletait sans se presser au-dessus de moi, surveillant de sa vue perçante les environs, tandis que je me contentais de marcher d’un pas lent vêtu d’un simple jean et d’un gilet à capuche. Il avait été amusant de voir les réactions des élèves en me voyant en tant que nouveau bibliothécaire. Certains s’imaginaient même que j’étais un Cracmol, ce qui était tout à leur honneur sachant que je n’avais pas vraiment eu besoin d’utiliser ma baguette jusqu’à maintenant. Fort heureusement pour eux, ils n’avaient pas connu Rusard et Miss Teigne… Ils étaient passés où ces deux-là d’ailleurs ? Morts ou retraités ? Non inquiété et non pressé, je ne prenais même pas la peine d’éviter les branches ou les feuilles mortes se trouvant sur le sol, faisant ainsi craquer celles-ci à de nombreuses reprises. Ah ? Si je ne me trompais pas, c’était un hurlement ça ? Sacré voix quand même ! Et au vu du fait qu’il faisait nuit, que c’était la Pleine Lune, et qu’aucun adulte ne paniquerait au point de hurler comme une gamine, ça ne voulait dire qu’une chose :

« Sérieusement… Non mais quel genre d’élève va se promener dans la Forêt Interdite un soir de Pleine Lune après le couvre-feu ?!! Mais ce n’est pas possible d’être aussi suicidaire dans cette école ? A quoi bon rappeler le règlement chaque année à la rentrée ? Non mais franchement ! Ces gosses se fichent du monde ! »

Tout en marmonnant ces plaintes dans ma barbe, j’avais détalé en courant en direction de l’élève qui avait hurlé de peur !! Ça ne pouvait être qu’un élève, gars ou fille, je n’étais pas sûr. Certains garçons étaient capables de pousser des cris bien plus aigus que les filles quand ils le voulaient. Ça n’avait rien d’une fierté par contre. Ainsi, en guise de châtiment, si c’était un gars, je me contenterais de révéler à toute l’école qu’il avait poussé un hurlement digne de Mariah Carey ! Les nés-moldus ou sang-mêlés reconnaîtraient. Les autres, probablement pas. Si c’était une fille, par contre, je ne savais pas du tout comment procéder. J’étais quand même papa de 3 filles, et je ne me voyais pas les humilier. Je massacrerais d’ailleurs quiconque qui s’y essayerait. M’enfin bref, tout ça pour dire que j’étais proche du lieu du crime puisque les cris étaient de plus en plus forts. Arrivant sur la scène, je vis de suite quel était le problème et réagis aussitôt sans réfléchir :

« Ssssstop ! »

M’étais-je exprimé en Fourchelangue pour empêcher le serpent de continuer sa route vers la jeune fille. Ah la la… Quelle idée de s’aventurer du côté des serpents aussi… Bon, l’avantage, c’était que j’avais trouvé le coin que je recherchais. L’inconvénient, c’était qu’à moins qu’elle ne soit trop choqué pour me voir ou m’entendre, elle comprendrait très vite qui j’étais et ce que j’étais en train de faire. Étant arrivé par le côté, j’avais tendu la main pour véhiculer mon message plus clairement. N’ayant plus grand-chose à perdre, je continuais sur ma lancée :

« Allez Carlosssss, on sssss’éloigne de la demoisssselle. »

Légèrement outré par le fait que je lui avais donné un nom qui n’était pas le sien, mais impressionné par le fait que je pouvais lui parler, il choisit de s’éloigner pour le moment. Il précisa simplement qu’il s’appelait Sssssebasssstian avant de filer. Pendant que je m’occupais d’éloigner le reptile, Arya s’était posée aux côtés de l’élève qui n’avait pas compris le principe d’un règlement. Me tournant vers elle d’un air profondément ennuyé, je ne pus m’empêcher de lui dire :

« Je t’en supplie, dis-moi que t’es pas de la maison Gryffondor… »

Il n’y avait que ces malades pour tenter le diable et aller dans la forêt interdite un soir de pleine lune. Les Serdaigles étaient plus malins que ça, les Serpentards tenaient à leur vie, et les Poufsouffles se promenaient généralement en bande. Donc oui, je ne voyais qu’une Gryffondor pour faire preuve d’une telle témérité – ou stupidité pour les intimes. En lui demandant cela, je cherchais donc à éviter de tomber dans les stéréotypes, voire clichés, qu’on attribuait trop facilement aux différentes maisons. A côté de ça, tous les moyens étaient bons pour lui faire oublier que le nouveau bibliothécaire – qu’elle n’avait pas forcément croisé avant – venait de s’exprimer en fourchelangue ni vu ni connu.


HRP:
 



Dernière édition par Tobias Grant le Lun 12 Déc - 2:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
5ème année Gryffondor
Féminin
✎ Parchemins : 1262
✎ Date d'arrivée : 11/11/2016

Sorcerer's Identity
✎ Année à Poudlard: 5ème année
✎ Profession: Etudiante
✎ Inventaire:
Liens et RPs
MessageSujet: Re: Promenons-nous dans les bois ♦ ft Tobias Grant Sam 10 Déc - 13:08

Promenons-nous dans les bois
Sasha Miller & Tobias Grant

   

   



Il fallut quelques instants à la jeune fille pour reprendre ses esprits. Elle n'était pas sûre d'avoir bien compris ce qu'il venait de se passer. Pourtant, il ne fallait pas être devin pour comprendre que l'homme qui venait d'arriver avait parlé au serpent. Au début, elle ne l'avait pas reconnu. Il faisait assez sombre et sa baguette avait atterri par terre. Mais elle avait tout de même pu apercevoir son visage grâce aux quelques petits rayons de lune qui passaient par là. Et puis elle avait aussi immédiatement remarqué qu'il portait des vêtements moldus. Pas de doutes, c'était le bibliothécaire. Elle ne l'avait encore jamais croisé depuis la rentrée. Après tout, ça ne faisait même pas encore une semaine complète que les élèves étaient à Poudlard. Elle n'avait pas encore eu l'occasion d'aller à la bibliothèque. Elle n'y allait pas souvent d'ailleurs, mais ça la fit penser que cette année, c'était l'année des buses. Il faudrait sûrement qu'elle étudie un peu plus que d'habitude.

Elle fut coupée dans ses pensées par Mr Grant qui lui demanda de lui dire qu'elle n'était pas à Gryffondor. Sasha, toujours assise par terre, le regarda d'un air plutôt apeuré. Est-ce qu'il était vraiment en train de faire comme si de rien n'était ? Elle l'avait entendu parler la langue des serpents... Ses parents lui en avaient beaucoup parlé. Et elle savait que Voldemort, dans son temps, était un fourchelang. Ces personnes n'étaient jamais très recommandables. Et si... Si Mr Grant faisait partie de ce nouvel ordre de néo-mangemort ? Ce n'était pas impossible. Mais elle doutait que le directeur embauche quelqu'un sans le connaître vraiment.

Elle se rendit compte qu'elle ne lui avait toujours pas répondu. Ce n'était pas poli, et s'il y avait bien une chose qu'elle retenait de l'éducation de ses parents, c'était bien la politesse. Mais tout ce qu'elle fut capable de faire, c'était d'hocher la tête pour lui faire comprendre que oui, elle était à Gryffondor. De plus, elle avait prit avec elle son écharpe aux couleurs de sa maison. Mais peut-être ne l'avait-il pas vu avec le peu de lumière qu'il y avait. Elle le dévisageait complètement, ne sachant pas trop quoi faire. A vrai dire, elle n'osait même pas trop bouger, de peur qu'il ne la tue parce qu'elle avait découvert son secret. Car oui, être fourchelang c'était un secret, il n'y avait pas de doutes là-dessus.

Mais elle n'allait tout de même pas rester assise par terre pour le reste de sa vie. Et puis, il fallait qu'elle mette sa main sous l'eau froide pour la laver et éviter toute infection. Quand elle racontera cette histoire à Sileas, nul doutes qu'il en rira. Elle se mit donc doucement sur ses pieds - ramassant sa baguette au passage - tout en restant bien collée au tronc d'arbre. Aussi étrange que cela puisse paraître, elle se sentait plus en sécurité de cette manière. Le bras qui tenait sa baguette était tendu le long de son corps, mais sa main la tenait fermement, juste au cas où. Il ne fallait pas qu'elle montre sa peur, cela ferait d'elle une proie facile. Mais il fallait qu'elle aborde le sujet. Il fallait qu'elle soit sûre de ce qu'elle avait entendu. Bien qu'elle n'ait pas compris un seul mot, elle avait entendu des sifflements. De plus, le serpent s'était immédiatement éloigné.

« Mr Grant, vous... vous... » bégaya-t-elle. Elle n'avait finalement pas pu lui dire. Une petite zone de son cerveau s'était allumée avec un panneau "alerte - danger". Elle ne devait pas jouer avec le feu ainsi, ça finirait par lui coûter cher un jour. C'est alors qu'elle remarqua seulement qu'un aigle s'était posé juste à côté d'elle. Elle eut un petit mouvement de recul, ne s'attendant pas vraiment à voir cet animal à côté d'elle en cet instant.

Elle se sentait mal, comme prise au piège. Pourtant, il lui avait tout de même sauvé la mise avec ce serpent. Il y avait donc peu de chances qu'il ne lui veuille du mal, n'est-ce pas ? Elle essayait de se rassurer comme elle pouvait, mais ça ne fonctionnait pas des masses. Elle pouvait sentir son cœur tambouriner dans sa poitrine. Elle avait l'impression qu'il allait sortir de cage thoracique. Elle se mit à caresser doucement la tête de l'aigle, pour essayer de se calmer un peu.

« Il est à vous, cet aigle ? » demanda-t-elle en se tournant vers le concerné. Elle espérait vraiment qu'il ne soit pas mauvais. Secrètement, elle espérait qu'il ne soit pas comme son père.



   

FICHE PAR STILLNOTGINGER.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Bibliothécaire
Masculin
✎ Parchemins : 163
✎ Date d'arrivée : 25/11/2016

Sorcerer's Identity
✎ Année à Poudlard: //
✎ Profession: Magizoologiste
✎ Inventaire: Rapeltout
Liens et RPs
MessageSujet: Re: Promenons-nous dans les bois ♦ ft Tobias Grant Sam 10 Déc - 23:04


Choquée ? Était-elle choquée par ce à quoi elle venait d’assister ou simplement choquée par la réalisation de la situation dans laquelle elle se trouvait ? Avec un peu de chance, elle serait plus concentrée sur le fait qu’elle avait failli servir de dîner à un serpent – et ceux qui attendaient tranquillement leur tour – tout ça parce qu’elle désirait s’offrir un petit bol de frisson. Elle avait obtenu ce qu’elle désirait en tout cas. Résultat, elle n’avait eu de cesse de hurler de peur et de fuir en rampant plus ou moins sur le sol… Non seulement, elle avait réussi à se retrouver sans baguette, mais en plus, elle s’était montrée incapable de s’enfuir sur ses deux pieds. On ne pouvait pas dire qu’il s’agissait d’une réussite pour elle. Certes, il fallait se mettre à sa place. Elle restait une élève de cette école, et si ça se trouvait, elle ne s’était encore jamais retrouvée confrontée à une situation un minimum dangereuse. S’était-elle déjà battue en duel ? Avait-elle déjà été menacée avant ce soir ? Comment comptait-elle s’y prendre face à une créature fantastique si les créatures ordinaires l’effrayaient déjà à ce point ?

Gryffondor, elle ? Niveau prise de risque inutile, oui. Niveau bravoure ou autre, il manquait quelque chose. Et pourtant, son hochement de tête silencieux et l’écharpe qu’elle avait autour du cou semblaient prouver qu’elle était bien de cette maison. Toujours debout, non loin d’elle, je pris soin de vérifier les alentours afin de m’assurer qu’aucun autre reptile ne tenterait de l’atteindre. D’après ce que je pouvais voir, et puisqu’Arya ne semblait pas inquiète non plus, je pouvais en déduire qu’on était tranquilles pour le moment. Ou plutôt, la jeune fille était tranquille. Lorsque je reportai mon attention sur elle, je constatai qu’elle ne me lâchait pas du regard. A quoi pouvait-elle bien penser ? Bon d’accord, j’étais un bibliothécaire vêtu comme un moldu au beau milieu de la Forêt Interdite un soir de Pleine Lune. Cependant, ce n’était pas moi qui étais mort de trouille à cause d’un simple serpent au point d’en lâcher ma baguette des mains. D’ailleurs, je n’avais même pas eu besoin de la mienne. Celle-ci était toujours rangée là où je la rangeais habituellement. Où ça ? Voyons, c’était un secret.

Quoiqu’il en soit, si Hagrid pouvait se promener dans la forêt avec une simple arbalète, je pouvais largement faire de même avec Arya en guise de seule protection, non ? Elle avait atteint l’âge adulte depuis des années, elle-même n’avait pas grand-chose à craindre en ces lieux. La voyant se redresser sur le tronc d’arbre et récupérer sa baguette – il était temps ! – je me demandais comment elle comptait expliquer sa présence ici. C’était comme ça que les choses marchaient, non ? L’élève faisait n’importe quoi, un membre du personnel le prenait sur le fait, et l’élève trouvait l’excuse la plus bidon possible pour tenter de justifier ses actions. Mr Grant ? Oui, c’était bien moi. Mais pourquoi buguait-elle ? J’étais prêt à tout entendre tant qu’elle ne passait pas en mode fangirl ou pleureuse. Tout serait acceptable, mis à part ces deux cas précis. Il manquerait plus que ça, un excès d’enthousiasme ou des pleurs incessants, pour attirer toutes les créatures dangereuses – et ennuyées – du coin !! Ouf, à voir comme elle touchait Arya sans paniquer, je supposais que j’étais tranquille de ce côté-là.

« Pas vraiment, non. Arya a éclos à mes côtés en 2005. Techniquement parlant, elle est libre de faire sa vie n’importe où. Mais j’apprécie le fait qu’elle me tienne compagnie… »

Il était difficile de posséder un aigle royal comme on possèderait un hibou. Pour commencer, je n’étais même pas sûr que ça puisse s’acheter. Après, si on pouvait trouver des œufs de Dragon au marché noir, j’étais certain que ça pourrait se trouver aussi. Néanmoins, je tenais à faire comprendre à cette jeune fille qu’Arya n’était pas à mon service comme pourrait l’être un Elfe de Maison. Elle me tenait simplement compagnie pour le moment. Ayant remarqué qu’elle saignait au niveau de la main, je dégainai ma baguette rapidement pour conjurer un bol en verre. Dans la seconde qui suivit, j’utilisais l’Aguamenti pour remplir le bol d’eau fraîche avant de tendre celui-ci vers l’élève :

« Tiens, mieux vaudrait nettoyer cette blessure en vitesse. »

Me rendant compte que je ne connaissais toujours pas son identité, je m’étais apprêté à la lui demander quand je changeais d’avis. A tous les coups, si je lui demandais son nom, elle s’imaginerait que ce serait pour la dénoncer ou la punir directement. Le plus simple serait donc de voir si elle se présenterait par elle-même ou non. Dans tous les cas, elle était élève dans cette école et chez les Gryffondor, il ne me faudrait donc pas longtemps pour découvrir son identité si je le désirais vraiment. Plutôt que de me concentrer là-dessus, je choisis de continuer à la distraire un peu histoire de lui faire oublier la douleur qu’elle devait probablement ressentir au niveau de la main. Une chose était sûre, je ne savais pas du tout comment gérer cette situation. J’étais bien plus habitué à être celui qui faisait n’importe quoi et se faisait engueuler. Oui, j’avais des filles. Et oui, il m’arrivait de leur faire la leçon. La différence, c’était qu’il s’agissait de mes enfants. Elle, je ne la connaissais pas du tout. De plus, on était toujours à l’intérieur de la Forêt Interdite. Ce n’était donc pas vraiment le bon endroit pour prendre ma grosse voix et lui passer un savon. A la place, je me contentai d’un simple:

« Tu m’as l’air d’être élève ici depuis quelques années au moins, quelle est ta matière préférée depuis le temps ? »

Yep, c’était ridicule. Je me retenais tout juste de partir en courant pour aller me planquer dans un nid à acromentules. Franchement, n’aurais-je pas pu trouver autre chose à dire ? Genre parler de l’éclat qu’avait la Pleine Lune ce soir. D’ailleurs, en parlant de celle-ci, et si…et si cette élève se trouvait dans la forêt pour se transformer en paix ? Loup-garou ? Elle ? Non, même Calamité Potter ne pouvait être négligent au point de ne pas savoir qu’une élève de son école s’éclipsait une nuit par mois pour aller danser avec les loups… Quoique, il ne s’appelait pas Calamité Potter pour rien. Depuis le temps, c’était largement dans ses cordes !

« Euh… Tu ne serais pas ici pour hurler à la Lune par hasard, hein ? »

Comme d’habitude, je choisissais une métaphore pour tenter d’alléger la situation potentiellement précaire dans laquelle je me trouvais. Bah oui, si cette élève était vraiment un loup-garou, je ne pouvais quand même pas la laisser galoper dans la Forêt sans rien faire. Qui savait si un autre élève n’allait pas débarquer ici en chantant « Hakuna Matata » à tue-tête… Au vu des noms qu’avaient certains élèves de cette génération, je m’attendais à tout venant d’eux.



Dernière édition par Tobias Grant le Lun 12 Déc - 2:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
5ème année Gryffondor
Féminin
✎ Parchemins : 1262
✎ Date d'arrivée : 11/11/2016

Sorcerer's Identity
✎ Année à Poudlard: 5ème année
✎ Profession: Etudiante
✎ Inventaire:
Liens et RPs
MessageSujet: Re: Promenons-nous dans les bois ♦ ft Tobias Grant Dim 11 Déc - 15:51

Promenons-nous dans les bois
Sasha Miller & Tobias Grant

   

   



Sasha avait écouté le bibliothécaire en silence. D'après ce qu'elle en voyait, il n'avait pas l'air si méchant et dangereux que ça. Elle décida alors de baisser légèrement sa garde, sans pour autant devenir imprudente. Après tout, elle ne savait pas pourquoi il se baladait dans cette forêt. S'il était un néo-mangemort comme elle le soupçonnait, peut-être qu'il était venu jusqu'ici pour aller à l'une de leurs réunions. Ce serait bien un endroit que ces timbrés choisiraient. Malheureusement elle ne savait absolument pas où ils faisaient ces réunions. Elle n'avait jamais entendu son père en parler quand elle était dans les parages. Il se méfiait d'elle. Et il avait raison.

Elle le vit faire apparaître un bol et ensuite le remplir d'eau. Elle se demandait bien ce qu'il allait faire avec ça. Il lui tendit alors l'objet, pour nettoyer sa blessure. Sasha le regarda d'abord sans bouger, sa méfiance revenant au galop. Cependant, elle l'avait vu conjurer le bol et le remplir juste devant ses yeux. Elle savait donc qu'il n'y avait rien de plus dedans. Elle s'avança alors un peu, de sorte à pouvoir le prendre dans ses mains.

« Merci. »

Elle grimaça lorsqu'elle mit sa main dans l'eau. Mais elle l'avait cherché, après tout. La curiosité est un vilain défaut. Après quelques minutes - le temps nécessaire pour que sa blessure soit nettoyée - elle déposa le bol par terre. Elle préférait le garder à portée de main, au cas où elle en aurait encore besoin. Elle commençait petit-à-petit à prendre confiance en l'homme qui se trouvait juste devant elle. Il venait, encore une fois, de l'aider. * Peut-être qu'il fait ça simplement pour t'appâter * pensa-t-elle. En effet, c'était bien possible. Mais il lui posa alors une question, toute simple. Et elle sourit un peu.

« Oh, oui. Je suis en cinquième année. Ma matière préférée est la métamorphose. Je ne sais pas pourquoi, ça m'a toujours passionné. Et puis, je suis plutôt douée. J'aimerais bien devenir animagus, un jour. »

Elle ferait tout son possible pour le devenir, même. Ça l'avait toujours fait rêver de pouvoir se transformer autant qu'elle le veut en un animal. D'ailleurs, elle se demandait souvent quel serait le sien. Pour elle, c'était sans importance, tous les animaux étaient merveilleux. Enfin bon, elle espérait tout de même ne pas se transformer en insecte. Mr Grant lui demanda alors si elle était sortie pour "hurler à la lune", pour reprendre ses mots. Était-il sérieux ? Bon, c'est vrai que c'était un peu normal d'avoir des doutes. Après tout, il venait à peine d'arriver dans cette école et ne connaissait pas encore les élèves.

« Moi ? Loup-garou ? » dit-elle en riant un peu « Absolument pas. Non, en fait j'avais besoin de réfléchir et de prendre l'air. Et je ne sais pas pourquoi, j'ai eu envie de venir ici. J'aime bien cette forêt, même si ça va vous paraître bizarre. »

Evidemment qu'il allait trouver ça étrange. Elle ne s'appelait pas la forêt interdite pour rien. Il y avait beaucoup de créatures dangereuses ici. Il devait sûrement la prendre pour une imprudente. Le fait est qu'elle commençait à bien connaitre cette forêt, alors elle n'avait plus peur d'y aller. Même si cette fois elle avait été plus loin que d'habitude et était tombée nez à nez avec un serpent. Elle n'avait jamais été confrontée à ce genre de situation auparavant.

Elle prit soudainement conscience qu'il ne connaissait toujours pas son identité. Peut-être attendait-il, justement, pour pouvoir lui donner une punition. Franchement, elle s'en fichait d'être punie. Elle espérait juste ne pas avoir des points en moins pour Gryffondor. Car les autres seraient punis aussi à cause d'elle, et ça elle n'avait pas envie. Elle se lança donc, priant pour n'avoir qu'une retenue.

« Je ne me suis pas encore présentée. Je m'appelle Sasha Miller. Je suppose que je vais avoir droit à une belle punition ? »

Cependant, elle venait de penser à quelque chose. S'il était un néo-mangemort, cela voudrait dire qu'il était avec son père, et donc qu'il savait qui elle était. Elle venait de faire une terrible gourde. Car il irait probablement lui raconter que sa fille ne respecte pas le règlement. Elle s'en mordra les doigts pendant les prochaines vacances, car son géniteur ne supportait pas ce genre de comportement. En fait, il la détestait elle et tout ce qu'elle faisait, tout simplement...


   

FICHE PAR STILLNOTGINGER.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Bibliothécaire
Masculin
✎ Parchemins : 163
✎ Date d'arrivée : 25/11/2016

Sorcerer's Identity
✎ Année à Poudlard: //
✎ Profession: Magizoologiste
✎ Inventaire: Rapeltout
Liens et RPs
MessageSujet: Re: Promenons-nous dans les bois ♦ ft Tobias Grant Lun 12 Déc - 2:39


Elle n’avait plus l’air effrayée. Parfait, cela faisait déjà un point pour moi. Si je me souvenais bien, quand Potter avait fait l’erreur de montrer à tout le monde qu’il était capable de parler aux serpents, ça avait été la panique générale. La majorité de l’école s’était d’ailleurs mis à le boycotter et à le traiter comme l’héritier de Serpentard à l’époque où les élèves se faisaient pétrifier un par un. Le fourchelangue avait toujours été mal-vu dans le monde des sorciers, ou plutôt dans la communauté présente ici en Grande-Bretagne. Ailleurs, il n’en faisait pas tout un fromage. Certes, je ne m’étais pas amusé à révéler à tout le monde que je possédais cette habilité. Cependant, quelques personnes de mon entourage le savaient. Mon meilleur ami, qui était médicomage à Sainte-Mangouste. Ma femme, Olivia, qui résidait actuellement en Irlande, et mes filles aussi. Sachant que j’étais aussi en mesure de parler aux Êtres de l’eau et aux Gobelins dans leur langue d’origine, celles-ci ne verraient jamais en quoi il était étrange que je sois capable de parler aux serpents. D’ailleurs, qui savait si l’une d’entre elles ne développerait pas à son tour cette capacité. Jusqu’à maintenant, je n’avais jamais cherché à vérifier. Je préférais attendre qu’elles soient plus grandes pour voir, histoire qu’elles comprennent bien qu’il s’agissait d’un avantage à cacher, car révéler toutes ses bottes secrètes n’était jamais une bonne idée.

Le fourchelangue m’avait sorti de pas mal de situations, et m’avait surtout beaucoup aidé dans mon travail de Magizoologiste. Il s’agissait de ma carte maîtresse. C’était en partie la raison pour laquelle je préférerais que cette élève ne m’ait pas entendu. Si elle n’était pas au courant, elle ne pouvait pas le crier à droite à gauche. Si elle avait bien compris ce que j’avais fait, j’espérais qu’elle garderait cette information sur elle. Après, je ne voyais vraiment pas qui la croirait mais bon. Surtout que, aux yeux de ce pays, j’étais un né-moldu. Or, il était impossible qu’un né-moldu hérite de cette aptitude. D’un autre côté, ça aurait fait taire pas mal de puristes qui n’avaient de cesse de les maîtriser. En me voyant lui tendre un bol rempli d’eau que j’avais conjuré, elle avait légèrement hésité avant de le prendre. Bien, cette méfiance lui sauverait probablement la vie un jour. Elle n’était pas si insouciante que ça au final. Ma question bidon lui arracha un petit sourire. Ah la la, si même elle se foutait de moi, j’allais vraiment finir par courir me planquer. Qu’est-ce que j’étais ridicule… Cinquième année donc. Oui, ça correspondait plutôt bien à ce à quoi elle ressemblait. Elle aurait donc ses BUSE à passer à la fin de l’année. Raison de plus pour se demandait ce qu’elle fichait dans cette forêt à une heure pareille !

La métamorphose. Ah, voilà qui était mieux. Quoique, j’espérais que ce n’était pas uniquement parce que sa maîtresse de maison enseignait cette matière. Ah bah non, apparemment elle était passionnée par le sujet. Animagus ? Là, par contre, j’étais perdu. A quoi cette aptitude à se transformer en animal pourrait bien lui server ? Ce n’était pas comme si elle pouvait utiliser la magie sous une forme animale… Elle ne serait qu’une cible facile. A moins qu’elle ne prenne la forme d’un gorille ou d’un ours, histoire de gagner en résistance et en force brute. Un type de poisson pourrait potentiellement lui être utile si elle cherchait un jour à s’échapper par une étendue d’eau. Une créature ailée par contre, y’avait plutôt intérêt à ce qu’elle soit sacrément rapide, autrement n’importe quel sort pourrait facilement la neutraliser. Vous l’aurez compris, si ça n’avait pas d’utilité en combat ou pour s’enfuir, je ne comprenais pas cet intérêt pour les Animagus. Le concept était intéressant, idem pour la partie théorique. Néanmoins, je préférais largement transformer des objets en animaux ou alors les conjurer directement d’un coup de baguette. De plus, si je faisais l’erreur de me transformer en rongeur, j’aurais peur d’être un jour chassé puis mangé par Arya…

« Personnellement, je préfère transformer plutôt que me transformer. Si tu pouvais choisir, tu voudrais prendre quelle forme ? »

Quitte à faire la conversation, autant la faire jusqu’au bout, non ? Elle n’était plus en danger, et avait nettoyé sa blessure. Elle n’était pas non plus un loup-garou. Quelque part, ça aurait un peu fait redondant, non ? Loup-garou et Animagus… Imaginez un Loup-garou Animagus qui prendrait la forme d’un loup. Le gars pèterait littéralement les plombs !! Besoin de réfléchir et de prendre l’air ? Elle était sérieuse là ? Il y avait un parc et même le lac juste à côté ! Ne pouvait-elle pas prendre l’air en sécurité ? Parfois, je me demandais ce qu’il se passerait si cette génération se retrouvait avec le même type de galères que Calamité Potter avait l’habitude d’apporter à Poudlard. Franchement, comment seraient-ils capables de gérer un Troll dans les cachots, ou des élèves qui se faisaient pétrifier à tous les angles des couloirs, voire carrément la présence de Détraqueurs dans les environs. S’ils faisaient tous preuves de la même insouciance que cette élève de Gryffondor, ils finiraient tous fracassés par le Troll, dévorés par le Basilic ou embrassés par un Détraqueur. Niveau instinct de survie, il semblerait que cette génération ait vachement régressé… Et encore, ça ne faisait que 5 jours que j’avais commencé à bosser ici. Que ce serait-il passé si je ne m’étais pas trouvé – par le plus grand des hasards – dans cette forêt ? J’avais levé les yeux en ciel en l’entendant dire qu’elle aimait cette forêt. J’avais comme l’impression d’être mis à l’épreuve par des forces supérieures… Ne pas hurler… Ne pas hurler… Ne pas hurler… Quand elle se présenta et me parla d’une éventuelle punition, je craquai :

« Tu te fiches de moi ?! Qu’est-ce que tu crois qu’une punition changerait ? Est-ce que tu as conscience de la situation dans laquelle tu t’es bêtement fourrée sous prétexte de vouloir réfléchir et prendre l’air ? Si je n’étais pas arrivé, que crois-tu qu’il se serait passé ? Es-tu inconsciente au point de ne pas comprendre le sens du mot Interdit dans Forêt Interdite ? Non seulement tu étais tout juste capable de hurler à la mort face à UN SEUL serpent, mais en plus, tu n’as rien trouvé de mieux à faire que de lâcher ton seul moyen de défense… Et le pire dans tout ça, c’est que tu réussis à te retrouver dans cette forêt après le couvre-feu et par une nuit de Pleine Lune !! N’as-tu donc rien appris en cours de Défense contre les Forces du Mal ? »

Tout en lui disant cela, je n’avais eu de cesse de faire les 100 pas devant elle, haussant un peu plus la voix à chaque question que je lui posais. C’était qu’elle me rendait complètement fou ! C’était comme si elle voyait un bain de piranhas devant elle et qu’au lieu de renoncer à se baigner, elle décidait quand même d’y aller en se disant qu’ils la laisseraient faire sans chercher à la déchiqueter ! Si cette forêt ne regroupait que des créatures inoffensives et sympathiques, il n’y aurait aucune raison d’en interdire l’accès. Hagrid étant un demi-géant, il pouvait lui-même être considéré comme une semi-créature, et avait donc bien moins à craindre que l’humain ou sorcier lambda. Quant à moi, je n’avais pas 15ans. J’étais un sorcier plus que compétent avec une vingtaine d’années d’expériences en termes de créatures magiques : j’étais largement apte à me promener dans cette forêt tant que je ne faisais pas de vague. Mais elle, Petit Chaperon Rouge qu’elle était, elle était loin d’avoir les épaules pour ! Et ça, il fallait qu’elle le comprenne ! Au passage, mon autorité était limitée à la bibliothèque. Je n’étais techniquement pas autorisé à lui retirer des points ou à la punir parce qu’elle se trouvait dans la Forêt après le couvre-feu. Je pouvais, par contre, le faire savoir à Granger, sa maîtresse de maison. Et au vu du caractère strict de celle-ci, Sasha aurait bien plus à craindre si celle-ci était mise au courant. Tiens, ça me faisait penser à un truc.

« Attends un peu, tu as dit Miller ? Ne me dis pas que ton père est cet abruti de Jeremiah Miller qui cherche limite à exécuter toute créature qui passe devant lui en examen ?! »

Oui, je connaissais ce nom. Tout comme moi, ce sadique travaillait au Département des Créatures Magiques. La seule différence, c’était que je les étudiais pour permettre aux gens de mieux les comprendre alors que lui les jugeait pour savoir si elles avaient le droit de continuer à vivre. Nos chemins avaient été amenés à se croiser à de nombreuses reprises lors de mes brefs retours au Ministère de la Magie pour un rapport ou certains galas. Sa réputation n’était plus à refaire, et il était l’une des raisons pour laquelle j’avais toujours un problème avec la communauté sorcière de ce pays.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
5ème année Gryffondor
Féminin
✎ Parchemins : 1262
✎ Date d'arrivée : 11/11/2016

Sorcerer's Identity
✎ Année à Poudlard: 5ème année
✎ Profession: Etudiante
✎ Inventaire:
Liens et RPs
MessageSujet: Re: Promenons-nous dans les bois ♦ ft Tobias Grant Lun 12 Déc - 11:43

Promenons-nous dans les bois
Sasha Miller & Tobias Grant

   

   



Il était vrai que transformer était plus passionnant que se transformer. Le simple fait était qu'elle adorait les animaux. Bon, peut-être mis à part les serpents. Elle avait toujours eu une peur bleue, et si le confinement n'avait pas été son épouvantard, elle pouvait être sûre que ces reptiles auraient pris la place. Mais d'où remontait cette peur ? Ça elle n'en n'avait aucune idée. D'aussi loin qu'elle se souvienne, elle avait toujours été présente. Peut-être était-ce l'ironie de sa situation familiale. Deux parents fous, anciens Serpentards. Elle n'en savait rien. Toujours était-il qu'elle aimait beaucoup les animaux, alors elle avait toujours rêvé de pouvoir se transformer en l'un deux.

« Hum je ne sais pas trop. J'aimerai beaucoup me transformer en un animal majestueux et fort comme un lion, un tigre ou un loup. Pourquoi pas un aigle aussi. Juste, j'aimerai ne pas servir de dîner et savoir me défendre en cas de problème. »

Elle ne voyait pas trop l'intérêt de se transformer en un hamster ou un cafard. Evidemment, elle voulait aussi être capable de se défendre.

Une fois qu'elle s'était présentée, là on pouvait dire qu'il avait pété les plombs. Et il y avait de quoi, ça elle le savait. Tout au long de son monologue de reproches, la jeune fille avait littéralement baissé les yeux et regardé ses chaussures. Il avait raison sur toute la ligne, elle n'était pas idiote pour croire le contraire. Pourquoi avait-elle choisi de venir ici, alors que le lac n'était pas loin ? De plus, elle adorait aller là-bas. Pouvoir lancer des cailloux dans l'eau, comme elle le faisait étant enfant. Le fait est qu'elle n'avait pas mesuré l'ampleur du danger. En ce moment elle n'allait pas bien, et quand elle a pensé à venir ici, elle n'y pas réfléchi. Certes, de l'extérieur, qui se douterait que la jeune fille blonde à l'air blagueur et insouciante souffrait psychologiquement ? Tout le monde ne connaissait pas son histoire. Et puis d'ailleurs, elle ne voulait pas que les gens sachent. A quoi bon ? Ça la révulsait de n'être qu'une marionnette dans la vie de ses parents. Elle n'avait même pas le droit de construire son futur d'elle-même. On lui choisissait un mari et elle n'avait pas le droit d'y renoncer. Sauf si elle partait. Mais pour aller où ? Sans oublier qu'elle serait déshéritée sur le champs et n'aurait plus aucun argent. Ça ne la mènerait nul part. De plus, elle ne supportait plus rentrer chez elle pendant les vacances, c'était un vrai calvaire. Bien sûr elle trouvait toujours une excuse pour pouvoir rester à Poudlard pendant les vacances de Noël, mais lors des vacances d'été, elle n'avait pas le choix de rentrer. Elle ne se sentait tellement pas à sa place là-bas. Parfois, elle avait même l'impression de vivre avec l'ennemi. Bien que sa mère ne fasse pas partie des néo-mangemorts, elle n'en pensait pas moins. Elle était juste hypocrite et trop peureuse pour rentrer dans l'ordre, tout simplement. Alors oui, Sasha avait été imprudente ce soir. Mais cela cachait tellement plus. Elle ne se trouvait pas d'excuse, au contraire elle savait qu'elle avait été fautive. Pourtant, habituellement elle réfléchissait un minimum avant de foncer. Ce n'était pas son genre d'agir de la sorte. Elle avait soudainement une énorme envie de pleurer, de tout lâcher, juste pour une fois. Trop de poids sur ses petites épaules. Mais elle ne pleurait jamais en public, non. Elle ne voulait pas qu'on la prenne en pitié. Alors elle se retint de toute ses forces.

Quand il lui demanda si elle avait bien dit "Miller", elle releva la tête brusquement et le regarda, les yeux écarquillés. Ça y est, elle s'était vraiment jetée dans la gueule du loup. Ce type était donc un néo-mangemort comme elle le pensait. Mais quand elle entendit le reste de sa phrase, elle se détendit légèrement. Apparemment il ne connaissait son père rien que par son travail. Aussi, c'était normal. Sa réputation le précédait. Elle espérait juste que Mr Grant n'allait pas faire de conclusion hâtive sur elle. Car elle n'était absolument pas comme lui. Elle le détestait et détestait ce qu'il faisait à ces créatures.

« Oui, c'est bien mon père... » grinça-t-elle entre ses dents. Il ne se rendait pas compte à quel point ça la tuait de dire ça. Malheureusement c'était bien la vérité, et ça, on ne pouvait pas la changer. Toutefois, elle voulait lui faire comprendre qu'elle était différente. « Mais je vous assure que je ne suis pas comme lui, pas du tout. Pour être honnête, nous sommes l'exact opposé l'un de l'autre... »

Elle espérait au moins qu'il la croirait un minimum. Bien qu'elle n'accordait pas grande importante au regard des autres, Sasha ne supportait pas qu'on la compare à ses parents et qu'on pense qu'elle est comme eux. Ça, elle y tenait beaucoup. Et elle ne voulait pas que cet homme le croit. Pourquoi ? Elle ne le savait pas. Elle ne le connaissait même pas. Mais elle avait l'impression qu'elle pouvait lui faire confiance. Même s'il parlait fourchelang et que ça, elle ne savait toujours pas quoi y penser. Elle se demandait s'il fallait remettre le sujet sur le tapis ? Mais elle doutait que ce soit une bonne idée. Peut-être simplement pour lui dire que son secret était bien gardé avec elle ? Ce n'était pas du tout son genre d'aller crier ça sur tous les toits.

Un silence s'installa. Sasha s'était remis à contempler le sol, l'air complètement honteuse. Elle n'osait pas trop croiser le regard du bibliothécaire, de peur d'y voir de la déception. Mais après tout, ça lui apprendrait à ne pas réfléchir. Elle voulait tout de même s'excuser. Car elle ne savait pas ce qu'il faisait dans cette forêt, mais une chose était sûre, elle l'avait détourné de ses projets. Non mais quelle idiote.

« Je suis vraiment désolée Mr Grant. Vous étiez sûrement venu dans cette forêt pour quelque chose, et moi je vous en ai empêché. Mais vous avez raison. J'ai été complètement stupide et inconsciente. Soyez sûrs que je ne recommencerai jamais. »

Voilà, elle s'était excusée. Mais c'était la moindre des choses, après tout. Et puis, après ce qu'il avait fait pour elle... Cela lui fit penser qu'elle ne l'avait même pas remercié pour être venu l'aider.

« Et merci d'être venu m'aider. Même si pour ça vous avez dû... »

Elle s'était tue au milieu de sa phrase. Au début elle s'était dit qu'elle n'en reparlerait pas. Mais elle avait tout de même l'impression qu'il le fallait. Au moins pour que les choses soient claires, non ? Alors elle inspira un bon coup avant d'ajouter :

« Parler fourchelang. »

   

FICHE PAR STILLNOTGINGER.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Bibliothécaire
Masculin
✎ Parchemins : 163
✎ Date d'arrivée : 25/11/2016

Sorcerer's Identity
✎ Année à Poudlard: //
✎ Profession: Magizoologiste
✎ Inventaire: Rapeltout
Liens et RPs
MessageSujet: Re: Promenons-nous dans les bois ♦ ft Tobias Grant Lun 12 Déc - 21:47


La demoiselle face à moi semblait avoir un minimum de bon sens. Les animaux en lesquels elle aimerait pouvoir se métamorphoser étaient le genre à pouvoir se défendre, mais surtout attaquer. Il était clair qu’en maîtrisant l’une de ses formes, elle serait – pour commencer – bien plus à même de traverser cette forêt sans avoir à trop s’inquiéter. Bien entendu, il faudrait pour cela qu’elle apprenne à maîtriser ses émotions. La peur était une bonne chose : elle lui indiquait clairement qu’il y avait un problème. Cependant, si elle restait paralysée par cette peur ou incapable d’agir comme il le faudrait, celle-ci ne ferait que la handicaper. Personnellement, j’étais surtout effrayé par les Vampires depuis le manège que Lena McCall m’avait joué pour réactiver mon instinct de survie. Quand bien même j’avais compris par la suite que ce clan bien particulier ne représentait pas de danger pour moi, je ne pouvais m’empêcher de paniquer lorsque j’en croisais un autre, voire pire plusieurs autres. En attendant, cela ne voulait pas dire pour autant que je n’étais pas capable de les affronter s’il le fallait : je n’avais qu’une vie après tout.

Savoir se défendre en cas de problème, c’était une excellente idée ! Il ne lui restait donc plus qu’à mettre celle-ci en application. Suite à sa petite remarque sur le fait d’être punie pour ses actions, j’avais comme qui dirait explosé. Pour ma défense, elle l’avait entièrement cherché ! Ses actions avaient été insensées, risquées et complètement inutiles. Dans une autre vie, j’aurais pu en rigoler, en particulier sur le fait qu’elle aurait largement pu prendre l’air au niveau du lac ou du parc. Mais non, au lieu de prendre l’air à l’extérieur, là où le ciel était complètement visible, elle avait choisi de s’enfoncer dans une forêt sous les arbres… Dans cette autre vie, je n’aurais probablement pas eu de fille non plus. Malheureusement pour Sasha Miller, j’en avais. Trois filles, dont l’aînée avait 8ans actuellement. Les trois étaient inscrites à l’école moldue pour le moment. Néanmoins, je savais que d’ici trois années, la première serait en âge d’intégrer une école de sorcellerie. Une chose était sûre, ce ne serait pas Poudlard. Il y avait un tas d’autres écoles un peu partout dans le monde, et je ne comptais pas rester dans ce pays plus longtemps que nécessaire. J’y étais cette année pour faire mes recherches tout en récupérant de mes brûlures. Après cette année, je retournerais probablement en Hongrie ou ailleurs pour continuer mon travail avec les Dragons.

Le fait d’avoir des enfants m’avait permis de réaliser à quel point il était possible de s’inquiéter pour quelqu’un d’autre. Ainsi, avec cette élève qui avait eu la bonne idée de mettre sa vie en danger, mes instincts paternels avaient repris le contrôle, me forçant à lui faire comprendre qu’elle ne pouvait agir aussi inconsciemment alors que des personnes tenaient forcément un minimum à elle depuis le temps qu’elle était née. Des parents, des amis qu’elle s’était faite à Poudlard, certains enseignants qui l’appréciaient, et ainsi de suite. Bref, peu importait son envie de réfléchir, se mettre ainsi en danger ne se faisait pas, encore moins dans une école qui faisait déjà tout pour maintenir la sécurité des élèves. Ajouté à cela, la présence de Calamité Potter mettait leur vie suffisamment en danger comme ça, mieux valait éviter d’en rajouter. Me rendant compte du nom qu’elle m’avait donné en se présentant, je lui avais demandé si elle était bien la fille de quelqu’un que je connaissais. Certes, je le connaissais surtout de réputation et n’avais eu que quelques rares conversations avec lui. A chaque fois, j’avais dû me retenir de lui fracasser la tête mais bon, il avait survécu chaque discussion au moins, c’était déjà ça. J’avais donc vu juste. Comment un gars comme lui avait bien pu avoir une fille ? Sérieusement, que sa mère soit exactement pareille ou que ce soit encore une de ces histoires de mariage arrangé – allez comprendre les sangs purs – je préférais ne pas imaginer ce à quoi ressemblait l’éducation de cette jeune fille.

Elle n’était pas comme lui ? Exact opposé l’un de l’autre ? Ça se voyait ! Lui était brun et barbu, elle était blonde et imberbe. Lui serait sans doute parfaitement capable de traverser cette forêt – sûrement pour exterminer toutes les créatures y vivants – et elle n’était pas foutu de se défendre contre un simple serpent… Elle avait été capable de caresser Arya sans que celle-ci ne s’éloigne, son père aurait fini avec les yeux percés à coups de bec s’il s’était approché d’un peu trop près. Les différences, je les voyais et, quelque part, ça m’inquiétait encore plus. A quoi avait donc bien pu ressembler son enfance avec un père pareil ? Comment vivait-elle cette relation actuellement ? Avaient-ils d’autres points communs ? Ce n’était pas parce qu’elle aimait les animaux et qu’il les méprisait qu’ils étaient forcément en conflit. D’un autre côté, ça devait rendre les choses légèrement compliquées s’il lui était arrivé de demander à adopter un chien, un chat ou autre… ‘Fin bref, son enfance n’avait pas grand-chose à voir avec la situation actuelle, si ? Ça expliquerait un minimum les choses mais bon, il s’agissait d’une question vachement personnelle quand même. A côté de ça, ce n’était pas très correct de ma part de faire autant de suppositions sur sa mère, son éducation et tout le reste sous prétexte que son père était un idiot que je fracasserais bien contre un arbre…

Dire que ça ne faisait que quelques jours que j’avais débarqué ici, et je me retrouvais déjà embarqué dans ce type de galères… Comme quoi, il ne se passait jamais rien de bien lorsqu’on se promenait dans la Forêt Interdite après le couvre-feu… Tandis qu’elle s’excusait, je me souvins du fait que je n’avais toujours pas pris la peine de lui fournir quelque chose pour couvrir sa morsure. Utilisant de nouveau ma baguette, je conjurais suffisamment de bandages pour pouvoir panser complètement sa blessure. Une fois les bandages dans ma main, je me rapprochai de Sasha afin de les nouer autour de la morsure tout en lui disant :

« Tes excuses ne seront pas acceptées tant que tes actions ne suivront pas tes propos. En attendant, donne-moi ta main, je vais couvrir ta blessure. Tu pourras te rendre à l’infirmerie par toi-même ce soir ou demain matin, à toi de voir. »

Je n’étais pas du genre à accepter les excuses. Les paroles n’avaient pas vraiment de poids. Il était bien trop facile de s’excuser pour recommencer la seconde d’après, puis s’excuser de nouveau et recommencer encore. Nombre était les personnes qui s’imaginaient que de bonnes excuses suffisaient à oublier l’évènement et à passer à autre chose. Ce n’était pas mon cas. Je préférerais largement qu’elle ne s’excuse pas dès lors qu’elle prenait vraiment conscience des risques qu’elle avait encourus. A partir du moment où elle ne mettait plus sa vie en danger comme elle venait de le faire, je considérerais qu’elle était vraiment désolée. Si elle recommençait à la première occasion, cela ne ferait que démontrer que ses excuses étaient insincères. En ce qui concernait l’infirmerie, c’était à elle de voir si elle voulait cacher sa blessure jusqu’au lendemain matin – afin de faire comme si elle n’était jamais sortie après le couvre-feu – ou si elle voulait de suite se faire soigner, acceptant au passage de faire savoir qu’elle avait enfreint plusieurs règles de cette école. Étais-je venu dans cette forêt pour quelque chose ? Oui, mais bon, la présence de ce serpent m’avait permis de comprendre que je n’étais pas loin de la zone que je recherchais. De plus, ce n’était que le début de cette année scolaire. J’avais largement le temps de revenir et de trouver ce pour quoi je m’étais rendu dans cette forêt. Il ne s’agissait que d’une partie remise. Alors que j’enroulais les bandages conjurés autour de sa blessure, ce fut des remerciements qui arrivèrent cette fois-ci. Décidément, elle était vachement polie pour une adolescente. Malheureusement pour moi, elle était aussi attentive et avait une bonne mémoire.

Terminant de nouer les bandages, je fis quelques pas en arrière, lui tournai le dos et levai les yeux au ciel. Les mains posées sur mes hanches, je pris une profonde inspiration, puis expirai profondément. Ah la la… Qu’est-ce que j’allais bien pouvoir faire ? Je pourrais éventuellement l’immobiliser, puis la ligoter à un arbre pendant une semaine le temps qu’elle oublie toute cette histoire ou comprenne qu’elle avait intérêt à ne rien dire… Hmm, ce serait le plan B, voire le plan C. Autant lui laisser le bénéfice du doute, non ? J’étais parvenu à garder cette capacité secrète pendant 26 ans… Mon meilleur ami l’avait découvert, mais n’avait fait aucun commentaire compte-tenu qu’il m’avait vu parler le fourchelang durant la guerre. A ce moment-là, nous avions d’autres chats à fouetter. Après, je l’avais révélé à Olivia, ma femme, alors que nous sortions ensemble. Ayant étudié à Durmstrang, elle avait bien moins de préjugés que les sorciers de Grande-Bretagne. Bon allez, si elle tenait à mentionner le sujet et à parler de ce qu’elle avait vu, on allait en parler. Lui faisant face de nouveau, je me posai en tailleur face à elle lui demandant simplement :

« Bien, qu’est-ce que tu sais exactement sur le fourchelang ? »

Niveau question, je ne pouvais pas faire plus simple. Et posé comme je l’étais, je ne pourrais pas être moins menaçant. De toutes les façons, on était seuls dans cette forêt, donc quoique je fasse, elle ne se sentirait probablement pas en sécurité. En lui posant cette question, je cherchais surtout à savoir ce qu’on lui avait dit ou ce qu’elle avait appris sur cette langue. Plus j’en saurais, et mieux je saurais gérer cette situation particulièrement gênante.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
5ème année Gryffondor
Féminin
✎ Parchemins : 1262
✎ Date d'arrivée : 11/11/2016

Sorcerer's Identity
✎ Année à Poudlard: 5ème année
✎ Profession: Etudiante
✎ Inventaire:
Liens et RPs
MessageSujet: Re: Promenons-nous dans les bois ♦ ft Tobias Grant Ven 16 Déc - 22:03

Promenons-nous dans les bois
Sasha Miller & Tobias Grant

   

   



Après quelques minutes, elle l'aperçut conjurer tout un tas de bandages. Il s'avança alors vers elle pour lui couvrir la blessure. Elle le laissa faire, ça ne pourrait pas lui faire de mal de toute façon. Elle ira probablement à l'infirmerie ce soir. Ce n'était pas du tout son genre de ne pas assumer ses actions. Elle avait enfreint le règlement et avait eu la malchance de se faire mordre par un serpent, et bien elle en subirait les conséquences, bien qu'elle en subissait déjà avec ce bibliothécaire. Sasha avait toujours été une fille très honnête. Disant toujours ce qu'elle pensait aux gens, et ne mentant presque jamais. Le seul mensonge qu'elle pouvait raconter, c'était celui concernant son sang. Lors de sa première année à Poudlard, son père l'avait obligée à dire à tout le monde qu'elle était de sang-pure, alors qu'en réalité elle était de sang-mêlé. Evidemment, à l'époque elle avait obéi, pensant toujours un peu que le statut du sang était important. Pourtant, elle continuait toujours à ne pas dire la vérité, sans trop savoir pourquoi. Sans doute avait-elle peur de la réaction de son père s'il l'apprenait. Dieu seul sait ce qu'il pourrait lui faire. Elle ne préférait pas tester. Il lui faisait peur, parfois. Elle avait beau tout faire pour le faire enrager, elle ne franchirait jamais cette ligne.

Une fois qu'il eut terminé de bander sa main, il lui tourna le dos. Elle avait lancé le fameux sujet. Elle espérait ne pas avoir pris la mauvaise décision en faisant cela. Elle eu soudainement un peu peur. Peut-être réfléchissait-il à un moyen de se débarrasser d'elle. Non, elle tentait de se convaincre du contraire. Après tout, il lui avait tout de même recouvert sa blessure. Certes, c'était un argument qui n'en valait pas un, mais c'était tout ce qu'elle pouvait faire pour le moment. Elle le vit revenir vers elle et s'asseoir en tailleurs face à elle. Le regardant quelques minutes, elle décida de faire de même, appuyée contre le tronc d'arbre.

Qu'est-ce qu'elle savait exactement sur le fourchelang ? Et bien, tout ce que ses parents lui avaient apprit, à vrai dire. Ainsi que son cher professeur particulier. Bon sang, qu'est-ce qu'il ne lui manquait pas, celui-là. Elle se souvenait de son enfance, et du fait qu'elle restait enfermée presque tous les jours dans la bibliothèque avec ce cher professeur. Celui-ci lui apprenait ce qu'était la pureté du sang, et à quel point les moldus étaient des déchets qui ne servaient à rien. On pouvait dire que c'était un bon gros lavage de cerveau. Surtout qu'elle n'avait que six ans lorsque les cours ont débuté.

« Et bien, je sais que c'est la langue des serpents. Ceux qui ne peuvent pas la parler n'entendent que des sifflements. Et je sais aussi que c'est très rare, et pas très bien vu, car elle est souvent associée à la magie noire. »

Voilà, ça c'était dit. Elle avait raconté tout ce qu'elle savait, autant être honnête. Peut-être allait-il trouver cela étrange qu'elle en sache autant sur le sujet, mais elle n'en avait que faire. Il ne connaissait pas son histoire, alors il pouvait penser n'importe quoi sur son compte. Cependant, une question lui taraudait l'esprit. Elle se demandait s'il était né avec cette faculté, ou s'il l'avait apprise, bien que ce soit rare également. Elle comptait lui demander, mais peut-être était-ce trop personnel ? Quoique, ils s'étaient lancés dans le sujet après tout.

« Vous êtes nés avec cette capacité spéciale ? Ou bien vous l'avez apprise ? J'ai entendu dire qu'on pouvait l'apprendre, même si c'est rare et difficile. »
   

FICHE PAR STILLNOTGINGER.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Bibliothécaire
Masculin
✎ Parchemins : 163
✎ Date d'arrivée : 25/11/2016

Sorcerer's Identity
✎ Année à Poudlard: //
✎ Profession: Magizoologiste
✎ Inventaire: Rapeltout
Liens et RPs
MessageSujet: Re: Promenons-nous dans les bois ♦ ft Tobias Grant Sam 17 Déc - 8:09


Dans quelle situation je m’étais encore fourré ? A peine cinq jours que j’étais de retour dans cette école maudite et voilà que je me retrouvais avec un problème sur les bras. D’ordinaire, je provoquais un peu les choses afin de me retrouver dans une galère de ce genre. Là, pour le coup, ce n’était pas du tout le cas. Je n’avais cherché personne, désirant simplement trouver la zone plus ou moins réservée aux serpents qui se trouvaient dans cette forêt. Cela faisait un petit moment que je n’avais plus parlé à de véritables serpents que je n’avais pas conjurés. Non pas que je m’inquiétais de rouiller ou autre, mais il fallait bien – à un moment ou à un autre – que j’engage la conversation avec ces reptiles qui n’avaient eu de cesse de me distraire durant mes cours de Soins aux Créatures Magiques. Pour ce soir, c’était probablement mort. Avec cette Sasha qui m’avait entendu et était carrément en train de me confronté sur mon aptitude à parler le fourchelang, j’avais un peu d’autres chats plus urgents à fouetter.

Apparemment, le fait de lui fournir de quoi nettoyer puis recouvrir sa blessure ne suffisait pas à obtenir un laissez-passer.  Nope, madame tenait absolument à me faire savoir qu’elle m’avait entendu. Pourquoi ? Aucune idée. Depuis le temps, et après s’être faite engueuler, je m’étais dit que sa priorité serait de retrouver son chemin jusqu’au château afin d’être soigné par l’infirmière ou d’aller dormir. Mouais, il fallait croire que cette nouvelle génération avait des priorités différentes. Bon allez, tant pis. Quitte à bavarder dans cette forêt, autant se mettre dans les meilleures conditions. M’asseyant en tailleur face à elle, je la vis faire de même tandis que je lui demandais ce qu’elle savait exactement sur ce qu’elle avait appelé le fourchelang. Langue des serpents. Jusque-là, elle avait bon. Sifflements pour ceux qui ne le comprenaient pas. Nouveau point pour elle. Ce qui voulait dire qu’elle avait déduit de mes sifflements au serpent et du fait qu’il s’était barré après mon intervention comme des preuves que je parlais bien cette langue.

Très rare. Oui, du haut de mes quarante-deux ans, je n’avais pas croisé beaucoup de personnes le parlant. Il y avait Voldemort, mais je ne l’avais jamais vu faire. J’en avais juste entendu parler. Calamité Potter était celui qui m’avait permis de comprendre pourquoi j’entendais ces voix dans certains endroits. Cependant, je ne lui avais jamais fait part de ma capacité et depuis cet épisode où il était en deuxième année, je ne l’avais plus revu le parler. Au cours de mes voyages sur les continents américains, africains et européens, j’avais entendu parler de quelques sorciers et sorcières qui le parlaient. Pour certains, il s’agissait de rumeurs. Pour d’autres, c’était la vérité. J’avais d’ailleurs beaucoup rigolé en en voyant un se faire passer pour un charmeur de serpent dans un village moldu. Cet escroc avait amassé tellement d’argent en impressionnant ces moldus que j’avais été tenté de m’en mêler pour qu’il arrête de les arnaquer. Le truc, c’était que je ne pouvais pas leur révéler qu’il était réellement capable de communiquer avec le serpent qu’il « charmait ». Je serais passé pour un fou auprès d’eux. Le dernier fourchelang que j’avais rencontré se trouvait en Hongrie, et j’avais eu de nombreuses conversations avec lui dans cette langue justement. Un moyen comme un autre de partager un point que l’on avait en commun.

Pas très bien vu. Là aussi, elle marquait un point. C’était aussi l’une des raisons pour lesquelles je lui posais cette question. Si c’était ce qu’elle avait entendu sur cette capacité et qu’elle partageait aussi cette peur irrationnelle pour un langage, je ne comprenais pas trop pourquoi elle insistait pour m’en parler : ce ne serait pas logique. Quoique, elle se trouvait actuellement dans la forêt interdite, après le couvre-feu, un soir de pleine lune avec un parfait inconnu. Quelque part, continuer de jouer avec le feu était plutôt cohérent avec tout ce qu’elle avait fait jusqu’à maintenant. D’un ton las, je lui répondis :

« En vérité, il n’y a qu’en Grande-Bretagne qu’elle est mal-vue. Avec Salazar Serpentard et sa Chambre des Secrets, puis Voldemort qui est à l’origine des deux Guerres de Sorciers, cette peur peut se comprendre, non ? Si on apprenait demain que Dumbledore ou Godric Gryffondor le parlait, penses-tu que ce serait toujours associé à la magie noire ? D’ailleurs, c’est surtout les serpents qui traînent cette mauvaise image. Si quelqu’un possédait la capacité de parler aux lapins, ce ne serait jamais mal vu. »

En lui disant cela, j’espérais lui ouvrir un peu plus les yeux sur le monde qui l’entourait. Certes, elle ne devait connaître que Poudlard et ses alentours. Résultat, elle était probablement très familière avec l’histoire et les rumeurs qui traînaient en Angleterre, Écosse et peut-être même en Irlande. Néanmoins, à Poudlard, j’étais prêt à parier que la totalité des élèves n’avait aucune idée de ce qui se passait en dehors de ces pays. Cela n’avait rien d’un crime. Cependant, il serait dommage qu’ils pensent que partout dans le monde, les sorciers et sorcières avaient les mêmes opinions, les mêmes peurs et les mêmes problèmes. Les problèmes de discrimination et de corruption qui régnaient dans cette communauté sorcière une vingtaine d’années plus tôt ne touchaient que la Grande-Bretagne par exemple. Dans le reste de l’Europe, il n’y avait pas ce genre de souci. Sang-pur, sang-mêlé ou né-moldu, les sorciers étaient tous traités de la même façon. A Durmstrang, la magie noire était une matière à part entière, alors qu’à Poudlard il s’agissait de cours de Défense Contre les Forces du Mal. La raison pour laquelle je lui avais répondu d’un ton las provenait du fait que je ne pensais pas devoir ouvrir les yeux de quelqu’un sur le fourchelang. J’avais complètement perdu l’habitude des nombreux problèmes qui régnaient ici. Surtout que, techniquement parlant, la seule raison pour laquelle je cachais cette capacité au reste du monde était pour garder une arme secrète pour les tournois de duelliste auxquels je participais. Si le fait que je sois capable de parler aux serpents devenait public, je perdrais l’effet de surprise au cours de mes duels puisque mes adversaires seraient au courant que je disposais de cet atout.

Ah ? Voilà qu’elle était carrément passée en mode interrogatoire. Pour sa défense, c’était moi qui avais commencé avec les questions. Enfin, je ne savais plus trop en fait. Quoiqu’il en soit, maintenant qu’elle était au courant et que je n’avais aucun moyen de nier, je ne voyais aucune raison d’éviter ses questions.

« J’ai appris le langage des Gobelins et celui des Êtres Aquatiques après avoir quitté Poudlard. Par contre, j’ai toujours pu comprendre le fourchelang, même si je ne l’ai pas pas parlé avant mes 17ans. Vu la galère que ça a été pour apprendre à parler aux sirènes sous l’eau, je me demande franchement qui se prendrait la tête à apprendre le fourchelang… Ce langage n’a pas vraiment d’intérêt. Les serpents ne sont même pas des créatures magiques après tout. »

Il s’agissait d’animaux ordinaires. Ce serait comme apprendre à parler aux chats. Qui ça intéresserait ? Sans doute toutes ces vieilles filles qui vivaient avec une armada de chats. Pour les autres, je doutais qu’ils aillent jusqu’à apprendre tout un langage pour comprendre ce qui se passait dans la tête de leur chat. Quel était mon but en minimisant l’intérêt du fourchelang ainsi ? Simple, je voulais lui faire comprendre à quel point ce langage n’était qu’un langage. Pour les moldus, ce serait un peu comme naître en parlant une langue morte comme le latin ou le grec ancien : il n’y aurait pas vraiment d’utilité. A côté de ça, le fait de voir le fourchelang comme un atout sans intérêt lui permettrait de ne plus accorder d’image négative à ce langage. Certes Voldemort le parlait. Le truc, c’était que ce n’était en rien ce qui le rendait dangereux. Quant à moi, j’avais beau le parler, je n’étais pas pour autant obsédé par la magie noire. A vrai dire, celle-ci ne m’intéressait pas plus que ça. Pendant la guerre, je m’étais rendu compte que même les sorts censés être pratiques et non dangereux pouvaient devenir mortels selon leur utilisation. C’était bien beau de connaître un maléfice capable de faire bouillir le sang, mais un sortilège de Découpe pouvait tout aussi bien tuer. ‘Fin bref, je commençais à partir dans des réflexions bien trop sombres. Mieux valait dévier vers quelque chose de plus léger.

« Si je me souviens bien, tu as dit être en 5ème année. Tu as pu rejoindre un club depuis ton arrivée ? Quidditch peut-être ? Échec ? Journalisme ? Duel ? Ou tu préfères te concentrer uniquement sur tes BUSE à la fin de l’année ? »

Je ne voyais pas plus léger comme sujet. Dans tous les cas, c’était mieux que de débattre intérieurement sur l’excessivité de la magie noire. Certes, parler de ses examens de fin d’année alors que la rentrée venait à peine de commencer était un peu abusé de ma part. Cependant, c’était un moyen comme un autre de découvrir quel genre d’élève elle était, mis à part une Gryffondor bien sûr.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
5ème année Gryffondor
Féminin
✎ Parchemins : 1262
✎ Date d'arrivée : 11/11/2016

Sorcerer's Identity
✎ Année à Poudlard: 5ème année
✎ Profession: Etudiante
✎ Inventaire:
Liens et RPs
MessageSujet: Re: Promenons-nous dans les bois ♦ ft Tobias Grant Dim 18 Déc - 16:41

Promenons-nous dans les bois
Sasha Miller & Tobias Grant

   

   



Elle l'avait écouté sans l'interrompre. C'était tout de même intéressant d'en apprendre plus. Surtout qu'il venait de lui ouvrir les yeux sur quelque chose d'important. Le fait que ce soit la capacité de parler aux serpents jouait beaucoup sur la connotation négative de cette langue. Elle réfléchit alors quelques secondes sur ce qu'il venait de lui dire. Il était vrai que si quelqu'un avait la possibilité de parler aux lapins ou à tout autre animal mignon, ce ne serait absolument pas mal vu. Elle n'avait jamais envisagé la chose de la sorte. Elle écarquilla les yeux quand il lui apprit qu'il parlait également la langue des Gobelins et des êtres Aquatiques. Il devait être sacrément intelligent pour en savoir autant. Mais il était donc né avec la faculté de parler aux serpents. Comme la plupart des personnes ayant cette capacité. Il avait raison, qui se prendrait la tête pour apprendre cette langue ?

Si elle avait rejoint un club ? C'est vrai qu'il venait tout juste d'arriver. Depuis l'année dernière, elle envisageait sérieusement de rejoindre l'équipe de quidditch. Les sélections allaient bientôt arriver, elle n'hésiterait pas à tenter le coup. Elle demanderait même à Sil, son meilleur ami, s'il voudrait se joindre à elle. Le poste d'attrapeuse l'attirait plus que les autres. Avant, elle n'était pas très à l'aise sur un balai. Mais l'année passée elle a pu passer beaucoup de temps à voler et finalement, ça lui plaisait bien. De plus, elle était plutôt douée et n'avait pas peur du vide. Elle ne craignait pas grand chose, à part de recevoir un cognard en pleine tête. Ça, c'était une autre histoire. Elle était aussi dans le club de duel depuis sa quatrième année. Elle avait toujours aimé se battre en duel, et là aussi elle ne s'en sortait pas mal. Même si elle n'était pas la meilleure.

« Oui, je fait partie du club de duel depuis ma quatrième année. J'aime beaucoup ça. Et puis par les temps qui courent, c'est tout de même plus rassurant d'apprendre à se battre. Aussi, j'envisage de rentrer dans l'équipe de quidditch cette année, au poste d'attrapeuse. Les sélections arrivent à grands pas. »

Elle avait dit tout ça avec un grand sourire. Elle était vraiment heureuse de faire partie du club de duel, et elle espérait de tout son cœur d'être choisie pour le quidditch. Ses parents avaient toujours trouvé ça inutile, surtout le quidditch. En rentrant dans l'équipe, elle leur montrerait une fois de plus qu'elle ne dépendait pas d'eux, et qu'elle était libre de faire ses choix. Qu'elle était libre de sa vie. Elle finirait par gagner la partie.

« Mais ça ne va pas m'empêcher de me concentrer sur mes BUSES. Je tiens à avoir de bons résultats, je n'ai pas envie de me fermer des portes pour mon futur. »

Elle avait été on ne peut plus honnête avec lui. C'était toujours préférable. Et puis, elle commençait à prendre confiance petit à petit. Elle se demandait dans quelle maison il était quand il était élève à Poudlard. Enfin, si bien-sûr il avait été élève ici. Elle n'en n'avait aucune idée.

« Vous étiez élève à Poudlard, vous aussi ? »

Elle avait préféré laisser tomber la question de la maison. C'était peut-être trop personnel après tout.
   

FICHE PAR STILLNOTGINGER.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Bibliothécaire
Masculin
✎ Parchemins : 163
✎ Date d'arrivée : 25/11/2016

Sorcerer's Identity
✎ Année à Poudlard: //
✎ Profession: Magizoologiste
✎ Inventaire: Rapeltout
Liens et RPs
MessageSujet: Re: Promenons-nous dans les bois ♦ ft Tobias Grant Mar 20 Déc - 5:41


Tout compte fait, il semblerait que cette élève n’était pas complètement perdue. Le simple fait qu’elle écoutait mes réponses sans m’interrompre et en montrant clairement qu’elle payait attention à mes propos en disant long sur elle. Non seulement elle était véritablement intéressée par la question qu’elle m’avait posé, mais en plus elle semblait suffisamment ouverte pour changer son point de vue après avoir écouté le mien. Pour sa défense, je lui avais offert des arguments en béton, impossibles à réfuter à moins d’être en plein déni. Pour un peu, je m’impressionnais moi-même. Bon allez, mieux valait que je me calme avant que mes chevilles n’enflent trop. Si je continuais comme ça, je ne pourrais plus me relever…

Apparemment, le fait que je parle d’autres langues non-humaines l’avaient quelque peu prise au dépourvu. Lui faire savoir que je parlais aussi le grecque maintenant ne servirait plus à grand-chose. Pour commencer, il s’agissait d’une langue comme une autre. Ajouté à cela, je préférais ne pas trop lui en révéler. Jusque-là, je trouvais qu’elle en savait bien assez. Elle était au courant pour le fourchelang, ce qui était déjà bien plus que 99% des personnes que j’avais côtoyé depuis ma naissance. Après, j’avais aussi précisé que ce langage n’était mal-vu qu’en Grande-Bretagne, laissant ainsi sous-entendre que j’avais voyagé au-delà de ces terres pour en savoir autant sur les opinions du reste du monde.

Retournant la conversation sur elle, je lui avais demandé si elle faisait partie d’un club. Sa réponse ne tarda pas à me parvenir. Je fus alors ravi – tout en étant surpris – d’apprendre qu’elle faisait partie du club de duel depuis une bonne année. Pourquoi ravi ? Tout simplement parce que ça prouvait qu’elle aimait un minimum se battre ou au moins qu’elle voulait savoir se défendre. Après tout, mis à part lors de la partie pratique des cours de Défense, Sortilège ou Métamorphose, les étudiants de Poudlard ne pratiquaient pas tant de magie que ça. Il était interdit d’utiliser la magie dans les couloirs, donc niveau progression pratique, les élèves étaient limités. Par contre, avec ce club de duel, ils étaient capables de mettre à profit leurs connaissances dans un environnement sécurisé. Ils étaient autorisés à laisser libre cours à leur imagination et à leur sens de la stratégie. Enfin, je supposais que c’était à ça que ce club servait. Personnellement, je m’en étais toujours servi comme d’un défouloir et n’avais jamais été réputé comme un bon duelliste dans l’enceinte de Poudlard : j’étais plus un cauchemar qu’autre chose.

Elle envisageait de rejoindre l’équipe de Quidditch de Gryffondor…en tant qu’attrapeuse. Yep, je levai aussitôt les yeux au ciel. OK, l’école était maudite depuis que Calamité Potter y avait fait son entrée, mais s’il y avait bien un truc sur lequel il ne fallait pas le suivre, c’était bel et bien dans la position qu’il jouait au Quidditch !! Je me rappelais encore de la période avant-Potter. Charlie Weasley était l’attrapeur des Gryffondor à cette époque. Et celui-ci n’avait pas subi autant de galères que son successeur. Entre le vif d’or gobé avec sa bouche, le cognard fou, la perte des os de son bras à cause de la stupidité de Lockhart, le match annulé suite à la pétrification de certains élèves, et les Détraqueurs qui avaient bien failli le tuer… Oui, je l’admettais, j’avais un peu peur de voir ce qu’un attrapeur de Gryffondor donnerait cette année avec la Calamité pour Directeur !! Retrouvant un visage ordinaire, je lui répondis d’un ton ironiquement amusé :

« D’après mes souvenirs, peu importe ce qu’il se passe à l’extérieur de ce château, un poste d’Attrapeur chez les Gryffondor sera toujours plus dangereux. Après, tu as survécu à une escapade dans la Forêt Interdite un soir de Pleine Lune donc bon… Avec une chance pareille, tu devrais pouvoir attraper le Vif d’Or les yeux fermés ! »

Elle avait l’air particulièrement enthousiaste à l’idée de rejoindre l’équipe de Quidditch, donc j’espérais qu’elle obtienne le poste qu’elle désirait. Certes, ça ne serait pas facile et les matches seraient encore plus compliqués. Cependant, elle devait le savoir, donc si elle visait ce poste, cela voulait dire qu’elle était prête à faire ce qu’il faudrait pour l’obtenir. Les filles attrapeuses étaient plutôt rares. Généralement, elles jouaient plutôt au poste de poursuiveur. Néanmoins, il y en avait déjà eu par le passé, donc de ce côté-là, elle n’avait pas à s’en faire. Niveau BUSE, elle avait aussi l’air motivée pour en obtenir le maximum possible. Là aussi, elle avait semblait avoir conscience du fait que ces résultats détermineraient les matières qu’elle suivrait l’année suivante et pour ses ASPIC. Traduction ? Elle préparait sa future carrière dès cette année ! Elle ne tarderait d’ailleurs pas à avoir un rendez-vous avec sa maîtresse de maison pour parler de ses futurs projets. Avait-elle déjà des idées ?

Voilà qu’elle voulait savoir si j’étais élève à Poudlard. Bizarre… J’étais pourtant sûr de lui avoir dit que j’avais appris le langage des gobelins après avoir quitté cette école justement. Bon, ce n’était pas si grave que ça. Après toutes ces surprises, il était normal d’être quelque peu distrait. De plus, cette conversation devenait de plus en plus divertissante au fur et à mesure. Je n’étais là que depuis quelques jours, mais dès le départ, je ne m’étais pas attendu à vraiment discuter avec les élèves de cette école. Avec un poste à la bibliothèque, les interactions étaient naturellement limitées. Les interactions un minimum approfondies en tout cas.

« J’ai fait mes études à Poudlard jusqu’en 1994, oui. Non, je ne suis pas vieux, c’est toi qui est née tard. – précisai-je avant qu’elle ne se mette à faire des calculs dans sa tête – Tout comme toi, j’ai fait partie du club de duel. Par contre, j’étais et j’appartiens toujours à la maison des Serdaigles, celles où les élèves réfléchissent avant d’agir, n’est-ce pas ? »

Bon d’accord, je pouvais admettre que j’étais doté de certains défauts qui faisaient la fierté des lions. Mes qualités restaient tout de même celles des aigles, ce qui faisait que je m’en sortais plutôt pas mal. Le seul problème provenait du moment où je combinais la curiosité des Serdaigles à l’intrépidité des Gryffondors. Qu’est-ce que ça donnait ? Un Magyar à Pointes en colère, un sacré nombre de brûlures, un coma, un transfert en urgence à Sainte-Mangouste, et une convalescence qui durait encore à ce jour, plus d’un an après l’évènement en question. Heureusement pour moi, c’était quelque chose que Sasha ne savait pas. Elle n’était pas non plus au courant du fait que j’avais continuellement été traité de Gryffondor par Lena après la guerre lorsque celle-ci m’apprenait le métier de Magizoologiste.

« Concernant ton futur, tu as déjà des idées de carrière en tête ? Ou, au moins, des matières de prédilection ? »

Quitte à ne pas avoir d’idées précises sur son avenir, je supposais qu’après 4 années déjà complétées à Poudlard, elle avait forcément des matières qu’elle préférait, privilégiait ou dans lesquels elle excellait plus que dans d’autres, non ? Personnellement, j’avais toujours été un adepte des Sortilèges et de la Métamorphose au cours de ma scolarité. A contrario, bien que j’aie rejoint le club de duel, j’avais toujours haï les cours de Défense. Une vingtaine d’années plus tard et c’était toujours le cas. Qu’en était-il d’elle ?

Revenir en haut Aller en bas
avatar
5ème année Gryffondor
Féminin
✎ Parchemins : 1262
✎ Date d'arrivée : 11/11/2016

Sorcerer's Identity
✎ Année à Poudlard: 5ème année
✎ Profession: Etudiante
✎ Inventaire:
Liens et RPs
MessageSujet: Re: Promenons-nous dans les bois ♦ ft Tobias Grant Jeu 29 Déc - 21:52

Promenons-nous dans les bois
Sasha Miller & Tobias Grant

   

   



Elle ne put s'empêcher de sourire en l'entendant parler du poste maudit qu'était celui d'attrapeur chez les Gryffondor. Elle avait évidemment déjà entendu parlé du Directeur Potter quand il était lui même attrapeur. Mais les temps avaient changé maintenant - quoique avec les temps qui courent elle était probablement en train de dire une bêtise - et espérait vraiment être choisie pour rentrer dans l'équipe. Si on lui avait dit en première année qu'elle se proposerait pour le quidditch, elle en aurait probablement beaucoup ri. Mais les gens changent, surtout quand on a 11 ans et qu'on vit pour la première fois sans ses parents derrière le dos.

« C'est vrai. » dit-elle en souriant. « Mais c'est le poste qui m'attire le plus. Je suis plus douée pour attraper que pour marquer des buts ou faire des passes. Et puis, j'ai toujours aimé le quidditch. Et vous, vous aimiez bien quand vous étiez ici ? »

Elle se doutait un peu qu'il était élève à Serdaigle. Rien que dans sa manière de se comporter cela se voyait. Et puis, bien que c'était un peu cliché, il était bibliothécaire aussi. Dans tous les cas, elle aurait parié qu'il n'était pas de Gryffondor. Il n'avait pas l'air de les porter dans son cœur, du moins c'était ce qu'elle ressentait. C'est vrai  qu'elle avait agi bêtement sur ce coup, mais elle n'était pas comme cela habituellement. Et ils n'étaient pas tous comme cela non plus. Elle rougit un peu quand il fit allusion que les Serdaigle réfléchissaient avant d'agir, contrairement à elle, toute Gryffondor qu'elle soit. Bon, elle avait un peu honte quand même d'avoir agi de la sorte. Et surtout, qu'il l'ait vu criant à la mort face à un serpent. Mais bon, c'était fait maintenant.

« Comme je l'ai déjà dit le cours de Métamorphose est de loin celui que je préfère. Mais j'aime aussi le cours Défense et celui de Sortilèges. J'ai toujours préféré les cours pratiques aux théoriques. Bien que j'aime aussi le cours d'Etude des Runes. »

En fait elle aurait mieux fait de commencer par dire les cours qu'elle n'appréciait pas. Car Sasha aimait bien aller en cours, du moins ceux qu'elle trouvait intéressant. C'est-à-dire presque tous. A part le cours d'Histoire qui était une vraie torture et celui de Divination qui était une belle blague. Elle aurait vraiment voulu prendre le cours d'Etude des moldus mais ses parents ne l'auraient jamais accepté. Maintenant elle regrettait. Si elle avait dû faire ce choix cette année elle n'aurait pas hésité une seconde. Mais elle était encore jeune à l'époque et n'était pas si affirmée qu'aujourd'hui. Mais elle avait Sileas pour lui parler de son monde. C'était déjà mieux que rien.

« J'ai peut-être une idée pour mon futur métier. Etre auror me plairait bien. Et puis ça montrerait à mes pa... »

Elle s'arrêta net. Devait-elle aller plus loin ? Devait-elle parler de ses parents à cet homme ? Bien qu'elle pouvait sentir qu'il était digne de confiance - du moins c'était ce qu'elle pensait pour le moment - elle avait quand même peur de ce qu'il pourrait penser d'elle après. Mais elle n'était pas une mauvaise personne, n'est-ce-pas ? Elle avait tout fait pour être différente d'eux, et au fond d'elle, elle avait peur que Mr Grant ne la mette dans le même panier qu'eux. Elle était en plein combat intérieur désormais, ne sachant pas trop ce qu'elle devait faire et dire. Elle ne le regardait plus mais elle était persuadée qu'il devait être en train de l'observer. Elle se mit à chipoter nerveusement avec ses doigts, ce qu'elle faisait à chaque fois qu'elle était nerveuse. Elle s'éclaircit la gorge et avant de continuer.

« Enfin, sinon à part ce métier je n'ai pas trop d'idées. Peut-être médicomage. Je ne sais pas trop. »

Elle pouvait sentir son cœur battre de plus en plus vite. Elle avait peur mais ne savait pas exactement de quoi. Dès que ça touchait à sa famille elle se mettait dans le même état. En fait elle avait surtout peur du jugement.

   

FICHE PAR STILLNOTGINGER.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Bibliothécaire
Masculin
✎ Parchemins : 163
✎ Date d'arrivée : 25/11/2016

Sorcerer's Identity
✎ Année à Poudlard: //
✎ Profession: Magizoologiste
✎ Inventaire: Rapeltout
Liens et RPs
MessageSujet: Re: Promenons-nous dans les bois ♦ ft Tobias Grant Dim 1 Jan - 7:59


Le fait de la voir sourire suite à ma remarque sur la malédiction des attrapeurs de Gryffondor me fit comprendre qu’elle avait parfaitement assimilé la référence. Ah ? Tout cela s’était passé bien avant sa naissance pourtant. A croire que toute une série de bouquins avait été écrite sur la vie de Calamité Potter… Mouais, sachant qu’il y avait eu des livres sur lui dès sa naissance, et ce, malgré son absence du monde des sorciers pendant une bonne dizaine d’années !! L’existence de livres racontant sa vie et toutes ses mésaventures durant son temps à Poudlard n’était probablement pas si impossible que ça. Comme quoi, il semblerait que les élèves de cette école étaient tous – sans exception – bien plus au courant que moi sur ce qu’il s’était passé dans ce pays ces deux dernières décennies.

Plus douée pour attraper que pour faire des passes ou marquer ? Il restait toujours batteuse au pire. Il n’y avait rien de tel que d’éjecter d’autres joueurs de leur balai, non ? Est-ce que j’aimais le quidditch quand j’étais ici ? Cette simple question me fit rigoler, et je me laissai d’ailleurs aller à rire de bon cœur. Ah la la, si je commençais à lui raconter toutes les phases par lesquelles j’étais passé durant ma scolarité ici, elle me traiterait d’hypocrite pour l’avoir engueulée. Entre celle qui ne pensait pas au risque et celui qui prenait des risques consciemment, je supposais que le second était le pire. Ainsi, je lui répondis d’un ton amusé :

« Je ne me moque pas de toi, rassure-toi. C’est juste que…Hmm, comment dire ? Disons que j’ai cherché à rejoindre l’équipe de Quidditch de ma maison quand j’étudiais ici. Résultat, je me suis retrouvé banni du terrain de Quidditch pour le restant de ma scolarité… »

Il était possible que je sois le seul élève de l’histoire de Poudlard à m’être retrouvé expulsé à jamais du terrain de Quidditch suite à des essais pour intégrer une équipe. Oui, on avait toujours mal pris mes comportements à risque, allez savoir pourquoi. D’un autre côté, c’était à cause d’actions de ce genre qu’on avait quotidiennement mis en doute ma place chez les Serdaigles. Le fait que je passe mon temps à critiquer les Lions pour leur témérité et impulsivité était – quelque part – une façon pour moi de critiquer mes propres actions passées. Après, j’avais toujours réfléchi avant d’agir, ce qui était encore pire : je réfléchissais sérieusement avant de mettre ma vie en danger volontairement. Ça n’avait rien à voir avec ce que Sasha avait fait par exemple. Elle était sortie sur un coup de tête pour prendre l’air. Si ça avait été moi, j’aurais planifié mon excursion dans la forêt – comme je l’avais fait ici – tout en sachant que je n’étais, à l’époque, pas sûr de m’en sortir indemne.

Métamorphose, Défense et Sortilèges, soit les matières où il y avait pratique de la magie, et bien moins de théories. Je n’avais rien contre les théories. Après tout, celles-ci avaient tout leur intérêt lorsque l’on cherchait à comprendre de toutes nouvelles branches de la magie. Le meilleur moyen d’utiliser un sort à bon escient était de le comprendre jusqu’au bout des ongles. Dès lors, il serait d’autant plus facile à utiliser dans le feu de l’action puisque le simple fait de penser à l’effet que l’on voulait provoquer suffisait pour obtenir les résultats désirés. M’enfin, elle était encore en 5ème année. Elle comprendrait l’importance de la théorie l’année suivante lorsqu’elle serait forcée d’apprendre à lancer des sortilèges informulés. Je me souvenais encore des réactions des élèves le jour où Flitwick et McGonagall nous avaient interdits de formuler nos sortilèges. A ce moment-là, on avait eu l’impression qu’elle nous demandait d’avancer sans bouger les pieds !! Oui, avec Lockhart en guise de prof de Défense, le cursus s’en était retrouvé affecté. Résultat, on avait plus ou moins eu un an de retard en Défense pour les sortilèges informulés. Fort heureusement pour nous, Lupin avait rattrapé tout cela très rapidement.

« Je n’ai jamais aimé le cours de Défense. Par contre, j’approuve pour la Métamorphose et les Sortilèges. Et les Soins aux Créatures Magiques en guise d’option. Je t’avoue ne jamais avoir compris cette passion des élèves pour le cours de Défense contre les Forces du Mal…  »

La majorité des choses apprise dans ce cours ne serait jamais mis en pratique par la suite, à moins bien sûr de vouloir devenir Auror ou de se retrouver impliqué dans une guerre. En toute honnêteté, à quel moment alliez-vous vous retrouvez confronté à un Épouvantard ? En dépoussiérant un vieux placard au hasard ? A côté de ça, les Aurors – pour ne citer qu’eux – suivaient toute une formation de trois années pour atteindre ce poste. Durant cette formation, ils apprenaient d’autres sorts, étudiaient les criminels, et apprenaient à se débrouiller sur une scène de crime. Or, les cours de Défense de Poudlard ne couvraient même pas un dixième de ce qu’ils apprendraient durant cette formation. Au final, il ne s’agissait que d’un cours de pratique banal censé inquiéter les élèves pour qu’ils comprennent qu’il existait un tas de choses susceptibles de les tuer s’ils traînaient n’importe où.

Ah ? Elle avait déjà des idées pour son futur métier. C’était bien ça ! Après, elle venait d’une famille de sorciers, donc c’était sûrement plus simple pour elle. Pour les nés-moldus ou ceux élevés par des moldus dans le monde des moldus, c’était bien plus compliqué. En débarquant dans le monde des sorciers à 11ans, on avait tout à apprendre, tout à découvrir. Donc comprendre quels étaient les métiers possibles, en quoi ils consistaient, et ce qu’il fallait pour pouvoir les effectuer, prenait du temps. Si mes souvenirs étaient exacts, j’avais pensé à duelliste professionnel ou langue-de-plomb. On était d’accords, les deux n’avaient strictement rien à voir l’un avec l’autre. Après, le premier aurait satisfait mon addiction aux risques et à l’action, tandis que le second aurait satisfait ma soif de connaissances. Au final, j’avais participé à un bon nombre de tournoi de duellistes un peu partout dans le monde malgré le fait que je n’en avais pas fait mon métier. Quant à la carrière de langue-de-plomb, je l’avais définitivement enterré en découvrant les problèmes de corruption et de discrimination dans ce pays.

« Chasser les criminels ou soigner les blessés ? On est d’accord que les deux sont complètement opposés, non ? Quoique… Il n’est pas impossible qu’un poste de guérisseur existe dans une équipe d’Aurors. Après tout, ce serait le même principe que les médecins militaires chez les moldus… »

Sur la fin de ma phrase, je réfléchissais plus à voix haute qu’autre chose. La Miss Miller étant une sorcière au sang-pur, et avec un père comme le sien, je l’imaginais mal être renseigné sur les métiers du monde moldu, voire sur l’armée moldue tout court ! D’un autre côté, la haine – ou mépris – envers les moldus provenait surtout d’une peur éprouvée à leur encontre. La raison pour laquelle la magie devait rester cachée était due aux nombreuses chasses aux sorciers et sorcières qui avaient eu lieu par le passé. Donc, en toute logique, le meilleur moyen de se protéger – mis à part en restant discret – c’était de se tenir au courant sur les progrès militaires de l’ennemi, non ? A partir de là, il n’était pas impensable que des sang-purs soient un minimum renseignés sur le système d’armée chez les moldus, si ? J’avais remarqué la façon dont Sasha avait interrompu sa propre phrase au moment où elle allait mentionner ses parents. Le truc, c’était que je ne voyais pas l’intérêt de le relever. Elle m’avait bien fait savoir qu’elle ne voulait rien à voir à faire avec son père, et ne lui ressemblait pas. Mentionner son abruti de père alors que je ne l’appréciais pas non plus n’aurait aucun sens.

Repensant alors à un truc qu’elle m’avait dit plus tôt, je me remis à rire doucement avant de lui demander :

« Sinon, tu m’expliques ta réaction ridicule face à un serpent ordinaire alors que tu as rejoint le club de duel l’année dernière ? »

Une acromentule encore, je n’aurais rien dit. Mais se retrouver figé face à un serpent lambda, j’étais perdu. Dans le fond, ma remarque n’était pas une critique, c’était plus une demande d’éclaircissement. Elle avait quand même quatre années d’études à Poudlard derrière elle, je trouvais donc étrange qu’elle panique plus face à un vulgaire reptile que face à un sorcier armé devant elle. S’agissait-il d’une phobie ou n’était-elle simplement pas habituée aux attaques surprises ? A moins qu’il n’y ait une toute autre raison bien sûr. Si ça se trouvait, le club de duel n’était plus qu’un club où les élèves se réunissaient pour parler de leurs états-d’âmes… Ce serait triste, mais avec deux décennies de paix, ce n’était pas une hypothèse que je pouvais exclure.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
5ème année Gryffondor
Féminin
✎ Parchemins : 1262
✎ Date d'arrivée : 11/11/2016

Sorcerer's Identity
✎ Année à Poudlard: 5ème année
✎ Profession: Etudiante
✎ Inventaire:
Liens et RPs
MessageSujet: Re: Promenons-nous dans les bois ♦ ft Tobias Grant Mar 3 Jan - 13:21

Promenons-nous dans les bois
Sasha Miller & Tobias Grant

   

   



Elle le vit rire de bon cœur après qu'elle lui ai posé la question sur le quidditch. Pourtant, elle ne trouvait pas la conversation si drôle que cela. A moins peut-être qu'il ne se moquait d'elle ? Non, apparemment ce n'était pas le cas. Banni du terrain ? Comment cela pouvait-il être possible ? Il fallait vraiment avoir fait quelque chose de grave pour en être banni. Elle le regarda en plissant légèrement les yeux, essayant de le percer à jour. Cet homme l'intriguait beaucoup.

« Banni du terrain de quidditch ? Mais comment c'est possible, ça ? »

Elle n'avait pas pu s'empêcher de poser la question. Il avait pourtant l'air d'être un homme plutôt réfléchi, très à cheval sur le règlement. Il était donc plus que normal qu'elle se pose cette question.  Quoiqu'il en soit, la conversation revint bien vite sur le sujet des cours. Il n'aimait pas le cours de Défense ? Pourtant, c'était un cours plutôt attractif et on y apprenait des choses vachement intéressante. Le cours de Soins aux créatures magiques ? Elle aurait apprécié suivre ce cours. C'était toujours intéressant d'apprendre toutes les différentes créatures qui vivent dans leur monde. Ainsi, si un jour elle tombait nez à nez avec l'une d'elle, elle saurait quoi faire pour se défendre, connaissant ses points forts et ses points faibles. Mais non, elle n'avait pas pu choisir. Bien qu'elle ait eu légèrement son mot à dire pour la divination. Qu'elle regrettait maintenant d'ailleurs.

« Le cours de Soins aux créatures magiques m'a l'air vraiment intéressant oui. J'aurai bien aimé le suivre. Mais mes parents ont choisi pour moi. Le cours d'Etude des Runes, que j'apprécie heureusement et la Divination. » dit-elle en grimaçant sur le dernier. En fait ses parents voulaient qu'elle choisisse le cours d'Arithmancie, mais Sasha sentait bien que ce cours n'était pas fait pour elle. Les autres options, elle savait très bien que ses parents ne seraient pas d'accord. Alors elle avait tenté d'argumenter en sa faveur pour suivre la Divination. Ils ont finalement accepté, à son grand soulagement.

Oui, il était vrai que ses deux options de métier étaient très différents. Mais elle n'avait pas d'autres idées, ou du moins, des idées qui l'attiraient vraiment. Elle voulait faire un métier qui lui plaisait, et qui lui plairait toute sa vie. Ne pas se lever en traînant les pieds le matin était ce qu'elle recherchait avant tout. Elle avait tout de même une petite préférence pour le métier d'auror.  Elle beugua un peu quand elle l'entendit parler de militaires chez les moldus. Elle en avait déjà entendu parlé de la bouche de Sileas, mais n'arrivait plus à mettre le doigts dessus. Dans tous les cas cela devait être en rapport avec les aurors. Sûrement l'équivalent chez les moldus.

« Oui, ce sont deux choses complètement différentes. Mais j'ai quand même une préférence pour la profession d'auror. Et dans le cas où je changerai d'avis, j'ai un second choix, au cas où. »

Mr Grant revint ensuite à cette histoire de serpent où elle s'était bien faite ridiculisée. Alors qu'elle était dans le club de duel, en plus. Disons qu'elle se débrouillait pas mal dans les duels et réagissait plutôt bien dans les moments de stress. C'était simplement à cause des serpents. Elle était persuadée que si elle s'était retrouvée face à un néo-mangemort, elle aurait moins paniqué.

« J'ai toujours eu très peur des serpents, sans trop savoir pourquoi. Je perds mes moyens face à eux. A coup sûr, mon épouvantard aurait facilement pu prendre cette forme si ce n'était déjà pas autre chose. Je n'aurai pas réagi de la sorte si cela avait été une autre créature ou même une personne. Et puis, je me débrouille pas trop mal niveau duel. Je me défends, même si je suis loin d'être la meilleure. Mais j'aime bien. »

Elle leva ensuite la tête pour voir la lune, qui s'était déjà déplacée à un autre endroit dans le ciel. Ça devait faire un bout de temps qu'ils devaient être là à parler. Elle se demandait bien quelle heure il était. De toute façon, c'était vendredi. Elle aurait tout le loisir de dormir demain, surtout qu'ils n'avaient même pas encore de devoirs. Sileas devait probablement être encore en retenue, et ça ne la dérangeait pas plus que ça de parler à Mr Grant. Elle sentait de plus en plus qu'il était digne de confiance.
 

FICHE PAR STILLNOTGINGER.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Bibliothécaire
Masculin
✎ Parchemins : 163
✎ Date d'arrivée : 25/11/2016

Sorcerer's Identity
✎ Année à Poudlard: //
✎ Profession: Magizoologiste
✎ Inventaire: Rapeltout
Liens et RPs
MessageSujet: Re: Promenons-nous dans les bois ♦ ft Tobias Grant Jeu 5 Jan - 6:30


J’aurais peut-être mieux fait de ne pas en parler. Voilà qu’elle voulait savoir comment il était possible d’être banni du terrain de quidditch. Pour sa défense, il s’agissait d’une question tout à fait légitime compte-tenu de l’information que je venais de lui fournir. Il ne s’agissait pas d’une sanction commune. Je pouvais donc comprendre le fait qu’elle ne soit pas capable d’imaginer ce que j’avais pu faire pour en arriver là. Ah la la… Si seulement elle savait à quel point j’étais différent de l’élève que j’étais. Quoique… Tout compte fait, peu importait la période de ma vie que je mentionnais, elle constaterait dans tous les cas que j’apparaissais complètement différent ! Et la raison ne tenait qu’à une chose : ma convalescence.

Yep, c’était la seule raison pour laquelle j’avais l’air si…docile ? Je ne voyais pas d’autre terme pour définir mon attitude dans cette école. Bien que je m’exprimais et me comportais toujours de la même façon dans mes interactions, toute personne me connaissant verrait qu’il y avait un truc qui clochait. Ce truc, c’était le manque d’activité extrême. Pour les moldus, ça ressemblerait à une vie de parachutiste, ou d’escalade en montagne, ou de compétitions de motocross sur des terrains tous plus impossibles les uns que les autres, voire simplement celle d’un boxeur professionnel. Le seul problème avec le dernier exemple provenait du fait que je ne m’entraînais pas plus que cela. Si je cherchais à être exact, j’avais – d’ordinaire – plutôt la mentalité d’un gars qui participait à des combats de rue. Niveau dangerosité, il n’y avait sans doute pas pire pour un moldu lambda. Tout pouvait arriver dans ces combats illégaux, et il n’y avait pas d’assurance derrière.

D’ailleurs, ma convalescence actuelle était justement due à cette tendance à prendre des risques tout en ignorant consciemment les conséquences. J’avais provoqué un Magyar à Pointes pour qu’il crache ses flammes dans ma direction. Non non, je ne m’étais pas pris pour Superman en supposant que j’y survivrais sans rien faire. La vérité, c’était que j’avais voulu mettre en pratique mes recherches sur une solution au maléfice du Feudeymon. Le hic, c’était que j’avais sous-estimé les flammes du Dragon. Résultat, j’avais énormément de chance d’être encore en vie aujourd’hui. Au passage, autant la repousse des os – avec le Skelegro – est horrible, autant la repousse et la régénération de la chair carbonisée sur la quasi-totalité du corps est encore pire ! Longue, douloureuse, épuisante. Je n’avais pas compté le nombre de fois où ils avaient été forcés de me remettre dans le coma à cause de la douleur qui me donnait simplement envie de m’arracher la peau et de ne vivre que sous la forme d’un squelette. On était d’accords, c’était impossible ! Mais la douleur était telle que j’avais simplement cherché à m’en débarrasser.

Ses parents avaient choisi pour elle, et pourtant elle n’était pas en cours de Soins aux Créatures Magiques. Étrange, son père avait forcément suivi ce cours au vu de son métier actuel. Certes, il était tout sauf à leur petit soin. Cependant, il les connaissait suffisamment pour exercer sa profession. Étude des Runes. J’avais rencontré des gens utilisant les runes dans leur vie quotidienne. Cependant, je n’avais jamais été capable de m’y intéresser plus que cela. Divination ? Elle avait bien dit Divination ? Donc, Jeremiah Miller se permettait de mettre un veto sur un cours concernant les Créatures Magiques, mais un cours de Divination, il laissait passer ?! La logique de cet homme avait de sérieux problèmes !! D’ailleurs, au vu de la grimace qu’elle tirait, Sasha n’aimait pas du tout cette matière… Franchement, c’était ridicule. Il s’agissait de son avenir, pourquoi chercher à lui imposer des matières au lieu de la laisser choisir ses options tranquillement ? Bref, c’était le même principe que ces mariages arrangés entre sang-pur pour conserver leur soi-disant pureté : c’était ridicule. Le plus amusant, c’était que quand on regardait les plus grands sorciers du siècle passé, Dumbledore et Voldemort étaient tous deux des sang-mêlés !!

« Dans un cas comme dans l’autre, tu as intérêt à avoir les épaules pour de telles responsabilités. Je ne connais pas vraiment d’Auror. Par contre, mon meilleur ami est Médicomage à Sainte-Mangouste depuis sa sortie de Poudlard. Si jamais tu veux en apprendre plus sur le métier avant de te décider, fais-moi signe et je te mettrai en contact. »

Dire qu’au départ, je ne comptais pas m’impliquer plus que ça dans cette école. Voilà que je commençais à proposer mon aide même pas une semaine après la rentrée. Bon, ce n’était pas comme si je lui promettais la lune non plus. J’avais simplement suggéré de la mettre en contact. Après, que ce soit par courrier ou en face-à-face, ce serait à eux de voir. Sachant qu’elle n’avait pas suivi de cours de Soins aux Créatures Magiques, elle ne s’approcherait probablement pas de ma voie – celle des Magizoologistes – je ne pourrais donc pas l’aider plus que ça dans son orientation. Quoique, si elle cherchait à devenir Auror, elle en viendrait certainement à devoir diversifier son répertoire de sorts. Le Stupéfix et le Protego étaient bien beaux mais, il manquait cruellement d’originalité. Depuis le temps, n’importe quel abruti savait comment passer outre ces sortilèges basiques. Et si elle se retrouvait face à des mages noirs, elle comprendrait très vite que la majorité de leur maléfice – surtout les plus dangereux – faisait passer le Protego pour une paire de tongs et une chemise Hawaïenne en Sibérie ! Néanmoins, elle faisait partie du Club de Duel donc bon, d’ici deux années – et si elle faisait quelques recherches de son côté aussi – elle devrait être plus que prête pour cette formation chez les Aurors.

Toujours eu peur des serpents. S’agissant de l’une des phobies les plus communes – chez les moldus en tout cas – je pouvais accepter cette réponse. Ah ? Il ne s’agissait même pas de son épouvantard en plus. Si elle paniquait ainsi face à un serpent, comment faisait-elle face à la forme de son épouvantard alors ? Et en plus, elle me sortait qu’elle n’aurait pas réagi ainsi face à une créature ou une personne. Bon, elle n’avait pas paniqué devant Arya. M’enfin, les gens avaient tendance à adorer les aigles, et non pas à les fuir, donc ça ne comptait pas. Pas trop mal en duel ? Il faudrait que je voie ça un jour. Loin d’être la meilleure ? Elle était en 5ème année, donc ça se comprenait vu qu’il y avait des élèves  plus âgés – donc plus expérimentés – dans le club. Au moins, elle aimait les duels. Ça nous faisait un point en commun. Par contre, il serait peut-être temps de commencer à revenir vers le château, non ? Jetant un coup d’œil à Arya, elle comprit de suite le message et s’éleva de quelques mètres au-dessus du sol pour voleter sans risquer de nous tomber dessus. Levant mes fesses du sol, je fis disparaître le bol d’eau que j’avais conjuré plus tôt et annonçai à Sasha :

« Allez debout, on peut largement bavarder en marchant vers le château – lui dis-je tout en entamant ma marche. Peu après, je ne pus m’empêcher de lui demander – Tu es quel genre de duelliste ? Plutôt attaque, défense ou diversion ? »

Lors d’un combat entre sorcier, les sortilèges n’avaient généralement pas d’autres fonctions. Soit on attaquait, soit on se défendait, soit on tentait une diversion pour se créer une ouverture. Grosso modo, le premier avait pour priorité la neutralisation du problème, le second désirait avant tout se protéger lui et son entourage, tandis que le dernier était plutôt du genre tacticien. Naturellement, il existait d’autre type de duelliste. Cependant, pour une élève n’ayant pas encore quitté Poudlard, je doutais qu’elle ait déjà tout un mode de fonctionnement mis au point lorsqu’elle combattait. Moi-même n’avait découvert mon véritable style qu’en approchant la trentaine, et pas avant. A savoir également que la personnalité en disant très long sur la manière de mener un duel, et inversement. Une personne de nature calme ne serait que très rarement agressive avec sa baguette. A contrario, une personne favorisant le sortilège Doloris aura tendance à être de nature sadique : aucun enfant de cœur ne pourrait lancer ce sortilège, par exemple. Tout en continuant de marcher, je décidai de répondre à la question qu’elle m’avait posée plutôt sur mon expulsion définitive du terrain de Quidditch. Embarrassé par le souvenir, je lui fis savoir tout en me grattant la joue nonchalamment :

« Pour des raisons que je ne mentionnerais pas, j’ai volontairement laissé un Cognard m’atteindre de plein fouet. Ayant peur que ça se reproduise, on m’a interdit de reposer les pieds sur le terrain de Quidditch. »

Voilà. L’explication n’avait rien de bien compliquée. Cependant, il était amusant de constater qu’un élève n’avait que très peu de chances d’être renvoyé pour s’être aventuré dans la Forêt Interdite, ou pour avoir brisé le couvre-feu. Par contre, il m’avait suffi de faire preuve de quelques – une tonne de – comportements risqués au sein même du château pour qu’on me fasse savoir que si je continuais à mettre ma vie en danger, je serais renvoyé. A côté de ça, Calamité Potter avait été tranquille sous prétexte que le danger venait à lui et pas l’inverse. Mouais, malgré cette nuance – qui faisait toute la différence – je préférais parler de favoritisme ! Quoiqu’il en soit, cette attitude que j’avais étant enfant était réglée maintenant. De plus, quand bien même je me ferais taper dessus par un Cognard aujourd’hui, j’avais survécu à bien pire, donc bon, ce ne serait pas si grave que ça, si ?


.....................................................




Présentation | Liens | RPs | Volière
Revenir en haut Aller en bas
avatar
5ème année Gryffondor
Féminin
✎ Parchemins : 1262
✎ Date d'arrivée : 11/11/2016

Sorcerer's Identity
✎ Année à Poudlard: 5ème année
✎ Profession: Etudiante
✎ Inventaire:
Liens et RPs
MessageSujet: Re: Promenons-nous dans les bois ♦ ft Tobias Grant Dim 8 Jan - 13:54

Promenons-nous dans les bois
Sasha Miller & Tobias Grant

   

   



En effet, il lui fallait de bonnes épaules pour supporter ces responsabilités du métier. Mais ça lui plaisait beaucoup, sans pouvoir beaucoup l'expliquer. Mais elle espérait avoir suffisamment de buses pour pouvoir continuer les cours nécessaires. Rien n'était joué. De plus, elle aurait bientôt son entretien avec sa directrice de maison, elle aurait tout le loisir d'en discuter avec elle. Qui sait, peut-être la voyait-elle dans une autre profession ? Tous les conseils étaient bons à prendre quand il s'agissait de son futur. La mettre en contact avec un médicomage ? Quelle excellente idée. Ça pourrait sûrement l'aider à s'aiguiller dans sa direction.

« C'est très gentil de votre part, merci beaucoup. » dit-elle en souriant. « Ça m'aiderait sûrement beaucoup à me décider. »

Après quelques minutes, l'aigle qui se trouvait toujours non loin d'elle s'envola de quelques mètres et virevoltait au dessus-d'eux. Mr Grant se leva à son tour, disant qu'ils pouvaient toujours continuer à parler en marchant vers le château. C'était une assez bonne idée en effet. Surtout qu'elle devait passer à l'infirmerie avant de retourner dans sa salle commune. Ce n'était pas son genre d'éviter les conséquences de ses actes. Et puis, ça lui ferait du bien car malgré tout, ça continuait à piquer encore.

Quelle type de duelliste elle était ? Bonne question. Elle était un peu un mélange d'attaque et de défense. Tout dépendait de la personne en face d'elle. Mais en y réfléchissant un peu plus, elle était tout de même un peu plus attaquante. Sans être méchante évidemment. Mais Sasha n'aimait pas perdre. C'était un de ses traits de caractère.

« Je suis plutôt côté attaque, pour ma part. Même si j'utilise quelques fois la défense quand je me sens en "danger". Je switch facilement entre les deux. »

Ils marchèrent tranquillement vers le château, ni trop vite ni trop lentement. Elle n'avait pas tellement fait attention, mais le temps s'était pas mal refroidi pendant ce moment passé dans la forêt. Elle avait bien fait de prendre son écharpe malgré ce jour de septembre. Elle se réjouissait de retrouver son lit bien chaud. A moins qu'elle aille se blottir dans le sofa en face de la cheminée dans la salle commune ? C'était souvent ce qu'elle faisait quand elle avait du mal à dormir. Ce qui arrivait bien plus souvent qu'elle ne le voulait, malheureusement.

Il avait volontairement laissé un cognard l'atteindre ? Elle le regarda, l'air complètement étonnée. Elle n'aurait jamais imaginé cela. Plutôt le contraire en fait. C'était donc pour sa sécurité à lui qu'il avait été banni du terrain. Elle comprenait cette mesure de sécurité. Et bien qu'elle se demandait pourquoi il avait fait cela, elle ne posa pas la question. Trop personnel.

Ils étaient déjà arrivé au château. Se tournant vers le bibliothécaire, elle ajouta : « Je vais aller faire un tour à l'infirmerie avant de regagner ma salle commune. Je voulais vous remercier pour ce que vous avez fait. Et encore désolée pour tout ça... » Désolée, ça oui elle l'était. Une chose était sûre, plus jamais elle ne retournera aussi loin dans la forêt. Elle avait été tellement absorbée par ses pensées qu'elle n'avait pas attention qu'elle avait dépassé les derniers repères qu'elle connaissait. D'ailleurs, si Mr Grant n'était pas intervenu, elle se serait peut-être même perdue.


 

FICHE PAR STILLNOTGINGER.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Bibliothécaire
Masculin
✎ Parchemins : 163
✎ Date d'arrivée : 25/11/2016

Sorcerer's Identity
✎ Année à Poudlard: //
✎ Profession: Magizoologiste
✎ Inventaire: Rapeltout
Liens et RPs
MessageSujet: Re: Promenons-nous dans les bois ♦ ft Tobias Grant Lun 30 Jan - 21:31


Lui ayant proposé de la mettre en contact avec le médicomage qui me servait de meilleur ami, elle me remercia naturellement tout en prenant conscience du fait que ça pourrait l’aider à se décider. De mon côté, je me surprenais à me demander vers quel côté de la balance elle finirait par pencher : combat ou soin ? Tout le monde n’était pas fait pour l’un ou même pour l’autre, mais certains étaient faits pour les deux. Moi ? Mieux valait ne pas compter sur moi pour m’occuper d’une quelconque blessure façon sorcier. Quand j’étais pompier, on m’avait formé aux premiers secours, mais je n’étais pas allé plus loin. Il suffisait de voir comment je m’y étais pris avec la morsure de la Miller. Je m’étais contenté de lui offrir de quoi nettoyer et couvrir la blessure uniquement. Un soigneur un minimum expérimenté aurait fait ça d’un coup de baguette magique. D’ailleurs, ce serait probablement ce que l’infirmière ferait dès qu’elle mettrait la main sur Sasha : ça ne lui prendrait pas plus d’un instant pour s’en occuper.

Tout en marchant en direction du château, sans la moindre inquiétude vu que je savais où j’allais, je l’avais interrogée sur le type de duelliste qu’elle considérait être. Bien entendu, tout dépendait des situations et même de l’humeur. Cependant, dans le club de duel, il n’y avait pas de danger véritable. Ainsi, il était plus facile de voir comment on agissait lors d’un combat amical où les vies n’étaient pas mises en jeu. Plutôt attaque, hein ? Un sourire s’afficha sur mes lèvres. Bien, elle avait donc un esprit guerrier malgré son attitude face au serpent. Bon après, elle m’avait bien précisé que cet animal était une exception pour elle. Je me devais donc de cesser d’y repenser. Nous avions tous nôtre kryptonite. Défense quand elle se sentait en danger. Là encore, j’approuvais. Hmm, avais-je le droit d’assister aux séances du club de duel ? Ça pourrait être amusant de voir comment ils se débrouillaient tous et si elle apprendrait vraiment quelque chose avec tous ces autres duellistes… Il serait dommage qu’ils la tirent vers le bas alors qu’elle visait un éventuel poste d’Auror.

Lorsque je lui fis part de cet épisode avec le cognard, j’avais eu beaucoup de mal à cacher mon embarras. C’était une chose de faire le mariole volontairement et de raconter plein de bêtises, c’en était une autre de révéler ses véritables accès de stupidité. Sans aller jusqu’à dire que j’avais honte de mes comportements passés, je n’en étais pas vraiment fier non plus. Le truc, c’était que je n’avais pas arrêté de mettre ma vie en danger bien que j’aie fini par découvrir pourquoi j’étais aussi autodestructeur à l’époque. Aujourd’hui, je l’étais toujours autant, mais les raisons avaient changé. A côté de ça, ma quête de sensations fortes était bien plus contrôlée qu’elle ne l’était à mon adolescence. Néanmoins, avec l’âge et l’expérience, les dangers encourus n’avaient fait que s’accroître exponentiellement. D’un simple cognard en 2ème année, j’étais passé aux flammes d’un Magyar à Pointes.

Ma révélation l’avait étonnée, ce qui était compréhensible. En attendant, avec tous ces bavardages, on avait fini par atteindre le château. Se tournant vers moi, elle me fit savoir qu’elle comptait faire un tour à l’infirmerie d’abord avant de rejoindre sa salle commune. Techniquement parlant, je considérais que j’avais effectué ma bonne action de la soirée. Elle était suffisamment âgée pour rentrer seule à son dortoir après. Dès lors qu’elle était dans le château à la nuit tombée, je ne m’inquiétais pas plus que ça pour elle. Il y avait peu de chances qu’elle s’y perde et, aux dernières nouvelles, Poudlard était plutôt sécurisé comme école. Me remerciant et s’excusant de nouveau, je lui fis signe d’une main que ce n’était pas nécessaire avant d’ajouter :

« Comme je te l’ai dit, je privilégie les actions aux paroles quand il s’agit d’excuses. Ainsi, je te propose de m’envoyer un hibou la prochaine fois que tu voudras t’aventurer dans la Forêt. Je préfère encore te servir de guide, même si je ne devrais pas, plutôt que d’apprendre un jour que tu t’y es perdue… »

Une proposition banale que je me surpris à lui faire. Néanmoins, je ne pouvais me permettre de la laisser jouer les insouciantes encore une fois avec cette forêt. Elle était bien trop dangereuse pour des élèves. Bien que j’avais d’autres choses à faire, je me sentirais mieux en sachant qu’elle avait cette option à portée de main dorénavant. A elle de voir ce qu’elle en ferait. J’avais fait ma part. Si elle décidait de jouer de nouveau avec le feu, tant pis pour elle. Tandis qu’elle se dirigeait vers l’infirmerie et moi vers les escaliers menant au 4ème étage, je tentai de me rassurer sur les prochaines décisions de la Gryffondor :

« Prions pour qu’elle évite les nuits de Pleine Lune… »


.....................................................




Présentation | Liens | RPs | Volière
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Liens et RPs
MessageSujet: Re: Promenons-nous dans les bois ♦ ft Tobias Grant

Revenir en haut Aller en bas
Promenons-nous dans les bois ♦ ft Tobias Grant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Promenons-nous dans les bois. [Emeric]
» Promenons-nous dans les bois... [Privé]
» Promenons nous dans les bois , pendant que le loup n'y est pas ~PV Yû
» Un, deux, trois promenons-nous dans les bois ♫
» [Défi] Promenons nous dans les bois

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mimbulus Mimbletonia  :: Les Oubliettes :: Les Archives :: Section RPG :: RPs terminés-
Sauter vers: