la clé - ivory welling



 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Bienvenue sur Mimbulus Mimbletonia
Bienvenue sur Mimbulus Mimbletonia Nous sommes en l'année 2019 Le ministère a été attaqué
– un étudiant est mort à Halloween Les néo mangemort sont de retour – L'ordre va t il se
reformer ? Contexte disponible ici-même.

Vous pouvez trouver la liste des personnages prédéfinis ici et les scénarios des membres ici
La liste des avatars utilisés ici.La liste des noms et prénoms ici.

Mais pour ceux qui sont encore plus studieux vous trouverez le planning des cours pour les élèves et ici
celui des professeurs.

Vous voulez une capacité spéciale pour vos personnages ? La demande et les détails c'est par .

Au vu d'un bon nombre de sang-pur, ceux-ci sont à présent limités (Scénario/prédéfinis) sous couvert d'acceptation
du STAFF. Pour en savoir plus, lisez ce sujet.

Poudlard recrute non seulement du personnel, mais nous sommes également à la recherche d'adultes en dehors du forum, sympathisant de l'ordre ou néo-mangemorts. N'hésitez plus à nous rejoindre.

 :: Les Oubliettes :: Les Archives :: Section RPG :: RPs Abandonnés Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

la clé - ivory welling

avatar
Féminin
✎ Parchemins : 51
✎ Date d'arrivée : 21/06/2016

Sorcerer's Identity
✎ Année à Poudlard: 6ème année
✎ Profession:
✎ Inventaire:
Jeu 15 Déc - 22:33
La période de Noël est décidément ma période préférée. Poudlard sous une épaisse couche de neige, un manteau blanc où se reflète le soleil chaque matin depuis trois jours sans qu’il ne fasse assez froid pour que la neige ne fonde. Les premières années qui s’émerveillent toujours autant chaque matin, en allant en cours de soins aux créatures magiques, devant ce paysage sauvage, mythique, envoutant, ne réalisant toujours pas que c’est leur lieu de vie désormais. Moi non plus, je ne réalise toujours pas et tous les ans à la même période, je savoure ces instants, ces quelques semaines d’un petit bonheur quotidien qui embellit mes journées. Nous nous amusons chaque jour avec mon frère à nous balancer des boules de neiges dans la figure, à lancer des sorts pour congeler la neige à nos pieds et nous immobiliser pendant que l’autre nous enfouit de la glace sous les vêtements, nous rions. Nous partageons de vrais moments de complicité comme rarement.

Je pourrai rester des heures à contempler le château sous ce manteau blanc, le lac presque gelé mais pas entièrement grâce à divers sorts qui permettent aux créatures qui y vivent de survivre. Mais malheureusement, j’étais à l’école, ce que nous tous ici avions tendance à oublier. Les examens allaient arriver bien plus vite que prévu et je ne me sentais pas du tout prête à y faire face. J’avais l’esprit ailleurs, embrumé par tant d’euphorie, de nouveautés, de recherche de cadeaux, nous allions souvent à pré au lard ces derniers temps pour trouver les derniers présents pour notre famille avec des amis. Cette année, nous allions fêter Noël en Lituanie, ce que nous n’avions pas fait depuis des années. Mes parents avaient décidé de nous y emmener cette année avant que mon frère ne parte continuer ses études et que nous soyons tous dispersés dans le pays. Le départ était prévu dans quinze jours mais il me manquait toujours quelques cadeaux et puisque je ne connaissais pas Vilnius et son monde sorcier, comme son monde moldu d’ailleurs, je préférais tout avoir déjà choisi et emballé avant le grand départ.

Aujourd’hui, je devais me rendre chez Zonko pour trouver un cadeau pour mon petit frère de 10 ans à qui il tardait de rentrer à Poudlard. Je me disais qu’une petite pierre de lune brouillard ferait l’affaire. Il se contentait d’un rien. Plus agréable que son aîné à qui rien ne convenait jamais. Il avait déjà tout ce que le monde sorcier avait à lui offrir en matière de jouets et gadgets farfelus, si bien que j’avais dû me rendre dans un de ces ignobles centres commerciaux pour lui trouver des sous-vêtements « monsieur trop chiant » en dernier recours. Sa copine rigolerait bien au moins, et papa et maman peut-être un peu moins.

Chez Zonko, tout est toujours trop bruyant, il y a toujours trop de monde, trop de cris, trop d’excitation, trop d’informations inutiles et déplaisantes. Des odeurs désagréables et des objets que je ne souhaitais pour le rien du monde toucher. Je vis une petite clé avec une tête de lion et le corps de serpent. Un peu bizarre comme concept. « Cette clé vous ouvrira toutes les portes », « sans blague » me dis-je. Vraiment n’importe quoi. Et puis je pensais que cette clé était faite pour Ivory – sans trop savoir pourquoi elle vînt s’insinuer une petite place dans mon esprit - si ses promesses disaient vrai. Mais quand on parle du loup, il finit toujours par arriver.

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Féminin
✎ Parchemins : 924
✎ Date d'arrivée : 06/06/2016

Sorcerer's Identity
✎ Année à Poudlard: 6ème année
✎ Profession:
✎ Inventaire:
Dim 18 Déc - 12:43


La clé
Zonko était l’un de mes endroits favoris à Pré-au-Lard. Pas parce qu’on pouvait y trouver un tas d’objets farfelus – enfin, pas uniquement – mais surtout parce que cela me permettait de savoir qui était marrant et qui ne l’était pas. Observer les autres élèves dans ce magasin était un plaisir sans fin. Ils y avaient ceux qui donnaient l’impression d’être des martyrs, de vouloir être partout sauf ici, ceux que je classais d’office dans la catégorie des : personnes pas drôles. Ensuite, il y avait ceux qui, à l’opposé, étaient ici en terrain conquis, c’était leur univers, leurs yeux brillaient en regardant les nouveautés autrement dits : mes futurs meilleurs amis. Puis, venait la catégorie du milieu composée d’élèves qui trouvaient ça intéressant, marrant mais qui ne restaient pas là très longtemps ou qui venaient pour faire plaisir à leurs amis : des gens bien aussi. Evidemment, je me trouvais dans le deuxième groupe même si, passant plus de temps à observer les autres que les nouveautés, on aurait pu s’y tromper. Il n’empêche que toutes mes économies passaient dans ce magasin.

Pour l’instant, j’apercevais une élève de Gryffondor, excitée comme personne et son ami, rouge et or aussi, qui ne semblait pas ravi de se trouver ici et qui ne souriait que lorsqu’elle se tournait vers elle. Ses commentaires manquaient de conviction et il semblait plus intéressé par les lèvres de son amie plutôt que par les différents objets qu’elle lui montrait. Il y avait une brunette, toute seule qui regardait je ne savais quoi, un Poufsouffle, fasciné par une petite boîte rouge, un groupe de Serpentard qui ricanaient, et quelques Serdaigles qui traînaient là sans savoir pourquoi. Sans doute essayaient-ils de faire marcher leur fameuse imagination.

C’est là que je remarquais que je la brunette n’était autre qu’Elisa June, je ne savais déjà plus quel était son prénom, qui était dans mon année, que je croisais en cours de temps en temps et que j’avais rencontré par le plus grand des hasards dans un couloir une nuit. Depuis, nous n’étions pas les meilleures amies du monde. Je n’avais rien contre elle mais nous avions un peu de mal à nous entendre. Rien de dramatique, pas assez dramatique pour que je l’ignore en tout cas puisqu’elle était là toute seule et moi aussi. Je m’avançai discrètement vers elle, sans faire de bruit et, une fois dans son dos, je posai d’un coup mes mains sur ses épaules en m’écriant : « BOUH ».






claude gueuse

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Féminin
✎ Parchemins : 51
✎ Date d'arrivée : 21/06/2016

Sorcerer's Identity
✎ Année à Poudlard: 6ème année
✎ Profession:
✎ Inventaire:
Jeu 22 Déc - 22:51
Après la mort de Joon Park, un jeune garçon Serpentard que je ne connaissais pas du tout, dans la forêt interdite, apparemment tué par un néo-mangemort, les choses étaient différentes à Poudlard. Enfin, je veux dire, évidemment que c’était différent, et heureusement même je dirai mais une sorte d’ombre pesait sur nous, une atroce sensation de déjà vu pour beaucoup. Certains parents s’inquiétaient énormément, à juste titre par ailleurs, et beaucoup plus de hiboux nous parvenaient chaque jour. Certains réclamaient le retour de leurs enfants, d’autres davantage de sécurité aux abords de l’établissement, plus de restriction au niveau des sorties, moins de vie en somme. J’avais informé mes parents bien sûr. Ils avaient participé à la grande bataille contre Voldemort. A leur échelle du moins. Parfois j’avais un peu honte de côtoyer des gens de mon âge dont les parents avaient été aussi braves, aussi courageux, dont certains quelques fois étaient mort alors que les miens n’avaient rien fait d’aussi extraordinaire ou encore d’aussi noble. Mon père dit toujours « ce sont les petites citrouilles qui donnent les meilleurs jus ». Il parle de lui bien sûr. Il pense être la petite citrouille qui a permis d’aboutir à une aussi grande et victorieuse bataille. Mon père, ce rêveur invétéré et surtout un peu égocentrique parfois, mais le plus aimant et le plus généreux du monde.

Je ne lui avais d’ailleurs toujours pas trouvé de cadeau. Et ce n’était certainement pas chez Zonko que j’allais pouvoir le trouver, il n’aimait pas le moins du monde les farces et attrapes. Ma mère en revanche, avait gardé ce petit penchant enfantin (ou pas) pour les blagues en tout genre et les brumes alunissantes, celles que tu jettes par terre, qui font apparaître une brume épaisse d’où sort une lune énorme qui grossit jusqu’à toucher le plafond et qui se dégonfle en explosant et en jetant des tonnes d’étoiles et de poussière partout. Ma mère m’avait raconté des tonnes d’histoires à propos de ces brumes lunaires et du froid polaire de Lituanie. Avec le gel, les brumes mettaient plusieurs centaines de secondes à disparaître et cela laissait suffisamment de temps pour déguerpir après avoir volé un ou deux objets moldus dans les grands magasins de Vilnius. J’espérai pouvoir en trouver un spécimen chez Zonko, le seul endroit à Pré-au-Lard, voire dans toute l’Angleterre où je pourrai bien trouver ce genre d’objet. Peut-être ne s’en servirait-elle seulement pour la déco ou bien le rangerait-elle bien au chaud dans une de ses boîtes à souvenir mais j’étais certaine de lui faire un petit plaisir tout simple mais certain avec ce petit cadeau de rien du tout.

Pour cela, fallait-il encore que je le trouve. J’arpentais les rayonnages, les étagères, le plancher aussi vieux que… Trop vieux quoi, à la recherche de ce petit objet sentimental. Je découvris un tas de choses finalement car je m’informais assez peu sur les farces et attrapes et j’avais dû venir en tout et pour tout deux fois chez Zonko, en comptant celle-ci. Une boîte de chocolat à gerbe, du thé citrouille et crotte de dragon, du spray pour l’haleine au gingembre agrémenté d’une fine touche de lait de scarabée (une horreur, testé contre ma volonté et non approuvé, sans doute illégal). Deux mains claquent sur mes épaules, mon cœur s’arrête puis fait un bond dans ma poitrine, je me retourne en une seconde et me retrouve nez à nez avec Ivory Welling qui hurle à dix centimètres de moi « BOUH » de sa voix un peu trop joviale et enjouée. Nous n’étions pas les meilleures amies du monde, nous n’étions certainement pas inséparables non plus. Elle m’était plutôt sympathique à vrai dire, je dirai même rafraichissante en ces temps de troubles à Poudlard mais peut-être pas jusqu’à rester coincer avec elle chez Zonko. Zonko quoi. Je suis sûre qu’elle pourrait y passer des heures. « Salut ! Premièrement, la prochaine fois, évite moi la crise cardiaque, deuxièmement, justement je partais, tu as le champ libre pour t’adonner à tes petites blagues ! A plus ! » Dis-je en m’enfuyant à moitié tout en me rappelant que si une personne pouvait m’aider à trouver la brume, c’était bien elle. « Dis, tu ne saurais pas où trouver une brume alunissante par pur hasard ? Elle aurait pu nous être utile l’autre jour, si tu vois ce que je veux dire. »

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Féminin
✎ Parchemins : 924
✎ Date d'arrivée : 06/06/2016

Sorcerer's Identity
✎ Année à Poudlard: 6ème année
✎ Profession:
✎ Inventaire:
Lun 26 Déc - 17:43


La clé
J’adorais faire sursauter mes camarades, les surprendre, les mettre mal à l’aise, les voir se retourner brusquement, observer leurs yeux se teinter d’une lueur de peur avant qu’ils ne se remplissent de soulagement… c’était un petit bonheur. Evidemment, cela ne faisait pas toujours plaisir à la personne concernée qui, souvent, était prise d’un bref accès de colère et qui m’adressait un lourd reproche que je prenais soin d’oublier aussi vite qu’il était prononcé. Parfois, aussi, elle s’en allait sans dire un mot. June mélangea la première et la deuxième option en me répondant certes pas très méchamment mais avec peu d’entrain, et m’annonçant qu’elle s’en allait. Vraiment, il n’en fallait pas beaucoup pour faire fuir les Gryffondor, ils décampaient au moindre dérangement, pas très drôle ces gens-là. Au moins, à Serpentard, on avait s’adapter à toutes les situations. Sa remarque me fit donc lever les yeux – je pouvais m’amuser sans elle. Ce n’était pas comme si elle était drôle de toute manière. Seulement, June sembla finalement changer d’avis.

« Dis, (haussement de sourcil interrogateur) tu ne saurais pas où trouver une brume alunissante par pur hasard ? Elle aurait pu nous être utile l’autre jour, si tu vois ce que je veux dire. »

Je ne voyais absolument pas ce qu’elle voulait dire. Mon plan avait marché à merveille. Nous nous étions très bien débrouillées et nous avions réussies à retourner dans nos dortoirs sans avoir une retenue. A moins qu’elle avait eu une après ? Si c’était le cas, elle n’était vraiment pas discrète, je lui avais mâché tout le travail !

Par contre, je connaissais ce magasin comme ma poche et je savais où trouver une brume alunissante. Qu’elle ne le sache pas ne m’étonnait pas plus que ça. Vraiment, elle avait tout à apprendre cette petite ! Heureusement que j’étais là pour lui sauver la mise. D’ailleurs, ça commençait à devenir répétitif cette histoire. Un sourire moqueur commença à émerger sur mes lèvres. Si elle croyait qu’elle allait s’en sortir comme ça cette petite elle se trompait lourdement. Nous n’étions pas amies, il fallait qu’elle se mette ça dans le crâne – pas dans le cerveau, ça aurait nécessité qu’elle en ait un.

« Bien sûr que je sais où en trouver une », répondis-je, un brin hautaine. Zonko c’était mon domaine, il fallait qu’elle se mette ça dans la tête. Je fis mine de réfléchir quelques instants, plissant légèrement les yeux et me mordant la lèvre. « Qu’est-ce que j’obtiens en retour ? »

Je faisais volontiers des sacrifices, j’aidais avec plaisirs mes amis mais je ne voyais vraiment pas pourquoi s’en serait de même avec elle. D’accord, normalement, j’aidais aussi des inconnus mais avec June c’était différent, après tout elle avait voulu me fuir, je n’étais pas une bonne poire qu’elle pouvait utiliser lorsque ça l’arrangeait.







claude gueuse

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Féminin
✎ Parchemins : 51
✎ Date d'arrivée : 21/06/2016

Sorcerer's Identity
✎ Année à Poudlard: 6ème année
✎ Profession:
✎ Inventaire:
Ven 6 Jan - 17:14
Ivory était incontestablement la personne la plus indescriptible que je connaissais. Pas que j’ai énormément de relations, d’amis ou de connaissances non plus, mais parmi le panel de personne que j’avais pu côtoyer, Ivory était vraiment unique en tout point. On retrouve souvent des ressemblances chez les gens, des caractères qui se rejoignent, des expressions, des comportements similaires chez des gens qui ne se connaissent pourtant pas. Ivory ne ressemblait à personne. Il faut dire que je me tenais plutôt à l’écart de ce type de personnalité et qu’en général, les gens s’entourent de personnes avec qui ils s’entendent très bien – logique – et que par conséquent, il n’y a rien d’étonnant à retrouver des caractères chez des personnes qui ne se connaissent pas nécessairement entre-elles mais qui sont nos amis. Ce n’est pas forcément très bon pour nous-mêmes, de traîner toujours avec le même type de personne. On reste dans une certaine zone de confort, on n’est plus surpris, on ne découvre plus vraiment les autres, tout devient trop prévisible. Parfois, il faut juste une personne qui sort du lot, qui nous pousse dans nos retranchements, qui nous fait voir autre chose, qu’il faut découvrir, apprendre à connaître. Sans pour autant que cette personne soit bonne pour nous, soit l’ami(e) qu’il nous faut. Seulement que parfois, il est bon d’être avec quelqu’un de différent. La différence, ça a du bon. Enfin, nous sommes sorciers, donc forcément, j’imagine, j’espère que tout le monde pense la même chose que moi.

Ivory me plaisait bien de ce côté-là. Enfin, il n’y a jamais personne que je croise en me disant « lui, je ne m’entendrai jamais avec » ou bien « je ne peux pas le voir », mais Ivory avait ce petit truc qui me disait qu’un jour, on pourrait bien s’entendre même si je repoussais un peu cette idée dans un coin de ma tête. Elle était de ces personnes déstabilisantes, qui te dévisagent, qui te mettent parfois mal à l’aise, à qui tu ne sais pas quoi répondre quand ils t’adressent la parole tant ils te déroutent. Mais qui sont aussi joyeux et qui ont à mon sens, un tas de chose à apprendre. A m’apprendre. Alors même si je ne suis pas particulièrement contente de la croiser, sa présence ne me déplaît pas et discuter – si on peut dire ça comme ça – avec Ivory peut-être drôle. Après coup.

J’étais sûre qu’elle savait où se trouvait cette brume. C’était simple : comment pouvait-elle ne pas savoir ? On parlait bien d’Ivory Welling. Elle aurait pu me la trouver et tout simplement se débarrasser de moi. Mais premièrement, c’était elle qui m’avait surprise, et deuxièmement, elle semblait en avoir décidé autrement.

« Bien sûr que je sais où en trouver une » ‘Cela, je le sais déjà. C’est pour ça que je t’ai demandé.’ « Qu’est-ce que j’obtiens en retour ? » Je ne m’attendais pas du tout à ce genre de réponse. Ou plutôt de réponse-question. Je trouvai cette cette demande un peu mal venue, étonnante même. En tout cas, cela ne me serait jamais venu à l’esprit de répondre de la sorte à quelqu’un qui me demande un service à moins que cette personne ne soit très méchante. Je ne me considérai pas du tout comme telle. J’étais plutôt conciliante, polie et plutôt avenante aussi. Sans doute pas assez drôle au goût d’Ivory-je-n’ai-peur-de-rien mais en tout cas, loin de mériter cette attitude.

J’étais partagée entre rentrer dans son jeu et lui proposer une monnaie d’échange quelconque ou bien tout simplement l’envoyer balader et me débrouiller toute seule, je trouverai bien une bonne âme capable de me dénicher la brume alunissante sans trop d’efforts. Encore une fois, déstabilisante. Je réfléchis donc quelques instants et me lance :

« De quoi Mlle Ivory Welling aurait-elle besoin venant d’une fille-pas-drôle telle que moi voyons ? » dis-je à la fois moqueuse et sceptique. Ma question était-tout à fait légitime en même temps. « Mais tu sais, je peux me débrouiller toute seule, j’ai du temps devant moi, donc si tu ne veux pas m’aider, tant pis ! » je recommençai alors à fouiller dans le magasin du regard mais je ne vis que des pastilles de gerbe – classiques – ou encore des pains surprise saveurs chaussettes ou avec un peu de chance, citrouille. J’allais passer des heures à trouver cette fichue brume. Je me retournai vers Ivory :

« Bon, si mon agréable et reposante compagnie ne te suffit pas, je peux te faire le prochain devoir de sortilèges, il paraît que c’est pas vraiment ton point fort. En même temps, j’avoue que même traîner dans les couloirs la nuit me semble plus attrayant que le chapitre sur les métamorphoses. En tout cas, c’est ce que j’ai de mieux à te proposer, venant de moi, tu ne devais pas espérer beaucoup plus, non ? » souriais-je. Ce n’était pas méchant, seulement une constatation. Nous étions très différentes et je n’espérai pas son amitié, mais un peu de chaleur dans ce monde ne fait de mal à personne.

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Féminin
✎ Parchemins : 924
✎ Date d'arrivée : 06/06/2016

Sorcerer's Identity
✎ Année à Poudlard: 6ème année
✎ Profession:
✎ Inventaire:
Jeu 12 Jan - 12:04


La clé
Je me tenais devant June, le dos bien droit, la tête légèrement penchée vers l’avant, un sourire moqueur sur les lèvres, un sourcil relevé et ma main posée sur l’étagère d’à côté. Pour l’instant, la Gryffondor était ma seule source de divertissement et mes yeux scrutaient attentivement chaque détail de son visage. Je pus donc aisément remarquer la surprise que lui causa ma réponse ce qui agrandit mon sourire. Avait-elle oublié que je portais fièrement les couleurs de ma maison et que, si je pouvais agir comme une Gryffondor (personne ne pouvait le nier) je restais une Serpentard ? C’était mignon, elle avait vraiment cru que j’allais l’aider, que j’allais lui faire gagner du temps contre quoi, un pauvre sourire de remerciement ? Vraiment, elle surestimait ma gentillesse. Toutefois, June se reprit bien vite, pour mon plus grand plaisir.

« De quoi Mlle Ivory Welling aurait-elle besoin venant d’une fille-pas-drôle telle que moi voyons ? »

J’avais une multitude d’idées en tête et je gardais mon sourire comme seule réponse. June savait parfois faire preuve d’autodérision et c’était une qualité que j’appréciais beaucoup. On ne pouvait décemment pas rire avec les gens qui se prenaient trop au sérieux, persuadés que leur existence valait plus que celle des autres. C’est pourquoi, June remonta quelque peu dans mon estime. Pas question toutefois de le lui dire.

« Mais tu sais, je peux me débrouiller toute seule, j’ai du temps devant moi, donc si tu ne veux pas m’aider, tant pis ! »

Ah ! Le retour de June-la-fille-pas-drôle, susceptible et insupportable, celle qui m’avait beaucoup agacé dans les couloirs la dernière fois. Qu’elle s’amuse donc !, songeai-je en faisant un signe de la main pour lui dire d’y aller. Je trouverais toujours une autre victime dans le coin. Là encore, je continuai toutefois à l’observer, je vis son regard faire le tour des étagères alentours, essayant de trouver comme par miracle une brume alunissante. Elle était mal partie. D’ailleurs elle ne manqua pas de s’en rendre compte et j’eus un plaisir infini à la voir se retourner vers moi pour accepter ma charmante proposition.

« Bon, si mon agréable et reposante compagnie (je haussai à nouveau un sourcil) ne te suffit pas, je peux te faire le prochain devoir de sortilèges (deuxième sourcil), il paraît que c’est pas vraiment ton point fort. Regard outré. En même temps, j’avoue que même traîner dans les couloirs la nuit me semble plus attrayant que le chapitre sur les métamorphoses. Il y avait un chapitre sur les métamorphoses ? En tout cas, c’est ce que j’ai de mieux à te proposer, venant de moi, tu ne devais pas espérer beaucoup plus, non ? »

Comment lui dire que je n’attendais de toute façon pas grand-chose d’elle tout court ? Quant à sa proposition… pouvait mieux faire. Certes, j’étais nulle en sortilèges ce n’était pas un secret d’état – mais qu’elle le sache signifiait tout de même qu’elle avait dû se renseigner ou en tout cas retenir l’information ce qui me plaisait bien – et faire les devoirs de sortilèges ce n’était pas ma tasse de thé mais une brume alunissante valait bien mieux que ça.

« Mhm, je finis mine de réfléchir, je ne sais pas… » La brume alunissante se trouvait cinq rangées plus loin, dans un coin un peu oublié du magasin. June ne la trouverait pas tout de suite si je la laissais se débrouiller seule. « Un seul ? », demandai-je, faussement vexée. « Ou alors, déclarai-je, soudainement intéressée par ce qui se passait, tu m’accompagnes pour mes prochaines sorties nocturnes ou pour mettre en place mes prochaines blagues, avec les temps qui courent il faut mieux être à deux et j’ai besoin d’une apprentie pour certaines choses. » Et avec un peu de chance j’arriverai à faire d’elle une personne marrante. « Jusqu’à la fin de l’année cela va sans dire. » J’aimais l’idée d’avoir une apprentie qui ne pourrait pas dire non. Rosalie était rarement d’accord pour ça, Dominique était souvent partante mais nous faisions des compromis pour nous mettre d’accord, avec Alex nous étions généralement d’accord mais il ne pouvait pas tout le temps et, au pire, une main de plus ne ferait pas de mal. « Partante ? En plus du devoir de sortilèges bien sûr. »

Et je lui fis un magnifique sourire prétentieux.






claude gueuse

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Masculin
✎ Parchemins : 126
✎ Date d'arrivée : 14/03/2017
Localisation : Indisponible (4/4)

Sorcerer's Identity
✎ Année à Poudlard: 7
✎ Profession: étudiant
✎ Inventaire:
Mer 19 Juil - 17:22



Tu ignores le vide devant toi,
les vertiges et la peur tu connais pas...
Seule au milieu des loups, tu t'enfonces au bord des précipices.
Dans la cité perdue, au travers de la nuit, toi tu vas bien.
En travers la douleur et la mélancolie, tout ira bien.

ARCHIVE

Voilà quatre mois que ton sujet attend une réponse. Il semblerait qu'il soit tombé dans l'oubli de ta mémoire. Nous devons malheureusement le mettre aux oubliettes.

Ne t'inquiétes pas ! Tu peux le retrouver à tout moment en remplissant le formulaire présent dans ce topic. Un membre du staff te le remettra alors en place pour que tu puisses l'étoffer de tes écrits.

(c) crackle bones


.....................................................


FicheLiensRP


Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

la clé - ivory welling
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Premier Ban en ivory
» Commande groupée boite de starter ivory Padis
» [Phoenix IVE] deck qui roule sur l'environnement !
» [ EN COURS ] My skin has turned to porcelain, to ivory, to steel. | DELAI ACCORDE 28-04|
» Ivory - The past beast inside me like a second heart.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mimbulus Mimbletonia  :: Les Oubliettes :: Les Archives :: Section RPG :: RPs Abandonnés-
Sauter vers: