Mise au point [Ginny]



 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Bienvenue sur Mimbulus Mimbletonia
Bienvenue sur Mimbulus Mimbletonia Nous sommes en l'année 2019 Le ministère a été attaqué
– un étudiant est mort à Halloween Les néo mangemort sont de retour – L'ordre va t il se
reformer ? Contexte disponible ici-même.

Vous pouvez trouver la liste des personnages prédéfinis ici et les scénarios des membres ici
La liste des avatars utilisés ici.La liste des noms et prénoms ici.

Mais pour ceux qui sont encore plus studieux vous trouverez le planning des cours pour les élèves et ici
celui des professeurs.

Vous voulez une capacité spéciale pour vos personnages ? La demande et les détails c'est par .

Au vu d'un bon nombre de sang-pur, ceux-ci sont à présent limités (Scénario/prédéfinis) sous couvert d'acceptation
du STAFF. Pour en savoir plus, lisez ce sujet.

Poudlard recrute non seulement du personnel, mais nous sommes également à la recherche d'adultes en dehors du forum, sympathisant de l'ordre ou néo-mangemorts. N'hésitez plus à nous rejoindre.

 :: Les Oubliettes :: Les Archives :: Section RPG :: RPs terminés Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Mise au point [Ginny]

avatar
Masculin
✎ Parchemins : 127
✎ Date d'arrivée : 01/07/2016

Sorcerer's Identity
✎ Année à Poudlard:
✎ Profession: Directeur de Poudlard
✎ Inventaire:
Mar 10 Jan - 23:13
Mise au point - Ginny
Harry Potter faisait les cent pas dans son bureau. Cela lui arrivait tellement souvent ces derniers temps qu'il aurait pu craindre de creuser un trou si des choses plus graves n'étaient pas en cours. Par moment, il s'arrêtait, regardait le tableau de Dumbledore et ouvrait la bouche avant de la refermer, de hausser les épaules et de reprendre ses rondes. Ses pensées suivaient le même cheminement que ses pas. Elles s'agitaient dans son esprit, tournoyaient, s'arrêtaient un bref instant, puis reprenaient leur danse infernale. Il faut dire que Harry Potter avait de quoi être préoccupé. Ses yeux pleuraient des cernes à n'en plus finir, son visage était tiré par la fatigue et le manque de nourriture. Il allait les épaules voûtées, comme s'il portait un sac beaucoup trop lourd pour lui. Le poids de la culpabilité. Ce qu'il se passait à Poudlard était entièrement de sa faute. Il n'avait pas su reconnaître les signes et il les avait laissé assassiner un de ses élèves sous son toit. Et maintenant, il laissait une sœur devenir unique, et une famille anéanti. Il était glacé de terreur à l'idée de se retrouver de nouveau projeter vingt ans en arrière. Ses nuits étaient hantées par des cauchemars dans lesquels il voyait les corps inanimés de ses proches, disparaissant sous une lumière verte. Sauf que c'était pire. Il y a vingt ans, il se battait contre Voldemort. Aujourd'hui, il ne savait rien. Il n'avait aucun indice et pas de Dumbledore à l'horizon pour l'aider dans sa tâche. C'était épouvantable. Il avait laissé les choses s'installer... y comprit avec la Gazette du Sorcier. Son poing rageur vint heurter violamment son bureau, faisant fuir quelques feuilles vexées.
La Gazette.
Déjà de son temps, c'était un ramassis d'ordures. Ces dernières années, elle était remontée dans son estime mais voilà que Rita Skeeter faisait encore parler d'elle. Elle n'en loupait pas une pour semer la zizanie. Déjà l'article sur la famille Park lui avait fait l'effet d'un coup de poing reçu en plein ventre. C'était du voyeurisme gratuit, il en aurait vomi. Mais alors l'article sur Ginny et lui. Le sorcier blêmit plus encore. Il paraissait avoir vieilli de dix ans. Ces derniers temps, il s'était délibérément éloigné de sa femme, il en avait conscience. Mais comment aurait-il pu lui avouer qu'il était incapable de protéger l'école ? Comment aurait-il pu affronter son regard ? Il avait laissé la distance les séparer. Et cette distance avait animé ce déchet qui servait d'articles. Il en était encore responsable. Mais il avait été trop loin. Un élève était mort. Un élève qui aurait pu être un de ses enfants ou un de ses neveux et nièces. L'idée lui paraissait tellement insoutenable qu'il manqua de s'étouffer l'espace d'un court instant. Il était dans le pétrin jusqu'au cou et il ne savait pas comment s'en tirer.

Sa ronde fut toutefois interrompue par les flammes de la cheminée qui s'agitèrent. L'estomac de Harry se contracta. Il n'y avait que deux personnes qui pouvaient débarquer de cette façon dans son bureau. Le Ministère de la Magie ou sa femme. Le premier se trouvant dans un lit de l'hôpital à Saint Mangouste, il ne restait qu'une seule option. Une option qui ne lui plût absolument pas et qui lui donna envie de vomir. Tremblant déjà à l'idée de ce qui l'attendait, le visage encore plus blanc qu'il ne l'était au premier abord, Harry Potter fit face à sa femme. L'heure était venue de répondre de ses actes. Mais Harry Potter préférait affronter de nouveau Voldemort plutôt que de se retrouver face à l'amour de sa vie.


©Pando

Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Mer 11 Jan - 21:03




Titre du RP
Scorpius, Célian, Rose, Rosalie


Citation de la mort qui tue
 

Ginevra se réveilla ce matin là, le lendemain de la parution de la gazette particulièrement déterminée. Elle avait attendu toute la journée, la veille un hibou de son mari, une explication qui n'était pas venue. Mais les paroles de William lui revenaient en tête. Tout  jeune était il, il n'en était pas moins sensible à son charme. Des paroles tellement agréables à entendre qu'elles l'avaient remotivée. Elle était revenue en sa compagnie, prit une flûte de pétillant, en prit une seconde dans son autre main et avait rejoint Rita. Celle-ci était entourée de sa horde de pimbêches. Arrivée à bonne hauteur, elle lui tendit le verre qui lui était destiné « tiens buvons à ton futur succès dans la rubrique nécrologique Rita ».

Un simple sourire à l'égard de sa collègue, qu'elle n'appréciait guère, mais il fallait le reconnaître avait du talent. Ginevra surveillerait de loin le démenti prévu lors de la prochaine parution. Rita n'avait plus le choix, si ce mot n'y figurait pas nul doute que cette fois-ci Ginevra Potter ne s contenterait pas d'un simple sarcasme.

Absorbée dans ses pensées, buvant son thé, elle réfléchit ; sa rancoeur vis à vis de sa collègue était tombée dans l'espoir que son professionnalisme la rattrape mais pas envers son mari. Celui-ci habituellement porté envers la famille avait sans nul doute vu cet article... pourquoi ce silence ? Elle commençait presque à douter de lui... c'est ce doute qui aujourd'hui lui faisait mal ; autant d'années à vivre ensemble, d'une vie commune réjouie la plupart du temps pour ça ?

Ginevra se dirigea vers sa salle de bains, se regarda dans la glace, sourit ; oui après tout le jeune homme avait peut être raison il y avait probablement du charme encore dans la personne qu'elle voyait dans la glace. C'est déterminée qu'elle se rendit dans sa chambre ; d'accord elle le séduirait aujourd'hui mais viendrait avec cette attitude qu'il craignait, une attitude provocatrice et haineuse. Car oui, Ginevra au fond d'elle même était remplie de haine à l'égard de celui qui l'ignorait purement et simplement.

Elle se vêtit d'une robe prune, légèrement décolletée, prit un chandail qu'elle glissa sur ses épaules ; une fois terminé elle regroupa ses cheveux en un chignon. Cette coiffure n'était pas habituelle chez elle. Elle se montrait ainsi volontairement stricte et sévère.

Souriante, elle se dirigea vers la cheminée et entreprit de se diriger vers le bureau de son mari.......

Quelques minuscules minutes plus tard, elle arriva, debout dans le bureau, elle fut rassurée dans un premier temps. Il était face à elle. Visiblement tremblant et inquiet de par son arrivée. Très bien, celui lui faciliterait les choses.

Ginevra sortit de la cheminée sans un bruit, aucun bonjour. Le silence était pesant entre les deux époux. Elle contourna le bureau, sans que son mari ne la regarde. Au fond d'elle même Ginevra avait juste envie de se précipiter dans ses bras ; mais cela aurait été signe de victoire pour lui-même. Il fallait qu'il comprenne sa colère. Restant quelques minutes à regarder les tableaux, qui semblaient particulièrement silencieux, elle se rapprocha, en laissant glisser le chandail de ses épaules, de son mari.

C'est à ce moment là qu'elle vit la gazette, un sursaut de colère qu'elle rangea avant d'affronter du regard l'homme qu'elle aimait. Un visage sans sourire, des traits tirés,, une table les séparait l'un de l'autre.

Ginevra devait couper ce silence elle le savait qu'il attendait une parole ; cette parole qui déterminerait le reste de leur échange aussi dit elle simplement « Harry Potter, il est temps de me dire tout ce que tu sais maintenant, si tu tiens encore un minimum à ton épouse... à moins que désormais tu ne tiennes plus au ministre qu'à elle ? ».

Ginevra avait joué la carte de la provocation, avait parlé de cette épouse qu'elle représentait, la balle était dans son camp désormais et au travers de ses paroles peut être parviendra t elle à comprendre ce silence pesant....




camo©015

avatar
Masculin
✎ Parchemins : 127
✎ Date d'arrivée : 01/07/2016

Sorcerer's Identity
✎ Année à Poudlard:
✎ Profession: Directeur de Poudlard
✎ Inventaire:
Jeu 12 Jan - 21:13
Mise au point - Ginny
Harry se souvenait parfaitement de la première fois où il avait vu sa femme. C'était sur le quai de la voie 9 ¾, la toute première fois où il avait pris le train. A cet instant, elle était une parfaite inconnue. C'est amusant le destin. Les rencontres les plus futiles peuvent se révéler les plus importantes. Et si Harry avait pendant longtemps considéré la rouquine comme une petite soeur, elle était maintenant la femme la plus importante de sa vie. L'époque où il ne lui racontait rien était lui semblait tellement lointaine, qu'elle en devenait presque inexistante. Et l'époque où elle tremblait dès qu'il entrait dans la pièce lui semblait presque aberrante. Surtout parce que, aujourd'hui, c'était lui qui tremblait. Tremblait de honte. Il savait déjà ce qu'elle allait lui dire avant même qu'elle n'ouvre la bouche. Il l'avait toujours su et pourtant s'était obstiné à retarder ce moment. Et encore là, il ne pouvait rien dire. Il se contentait de la regarder. Elle était incroyablement belle. Harry se demanda vaguement si elle avait toujours été ainsi. La réponse était, bien évidemment, oui. Elle n'avait jamais cessé d'être belle à ses yeux. Mais il ne savait dire ce qui était le pire. Sa robe qui la mettait en valeur, son chignon sévère dénotant le ton qu'elle allait employer, ou le silence pesant et éternel qu'elle s'efforçait d'entretenir. C'était le calme avant la tempête, le silence précédant sa mort. Harry Potter s'était attendu à tout. Pourtant, lorsque a voix calme, mais ferme, retentit dans cette pesanteur, il sursauta. Il s'était attendu à la voir crier, l'accabler de reproches parfaitement fondés, ou encore se prendre un sort de chauve-souris terriblement efficace. Certainement pas à son calme. C'en était que plus terrible. Et pourtant... pourtant la phrase de Ginny retentit dans son esprit comme une délivrance. Le soulagement d'un poids énorme qui menaçait, à chaque minutes, de lui oppresser le coeur. Il avait cru mourir d'étouffement et Ginny venait, une fois de plus, de lui sauver la vie. Lorsqu'il parla, sa voix était rauque et ses yeux regardaient partout sauf sa femme. Il n'osait pas regarder la déception qu'il lui inspirait.

-Oui. Non. Enfin oui... euh...

Il commença à s'emmêler les baguettes, jeta un oeil terrifié dehors comme s'il espérait pouvoir sauter par la fenêtre et imité Rogue autrefois. Il se rappela qu'il ne connaissait pas le sort et que s'il n'avait pas fui devant Voldemort, il n'allait pas le faire devant elle. Il inspira un grand coup et reprit.

-Oui il est temps que je te dise tout. Non, tu n'es pas plus importante que le ministre. Bien sûr que non Ginny enfin... Tu... je t'aime, tu es la personne la plus importante dans ma vie et...

Il s'étrangla à la dernière phrase. Harry mit sa tête dans ses mains.

-J'ai merdé, ok ? J'ai pas du tout été là, j'ai voulu te protéger et, encore une fois, je n'ai protégé personne. Un élève est mort Gin' ça aurait pu être... Merlin, ça aurait pu être Albus. Je... C'est ma faute... encore une fois. Je suis désolée, je vais tout t'expliquer.

Harry sentait des gouttes de sueurs perler sur son front tandis qu'il parlait. Non, c'était pathétique. Cet élève était mort par sa faute. Combien de personnes étaient mortes lors de cette bataille livrée contre Voldemord ? Il avait cru protéger ses semblables, il n'avait fait que les entraîner dans un couloir sans issu. Au lieu de les protéger, il les avait juste contemplé s'éteindre un à un, totalement impuissant. Comme aujourd'hui.


©Pando

Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Sam 14 Jan - 16:29




Titre du RP
Scorpius, Célian, Rose, Rosalie


Citation de la mort qui tue
 

Ginevra intérieurement rayonnait, elle était fière d'elle ; elle savait que Harry, son mari était mal à l'aise à l'égar de son épouse, elle même- quand elle était aussi froide ; aussi le contraste entre son attitude et ses paroles douces mais sèches avait il fini par achever le désormais Directeur de Poudlard.

Elle le laissa dire, s'éloignant, tournant le dos à son mari, se rapprochant de la cheminée. Il bredouillait ; elle avait presque l'idée de se retourner lui sourire, se réfugier dans ses bras et lui intimer simplement le silence... mais avant cela il fallait qu'il comprenne la douleur qu'elle vivait depuis cet article, depuis ces annonces qu'elle avait eues en même temps que tout le monde alors qu'il partageait sa vie. Leurs enfants étaient sous le joug de cette menace et pour cela elle état furieuse. Il lui avait caché cette menace, ce risque encouru pour la protéger ? Et pas un intant il avait pensé qu'elle aurait pu l'aider ?

Elle aurait presque été prête à envoyer un remplaçant à sa place à la coupe du monde ; même si elle ne pouvait pas mettre les pieds à Poudlard hormis dans le bureau de son époux, elle aurait pu profiter des week end pour voir sa progéniture à pied au lard, les assurer de son soutien. Mais non il avait choisi le silence et la laisser dans l'ignorance. Pour cela il allait payer, aussi longtemps qu'elle parviendrait à garder cette distance envers celui qu'elle aimait.

C'est à ce moment là en pleine réflexion qu'elle se retourna, qu'elle le vit pencher, des goutelettes de sueur tombant de son front. Cette vision la troubla et brisa sa volonté d'être froide. Elle prit un mouchoir qu'elle sortit de son sac posé quelques mètres plus loin et se rapprocha de son mari. Posant sa main délicate sur une de ses épaules, elle releva le menton de son mari se noya dans son regard. Ginevra était toujours sèche sans sourire mais essuya les goutelettes qui perlait sur le front de son mari. Puis elle se recula d'un pas, lâchant par la même occasion l'épaule.

Elle prit à nouveau la parole sur un ton moins cassant que précédemment ; ce faisant elle avait oté le chandail, qu'elle avait déposé sur une chaise  proximité et lui dit « Harry, si ton épouse est si importante pour toi... pourquoi tu ne m'as pas confié tout cela avant ; je sais bien que tu voulais pas m'inquiéter mais tu crois pas que j'étais passablement furieuse en l'apprenant en même temps que tout le monde ? » , le niveau sonore s'était imperceptiblement accru, elle poursuivit « tu reconnais que tu as merdé... aussi maintenant dis moi tout, peux tu me garantir que nos enfants sont en sécurité ici ? Demain je dois repartir aux Etats Unis mais je n'en ai nulle envie au vus de ce que je viens d'apprendre.. dis moi comment je peux encore avoir confiance en toi ? Tu as trahi ma confiance Harry ».

Ginevra était cette fois ci hors d'elle les mots dépassaient sa pensée, l'homme en face d'elle, son amour de toujours, celui qu'elle avait considéré comme son ultime rempart avait trahi sa confiance en lui cachant de telles informations, il lui appartenait désormais à lui seul de regagner cette confiance perdue .

Ginevra était à un pas d'Harry, les yeux lançant des éclairs, les mains tremblantes de colère dans l'expectative d'une réponse.




camo©015

avatar
Masculin
✎ Parchemins : 127
✎ Date d'arrivée : 01/07/2016

Sorcerer's Identity
✎ Année à Poudlard:
✎ Profession: Directeur de Poudlard
✎ Inventaire:
Sam 21 Jan - 23:04
Mise au point - Ginny
Ginny le déstabilisait. Elle avait passé sa vie à le faire même si Harry ne s'en était pas aperçu immédiatement. Pourtant Ginny était forte. Vraiment forte. Il oubliait parfois qu'elle avait partagé ses pensées les plus intimes avec Lord Voldemort. Certes, ce n'était que son souvenir, mais elle s'était retrouvée face à l'un de ses Horcruxes. Pourtant il oubliait qu'elle avait les épaules pour assumer les aspects les plus sombres de ce monde. En première année, Ginny n'avait été qu'une petite fille sur le quai d'un train qui l'emmenait loin de sa vie restrictive de moldu. L'année suivante, elle restait cette petite fille craintive qui rougissait et mettait son coude dans le beurre chaque fois qu'il apparaissait dans son champs de vision. En troisième année, Harry avait été beaucoup trop occupé à traquer son parrain pour s'en soucier. En quatrième année, il avait été accaparé par le fait de sauver sa vie d'un tournoi mortel. En cinquième année, il avait été persécuté par Ombrages et avait passé l'année à maudire un peu tout le monde. Pourtant, ce fut cette année où il la remarqua. Où elle lui renvoya en pleine figure le fardeau qu'elle portait sur ses épaules depuis sa première année. Et Harry en avait eu le souffle coupé. Il avait alors su que Ginny n'était plus cette petite fille apeurée, rougissante et avec son coude dans du beurre. C'était une jeune femme qui vivait avec le souvenir de Tom Jedusor et des victimes que son insouciance avait failli causer. Il s'était promis de ne plus la sous-estimer.
Il avait rompu sa promesse.

Il la laissa essuyer les gouttes de sa culpabilité sans esquisser le moindre geste envers elle. Cette marque d'affection lui broyait le coeur, lui renvoyant plus encore le mal-être dans lequel il se trouvait. Il était inquiétant de constater à quel point Ginny pouvait ressembler à sa mère. Un petit bout de femme au tempérament de feu qui parvenait même à effrayer James, lorsqu'elle y mettait vraiment du sien. Il écarta les bras en signe d'impuissance. Elle avait raison, évidemment. Il ne pouvait que hocher la tête. Il avait merdé. Bien comme il faut. Mais il en avait fini de mentir. Aussi, lorsqu'elle lui posa la question fatidique, il ne se déroba pas à son regard. Il n'avait pas le temps de s'apitoyer sur son sort. Il fallait agir.

-Je ne peux pas te garantir une telle chose, Gin', dit-il d'un ton grave, dépourvu de toute hésitation cette fois. La Gazette a raison sur certains points. Poudlard n'est pas sûr.

Sa mine s'assombrit encore plus. Sa culpabilité continuait de le dévorer de l'intérieur mais il aurait le temps de la laisser le ronger plus tard. Pour le moment, il devait se focaliser sur l'essentiel : protéger ses élèves.

-J'ai mis en place des mesures de sécurité. Nous essayions de les préserver au mieux. Mais je ne sais pas où ça frappera la prochaine fois ni quand. Et surtout, qui.

Il lui tourna le dos et se dirigea vers la fenêtre. Il faisait nuit noir. Dans le parc, de faibles points lumineux se mouvaient ça et là. Les Aurors faisaient leur ronde. Du moins, il espérait que ce fût eux. Les mains jointes derrière le dos, Harry Potter savait qu'il fallait tout recommencer. Retourner en enfer une nouvelle fois.

-Gin', dit-il posément. Je pense qu'il va falloir reformer l'Ordre.

Un silence plana un moment dans l'air. Il se tourna d'un coup vers elle, sépara la distance qu'il y avait entre eux de quelques pas et lui attrapa les mains.

-J'ai besoin de toi Ginny Potter. Je ne sais pas si tu me referas confiance un jour mais j'ai besoin de toi et tu es la personne en qui moi j'ai le plus confiance. C'est suffisant. J'ai merdé mais je vais réparer ça. Seulement je ne vais pas y arriver sans toi. Et je ne te mettrais pas à l'écart, comme la dernière fois. Car cette fois encore, je ne peux y arriver seul. Et je ne sais même pas contre quoi je me bats.

Anxieux, ses yeux verts toujours plantés dans les siens, il attendait désespérément sa réponse.

©Pando

Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Lun 23 Jan - 21:44




Titre du RP
Scorpius, Célian, Rose, Rosalie


Citation de la mort qui tue
 

Ginevra tenait jusque là parfaitement son rôle ; elle savait qu'elle était le soutien de Harry en toutes circonstance mais ce soutien il l'avait pour ainsi dire oublié ces derniers temps. Pour cela elle était blessée et contrariée. Mais l'amour reprenait le dessus ; le voir aussi faible et attristé rendait Ginevra un peu plus douce, délicate. C'est pour cela qu'elle avait épongé les gouttes de sa honte quelques minutes auparavant.

Pourtant, quelques minutes après Ginevra sortit de ses gonds pour laisser sortir cette fureur qu'elle contenait, les choses étaient dites, comme elle avait toujours su faire et elle attendait une réaction de son époux. Une réaction qui ne manqua de se faire quelques fractions de secondes plus tard.

Elle l'avait piqué au vif ; il aurait très bien pu s'énerver, se renfermer, être cruel ; autant d'adjectifs qui étaient bien loin de définir Harry. Si tel était le cas, elle ne serait pas la mère de ses enfants pour sûr. C'est bien pour cela qu'elle ne l'avait pas reconnu ces derniers temps. Il était différent comme s'il angoissait de quelque chose.

Et ce quelque chose au travers de ses paroles qui sortaient sans discontinuer de sa bouche elle sut identifier de quoi il était question. L'ordre. Oui c'était cela ; la responsabilité, tenir le bien encore une fois, mener l'espoir, sauver sa vie et leur progéniture. Une crainte, la sécurité pour leurs propres enfants qu'il ne pouvait lui garantir.

Au fur et à mesure de ses paroles, elle prit une chaise, s'assit ; c'était trop prou ses jambes ; elle si forte se trouvait affaiblie. Elle avait tenté de démontrer sa force pour obtenir les aveux de son mari et maintenant qu'elle avait entendu cela, qu'elle était devant le fait accompli, elle avait peur.

Mais une peur qu'elle effaça d'un geste de la mai, elle Ginevra Weasley-Potter ne se laisserait pas abattre et soutiendrait son mari comme il venait de lui demander.  D'ailleurs ses mains se trouvaient maintenant dans les siennes, elle le regarda se noya dans ses yeux, un regard implorant. Elle parla d'une voix douce « Harry... tu sais très bien que j'ai toujours été là pour toi et aujourd'hui encore je serai à tes côtés, demain, nous combattrons ensembles, nous construirons ensemble, nous mourrons ensemble... quoique le plus tard possible sera le mieux » dit en un clin d'oeil.

Laissant les mains de son mari, elle se rapprocha de la fenêtre regarda les lumières discrètes patrouillant dans le parc « j'ai confiance en toi Harry ;tu es un grand homme, tu mènes ton équipe, tes troupes, ton école d'une main de maître ; tu dis que je suis ton soutien mais toi tu es le mien on est une famille pour ça je me battrai jusqu'au bout » puis se tournant vers Harry et se rapprochant à nouveau de lui jusqu'à le froler en passant ses mains dans son dos elle lui dit « mais notre famille s'appelle Potter, Weasley,Malefoy, Lestrange... notre famille c'est nous tous....

Collée à lui elle noya son regard dans les yeux de l'élu mais avant tout celui qui était l'élu de son cœur depuis maintenant des années




camo©015

avatar
Masculin
✎ Parchemins : 127
✎ Date d'arrivée : 01/07/2016

Sorcerer's Identity
✎ Année à Poudlard:
✎ Profession: Directeur de Poudlard
✎ Inventaire:
Mer 8 Fév - 21:21

Mise au point - Ginny
Les paroles de sa femme lui réchauffèrent le coeur et allégèrent un peu l'énorme poids qui pesait sur ses épaules depuis maintenant trop longtemps. Il se sentait également stupide et idiot. Il aurait dû la tenir au courant de tout cela bien avant. Il ne se serait pas senti aussi seul et, surtout, il n'aurait pas blessé sa femme. Il parvint même à ébaucher l'ombre d'un sourire. Sentir ses mains dans les siennes lui rappelaient à quel point elle lui avait manqué. Elle était sa bouffée d'air frais, la personne qui lui permettait de garder les pieds sur terre. Avec Hermione. Ron... Ron s'était autre chose. Indispensable également mais autre chose de tout de même. Le reste de ses paroles lui arrachèrent un faible sourire. Gin' avait décidément plus d'estime pour lui que lui-même. Et s'il avait estimé plus sa femme, il lui aurait dit la vérité dès le début.

-J'ai seulement réussi parce que vous étiez là, confia-t-il, sûr de lui.

Il perdit le fil de ses pensées dans le regard intense de sa femme. Merlin, qu'elle lui avait manqué.

-Gin', murmura-t-il, en lui caressant ses cheveux avec tendresse.

Cela faisait dix neuf ans, mais il la regardait toujours comme au premier jour. Il posa ses lèvres sur les siennes, échangeant un baiser plein de promesses. Lorsqu'il se détacha d'elle, ses yeux pétillaient, clamant son pardon.

-Je suis désolé Gin', chuchota-t-il, suppliant. Je te promets, je ne te cacherais plus rien.

Il espérait sincèrement pouvoir tenir cette promesse. Il s'y tiendrait. Comme le dirait Dumbledore, ils avaient tous besoin d'amour. Et par ces temps, plus que jamais.

-Allons réunir l'Ordre, termina-t-il d'un ton ferme, refusant de la lâcher.

©Pando


Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Ven 10 Fév - 22:02




Titre du RP
Scorpius, Célian, Rose, Rosalie


Citation de la mort qui tue
 

Ils étaient seuls pour une mise au point dans le bureau de Harry ; le bureau qui était celui de Dumbledore bien des années en arrière. Les tableaux qui les surplombaient rappelaient la présence en ces lieux de cet homme qui avait inspiré l'élu qui l'avait protégé. L'élu certes mais son mari, celui pour qui son cœur battait et avec le cœur duquel le sien battait à l'unisson. C'était un fait ; elle venait exaspérée, contrariée et en colère mais sa présence et ses paroles à son égard se faisaient le témoin de sa culpabilité. Un aveu qui eut comme conséquence de faire baisser les armes de l'ex gryffondor.


Elle savait que son mari ne s'estimait pas lui même qu'il ne s'estimait pas autant qu'elle l'estimait. Sur ses paroles justement elle lui dit « je sais oh combien tu te sous estimes Harry mais tu es un grand homme, tu es mon mari, le père de mes enfants avant tout et pour ça tu seras toujours le meilleur tiens le toi pour dit Harry ».

La voix de Ginevra était désormais radoucie, la main de Harry se perdait dans sa chevelure rousse, un frisson parcouru le corps de la jeune femme. Les deux corps s'appelaient par leur frissons réciproques et un baiser les unit l'espace d'un instant. Douceur qui transparaissait et qui remplaçait l'orage présent quelques minutes auparavant. Un contraste saisissant mais transparent de leur relation. Tempête, calme, arc en ciel.

Puis des paroles d'excuse sortant. Ginevra cessa le flot de paroles d'un doigt sur la bouche de son mari et lui disant « je ne peux pas t'en vouloir Harry... tu le sais très bien tu m'as expliqué, j'ai compris, il y a fort à penser que j'aurais peut être fait de même pour vous protéger... et je sais que tu ne recommenceras point... à trop vouloir nous protéger on en oublie l'essentiel que l'autre est là pour soi ».

Harry la regardait, une nouvelle détermination se faisait percevoir dans ses pupilles et il lui parla de l'ordre, de sa reconstruction alors qu'ils étaient collés l'un à l'autre. Un sourire s'installa sur les lèvres de Ginny qui passa ses mains derrière la nuque du survivant et lui murmura à l'oreille « ensemble, nous le reconstruirons l'ordre c'est nous, c'est notre famille et nos amis... nous serons plus forts en nous aidant ».  




camo©015

Contenu sponsorisé

Mise au point [Ginny]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» [Libre] Une petite mise au point s'impose !
» Mise au point : Mlïjev [Lynsday, Scolfield, Orcus, Solokov]
» Mise au point / Horraire prochains jours
» Mise au point ? Non... une simple affaire de jalousie. { Gailis - Merriadeck }
» Petite mise au point [pv]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mimbulus Mimbletonia  :: Les Oubliettes :: Les Archives :: Section RPG :: RPs terminés-
Sauter vers: