Les liens utiles

Les cours !

événement en cours

C'est une grande première depuis des années : le Ministère ouvre ses portes afin de montrer à la Communauté Magique les différents rôles de chacun des départements qui le composent. Mais pas uniquement, c'est une occasion de permettre aux élèves de l'école de sorcellerie Poudlard d'entrevoir une possibilité d'avenir et de consulter les différents spécialistes. Aujourd'hui est donc ce fameux jour et c'est accompagné par leurs enseignants que cette visite se révèlera être un jour important pour toute la Communauté. Peut-être pas dans le sens que l'on attend d'ailleurs... Retrouvez l'intrigue ici !

Gazette du sorcier

Bla bla
Bla bla
Bla bla
Bla bla
Bla bla
Bla bla

Musique

©linus pour Epicode
En bref



 
Bienvenue sur Mimbulus Mimbletonia
Bienvenue sur Mimbulus Mimbletonia Nous sommes en l'année 2019 Le ministère a été attaqué
– un étudiant est mort à Halloween Les néo mangemort sont de retour – L'ordre va t il se
reformer ? Contexte disponible ici-même.

Vous pouvez trouver la liste des personnages prédéfinis ici et les scénarios des membres ici
La liste des avatars utilisés ici.La liste des noms et prénoms ici.

Mais pour ceux qui sont encore plus studieux vous trouverez le planning des cours pour les élèves et ici
celui des professeurs.

Vous voulez une capacité spéciale pour vos personnages ? La demande et les détails c'est par .

Au vu d'un bon nombre de sang-pur, ceux-ci sont à présent limités (Scénario/prédéfinis) sous couvert d'acceptation
du STAFF. Pour en savoir plus, lisez ce sujet.

Poudlard recrute non seulement du personnel, mais nous sommes également à la recherche d'adultes en dehors du forum, sympathisant de l'ordre ou néo-mangemorts. N'hésitez plus à nous rejoindre.

Partagez|

[FLASHBACK] « On peut pardonner l'emportement, mais on ne pardonne jamais l'humiliation » (Sileas + OUVERT A TOUS)

Invité
Liens et RPs
MessageSujet: [FLASHBACK] « On peut pardonner l'emportement, mais on ne pardonne jamais l'humiliation » (Sileas + OUVERT A TOUS) Jeu 12 Jan - 1:51


 

   
« On peut pardonner l'emportement,
mais on ne pardonne jamais l'humiliation »

 

Queenie & Sileas
& les autres
 



Samedi 10 novembre 2018 - 11h00 - Dortoir des 5èmes année de Serdaigle.

Le week-end, quel beau moment dans une vie d’adolescent. On pouvait dormir, rêver, traîner, se prélasser. Dans le dortoir des Serdaigle, une jeune fille profitait pleinement de sa grasse matinée. Son oreiller serré contre elle comme s’il était vivant, elle affichait un air apaisé. Visiblement, aucun cauchemar ne venait la troubler. Une langue râpeuse sur sa joue se chargea de la réveiller. La boule de poils tigrée en était le propriétaire. Hippolyte, le chat de Queenie, prenait l’habitude de réveiller sa maîtresse lorsque cette dernière s’éternisait trop longtemps dans les limbes du sommeil et aujourd’hui n’était pas une exception.
En se réveillant, un énorme mal de tête prit d’assaut la sorcière. Elle se sentait comme si on venait de lui piétiner le visage avec de gros sabots cloutés. Se tournant sur le dos, les yeux fermés, sa main fraîche se posa sur son front, lui offrant quelques instants de répit.

Et très vite, tous les souvenirs de la veille se présentèrent à elle.

Elle qui allait dans le bureau du professeur Flint, le chemisier déboutonné laissant entrevoir la naissance de sa poitrine et de sa lingerie. Elle qui lui avouait un amour qui ne sortait de nulle part. Sileas qui écoutait aux portes et qui avait assisté à tout le reste de la scène. Elle qui rembarrait le Gryffondor, totalement éprise par l’adulte. Adulte qui jouait le jeu malsain de lui donner raison et Sileas qui ne faisait que s’insurger. Elle qui menaçait de partir en France pour vivre pleinement leur amour. Sileas qui insultait sa féminité. Elle qui insultait la virilité du garçon. Sileas qui s’enfuit sous la menace de Flint, pendant qu’elle faisait la déclaration d’amour la plus humiliante de sa vie, pour finalement revenir avec une fiole de potion, qu’elle prit pour une potion de contraception. Elle qui la but et qui mit son camarade dehors avant de demander à son professeur de rester dormir chez lui car elle se sentait de plus en plus fatiguée. Mais elle ne parvenait pas à se souvenir de la fin.

La Serdaigle gémit en enfouissant son visage entre ses mains. “Par Merlin, qu’est-ce que j’ai fait ?” Elle n’oserait plus jamais se présenter devant le professeur ou Sileas. Elle ne voulait plus jamais sortir de cette chambre, de ce lit. Elle voulait disparaître à jamais, qu’on l’oublie. “Qu’est-ce qui m’a pris ?” La question tournait en boucle dans son esprit, sans trouver de réponse adaptée. On lui avait jeté l’Imperium ? Fait boire un philtre d’amour ou de confusion ? Elle avait bu de l’alcool ? Comment était-elle rentrée ? Le professeur l’avait… déposé dans son lit ? Était-elle restée dormir là-bas, avant de se réveiller au petit matin et de se glisser dans son lit, sans déranger personne ? Un soupire de frustration franchit ses lèvres.

Il lui fallait des réponses ! Et elle devait des excuses. Oh, pas à Fawley non. La cadette Nott sentait que jamais plus elle ne serait capable de lui adresser la parole. Mais Sileas… il s’était inquiété pour elle, malgré tout ce qu’elle avait pu lui dire ce soir-là. Les détails ne lui revenaient qu’au compte-gouttes, mais de ce qu’elle avait déjà retenu, elle allait devoir se faire pardonner dans les formes. Il fallait qu’elle réfléchisse à un cadeau.

La sang-pur se décida à sortir de son lit et de prendre une bonne douche. Elle n’avait pas enlevé ses vêtements de la veille, réalisa-t-elle en se levant. Une interrogation de plus à ajouter à sa liste.

Samedi 10 novembre 2018 - 12h30 - En direction de la Grande Salle

On l’avait regardé de travers le long du chemin qui menait à la Grande Salle. Cela mettait mal-à-l’aise Queenie qui ignorait totalement pourquoi on la regardait ainsi. Elle n’entendait pas les murmures qui se chuchotaient lors de son passage. Faisant abstraction de tout, elle atteignit fièrement les lieux. Il était impossible de ne pas remarquer que les conversations s’arrêtèrent lorsqu’elle franchit les grandes portes, ce qui augmenta fortement son malaise.

Quelque chose clochait, et elle ne savait pas quoi.

Les conversations reprirent lorsqu’elle s’installa à la table de sa maison, à côté de Ruby, une de ses amies, qu’elle salua d’un sourire. Alors qu’elle se servait en pomme de terre, elle se fit interpeller par une voix virile. “Hey Nott, j’ai cru comprendre que tu aimais les mecs plus vieux que toi. Ca te dirait qu’on aille faire un tour dans un placard ? Tu pourras me montrer… tu sais.” Un courant électrique passa dans son corps et elle ne put réprimer le frisson de dégoût qui la traversa. “Quel immonde et abject garçon.” La voix masculine provenait de derrière elle, sans doute à une table voisine. Pourtant, la cinquième année ne se retourna pas et ne répliqua pas. Le malaise qui l’habitait depuis son arrivée dans la pièce ne faisait que prendre de l’ampleur. Elle redoutait de savoir à quoi tout cela rimait. Elle pressentait quelque chose, et ce n’était pas bon pour elle. La jeune fille essayait de faire passer ce sentiment négatif en discutant avec ses voisines de table. Mais ces dernières semblaient comme… gênées. Leurs yeux fuyaient les siens, et elles se tendaient dès que certains mots comme “amour” “professeur” “bureau” et “couché” étaient prononcés.

Nott, tu pourrais au moins me répondre… Je suis sûre que si tu me laisses regarder, je pourrai te dire si oui ou non tu es “une planche à pain” !” Queenie lâcha sa fourchette et celle-ci tomba sur son assiette dans un bruit aigu de vaisselle. Son coeur se crispa de panique et ses yeux effarés fouillaient le visage de ses camarades de maison à la recherche du moindre indice, qui se faisaient tout petit. “Ruby… Qu’est-ce qui circule sur moi au juste ? Pourquoi on me regarde comme ça, pourquoi ce gars dit tout ça ? Qu’est-ce qu’il se passe ?” Son amie hésitait à lui répondre, cela se voyait. Mais la cinquième année devait être si.. terrifiée qu’elle lui révéla tout.

La fuite provenait de chez Gryffondor. Queenie sentait ses mains se raidir drastiquement. En réalité, Crystal a commencé à raconter à tout le monde qu’hier, elle était allée dans le bureau du professeur Fawley et qu’elle y avait passé la nuit. Son coeur s’emballa dans sa poitrine et le souffle commençait à lui manquer. Elle paniquait. Un témoin avait même raconté qu’elle s’était à moitié déshabillée et qu’elle avait couché avec lui. C’était la fin, fin de sa réputation, fin de sa vie de fille modèle, gentille et studieuse. Qu’elle allait partir pour qu’on ne découvre pas sa relation avec lui.

Les autres détails se passaient de mots. C’était odieux. Totalement scandaleux et typiquement le genre de choses que Crystal pouvait dire à son sujet. Elle n’avait pas besoin de se mettre en colère et de crier. Elle n’y arrivait pas. Les larmes coulaient toutes seules sur ses joues pâles. Queenie n’avait pas besoin de se poser la question “Qui a dit tout ça ?” Elle le savait. Il n’y avait qu’une seule personne pour avouer ce genre de chose à une connasse comme Crystal Auburn.

Sileas McFly était un homme mort.

Elle se leva, doucement, comme un robot en mode automatique. Sa main attrapa la première carafe sur son chemin et elle se dirigea, tel un fantôme désarticulé, vers la table des rouge et or. Ses yeux vides repérèrent sa cible. Un garçon qui riait. IL RIAIT. Sans dire un mot, elle marcha plus vite et d’un coup, le contenu de la carafe - du jus de citrouille apparemment - se renversa sur la tête du garçon qui maintenant, s'étranglait. Elle ne lui laissa pas le temps de réagir si ce n’est le temps de se retourner, sa main alla directement à l’encontre de sa joue dans un bruit caractéristique.

Queenie Nott venait de mettre une gifle claquante à Sileas McFly. La marque resterait, à coup sûr, plusieurs jours.

Quand je pense que je venais ici pour te présenter des excuses… Comment ai-je pu penser une seule seconde que tu allais garder pour toi ce que tu as vu ou cru voir hier soir ?” siffla-t-elle d’une voix polaire, la fureur libérée. Ses narines se retroussaient, ses joues rougissaient, ses yeux lançaient des éclairs. “Que tu n’allais pas tout raconter à cette putain de gourdasse.” La personne en question s’insurgea. “Ferme-la toi, on t’a pas sonné, retourne brouter ton herbe, grosse vache !” vociféra-t-elle à son encontre. “T’as gagné, McFly. Si tu veux la guerre, tu l’auras.” Elle prit une grande inspiration. “SILEAS MCFLY A DE L'HERPÈS. Et je ne vous conseille pas d’aller vérifier son MICRO-PÉNIS, vous ne le verrez puisqu’il est RIKIKI.” Sur ces mots très matures, elle se saisit d’une autre carafe et en reversa à nouveau le contenu - de l’eau cette fois - sur le Gryffondor.

Elle n’entendit pas un des professeurs lever la voix alors qu’elle sortait, avec toute la dignité dont elle pouvait faire preuve, de la Grande Salle. Sûrement pour lui retirer des points ou la mettre en retenue. Elle n’en avait que faire. Il fallait qu’elle trouve un moyen de se calmer car elle venait de se faire publiquement humilier. Et ce que les élèves avaient entendu sur elle, ils n’allaient pas l’oublier de sitôt.

Informations contextuelles:
 

 MAY

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Liens et RPs
MessageSujet: Re: [FLASHBACK] « On peut pardonner l'emportement, mais on ne pardonne jamais l'humiliation » (Sileas + OUVERT A TOUS) Jeu 12 Jan - 21:16

On peut pardonner l'emportement
Mais on ne pardonne jamais l'humiliation Δ Nott, McFly & All

Aucune idée de comment il avait rejoint son dortoir, bien trop absorbé par le fait d'oublier et de passer la nuit les yeux clos. Sauf qu'il n'avait pas réussi à tomber dans les bras de Morphée. Non, il était resté les yeux grand ouvert fixant le plafond de son lit à baldaquin comme un cadavre. Avait-il rêvé ce qui venait de se passer ? Ou plutôt cauchemarder ? Non, impossible. Si encore il était moldu de chez moldu, mais puisqu'il était sorcier né moldu il était conscient que n'importe quoi pouvait avoir une signification abracadabrante. Aaron s'était retourné dans son lit et, avait remarqué, sans mal, que son camarade de dortoir ne trouvait pas le sommeil. Les questions avaient fusées et, sans trop aller dans le détails, il avait fini par lui expliquer ou plutôt subir un interrogatoire des plus embarrassant comme éprouvant.

***

Au petit matin, 8h, le garçon s'était levé comme un zombi, ses yeux cernés semblant peser des tonnes, baillant sans avoir envie de retourner se coucher pour autant. Dans la salle commune, devant l'âtre de la cheminée, se trouvait déjà Sasha et Crystal, Ava plus loin également qu'Aaron rejoignit précipitamment. Si Sasha et Crystal, jusque là étaient calme, leur curiosité fut piquée au vif et... une nouvelle fois il céda et leur raconta les oreilles rougissantes. Crystal beuglait autant qu'elle pouffait de rire, enfin elle indiqua une chose importante à faire et déserta la salle commune sous le regard catastrophé du garçon

- Elle va rien raconté hein ? Demanda t-il paniqué.

***

L'information fit le tour du château comme une traînée de poudre. Plus que ce qu'il avait raconté, l'histoire avait prit une ampleur monstre... toute brodée de partout ! Nott allait le tuer ! Mais d'un côté il n'avait rien fait lui, à part en parler à ses amis, juste à trois personnes.

Tout doucement, ses pas le menèrent à la grande salle, le cœur battant il hésita à pénétrer les lieux, s'imaginant subir une mort certaine, mais rien ne vint. A part quelques bourdonnements insultants et des félicitations ? Des demandes d'info aussi qui le fit rougir de plus belle. Il trouva place assise à la table des gryffondor sous d'intenses regards.

Se ratatinant à sa place, Sasha eu tôt fait de lui remonter le moral, Crystal s'installa non loin avec un grand sourire auquel le garçon répondit par un froncement de sourcil.

- Pourquoi t'as fais ça ? Fit-il d'un ton accusateur et en colère. Je t'ai dis que c'était un secret ! S’insurgea t-il.
- Voyons Sil', on insulte pas mon meilleur ami sans en subir les conséquences. Répondit-elle platement.
- Oui mais,
- Et outre ce fait, je fais parti du club du journal de l'école, l'information, les échanges, le partage, c'est mon mode de vie, tu t'attendais à quoi ? De toute façon, on parle de Nott, qui s'en soucie !
- Elle va me tuer... se plaignit-il en baissant la tête.
- Oh pitié Sil' après ce qu'elle t'a fait elle le mérite bien.

Le garçon fit une moue dubitative, grimaçante puis se servi d'une main peu assurée de mets en tout genre. Le temps passa et les rumeurs s’intensifièrent subitement. La Serdaigle venait de faire son apparition, il en lâcha sa fourchette cherchant presque à se couvrir le visage. Sasha tenta de le rassurer, Crystal aussi, à sa manière. Un sourire nerveux lui échappa et Nott se leva, une carafe à la main comme arme du crime. Du jus de citrouille se déversa sur sa tête à sa grande surprise, lui qui pensait qu'elle l’assommerait plutôt. Faisant un peu d'apnée, sous le choc, et s'étranglant, il écarquilla des yeux difficilement. Sa bouche s'ouvrit et une gifle vint s'abattre sur sa joue, sa tête fit un mouvement sec sur la gauche qui le laissa sans voix. Nott pouvait devenir batteuse sans problème.

Elle ouvrit la bouche, il reposa son regard quelque peu coupable et pourtant il criait innocent en lui même, cherchant à rétorquer, ouvrant la bouche puis la refermant aussitôt tel un poisson hors de l'eau. Il s'agita ceci dit quand elle traita Crystal de gourdasse, la pointant du doigt comme la veille pour finalement se retrouver muet alors que la cible en question hurlait pour se faire de nouveau insulter.

- Nott ! Claqua t-il, menaçant, pour la faire taire... en vain, ses mains tremblaient de rage et une folle envie d'éclater la tête de la serdaigle sur la table le prit aux tripes. Elle lui déclarait la guerre ? Ah ! Avec ou sans batte il l'éclaterait si elle le cherchait. Elle prit une inspiration... un crachat ? Et hurla à tous qu'il en avait une petite avant de détaler en l'arrosant encore au passage.

Voilà que le rouge et or était rouge pivoine, se levant, la pointant du doigt, l'eau lui dégoulinant sur le visage, se mêlant au jus de citrouille. Il hurla alors qu'elle claquait les portes déjà.


- J'en ai pas une petite ! Comparé à Welling la mienne est plus grosse ! Et je parle du frangin là ! Défia t-il d'une voix rugissante, soufflant comme un bœuf. Et j'vous la montre sans soucis ! Le garçon dans le feu de l'action se mit à se débrailler mais un claquement sur la tête le fit renoncer et le fit s'asseoir. Il rumina de plus belle subissant les foudres, tentant de se calmer en vain intérieurement, marmonnant tout bas : Et je sais même pas c'est quoi l'Airfesses.
© GASMASK


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Liens et RPs
MessageSujet: Re: [FLASHBACK] « On peut pardonner l'emportement, mais on ne pardonne jamais l'humiliation » (Sileas + OUVERT A TOUS) Jeu 12 Jan - 22:00





On peut pardonner l'emportement...

   

La journée avait pourtant bien commencé. Aussi incroyable que cela puisse paraître, je n'avais pas eu à faire à des crétins décérébrés et au visage aussi boutonneux qu'une calculatrice de la matinée. Je m'étais rendue à la bibliothèque pour réviser l'étude des runes et j'y étais restée enfermée une bonne partie de la matinée. En fait, je n'en suis sortie que pour aller manger, lorsque mon estomac commença à clairement me reprocher mon jeûne. J'étais assez fière de moi, mes devoirs avaient bien avancé. Je pensais passer du temps avec Arté cet après-midi. C'était donc satisfaite que me rendis dans la Grande Salle pour une petite pause. Et, comme à son habitude, un chahut de fond assourdissait quelque peu mes oreilles. J'avais toujours apprécié le calme. J'aimais le silence. J'aimais m'entendre réfléchir et ce n'était pas quelque chose de réalisable dans la Grande Salle. C'était pour ça que j'avais pris l'habitude de me rendre en haut de la Tour d'Astronomie. Habitude que j'avais prise dès ma première année ici. C'était vraiment reposant.

Toutefois, je ne m'attendais pas à ce que je trouvais ici. La table des Serpentard se trouvait sur un côté mais je m'étais assise de telle sorte que j'avais une vue imprenable sur ce qu'il se passait. De plus, je n'étais pas hermétique aux chuchotements qui m'entouraient. J'entendis le prénom de ma cousine, sortir distinctement des lèvres d'un de mes congénères. Ma tête se tourna si vite que je crus me tordre le cou et mes yeux se plantèrent dans ceux qui avait osé souillé le nom de Queenie.

-Racontes.

Ma voix glaciale sembla le transpercer de toute part tandis qu'il se ratatinait sous mon regard. J'avais presque envie de rajouter une petite couche de "plus vite que ça, esclave" mais je me calmais. Je connais Peterson, ce n'était pas une lumière mais il n'était guère méchant. Le pauvre, il lui fallait bien quelque chose dans la vie. Je ne comprenais toujours pas ce qu'il faisait ici. Je n'étais même pas sûre qu'il sache épeler "chocogrenouille" correctement. Il n'était bon qu'à s'en gaver. Et à me raconter ce que je voulais savoir. Je ne compris pas de suite pourquoi il bafouillait de plus en plus, jusqu'à ce que je remarque que mon visage devenait de plus en plus fermé. Je ne savais pas quel imbécile avait répandu ce genre d'idioties mais je comptais bien le découvrir. Et, accessoirement, lui faire aimablement comprendre ce que ma baguette pensait de tout cela. En toute diplomatie, bien évidemment. Un peu de venin d'acromentule devrait sûrement faire l'affaire. En premier lieu, je me levai pour essayer d'alpaguer Queenie. Mais ce ne fut qu'une fois à proximité de la table des Gryffondor que je la vis fondre vers... Sileas ? Salazar non ! Il était trop tard pour l'empêcher mais je remarquais, avec une grande fierté, qu'elle avait un sacré crochet et une répartie digne de ce nom. J'éprouvais un peu de pitié pour Siléas. C'était un brave garçon. Un peu simplet qui pensait certainement que le mot "douceur" ne se testait qu'à coup de battes, mais gentil aussi. Il avait certainement dû se prendre un coup de batte, justement, sur la tête dès sa naissance. Il aurait été capable de se l'asséner lui-même. Et son intelligence se manifesta encore une fois losqu'il décida de hurler dans la Grande Salle sa volonté de montrer à tout le monde la batte qui se trouvait entre ses jambes. Venant de déjeuné, je n'avais guère envie de tout vomir. Je fus vite à côté de lui et lui tapa la tête d'un coup sec. Ce geste eut au moins l'efficacité de le dissuader de ses glorieuses idées de nudiste amateur.

-Tais-toi un peu toi, grondais-je. Et soit plutôt heureux de pas savoir ce que c'est.

Je m'assurais une dernière fois que ses habits étaient encore bien attachés, jetais un regard glacial aux autres stupidors et sortir de la Grande Salle, bien décidée à retrouver Queenie.
(c) B-NET
Revenir en haut Aller en bas
avatar
5ème année Gryffondor
Féminin
✎ Parchemins : 1262
✎ Date d'arrivée : 11/11/2016

Sorcerer's Identity
✎ Année à Poudlard: 5ème année
✎ Profession: Etudiante
✎ Inventaire:
Liens et RPs
MessageSujet: Re: [FLASHBACK] « On peut pardonner l'emportement, mais on ne pardonne jamais l'humiliation » (Sileas + OUVERT A TOUS) Jeu 12 Jan - 22:32


On peut pardonner l'emportement, mais on ne pardonne jamais l'humiliation
Ft. Queenie, Sileas & libre
Sasha était tranquillement assise sur l'un des sofas devant la cheminée de la salle commune des Gryffondor. En compagnie de sa meilleure amie Crystal mais également d'Ava. Elles attendaient que les garçons daignent pointer le bout de leur nez pour aller enfin prendre leur petit déjeuner dans la Grande Salle. La lionne commençait à s'impatienter, d'ailleurs. D'habitude ils ne prenaient pas tellement de temps pour descendre. Et puis, elle avait faim, mine de rien.

En parlant du loup. Les voilà qui arrivèrent enfin. Aaron rejoignit précipitamment sa sœur. Sil avait une sale tête et des cernes énormes. Elle se demandait même s'il avait dormi cette nuit. Elle lui lança un regard interrogateur qui voulait dire "Tu ferais mieux de m'expliquer pourquoi tu es dans cet état ou c'est moi qui vais te faire parler". Et ça avait marché. Il se mit à leur expliquer l'aventure dans laquelle il s'était fourré hier soir. Mais ce qui la choqua le plus, c'était cette histoire avec le Professeur Fawley et Queenie. Quand elle avait entendu ça, elle n'avait pas pu s'empêcher d'éclater de rire. Non, mais c'était risible tout de même. Bien qu'elle appréciait beaucoup la Serdaigle, la situation était tout de même drôle vue de l'extérieur. Oui parce que bon, pour elle, ça devait être tout de suite beaucoup moins marrant. La pauvre tout de même. Quelques secondes plus tard, Crystal prétexta un truc important à faire avant de quitter la salle précipitamment. Ça sentait mauvais pour Sil, ça. Elle connaissait sa meilleure amie par cœur, et elle savait très bien ce qu'elle allait faire. Mais pourtant, elle ne dit rien. Le pauvre allait être encore plus catastrophé.

Malheureusement comme elle s'en doutait, l'histoire ne fut pas un secret très longtemps. Surtout à Poudlard, d'ailleurs. Toute l'école était maintenant au courant. Sasha ne pouvait s'empêcher de se sentir mal pour son amie. La pauvre devait se sentir tellement mal quand même...
Quelques temps plus tard, ils étaient dans la Grande Salle, mangeant leur petit déjeuner. La blonde écoutait en souriant ses deux meilleurs amis s'expliquer sur le pourquoi Crystal n'avait pas été fichue de tenir sa langue. Ah ces deux-là... on ne les changera jamais.

Queenie arriva alors dans la Grande Salle. A vrai dire, Sasha n'avait même pas fait attention. Mais c'est en entendant la fourchette de Sil tomber sur la table qu'elle avait tourné la tête vers lui, et son regard était dans la même direction que la porte d'entrée. Elle essayait de le rassurer autant qu'elle le pouvait, mais sans grand succès. C'est alors qu'elle vit Queenie se rapprocher un peu trop rapidement vers leur table. Aïe. C'était mauvais signe. Son voisin de table fut alors recouvert par du jus de citrouille qui dégoulina de sa tête jusqu'au sol. Sasha avait ouvert la bouche, d'abord complètement choquée, puis pouffa de rire, sa main devant la bouche pour essayer d'être un tant soi peu discrète. Elle les entendait se disputer tous les deux, Queenie lui déclarant la guerre. Elle ne put garder son rire discret  plus longtemps lorsqu'elle l'entendit parler de son "micro-pénis". L'humiliation totale. La Serdaigle se dirigea ensuite les portes pour s'en aller, non sans avoir jeté préalablement une autre carafe - d'eau - sur la tête de Sil. Bon, au moins il était plus ou moins rincé, comme ça.

Elle s'arrêta soudainement de rire quand elle sentit du mouvement non loin d'elle. Non mais, il était pas sérieux là ?! Elle voulu réagir pour le calmer un peu, mais quelqu'un s'en était chargé avant elle. Zabini. Elle la remercia du regard avant de se re concentrer sur son meilleur ami qui était complètement furax.


« Sil calme toi c'est bon. Elle est partie là. » tenta-t-elle. Elle ne s'était même pas rendue compte qu'elle s'était levée. Rigolant légèrement elle ajouta : « Non mais, tu te rends compte de ce que tu as failli faire, devant toute l'école ? »
© Belzébuth


Revenir en haut Aller en bas
avatar
5ème année Serdaigle & Modérateur
Féminin
✎ Parchemins : 661
✎ Date d'arrivée : 22/12/2016

Sorcerer's Identity
✎ Année à Poudlard: 5ème année
✎ Profession:
✎ Inventaire: oreilles à rallonge
Liens et RPs
MessageSujet: Re: [FLASHBACK] « On peut pardonner l'emportement, mais on ne pardonne jamais l'humiliation » (Sileas + OUVERT A TOUS) Ven 13 Jan - 14:12




On peut pardonner l’emportement...

Queenie Nott, Sileas McFly & all

 
Tout le monde pensait que ce samedi 10 novembre serait un samedi comme les autres. Les élèves passeraient leur temps à faire leur devoir, tenter de mettre le nez dehors avant d’être rebutés par la pluie, trainer dans leur salle commune en jouant aux échecs sorciers ou à la bataille explosive… Mais, en descendant prendre son petit déjeuner ce matin-là, Alec sentit que l’ambiance était différente.

Après avoir bus son jus de citrouille et mangé une portion d’œufs brouillés, le Serdaigle repris le chemin de la Tour dans laquelle se trouvait sa Salle commune mais devant lui se tenait deux élèves, parlant précipitamment et riant. Ça, ça sentait la rumeur… Alec se rapprocha d’eux discrètement, les suivant tranquillement pour écouter leur conversation. Seules des bribes lui parvinrent. Il était question d’amour entre une élève et un prof. Il lâcha sa filature lorsqu’il croisa un groupe de Gryffondors de deuxième année. Eux aussi ne semblait avoir que cette histoire à la bouche. Il changea de mode de renseignement pour poser des questions franches aux rouges et or qui se dandinaient de plaisir en lui répondant, trop heureux de pouvoir répéter la rumeur. Plus tard, Alec croisa deux Serpentards plus âgés qui eux s’attardaient sur des détails à caractère quasi-pornographique. Le monde de Poudlard était fascinant, en l’espace d’une matinée le mystérieux incident entre le professeur Fawley et Queenie Nott s’était répandu, déformé et amplifié… Alec ne doutait pas qu’il s’était passé quelque chose cette nuit mais de son avis, ce qui circulait devait bien être loin de la vérité. Il était même fort probable que Queenie ait seulement interpellé le professeur de Défense Contre les Forces du Mal dans un couloir pour lui demander une précision sur le devoir qu’ils devaient rendre la semaine prochaine.

Alec se rendit de nouveau dans la Grande Salle, pour le repas du midi cette fois, à la fois intrigué et écœuré par la capacité de ses camarades à cracher sur le dos des uns et des autres sans se poser une seule fois la question de la véracité des sources. C’est alors que Queenie entra dans la Grande Salle, s’installant non loin d’Alec à la table de leur maison. Le bleu et bronze entendit la question de Queenie à l’égard de Ruby qui après quelques hésitations finit par lui avouer les rumeurs qui circulaient à son propos. Et c’est dans la surprise générale que Nott fila vers la table des Gryffondors, armée d’un pichet qu’elle renversa sans ménagement sur le crâne de Siléas. S’en suivit une tirade de la part de la Serdaigle sans que Sileas n’ait le temps de réagir.

Woah, concours de maturité apparamment…

Sileas n'était pas une flèche mais ça n'était pas quelqu'un de méchant et Alec trouvait cela surprenant que la rumeur vienne de lui. Le regard du Serdaigle se décala légèrement et il vit le mélange de satisfaction et de choc après la réplique cinglante de Nott sur le visage de Crystal Auburn. Autant Sasha Miller était une jeune fille adorable et intéressant, mais sa meilleure amie était aux yeux d’Alec un concentré de vulgarité : bruyante, m’as-tu-vu et commère. Par-dessus le marché, elle faisait partie du Journal de l’Ecole. Alec était maintenant persuadé qu’elle était à l’origine de la rumeur, et même peut-être de ses versions les plus dégradantes.

Queenie sortit de la Grande Salle sans demander son reste et vint enfin la réaction de Sileas. Alec écarquilla les yeux un instant puis les leva au ciel. Ce qu'il venait faire dans cette histoire était un mystère. Mais, comment ne pas sourire face à la pathétique tentative de McFly de détourner l'attention. Chose qu'il semblait avoir du mal à faire étant donné qu'il était maintenant debout prêt à dégainer son engin. Ajoutez ce qui circulait sur Queenie et Alec était persuadé que personne ne prêterait attention à ce que le Gryffondor venait de crier sur lui. Bon, il évita tout de même de croiser le regard de Ruby, sa meilleure amie, qu’il trouvait d’ailleurs particulièrement jolie aujourd'hui... Étant donné la stupidité de l'énergumène rouge et or qui venait tout juste de se calmer après un petit taquet bien placé de la part de la présidente du club d'échec, Alec trouverait bien un de ces quatre le moyen de lui rendre gentiment la monnaie de sa mornille.

Alec se sentait animé par le besoin de venir en aide à sa camarade qu’il appréciait fortement mais il ne se leva pas pour lui courir après. Premièrement, il n’était peut-être pas nécessaire d’attirer l’attention sur lui, deuxièmement d’autres personnes comme ses plus proches amies étaient sûrement les mieux placées pour la consoler dans l’immédiat. Quoiqu’il en soit, les jours à venir risquaient d’être agités.


Code par Phantasmagoria.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Professeur de Défense contre les Forces du Mal, Directeur de Poufsouffle & Néo-Mangemort
Masculin
✎ Parchemins : 1329
✎ Date d'arrivée : 22/08/2016

Sorcerer's Identity
✎ Année à Poudlard:
✎ Profession: Professeur de DcFM & Directeur de Poufsouffle
✎ Inventaire: Polynectar (x2) Veritaserum (x2)
Liens et RPs
MessageSujet: Re: [FLASHBACK] « On peut pardonner l'emportement, mais on ne pardonne jamais l'humiliation » (Sileas + OUVERT A TOUS) Lun 10 Avr - 22:33

« Foutaise. » « Ridicule. » « Blague de décérébrés. » C'est ces quelques mots que de ci de là avait répondu Flint durant son repas aux professeurs et personnels assit à table qui l'interrogeaient sur les rumeurs qu'ils entendaient depuis une heure environ.

Si ces adolescents stupidards mettaient autant d'entrain en cours qu'à rependre des rumeurs, pour sûr que le niveau de l'école volerait fortement plus haut, mais les élèves se contentaient pour beaucoup de vraiment trop peu... un manque d'ambition flagrant d'avis de Fawley. Quant aux professeurs assez stupide que pour y croire vu les réactions choquées et mal à l'aise de certains – il y en avait au moins trois à la table – il n'y avait qu'à voir le directeur de l'école pour saisir le niveau de sérieux et de crédibilité de l'enseignement. Elesya Travers, la personne qui avait confiée le remède à l'idiot, s'était manifestée en se contentant des faits simples, mais loin de chercher à rassurer ses aînés. Blaise Firlowel avait rebondi en confirmant que des ingrédients pouvant mener à la potion du crime avait bien été subtilisés en son absence, il regrettait beaucoup la situation dans laquelle se trouvait son confrère de défense contre les forces du mal et la jeune Nott... 'Apprends à ensorceler la porte de ta réserve, abruti.' avait songé Flint en souriant presque à Blaise, de manière reconnaissante et courtoise, de son 'soutien'. La bonne blague.

Et le stupide gryffondor arriva, celui de la veille. Stupide était un euphémisme concernant McFly, il s'agissait d'un attardé tout simplement ou bien souffrait-il du syndrome de Peter Pan ? Peut-être. À moins qu'il n'ai été élevé par des trolls. Chose était certaine son degré de connerie avait atteint des sommets peu visité à ce jour !

Nott la déchue entra enfin à son tour, le regard de tous braqué sur elle, des regards désolé et compatissant de certains élèves comme adultes dont Flint ne faisait clairement pas parti. 

Quelques instants plus tard elle fonça vers le jeune garçon pour lui administrer douches, baffe et insultes, agissant dès lors comme la plus médiocre des bouffons de la table de sa victime. 'Affligeant' pensa l'adulte en se levant déjà lentement de sa table. Il avait suffisamment supporter le rouge et or la nuit précédente pour savoir qu'il ne s’arrêterait probablement pas là. Et il avait raison, voilà qu'il hurlait, s’apprêtait à montrer le dit micro pénis, Nott devait être vraiment proche de lui pour savoir ça, avant de se faire interrompre par Isis Zabini qui après quelques mots parti rejoindre la Serdaigle comme une loyale servante.

« Probablement pas. »

Avait surgit la voix de Flint comme son corps dans le dos de l'élève gryffondor trempé ET en réponse à la jeune Miller. L'homme choppa alors l'adolescent par le revers du col et se mit alors à le traîner hors de la grande salle sous ses protestations, direction salle de classe ou bureau du directeur afin d’écoper d'une retenue à la hauteur de son être.

Pour les rumeurs ?Il n'avait que faire de tout cela, la soirée l'avait plus qu'épuisée et son but était à présent de savourer la déchéance et le suicide, sait-on jamais, de Nott. pour l'heure il se contenterait d'une amitié niaise brisée et de réputations saccagées.



HRP:
 


Terminé.

.....................................................


THE NIGHT IS DARK & FULL OF TERRORS
When we stop looking for monsters under the bed when we realize They're inside of us. ©️ okinnel.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Liens et RPs
MessageSujet: Re: [FLASHBACK] « On peut pardonner l'emportement, mais on ne pardonne jamais l'humiliation » (Sileas + OUVERT A TOUS)

Revenir en haut Aller en bas
[FLASHBACK] « On peut pardonner l'emportement, mais on ne pardonne jamais l'humiliation » (Sileas + OUVERT A TOUS)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» On ne peut oublier le passé, mais le futur peut l'enfouir || Vent du Sahara
» La couverture d'un livre peut être jolie mais l'interieur peut souvent cacher une surprise....
» N'importe quel imbécile peut fermer l'oeil, mais qui sait ce que voit l'autruche dans le sable. [Rang C]
» Le divertissement est peut-être enfantin mais tellement innocent... Beaucoup de gens l'ont oublié.
» Je suis peut-être vache... mais pas bête. uc

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mimbulus Mimbletonia  :: Les Oubliettes :: Les Archives :: Section RPG :: RPs terminés-
Sauter vers: